Pourquoi Hakan Sükür risque la prison

Hakan Şükür, 44 ans, la barbe fournie, les tempes grisonnantes, va être jugé par contumace pour avoir insulté Recep Tayyip Erdoğan sur Twitter. Le parquet du district de Bakiköy a ouvert une enquête. Le Taureau du Bosphore risque quatre ans de prison. Une affaire devenue courante en Turquie, où, sur fond de bataille interne entre l'AKP et la confrérie spirituelle Gülen, et de guerre contre les Kurdes, les plaintes pour « insultes » envers le président de la République turque affluent.

Modififié
482 12
La dernière en date à faire le buzz ? Celle d'un mari envers sa femme qui aurait, devant sa télé, insulté plusieurs fois le président, rapportent Zaman et d'autres médias locaux. Qu'elles soient avérées, maquillées ou parfois même montées de toutes pièces, les plaintes pour « insulte » envers Erdoğan engorgent actuellement les tribunaux. Mais pour Bayram Balci, spécialiste de la Turquie et chercheur au CERI, les accusations d'outrage au président dissimulent parfois d'autres raisons sous-jacentes : « Le pouvoir d'Erdoğan a une politique claire et tranchée sur l'identité de ses amis et de ses ennemis. Parfois condamner quelqu'un pour "insultes", c'est simplement une bonne raison pour l'arrêter et le neutraliser. » Selon lui, Hakan Şükür serait victime de ce genre d'imbroglio judiciaire. Largement critiqué par la presse internationale pour sa guerre contre les Kurdes et sa relation trouble avec l’EI, et en plein bras de fer avec l'Europe sur la question des migrants, l'État turc semble entrer dans une certaine « paranoïa » . Dans un tel contexte, s'en prendre à l’icône, meilleur buteur de la sélection nationale (51 buts en 112 sélections, ndlr) et buteur historique de Galatasaray, est un gros risque. « Le pays s'isole toujours un peu plus. La crise politique est tellement profonde que bien des choses ont cessé d'être cohérentes » , ajoute Bayram Balci. Au-delà de son statut d'ancienne star du ballon rond, « Hakan est un symbole » . Le symbole d'une Turquie en proie aux doutes et aux inquiétudes vis-à-vis du virage politique pris par Erdoğan et l'AKP. Car, comme quelques universitaires, médias, intellectuels et figures politiques, Şükür s'est risqué à la critique. Or, pour beaucoup de « juges complaisants au régime en place » , selon le chercheur au CERI, la frontière entre critique et insulte reste trouble. « Certains veulent absolument plaire à Erdoğan, alors ils font du zèle. »

Lobby du sang


Retraité en 2008, Hakan Şükür se lance dans la politique trois ans plus tard. En 2011, il s'inscrit sur les listes de l'AKP aux législatives, puis devient député. Mais très vite, son appartenance à la confrérie de Gülen pose problème. « Gülen est un mouvement transnational. Certains diront communauté ou même secte, mais je préfère mouvement » , introduit Nihat Sarier, porte-étendard de la confrérie en France. Actions humanitaires, créations de dershane (structures scolaires de soutien, ndlr), ouvertures de mosquées, Gülen prend de l'importance en Turquie dans les années 1970 et séduit bon nombre de jeunes riches entrepreneurs, intellectuels, diplômés, hauts fonctionnaires et... footballeurs, dont Hakan Şükür. « On est un courant de pensée de l'islam, non pas réformateur, mais plus basé sur une lecture dans son contexte moderne » , souligne-t-il. L'ancienne star n'est cependant pas revendicative. Hakan Ateşler, journaliste à Fanatik, affirme que l’homme « est toujours resté plutôt discret » sur son appartenance à la confrérie, « qu’il fût footballeur ou homme politique » . Mais en décembre 2013, un séisme vient frapper la scène politique turque. Gülen et son leader, Fethullah, exilé aux États-Unis, autrefois proches alliés de l'AKP, tentent un coup d'État. « En 2002, avant de l'arrivée au pouvoir de l'AKP, il y a eu un accord tacite entre Erdoğan et Fethullah Gülen. C'était un soutien pour les élections, contre des postes clés dans la justice et l'éducation pour les partisans gulénistes » , explique Bayram Balci. Largement infiltrés et impliqués dans le pouvoir judiciaire, certains juges, dits gulénistes, auraient mené des enquêtes en sous-main. Les 17 et 25 décembre, des arrestations sont menées contre des proches d'Erdoğan. Au total, vingt-quatre personnes sont écrouées pour des affaires de corruption, avec dans le lot, des fils de ministres, et surtout Bilal Erdoğan.

