S’abonner au mag
  • Sunderland 'Til I Die
  • Saison 2

Les notes de la saison 2 de Sunderland ‘Til I Die

Par Simon Butel et Jérémie Baron
Les notes de la saison 2 de Sunderland ‘Til I Die

Après sa mythique première saison, la série Netflix au cœur du club le moins bien géré d'Angleterre est revenue en force la semaine dernière. Entre ceux qui mériteraient largement la Premier League, les petits nouveaux, les irrécupérables et les touristes qui n'ont rien à faire là, petite revue d'effectif au terme de cette saison 2. Avec des spoilers de l'exercice 2018-2019, attention.

Luke O'Nien

Un an de dégradés soignés, d’yeux qui brillent et de candeur touchante, pour finir avec le scalp entaillé, la coupe de cheveux ravagée par un vilain bandeau, le regard embué et les illusions éparpillées sur la pelouse de Wembley. Les Black Cats tiennent leur nouvelle Marianne.

Note de la rédaction 3 mm
Note des lecteurs 8.1/10

451 note(s)

Votre note /10


Charlie Methven

Une trogne de vendeur de piscines varois promis à un passage chez Julien Courbet, et l’assurance, la grande gueule et la grosse voix qui vont avec. Suffisant pour semer la terreur au sein du service billetterie, notamment lorsqu’il s’agit d’établir le record d’affluence de la League One, et s’adjuger le premier rôle de cette saison 2. Pas pour influer sur son issue. Dommage.

Note de la rédaction 46 039
Note des lecteurs 4.7/10

462 note(s)

Votre note /10


Jack Ross

Avec moins de sex-appeal que Chris Coleman, mais une adversité moindre, la version british d’Alain Roche n’a pas fait de miracle.

Note de la rédaction 4/10
Note des lecteurs 4.8/10

359 note(s)

Votre note /10


Stewart Donald

Arrêtez avec Cyril Lignac : le chef le plus inspiré du confinement ne vient pas de l’Aveyron, mais de l’Oxfordshire. Son dessert signature ? Le Will Grigg, version revisitée de la banane flambée ne nécessitant que trois ingrédients : une chèvre, trois millions de livres et une grosse dose de panique. Une tambouille indigeste comme les aime la perfide Albion.

Note de la rédaction 6 enchères
Note des lecteurs 6.6/10

384 note(s)

Votre note /10



Attaquants

Peter Farrer

Une joie de vivre qui ferait passer Marcel Desailly pour un contrôleur RATP. Ce n’est pas faute de lui rappeler à chaque épisode qu’il supporte Sunderland.

Note de la rédaction LOL
Note des lecteurs 9.2/10

443 note(s)

Votre note /10


Father Marc Lyden-Smith

Quand l’avenir sportif d’une équipe repose, dans l’esprit des fans, autant sur l’intervention divine que sur le talent de ses joueurs, c’est plutôt mauvais signe. D’autant que c’est d’un exorciste qu’a besoin ce club, pas d’un curé.

Note de la rédaction 666
Note des lecteurs 5.6/10

351 note(s)

Votre note /10


George Honeyman

Passer si vite de rookieà porteur du brassard, seul Mamad’ Sakho l’avait fait : Paul Le Guen influence Paris, Paris influence le monde. En attendant, l’homme-miel n’a toujours pas trouvé son super-pouvoir.

Note de la rédaction 6/10
Note des lecteurs 6.5/10

392 note(s)

Votre note /10


Josh « talk to my agent » Maja

Planter en milieu de saison son club formateur, dont on est le canonnier en chef avec quinze pions est une chose. Le faire juste après avoir procédé à l’allumage du sapin de Noël municipal et serré toutes les pognes de la ville en est une autre. Surtout pour filer à Bordeaux, le Sunderland français. Sans doute pour préparer son après-carrière au nouveau campus bordelais du cours Florent ?

Note de la rédaction 15
Note des lecteurs 2.6/10

444 note(s)

Votre note /10


Will Grigg

C’était l’une des grandes interrogations de l’Euro 2016 : combien de temps allait durer la hype autour de l’attaquant nord-irlandais ? Au moins trois ans, si l’on en croit Stewart Donald et ses caprices de richou. Sauf que l’ami Will n’est plus du tout on fire, mais bel et bien cramé. Pire : aucune reprise de Gala n’a retenti au cœur du Stadium of Light.

