Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // Euro 2016
  2. // Quarts
  3. // France-Islande

Nantes et Monaco dans le piège de Reykjavik

L'Islande est compliquée à manœuvrer, et ça ne date pas d'hier. Dans les années 80, Nantes et Monaco étaient allés perdre à Reykjavik en Coupe d'Europe, les seules défaites françaises contre des Islandais.

Modififié
« J'ai perdu contre Reykjavik ? Ha d'accord. Peut-être, oui. Je sais pas. Je ne me souviens même pas que j'avais joué à Reykjavik ! » Jean-Paul Bertrand-Demanes a peut-être la mémoire sélective, mais il semble sincère quand il jure n'avoir aucun souvenir de sa soirée islandaise d'il y a trente ans. « C'était juste après Ramsès II, ça fait loin, hein ! » conclut-il avec humour. Et pourtant, lors de ce premier tour de Coupe de l'UEFA, Bertrand-Demanes, gardien iconique du FC Nantes, avait encaissé deux buts. Assez pour que les Canaris rentrent sur les bords de la Loire avec une défaite, la première de l'histoire pour un club français contre une équipe islandaise. Les faits se déroulent le 17 septembre 1985, dans le froid du stade Hlíðarendi, à l'ouest de Reykjavik. 2000 petits spectateurs sont là pour applaudir le Valur Reykjavik – « l'un des clubs les plus respectés d'Islande » , précise Þorgrímur Þráinsson, défenseur des Islandais ce jour-là – coller un 2-1 aux Nantais. Une fois revenus sur leurs terres, les Jaune et Vert reprendront la main en envoyant un 3-0 aux Islandais, avant de pousser jusqu'aux quarts de finale de cette Coupe de l'UEFA. Mais la brèche a été ouverte, et le Valur Reykjavik n'a plus peur quand elle aperçoit le pavillon français. Les Monégasques l'apprendront à leurs dépens trois ans plus tard en Ligue des champions.

Pourquoi tous les Islandais sont-ils tous des fils de ?

Rendez-vous en terre inconnue


« Je ne me rappelle plus de ce match-là. Ça fait partie des matchs qui ne m'ont pas marqué. » Manuel Amoros est donc lui aussi fâché quand il s'agit de se souvenir de son escapade en Islande. Le vainqueur de l'Euro 84 s'y était aventuré avec Monaco un 8 octobre 1988, pour le premier tour de la Ligue des champions. Þorgrímur Þráinsson, qui était encore dans la défense du Valur lors de ce match, lui pardonne : « C'est normal, il a joué tellement de matchs. Peut-être qu'il ne veut pas se souvenir des matchs où il a perdu. Même moi, je ne me souviens pas de tous mes matchs ! Je ne lui en veux pas. » Une rencontre à la saveur particulière pour Arsène Wenger qui joue le premier match de Coupe d'Europe de sa carrière, et c'est peu dire que l'ASM, champion de France en titre, arrive confiant. Le déplacement sent pourtant le traquenard parfait, et Monaco ne connaît presque rien de son adversaire du jour. « Un ami avait été les superviser pour nous » , se remémore Jean Petit, l'assistant coach d'Arsène Wenger. « Il était allé les voir au stade, un stade avec une main courante autour. Il avait filmé depuis le toit d'une voiture. » L'arrivée à Reykjavik en plein octobre n'est que le début de l'épreuve. Le froid, la nuit, le vent, les conditions extrêmes, la pelouse abîmée, rien ne leur est épargné. Sur le terrain, impossible de trouver des solutions. « Sur le terrain, je n'ai pas vu de différence entre eux et nous. Ils jouaient comme maintenant, ils pressent, ils ne te laissent pas jouer. »

Vidéo

Le valeureux Valur


Au coup de sifflet final, Reykjavik l'emporte 1-0. « Glenn Hoddle a dit à la presse qu'ils pouvaient s'estimer heureux de ne pas avoir perdu 4-0 » , complète Þráinsson. Monaco ne sortira son pied du piège à loup qu'au match retour, là aussi en ramant. Dès la dixième minute de jeu, un attaquant islandais démarre dans le dos des défenseurs et Manu Amoros le stoppe d'un vilain coup au visage. Þorgrímur Þráinsson s'en indigne encore : « Notre joueur a dû aller à l'hôpital, et il n'a eu qu'un carton jaune. Il aurait dû être expulsé ! » Un geste à l'image du combat que doivent livrer les Monégasques à Louis-II. « On n'y arrivait pas, et on marque nos deux buts sur des miracles » , s'agace Jean Petit. Dans un premier temps, Monaco profite d'un but contre son camp débile du gardien islandais, qui envoie la balle dans son but après avoir paniqué sur un corner. Et le but de la qualification arrive par une inspiration géniale de George Weah, qui se permet une frappe en lucarne de 35 mètres pour mettre fin au supplice de son équipe. Un 2-0, une qualification et un ouf de soulagement. Le staff monégasque peut enfin souffler, mais Jean Petit est resté impressionné par ces Islandais « conscients de leur valeur, bons dans la contre-attaque, adroits techniquement, avec un côté force tranquille » . Un avertissement pour les Bleus, qui savent désormais que s'ils perdent ce dimanche soir, ils n'auront qu'une seule stratégie pour s'en sortir : attendre trente ans, et répondre « Ha bon ? Je ne m'en souviens pas » quand on leur demandera en 2046 de parler de leur quart de finale face à l'Islande.





Par Alexandre Doskov Tous propos recueillis par AD
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


lundi 21 mai Euro Millions : 45 Millions d'€ + 1 Millionnaire garanti ce mardi Hier à 20:07 Le Header Bin Challenge du fils de Marcelo au Real Madrid (via Facebook SO FOOT) Hier à 19:05 La saison la plus frustrante d'Europe ? (via Facebook SO FOOT)
Hier à 18:05 Les ultras du CS Constantine craquent des milliers de fumis (via Facebook SO FOOT) Hier à 17:56 C'est dans longtemps, la Coupe du monde ? (via Facebook SO FOOT) Hier à 14:33 Famara Diedhiou suspendu pour avoir craché sur un adversaire 21
Partenaires
Olive & Tom Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE
Hier à 13:05 La liste des 23 de la Croatie pour le Mondial 2018 (via Facebook SO FOOT) Hier à 13:03 La liste des 23 de l'Argentine pour la Mondial 2018 (via Facebook SO FOOT) Hier à 13:02 La liste des 23 de l'Espagne pour la Mondial 2018 (via Facebook SO FOOT) Hier à 12:38 L'attaquant anglais Grant Holt se met au catch 10 Hier à 11:00 Huesca promu en Liga pour la première fois de son histoire 14 lundi 21 mai Nainggolan prend sa retraite internationale 97
À lire ensuite
Les clés de France-Islande