« Je sais qu'une campagne de diffamation va être menée contre moi »


Face à cette menace venue de l'intérieur, le Premier ministre contre-attaque et mène des purges, notamment au sein de sa justice. Les gulénistes sont qualifiés de « terroristes » , de « lobby du sang » , de « virus » , de « gang » et de « partisans de la secte des assassins (Hashischins) » . « Hakan est très vite devenu infréquentable » , raconte Nihat Sarier avant de rappeler : « Deux ans auparavant, c'est pourtant Erdoğan lui-même qui lui avait demandé de se lancer pour les législatives. » Après la massive contre-attaque de l'AKP, Hakan Şükür démissionne. « Je prends personnellement tous les actes, les diffamations et les insultes hostiles contre Fethullah Gülen, car je suis membre de son mouvement qui n'a d'autre objectif que de servir cette nation et l'humanité » , déclarera-t-il à la presse. Pressentant un terrible retour de flamme, Hakan préviendra même : « Je sais qu'une campagne de diffamation va être menée contre moi à la suite de cette décision. Ma carrière sportive m'a habituée à ce genre de situations. »


L’ancien joueur s'est depuis exilé aux États-Unis avec sa famille. Proche de son leader spirituel Fethullah Gülen, dont l'influence en Turquie a été considérablement affaiblie, il n'a cessé son activité politique pour autant. Son compte Twitter ne parle plus de football, mais bien des dernières actualités politiques de son pays. Les 140 caractères de l'ancien international sont tranchants et très critiques envers Erdoğan. Son dernier ? Un tweet comparant 1997 et les années liberticides du parti islamiste Refah, à celles du gouvernement d'aujourd'hui. Comme Fethullah Gülen, il devrait faire l'objet d'un mandat d'arrêt. Une chose est sûre, le Taureau du Bosphore n'est pas près de retrouver son arène.

Par Quentin Müller
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Malheureusement la Turquie pourrit de l'intérieur avec un type comme Erdogan, un vrai cancer pour le pays celui la !
petitbodiel Niveau : CFA2
Aujourd'hui en Turquie, tout le monde risque la prison s'il se dresse face à Erdogan, avec lequel je vous trouve bien gentil. C'est un pompier pyromane qui en voulant islamiser la Turquie renie l'histoire de cette nation, car la religion n'a jamais suffi à la définir.
Assimiler les tentatives de trainer en justice la clique Erdogan et l'AKP, notoirement allié avec des chefs mafieux dans les régions de la Mer noire, à une tentative de coup d'Etat est très limite d'un point de vue journalistique.
paul.la.poulpe Niveau : Ligue 1
Y'a quand même quelques pays qui s'éloignent gentiment de la démocratie à l'Est. C'est fou ce que tu peux faire avec une bonne crise économique.

Dommage que Valcke ne soit plus à la fifa, lui qui trouve ça plus simple d'organiser une compèt' dans une dictature
Vive Recep Tayip Erdogan
https://www.youtube.com/watch?v=Nt4IAaLOgOE

à 3:30... (enfin tout le speech est bien, et tout le film).
Message posté par ILOVEBAYERN
https://www.youtube.com/watch?v=Nt4IAaLOgOE

à 3:30... (enfin tout le speech est bien, et tout le film).


Mouais...
J'ai tjrs été gêné aux entournures avec ce film. Y'a quand même des relents racistes dans le discours global et la présentation qui est faite de la Turquie. Ça m'avait marqué alors que j'avais vu le film étant gosse.
"Je vous hais, je fais l'amour aux membres de vos familles, vous êtes des cochons".

Globalement.

Ouais, super citation.
Message posté par petitbodiel
Aujourd'hui en Turquie, tout le monde risque la prison s'il se dresse face à Erdogan, avec lequel je vous trouve bien gentil. C'est un pompier pyromane qui en voulant islamiser la Turquie renie l'histoire de cette nation, car la religion n'a jamais suffi à la définir.
Assimiler les tentatives de trainer en justice la clique Erdogan et l'AKP, notoirement allié avec des chefs mafieux dans les régions de la Mer noire, à une tentative de coup d'Etat est très limite d'un point de vue journalistique.


+1 mon amis!
Message posté par petitbodiel
Aujourd'hui en Turquie, tout le monde risque la prison s'il se dresse face à Erdogan, avec lequel je vous trouve bien gentil. C'est un pompier pyromane qui en voulant islamiser la Turquie renie l'histoire de cette nation, car la religion n'a jamais suffi à la définir.
Assimiler les tentatives de trainer en justice la clique Erdogan et l'AKP, notoirement allié avec des chefs mafieux dans les régions de la Mer noire, à une tentative de coup d'Etat est très limite d'un point de vue journalistique.


Complètement d'accord. Je pense que M. Balcı ne serait pas bien content de lire ça...
D'autant que je pense que l'auteur de l'article fait plutôt référence à l'après Gezi, moment choisi par Gülen pour critiquer l'AKP et Erdoğan. Qui s'intéresse à la Turquie sait pertinemment que les gülenistes ne sont pas en désaccord avec l'AKP sur des mesures sociales (conception assez proche de la place de la religion dans la cité, par ex...), mais plutôt sur des affaires politico-judiciaro-financières. Gezi était plutôt un bon moment pour sortir du bois. De là à dire qu'ils ont chercher à faire un coup d'Etat, c'est vraiment prendre le parti de l'AKP et ce n'est pas déontologiquement acceptable.
Message posté par boulaouane
Mouais...
J'ai tjrs été gêné aux entournures avec ce film. Y'a quand même des relents racistes dans le discours global et la présentation qui est faite de la Turquie. Ça m'avait marqué alors que j'avais vu le film étant gosse.


Pour moi je le vois plus comme la révolte face à un système judiciaire corrompu, et au main de l'exécutif (le procureur dit justement j'ai les mains lié à Ankara).

Que le mec se mettent à haïr les turques, c'est vrai que c'est bel et bien le cas..

Mais en l'occurrence je l'ai cité, plus pour la révolte face à ce système corrompu qui visiblement n'a pas trop changé en 40 ans...
J'aurais du le préciser en mettant le lien, loin de moi l'idée de haïr les turques.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
482 12