En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 19 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Coup de boule de Brandão

Quelle ligne de défense pour Brandão ?

En éclatant le tarin de Thiago Motta dans les couloirs du Parc des Princes, Brandão s'est exposé à des sanctions qui ne manqueront sûrement pas d'être sévères. Pourtant, quelques explications bien senties sur les raisons de son geste pourraient bien atténuer la peine.

Modififié

Le fanatisme


Il est des fanatismes difficiles à réprimer. Adorateur du 10 français depuis son récital technique face au Brésil en 2006, Brandão ne sait plus quoi faire pour marcher sur les pas de son idole. Plus proche de Sébastien Pérez que de ZZ balle au pied, ne restaient que les faits d'armes extra-sportifs de l'icône pour tenter de communier. Malgré ces explications, Brandão ne s'en sortira pas : 8 mois de suspension. Et si la sanction est lourde, l'humiliation qui s'ensuit n'est que plus cruelle. Après dépôt de son chèque à la Qatar National Bank, Zidane se fend d'une tribune assassine dans laquelle il réprouve l'hommage supposé du Brésilien avant de militer pour l'organisation de l'Euro 2028 dans le Golfe persique. Il est définitivement des fanatismes difficiles à réprimer.

La simulation


Convoqué par les instances de la Ligue, Brandão affiche une mine radieuse lors de son arrivée à la commission. Face caméra, son avocat explique aux journalistes : « Mon client dispose d'une ligne de défense solide. Il vous en dira plus à la sortie de son audition. » 1h plus tard, la Brandade affiche toujours le même sourire : « Yé plaidé pareil que d'habitude. » Puis, pas un mot de plus. 1 semaine plus tard, le verdict de la Ligue tombe : Brandão n'est pas suspendu. Dans son communiqué, elle indique que le « joueur Evaeverson Lemos da Silva a soulevé un point qui, après visionnage des vidéos, s'est révélé pertinent. » En effet, une caméra qui a filmé la scène sous un autre angle révèle qu'il n'y a pas eu contact et que le Brésilien observait juste l'irritation nasale de Motta de plus près. Un retournement de situation après la cabale que le joueur prendra avec philosophie : « Yé le dis depuis le début : je l'ai pas touchéo ! »

Le nationalisme


Depuis l'humiliation infligée par l'Allemagne, Brandão ne dort plus. Non pas que Chrisitan Jeanpierre ait nourri ses regrets, mais tout simplement parce que l'attaquant tient à l'honneur de son pays. Ce soir-là, Brandão a souffert, pleuré avec ses compatriotes balayés et s'est alors juré de venger sa patrie. Le match face à Bastia constituait une occasion particulière pour ce nationaliste auriverde. Dans le camp parisien, un être concentrait toute sa frustration. En choisissant de jouer pour la Squadra Azzurra en lieu et place de la Seleção, Thiago Motta a commis un acte de traîtrise que peu lui ont fait payé au cours des années. Ce coup de tête est en réalité un cri du cœur, une ode à la gloire auriverde. Et jusqu'hier, Thiago Motta avait le profil parfait pour qu'un patriote satisfasse à ses envies de revanche.

Le crime passionel


Et si ce coup de boule dépassait le simple cadre du ballon rond ? C'est le magazine Voici qui en fait la révélation dans son édition du 18 août. Accompagnée de la légende « Sexe et trahison, la véritable histoire de Brandão et Motta » , une photo montre en effet les deux hommes main dans la main, se baladant dans les rues de Bastia. En pages intérieures, l'explication se fait plus précise. En vacances sur l'Île de Beauté, le Parisien serait en effet tombé sous le charme du grand éphèbe brésilien et aurait partagé avec lui quelques journées passionnées. Mais l'histoire fut courte. Car dès son retour sur Paris, Thiago a complètement ignoré son éphémère amant. Pas une réponse à ses textos, pas un message Facebook enflammé. Pire, en dénichant la collection des photos personnelles d'Ezequiel Lavezzi, Brandão a découvert le vrai visage de son amant, lové dans les bras tatoué de son partenaire au PSG. Une trahison de trop qui a accouché de ce geste plus passionnel que violent.

La reconversion


C'est bien connu, Brandão n'est pas vraiment un joueur de foot. Malhabile, distributeur automatique de semelles et autres douceurs cramponnées, l'attaquant brésilien s'est surtout distingué pour sa capacité à créer un point d'appui pataud aux avant-postes. Une qualité certes, mais qui ne suffit plus à masquer son incompétence technique. Lors de son passage à Saint-Étienne, certains le lui ont d'ailleurs fait remarquer. Venu rendre visite à son pote Jérémie Janot, parti à Lorient, Wanderlei Silva a une révélation lorsqu'il assiste à l'entraînement des hommes de Christophe Galtier : « O que empurrar ! » (Quel coup de coude !). Conversant avec l'attaquant à la fin de la séance, le champion de MMA tente de convaincre son compatriote de rallier la ligue UFC pour y combattre à ses côtés. Après quasiment 2 ans de réflexion, Brandão s'est semble-t-il finalement résolu à changer de discipline. Les gestes, eux, seront les mêmes.

Raphaël Gaftarnik
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 09:00 Coentrão casse le banc des remplaçants 9 vendredi 19 janvier L2 : Les résultats de la 22e journée 4 vendredi 19 janvier Un club espagnol offre un maillot à tous les bébés nés en 2018 3