S’abonner au mag
  • CAN 2019
  • Gr.B
  • Madagascar-Nigeria (2-0)

Faneva Andriatsima : « On n’a pas de limites ! »

Propos recueillis par Mathias Edwards
Faneva Andriatsima : « On n’a pas de limites ! »

Qualifiés pour la première fois de leur histoire pour la CAN, les Barea de Madagascar viennent de valider leur billet pour les huitièmes de finale en tapant le Nigeria 2-0. Faneva Andriatsima, leur capitaine, partage sa joie quelques minutes après le coup de sifflet final.

Vous êtes dans quel état, quelques minutes après vous être qualifié pour les huitièmes de finale en ayant pris la première place du groupe au Nigeria ?Je suis au contrôle anti-dopage, donc je n’ai pas encore pu profiter avec mes coéquipiers. Mais on est fier d’aussi bien représenter le pays, et contents de rester à Alexandrie pour les huitièmes de finale. Cela va nous permettre de bien nous préparer, avec un peu plus de temps de récupération que notre futur adversaire. Mais bon, on va quand même bien fêter ça ce soir à l’hôtel. On va faire n’importe quoi, mais on s’en fout. Il faut profiter de ces moments, parce qu’on ne sait pas si on en vivra d’autres, surtout moi qui ai 35 ans. C’est quand même magique, ce qui nous arrive.

Vous pensiez un tel parcours possible, ou vous êtes aussi surpris que les observateurs ?Cela fait deux ans et demi que nous construisons cette équipe, pour réussir la performance de nous qualifier pour la CAN. Ce n’était pas évident, avec le Sénégal, le Soudan ou la Guinée équatoriale dans notre groupe. Et puis finalement, en octobre dernier, on a été les premiers qualifiés pour la CAN, ce qui nous a laissé du temps pour nous préparer, et arriver ici sans complexes. Le match contre la Guinée nous a fait du bien, parce qu’on était dans le bon tempo. Et puis on a eu un bon calendrier. Peut-être que si les matchs n’avaient pas été dans le même ordre, on ne se serait pas qualifiés. Tout tourne en notre faveur pour l’instant, donc on profite.

Le monde doit apprendre que Madagascar n’est pas juste un film, ce sont aussi les Barea.

Ce qui impressionne, c’est que vous semblez monter en puissance, à mesure que la compétition avance. Vous ressentez ça également ?Ce qui est certain, c’est que physiquement, on est très bien. Et nous avons quelques joueurs qui ont peu joué, ce qui est important parce qu’ils amènent leur fraîcheur. Il y a aussi Jérémy (Morel), qui va nous aider dans les jours à venir car il est rétabli. J’espère que Pascal (Razakanantenaina, sorti à la 73e) n’a pas de blessure musculaire, parce qu’il a fait un gros match. Ce n’est plus un groupe que l’on forme, c’est une famille. Et en famille, on savoure le moment présent, on ne calcule pas, on donne tout et on verra où cela nous mène. À partir de maintenant, tout ce qui vient est du bonus pour rendre encore plus fiers les Malgaches. C’est ça, le plus important.

Vous vous êtes fixé un objectif entre vous ?On n’a pas de limites ! À partir de maintenant, ce sont des matchs de coupe qu’on va jouer, il faut donc les prendre un à un. Si on doit rentrer chez nous après les huitièmes, on rentrera, mais l’important sera de ne pas avoir de regrets en ayant tout donné.

Quel meilleur 3e aimeriez-vous rencontrer en huitièmes ? C’est compliqué, ces histoires de meilleurs 3es. Ce qui compte, encore une fois, c’est qu’on aura un jour de récupération en plus, et qu’on est déjà sur place. On vient de passer huit jours très intenses, on a sept jours pour bien récupérer, se préparer, corriger ce qui n’a pas été. L’essentiel, c’est que tous les Malgaches, au pays et dans le monde entier, nous soutiennent. On va tout donner pour eux, même si on est loin. Le monde doit apprendre que Madagascar n’est pas juste un film, ce sont aussi les Barea. D’ailleurs, dans le film, il n’y a même pas de Barea (les zébus de Madagascar, N.D.L.R.).

Vous sentez que vous commencez à faire peur ?Non, on reste une petite équipe, avec peu de moyens, mais beaucoup de cœur. Et avec un peu de chance et d’intelligence, on se retrouve là. On a un très bon coach, en qui on a tous confiance, et c’est réciproque. On donnera tout pour rester en Égypte le plus longtemps possible.

Propos recueillis par Mathias Edwards

Articles en tendances
00
Revivez le nul entre Monaco et le PSG (0-0)
  • Ligue 1
  • J24
  • Monaco-PSG
Revivez le nul entre Monaco et le PSG (0-0)

Revivez le nul entre Monaco et le PSG (0-0)

Revivez le nul entre Monaco et le PSG (0-0)
Logo de l'équipe Lille
Bastien DECHEPY during the Ligue 1 Uber Eats match between Paris Saint-Germain Football Club and Stade Rennais Football Club at Parc des Princes on February 25, 2024 in Paris, France. (Photo by Daniel Derajinski/Icon Sport)
Bastien DECHEPY during the Ligue 1 Uber Eats match between Paris Saint-Germain Football Club and Stade Rennais Football Club at Parc des Princes on February 25, 2024 in Paris, France. (Photo by Daniel Derajinski/Icon Sport)
  • France
  • Arbitrage
Ces arbitres qui cachent une forêt d'erreurs

Ces arbitres qui cachent une forêt d'erreurs

Ces arbitres qui cachent une forêt d'erreurs
00
Revivez la qualification de l'OL face à Strasbourg
  • Coupe de France
  • Quarts
  • OL-Strasbourg
Revivez la qualification de l'OL face à Strasbourg

Revivez la qualification de l'OL face à Strasbourg

Revivez la qualification de l'OL face à Strasbourg
Logo de l'équipe France féminines
Seville, Spainen, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France schaut waehrend des Spiels der UEFA Women's Nations League 2024 Final zwischen Spain vs France im La Cartuja Stadion am 28. February 2024 in Seville, Spainen. (Foto von Manu Reino/DeFodi Images)  Seville, Spain, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France looks on during the UEFA Women's Nations League 2024 Final match between Spain vs France at the La Cartuja Stadium on February 28, 2024 in Seville, Spain. (Photo by Manu Reino/DeFodi Images)   - Photo by Icon Sport
Seville, Spainen, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France schaut waehrend des Spiels der UEFA Women's Nations League 2024 Final zwischen Spain vs France im La Cartuja Stadion am 28. February 2024 in Seville, Spainen. (Foto von Manu Reino/DeFodi Images) Seville, Spain, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France looks on during the UEFA Women's Nations League 2024 Final match between Spain vs France at the La Cartuja Stadium on February 28, 2024 in Seville, Spain. (Photo by Manu Reino/DeFodi Images) - Photo by Icon Sport
  • Ligue des nations
  • Finale
  • Espagne-France (2-0)
Renard et les Bleues : maux croisés

Renard et les Bleues : maux croisés

Renard et les Bleues : maux croisés

Votre avis sur cet article

Les avis de nos lecteurs:

Dernières actus

Nos partenaires

  • Vietnam: le label d'H-BURNS, Phararon de Winter, 51 Black Super, Kakkmaddafakka...
  • #Trashtalk: les vrais coulisses de la NBA.
  • Maillots, équipement, lifestyle - Degaine.
  • Magazine trimestriel de Mode, Culture et Société pour les vrais parents sur les vrais enfants.
  • Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine

Madagascar

Nigéria

Actus F. Andriatsima

Jérémy Morel