En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 7 Résultats Classements Options

Le onze de rêve d'Andreas Zikos

Premier Grec à avoir disputé une finale de Ligue des champions, en 2004, avec l'AS Monaco, Andreas Zikos n'a pas oublié ses coéquipiers de la fameuse épopée au moment de dessiner son Onze de rêve. Sans oublier des anciens de l'AEK Athènes, son club de cœur.

Modififié
Flavio Roma
:

Flavio Roma :

« Une très gentille personne. On était du même âge, on était les plus vieux, on avait 28 ans. On s'entendait bien, et puis c'était très important d'avoir un gardien fort comme lui, sur comme en dehors du terrain. »

Hugo Ibarra
:

Hugo Ibarra :

« Il était tranquille, il ne parlait pas beaucoup, mais très fort sur le terrain. Un peu comme moi. Du coup, je comprends sa façon de penser. »

Carlos Gamarra
:

Carlos Gamarra :

« Il était vieux quand il est arrivé à Athènes. Il m'a vraiment impressionné. Il était fort dans les duels, toujours lucide. Il était pas grand, mais il sautait très haut. »

Traianos Dellas :

« Même s'il était très grand et très lent, c'était difficile de le passer. »

Michalis Kasapis
:

Michalis Kasapis :

« Il aurait pu jouer dans n'importe quel club européen. Mais peut-être qu'il était déjà vieux au moment de l'arrêt Bosman. Donc il n'a pas eu l'occasion de montrer ses qualités. »

Ludovic Giuly :

« Il n'était pas toujours constant. Il avait des hauts et des bas. Mais quand il était au top, il était exceptionnel. Un cauchemar pour les adversaires. »

Kostas Katsouranis
:

Kostas Katsouranis :

« Il n'a pas toujours joué à ce poste-là. C'est un joueur très intelligent. Il peut jouer encore quelques années à ce poste. »

Theodoros Zagorakis :

« J'aurais voulu mettre Bernardi, mais Zagorakis a gagné l'Euro en tant que capitaine de la Grèce. »

Vassilis Tsiartas
:

Vassilis Tsiartas :

« Trop fort. Il mettait le ballon où il voulait. » (Paraît qu'il faut taper « Tsiartas Casillas » sur Youtube...)

Dado Pršo
:

Dado Pršo :

« Un grand bosseur, un professionnel. C'était impressionnant comment il faisait galérer les défenseurs. Généralement, le mec sur lui finissait le nez en sang. Il jouait pour l'équipe, pas pour lui. »

Fernando Morientes :

Fernando Morientes :

« Un exemple. Il est arrivé à Monaco en provenance du Real Madrid. Il avait déjà gagné beaucoup de titres, mais ce qui m'a frappé, c'est qu'il ne s'en vantait pas. Il était très timide. Il a travaillé sans relâche, que ce soit à l'entraînement ou en match. »

Flavio Roma : « Une très gentille personne. On était du même âge, on était les plus vieux, on avait 28 ans. On s'entendait bien, et puis c'était très important d'avoir un gardien fort comme lui, sur comme en dehors du terrain. »

Hugo Ibarra : « Il était tranquille, il ne parlait pas beaucoup, mais très fort sur le terrain. Un peu comme moi. Du coup, je comprends sa façon de penser. »

Carlos Gamarra : « Il était vieux quand il est arrivé à Athènes. Il m'a vraiment impressionné. Il était fort dans les duels, toujours lucide. Il était pas grand, mais il sautait très haut. »

Traianos Dellas : « Même s'il était très grand et très lent, c'était difficile de le passer. »

Michalis Kasapis : « Il aurait pu jouer dans n'importe quel club européen. Mais peut-être qu'il était déjà vieux au moment de l'arrêt Bosman. Donc il n'a pas eu l'occasion de montrer ses qualités. »

Ludovic Giuly : « Il n'était pas toujours constant. Il avait des hauts et des bas. Mais quand il était au top, il était exceptionnel. Un cauchemar pour les adversaires. »

Kostas Katsouranis : « Il n'a pas toujours joué à ce poste-là. C'est un joueur très intelligent. Il peut jouer encore quelques années à ce poste. »

Theodoros Zagorakis : « J'aurais voulu mettre Bernardi, mais Zagorakis a gagné l'Euro en tant que capitaine de la Grèce. »

Vassilis Tsiartas : « Trop fort. Il mettait le ballon où il voulait. » (Paraît qu'il faut taper « Tsiartas Casillas » sur Youtube...)

Dado Pršo : « Un grand bosseur, un professionnel. C'était impressionnant comment il faisait galérer les défenseurs. Généralement, le mec sur lui finissait le nez en sang. Il jouait pour l'équipe, pas pour lui. »

Fernando Morientes : « Un exemple. Il est arrivé à Monaco en provenance du Real Madrid. Il avait déjà gagné beaucoup de titres, mais ce qui m'a frappé, c'est qu'il ne s'en vantait pas. Il était très timide. Il a travaillé sans relâche, que ce soit à l'entraînement ou en match. »



Par Ali Farhat, à Athènes
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 9 heures 90 Minutes, la meilleure BD de foot du moment ! 12 il y a 10 heures Un club de D7 allemande propose de recruter Bastian Schweinsteiger 6
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
Hier à 23:00 L2 : Les résultats de la 21e journée 4 Hier à 15:55 L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 20 Hier à 13:45 Le gouvernement italien veut intégrer les migrants par le foot 38 Hier à 11:55 Tévez : « En Chine, j'étais en vacances » 86
À lire ensuite
Ligue 1 : la fiche de Reims