Note de la rédaction 3/10
Note des lecteurs 2.2/10

400 note(s)

Votre note /10



Défenseurs

Nick Barnes

Au micro de la BBC, il semble plus investi dans le projet sportif du club que la plupart des clowns de cette équipe, et est destiné à frôler l’arrêt cardiaque tous les week-ends, tributaire des scénarios improbables de chaque rencontre des Black Cats. On la signe où, la pétition pour entendre Nick Barnes dans FIFA 21 ?

Note de la rédaction 95.4 FM
Note des lecteurs 8.4/10

409 note(s)

Votre note /10


Juan Sartori

Son job ? « Directeur non exécutif » . Manquerait plus que ça, remarquez, qu’on file les clés du camion à un type qui ne pige pas ce que chantent les fans et donne l’impression d’entrer à Disneyland dès qu’il fout les pieds dans un stade.

Note de la rédaction 2/10
Note des lecteurs 0.9/10

363 note(s)

Votre note /10



Milieux

Joyce Rome

Dans toutes les équipes qui gagnent, il y a un homme ou une femme de l’ombre qui abat un travail démentiel pour le bon fonctionnement du collectif, sans lâcher un mot plus haut que l’autre. Mais ce que l’on ne dit pas, c’est que dans toutes celles qui perdent aussi, cette personne existe. Et à Sunderland, elle porte un nom de capitale et ne perd jamais son smile.

Note de la rédaction 22 ans de fidélité
Note des lecteurs 9.6/10

450 note(s)

Votre note /10


Andrew Cammiss

Non, le programme Netflix le plus à même de vous arracher des larmes n’est pas ce film turc au nom imprononçable. Mais bien cette séquence où ce père de famille ordonne à son fils, dévasté, d’applaudir fièrement son équipe, qui vient de s’incliner à Wembley pour la deuxième fois en six semaines. « ‘Til I Die », c’est pas des blagues.

Note de la rédaction 10/10
Note des lecteurs 9.5/10

452 note(s)

Votre note /10


Lee Cattermole

Côté pile, un improbable doublé en début de championnat à même de faire oublier sa saison 2017-2018 moisie. Côté face, un péno loupé à Wembley à même de faire oublier dix ans de bons et loyaux services. Et si c’était lui, le Black Cat ? Réponse dans la saison 3.

Note de la rédaction Chat noir
Note des lecteurs 4.4/10

372 note(s)

Votre note /10


Jack Rodwell

« Je n’ai rien à prouver, à part à moi-même. Je sais ce dont je suis capable. J’ai des ambitions, je veux les réaliser. » Garde tes beaux discours pour ton conseiller Pôle Emploi, veux-tu.

Note de la rédaction Free agent
Note des lecteurs 0.6/10

373 note(s)

Votre note /10


Emeka Obasi

Derrière ce nom d’agent nigérian se cache le successeur de Jack Rodwell et Lewis Grabban au palmarès des grands méchants de la série. Un redoutable stratège qui, avec la complicité de « Magic Maj’ », a décidé du sort de la saison sans même apparaître à l’écran ni dévoiler son vrai visage. La menace fantôme version Football Manager.

Note de la rédaction Phone Game
Note des lecteurs 0.6/10

306 note(s)

Votre note /10


Aiden McGeady

Point fort : le même talent sur coup franc que Clément Grenier / Point faible : la même fréquence de passage à l’infirmerie que Clément Grenier.

Note de la rédaction 5/10
Note des lecteurs 7.8/10

387 note(s)

Votre note /10



Gardien

Jon McLaughlin

Traverser la saison dans l’anonymat le plus complet a quelque chose d’honorable, quand on succède à trois peintres en bâtiment dans les cages. À condition de savoir ne pas se faire plomber dans le money time comme tous ses prédécesseurs. On se revoit aux rattrapages.

Note de la rédaction 90e+4
Note des lecteurs 5.3/10

311 note(s)

Votre note /10



Donner une note

  • ou
    Passer d'un joueur à l'autre.

  • Choisir une note.
  • Enter
    Valider la note.
  • Echap
    Fermer le clavier.

