S’abonner au mag
  • Premier League
  • J5
  • Tottenham-Swansea

Davinson Sánchez, le jour de la bête

Par Matthieu Rostac, à Amsterdam
Davinson Sánchez, le jour de la bête

Cet été, Davinson Sánchez a été transféré de l'Ajax Amsterdam à Tottenham, devenant ainsi le joueur le plus cher de l'histoire du club londonien. Pas de quoi effrayer le défenseur colombien pour autant, lui qui n'a jamais douté de ses talents tout en faisant, jusqu'ici, les choix idéaux pour une carrière qui monte crescendo.

« He is the player we wanted Sissoko to be. » Toujours aussi déçus par le joueur français, les fans de Tottenham ont remis un taquet au pauvre Moussa tout en plébiscitant l’un de ses nouveaux coéquipiers cette semaine : Davinson Sánchez. On passera la science tactique du football plus que perfectible des supporters des Spurs – Sissoko est milieu, Sánchez défenseur central – pour se concentrer sur l’essentiel : Sánchez est le nouveau monstre de Pochettino. Face à Dortmund et son ancien entraîneur à l’Ajax, Peter Bosz, le défenseur colombien de 21 ans a tout bonnement éteint la fusée Pierre-Emerick Aubameyang. Mieux, il est à l’origine du premier but inscrit par Son Heung-min en tout début de match, en lançant la contre-attaque avec un long ballon devant. Au point que les fans des Spurs, décidément pas avare en comparaison, se souviennent du doux passé de leur ancien leader défensif, Ledley King, en voyant évoluer le joueur colombien. Ceci posé, qui est réellement Davinson Sánchez ?

Un ancien milieu de terrain fan de Franco Baresi

À l’origine, le défenseur de Tottenham n’était pas… défenseur. Milieu de terrain en équipes de jeunes dans son club de cœur de l’América de Cali, Sánchez signe – à contre-cœur, en raison du déménagement de ses parents – à l’Atlético Nacional à l’âge de 17 ans. Or, il n’y a pas de place pour lui au milieu de terrain, mais l’entraîneur de l’équipe fanion, Juan Carlos Osorio, actuel sélectionneur du Mexique, décèle le mélange de puissance, de vitesse et de finesse qui meut le joueur d’1,87m et l’envoie faire ses gammes en compagnie du capitaine et vétéran Alexis Henriquez. Preuve, s’il en fallait une, que le natif de Caloto est capable de devenir tour à tour monstre défensif et relanceur de génie, il avance comme idôles Franco Baresi et Sergio Ramos. Trois ans après son arrivée à Medellín, Sánchez se distingue non pas en Categoría Primera A – bien qu’il dispute quatorze des vingt matchs du tournoi d’Apertura où l’Atlético Nacional termine second –, mais en Copa Libertadores, que le club colombien remporte face à l’Independiente del Valle. Durant la compétition, l’Atlético Nacional ne perd qu’un seul match et encaisse seulement six buts en quatorze rencontres.

Le tank débarque en Europe

Entre-temps, Davinson Sánchez s’est payé le luxe de refuser les avances du FC Barcelone, qui lui promettait un statut d’indéboulonnable… en équipe B, alors que le deal était passé entre le club catalan et l’Atlético Nacional. « Je ne veux pas jouer en équipe réserve » , avait-il dit. Simple, net, sans bavure. Comme les multiples interventions au sein de la défense de l’Ajax Amsterdam, chez qui il signera finalement à l’été 2016 pour cinq millions d’euros, une fois la Libertadores dans l’escarcelle. À seulement vingt ans et en quelques matchs d’Eredivisie, Sánchez est devenu l’un des pions essentiels du système de jeu installé par Peter Bosz au sein du club amstellodamois. À dire vrai, l’Ajax était le choix idéal pour le joueur colombien : un championnat où des mecs d’1,90m savent jouer au sol et la possibilité de se montrer en compétition européenne dès sa première saison. Sánchez y récupère un surnom légèrement réducteur, « le tank » , quand on voit sa capacité à bouffer les attaquants adverses à la course ou à faire des relances de trente mètres, sans oublier de mettre quand il le faut quelques coups d’épaule bien sentis ou coups de casque sur corner. C’est simple : sans Dávinson Sánchez, l’Ajax Amsterdam n’arrive probablement pas en finale de Ligue Europa l’année dernière. D’ailleurs, les supporters du club l’ont élu joueur de la saison 2016-2017.

