S’abonner au mag
  • Ligue des champions
  • Groupe E
  • J6
  • Roma/City
  • (0-2)
  • Les notes

Nasri, amor, amor

Par Raphael Gaftarnik et Mathias Edwards
Nasri, amor, amor

Une première période à l'avantage de Romains stériles, une seconde à l'avantage de Citizens qui ont su concrétiser leurs temps forts. En football, c'est le dernier qui parle qui a raison. Et ce soir, Samir Nasri a fait fermer un paquet de gueules à l'Olimpico.

AS ROMA

De Sanctis (6) : Les plus tatillons oublieront ses interventions décisives de la première mi-temps au profit de son placement sur le but de Nasri. Mais à 37 ans, Morgan a encore bouché quelques coins.

Manolas (7) : Un colosse grec, fort, solide, et presque héros si sa tête n’avait pas heurté le poteau. Depuis, il dilate ses narines de rage.

Yanga Mbiwa (5,5) : Mapou a quelque peu été éclipsé par la performance de son jeune compère dans l’axe. Une vieille rengaine.

Holebas (6,5) : A cavalé toute la rencontre pour tenter de faire oublier son duel manqué dès les premiers instants. Bien tenté, mais c’est cramé. Holebas, bas les masques.

Maicon (5,5) : Douglas est un acteur qui joue l’esbroufe en tentant quelques percées en solitaire, mais n’assume pas lorsqu’il s’agit de satisfaire sa défense en attaquant Nasri. Catherine Zeta-Jones connaît le même problème.

Nainggolan (7) : Son nom le place quelque part entre Passepartout et DBZ. Son jeu aussi : une dégaine de plouc, mais une puissance folle quand il active ses pouvoirs.

Keita (6,5) : Seydou, c’est bien placé, c’est efficace. C’est qualité Keyta.

Pjanić (5,5) : Un match où l’inspiration lui a clairement fait défaut. Et dire que la frappe de Nasri, c’est lui qui aurait dû la mettre…

Ljajić (4,5) : Du ballon, mais peu de jugeote lorsqu’il s’agit de trouver le cadre. L’Adem pas cérébral.

Gervinho (7 puis 4) : Comme pour les combinaisons de nageurs, il sera bientôt prouvé que son front améliore la pénétration dans l’air. Inarrêtable en première mi-temps, petit Gervais en seconde.

Totti (5,5) : Une passe laser à destination d’Holebas dès la 3e minute, un peu de combat avant la chute de Rome. Et donc de son emblème.

Manchester City

Hart (8) : Une partie démarrée par un « Come on, boys ! » digne de Tim Riggins, dès l’avant-match. Invincible, il a sorti des arrêts de grande classe quand la situation l’exigeait. « Ain’t No Love, in the Hart of the City. »

Zabaleta (6,5) : Marine Le Pen condamne-t-elle les actes de torture perpétrés sur l’Argentin par le côté droit romain en première période ? Pas évident. Surtout qu’à l’instar de Nicholas Brody, le latéral a prouvé qu’il n’y avait rien de plus dangereux qu’un homme blessé, en assassinant ses tortionnaires à la 86e.

Demichelis (7) : Même avec une nuque dégagée, le chouchou de Manuel Pellegrini garde une sacrée tête à tourner dans des films de hard amat’. Son sauvetage de la 72e est d’ailleurs déjà interdit au moins de 18 en Italie.

Mangala (6) : En première période, le Français a tellement reculé, qu’il a plus joué en position de capo de la Curva Nord que de stoppeur. Meilleur après la pause, lorsque la tendance s’est inversée.

Clichy (6) : Ni débordé défensivement ni tranchant offensivement, le Français n’est pas sorti décoiffé de la pelouse de l’Olimpico.

Fernando et Fernandinho (6,5) : Le Nando’s de Manchester propose un « Jumbo Platter » . Soit deux poulets entiers marinés durant 24 heures dans de la sauce peri-peri. À se partager, comme les Nandos de City l’ont fait avec le milieu de la Roma.

Navas (6) : Le Tzigane de City a attendu 28 ans pour partir de chez lui. Préparez-vous donc à subir Kendji Girac pendant encore au moins dix piges.