Par Simon Butel et Jérémie Baron

Articles en tendances
00
Revivez le nul entre Monaco et le PSG (0-0)
  • Ligue 1
  • J24
  • Monaco-PSG
Revivez le nul entre Monaco et le PSG (0-0)

Revivez le nul entre Monaco et le PSG (0-0)

Revivez le nul entre Monaco et le PSG (0-0)
03
Live : Lyon-Lens (0-2)
  • Ligue 1
  • J24
  • Lyon-Lens
Live : Lyon-Lens (0-2)

Live : Lyon-Lens (0-2)

Live : Lyon-Lens (0-2)
00
Revivez la qualification de l'OL face à Strasbourg
  • Coupe de France
  • Quarts
  • OL-Strasbourg
Revivez la qualification de l'OL face à Strasbourg

Revivez la qualification de l'OL face à Strasbourg

Revivez la qualification de l'OL face à Strasbourg
Logo de l'équipe Olympique Lyonnais
Kevin DANSO of Lens celebrate after scores during the Ligue 1 Uber Eats match between Lyon and Lens at Groupama Stadium on March 3, 2024 in Lyon, France. (Photo by Hugo Pfeiffer/Icon Sport)   - Photo by Icon Sport
Kevin DANSO of Lens celebrate after scores during the Ligue 1 Uber Eats match between Lyon and Lens at Groupama Stadium on March 3, 2024 in Lyon, France. (Photo by Hugo Pfeiffer/Icon Sport) - Photo by Icon Sport
  • Ligue 1
  • J24
  • Lyon-Lens (0-3)
Les notes de Lyon-Lens

Les notes de Lyon-Lens

Les notes de Lyon-Lens
Logo de l'équipe France féminines
Seville, Spainen, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France schaut waehrend des Spiels der UEFA Women's Nations League 2024 Final zwischen Spain vs France im La Cartuja Stadion am 28. February 2024 in Seville, Spainen. (Foto von Manu Reino/DeFodi Images)  Seville, Spain, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France looks on during the UEFA Women's Nations League 2024 Final match between Spain vs France at the La Cartuja Stadium on February 28, 2024 in Seville, Spain. (Photo by Manu Reino/DeFodi Images)   - Photo by Icon Sport
Seville, Spainen, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France schaut waehrend des Spiels der UEFA Women's Nations League 2024 Final zwischen Spain vs France im La Cartuja Stadion am 28. February 2024 in Seville, Spainen. (Foto von Manu Reino/DeFodi Images) Seville, Spain, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France looks on during the UEFA Women's Nations League 2024 Final match between Spain vs France at the La Cartuja Stadium on February 28, 2024 in Seville, Spain. (Photo by Manu Reino/DeFodi Images) - Photo by Icon Sport
  • Ligue des nations
  • Finale
  • Espagne-France (2-0)
Renard et les Bleues : maux croisés

Renard et les Bleues : maux croisés

Renard et les Bleues : maux croisés

Votre avis sur cet article

Les avis de nos lecteurs:

Dernières actus

Logo de l'équipe Paris Saint-Germain
Takefusa KUBO of Real Sociedad and Bradley BARCOLA of PSG during the UEFA Champions League match between Paris Saint-Germain and Real Sociedad de Football at Parc des Princes on February 14, 2024 in Paris, France. (Photo by Hugo Pfeiffer/Icon Sport)
Takefusa KUBO of Real Sociedad and Bradley BARCOLA of PSG during the UEFA Champions League match between Paris Saint-Germain and Real Sociedad de Football at Parc des Princes on February 14, 2024 in Paris, France. (Photo by Hugo Pfeiffer/Icon Sport)
Près de 200€ à gagner avec PSG & Bayern (+100€ de bonus en CASH offerts) !

Près de 200€ à gagner avec PSG & Bayern (+100€ de bonus en CASH offerts) !

Près de 200€ à gagner avec PSG & Bayern (+100€ de bonus en CASH offerts) !

Nos partenaires

  • Vietnam: le label d'H-BURNS, Phararon de Winter, 51 Black Super, Kakkmaddafakka...
  • #Trashtalk: les vrais coulisses de la NBA.
  • Maillots, équipement, lifestyle - Degaine.
  • Magazine trimestriel de Mode, Culture et Société pour les vrais parents sur les vrais enfants.
  • Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine

Sunderland

Josh Maja