Joueur le plus cher de l’histoire de Tottenham

Désormais, Davinson Sánchez est un Spur. Pourtant, le FC Barcelone (toujours), le Real Madrid et Chelsea avaient exprimé de l’intérêt. Mais encore une fois, même s’il n’a que 21 ans, le défenseur colombien n’est pas venu pour cirer le banc – raison pour laquelle il a probablement attendu la mi-août et la proposition idéale pour un transfert. Direction donc le nord de Londres contre la bagatelle de 47 millions d’euros, un record pour le club de Tottenham. Une somme astronomique qui ne risque pas de faire peur à Sánchez, en témoigne son match de Ligue des champions face au Borussia et sa copie plus que propre rendue face à Everton (88% de passes réussies). Les responsabilités ne sont pas des freins pour lui, mais bien un moteur. Lors de son arrivée à l’Ajax, le joueur avait lâché dans les colonnes de AS : « J’ai accompli beaucoup de choses grâce à mon ambition. Je sais que je peux accomplir beaucoup de choses. [L’Ajax] n’est pas ma destination finale, le maximum que je puisse faire. » Dans cette logique de progression, le choix des Spurs est une nouvelle fois judicieux, réfléchi pour l’international colombien (3 sélections) : un coach hispanophone qui aime expérimenter et lui offre un rôle de quasi-libéro dans une défense à trois avec deux autres ex-Ajacides, Toby Alderweireld et Jan Vertonghen. D’ailleurs, Mauricio Pochettino a changé son schéma de jeu pour faire une place de choix à Sánchez, passant d’un 4-5-1 à un 3-5-2 offensif. Aurier, Davies ou Trippier peuvent gambader tranquillement dans leur couloir, quelque chose nous dit que le tank n’est pas près de quitter le champ de bataille.

Par Matthieu Rostac, à Amsterdam

Articles en tendances
31
Revivez OM-Shakhtar (3-1)
  • C3
  • Barrages
  • OM-Shakhtar (3-1)
Revivez OM-Shakhtar (3-1)

Revivez OM-Shakhtar (3-1)

Revivez OM-Shakhtar (3-1)
11
Revivez le nul entre Paris et Rennes (1-1)
  • Ligue 1
  • J23
  • PSG-Rennes
Revivez le nul entre Paris et Rennes (1-1)

Revivez le nul entre Paris et Rennes (1-1)

Revivez le nul entre Paris et Rennes (1-1)
Logo de l'équipe Lille
Bastien DECHEPY during the Ligue 1 Uber Eats match between Paris Saint-Germain Football Club and Stade Rennais Football Club at Parc des Princes on February 25, 2024 in Paris, France. (Photo by Daniel Derajinski/Icon Sport)
Bastien DECHEPY during the Ligue 1 Uber Eats match between Paris Saint-Germain Football Club and Stade Rennais Football Club at Parc des Princes on February 25, 2024 in Paris, France. (Photo by Daniel Derajinski/Icon Sport)
  • France
  • Arbitrage
Ces arbitres qui cachent une forêt d'erreurs

Ces arbitres qui cachent une forêt d'erreurs

Ces arbitres qui cachent une forêt d'erreurs
41
Revivez OM-Montpellier (4-1)
  • Ligue 1
  • J23
  • OM-Montpellier
Revivez OM-Montpellier (4-1)

Revivez OM-Montpellier (4-1)

Revivez OM-Montpellier (4-1)
00
Revivez la qualification de l'OL face à Strasbourg
  • Coupe de France
  • Quarts
  • OL-Strasbourg
Revivez la qualification de l'OL face à Strasbourg

Revivez la qualification de l'OL face à Strasbourg

Revivez la qualification de l'OL face à Strasbourg

Votre avis sur cet article

Les avis de nos lecteurs:

Dernières actus

Nos partenaires

  • Vietnam: le label d'H-BURNS, Phararon de Winter, 51 Black Super, Kakkmaddafakka...
  • #Trashtalk: les vrais coulisses de la NBA.
  • Maillots, équipement, lifestyle - Degaine.
  • Magazine trimestriel de Mode, Culture et Société pour les vrais parents sur les vrais enfants.
  • Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine

Actus TOT

Actus D. Sánchez

22
En direct : Arsenal-Tottenham  (2-2)
En direct : Arsenal-Tottenham (2-2)

En direct : Arsenal-Tottenham (2-2)

En direct : Arsenal-Tottenham (2-2)
43
Revivez le match fou entre Liverpool et Tottenham
Revivez le match fou entre Liverpool et Tottenham

Revivez le match fou entre Liverpool et Tottenham

Revivez le match fou entre Liverpool et Tottenham