Nasri (9) : Si l’équipe de France ne le rend « pas heureux » , ce n’est pas le cas de la Ligue des champions. Discret en première période, lorsque le milieu romain étouffait celui de City, Samir a sorti la tête de l’eau après la pause. Et pas n’importe comment. Le superbe but de la qualif’ à l’heure de jeu, la passe déc’ de l’humiliation à la 86e.

Milner (6) : Une dégaine de livreur de chez Darty. Celui qui doit passer chez vous « entre 8h et 17h » . À Rome, il a sonné à l’heure de jeu, pile au bon moment pour déposer son écran devant Nasri, lui laissant tout le loisir d’allumer De Sanctis. Le contrat de confiance.

Džeko (5) : Le Bosnien a pesé, mis quelques coups, provoqué, mais s’est montré maladroit dans le dernier geste, comme lors de son face-à-face raté de la 39e. Cheick Edin Diabaté.

⇒ Le compte-rendu du match

⇒ Résultats et classement de la Ligue des champions

Par Raphael Gaftarnik et Mathias Edwards

Articles en tendances
00
Revivez le nul entre Monaco et le PSG (0-0)
  • Ligue 1
  • J24
  • Monaco-PSG
Revivez le nul entre Monaco et le PSG (0-0)

Revivez le nul entre Monaco et le PSG (0-0)

Revivez le nul entre Monaco et le PSG (0-0)
03
Live : Lyon-Lens (0-2)
  • Ligue 1
  • J24
  • Lyon-Lens
Live : Lyon-Lens (0-2)

Live : Lyon-Lens (0-2)

Live : Lyon-Lens (0-2)
Logo de l'équipe Olympique Lyonnais
Kevin DANSO of Lens celebrate after scores during the Ligue 1 Uber Eats match between Lyon and Lens at Groupama Stadium on March 3, 2024 in Lyon, France. (Photo by Hugo Pfeiffer/Icon Sport)   - Photo by Icon Sport
Kevin DANSO of Lens celebrate after scores during the Ligue 1 Uber Eats match between Lyon and Lens at Groupama Stadium on March 3, 2024 in Lyon, France. (Photo by Hugo Pfeiffer/Icon Sport) - Photo by Icon Sport
  • Ligue 1
  • J24
  • Lyon-Lens (0-3)
Les notes de Lyon-Lens

Les notes de Lyon-Lens

Les notes de Lyon-Lens
Logo de l'équipe France féminines
Seville, Spainen, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France schaut waehrend des Spiels der UEFA Women's Nations League 2024 Final zwischen Spain vs France im La Cartuja Stadion am 28. February 2024 in Seville, Spainen. (Foto von Manu Reino/DeFodi Images)  Seville, Spain, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France looks on during the UEFA Women's Nations League 2024 Final match between Spain vs France at the La Cartuja Stadium on February 28, 2024 in Seville, Spain. (Photo by Manu Reino/DeFodi Images)   - Photo by Icon Sport
Seville, Spainen, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France schaut waehrend des Spiels der UEFA Women's Nations League 2024 Final zwischen Spain vs France im La Cartuja Stadion am 28. February 2024 in Seville, Spainen. (Foto von Manu Reino/DeFodi Images) Seville, Spain, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France looks on during the UEFA Women's Nations League 2024 Final match between Spain vs France at the La Cartuja Stadium on February 28, 2024 in Seville, Spain. (Photo by Manu Reino/DeFodi Images) - Photo by Icon Sport
  • Ligue des nations
  • Finale
  • Espagne-France (2-0)
Renard et les Bleues : maux croisés

Renard et les Bleues : maux croisés

Renard et les Bleues : maux croisés

Votre avis sur cet article

Les avis de nos lecteurs:

Dernières actus

Nos partenaires

  • Vietnam: le label d'H-BURNS, Phararon de Winter, 51 Black Super, Kakkmaddafakka...
  • #Trashtalk: les vrais coulisses de la NBA.
  • Maillots, équipement, lifestyle - Degaine.
  • Magazine trimestriel de Mode, Culture et Société pour les vrais parents sur les vrais enfants.
  • Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine