Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 1 Résultats Classements Options
  1. // Euro 2012 – Groupe B
  2. // Pays Bas/Allemagne (1-2)
  3. // Notes

Le Bayern Munich en force !

Si l'Allemagne a disposé des Pays-Bas comme s'il s'agissait d'un inférieur, s'est avant tout à sa cohérence collective et à sa sidérante fraîcheur qu'elle le doit. Au sein de ce bloc dynamique, Schweini, Müller et Gómez ont fait encore mieux que leurs partenaires.

Modififié
ALLEMAGNE

Manuel Neuer (7) : Sa défense et le manque de complicité des stars néerlandaises lui ont permis de passer une soirée plus tranquille que prévu. Sur le but, il ne peut rien. Ou pas grand-chose.

Jérôme Boateng (7) : Sur un champ de bataille, Boateng mettrait son poitrail en avant pour sauver un compagnon de lutte. Sur le terrain, il a sacrifié son souffle sur une frappe de Sneijder qui semblait destinée au fond des filets. Héroïque, le « frère de » a, aussi, plutôt bien tenu son couloir droit. Au point de faire sortir Afellay dès le terme de la première période.

Mats Hummels (7,5) : Deux matches joués loin d'une Bundesliga pas franchement compétitive à l'export, et voilà que les comparaisons avec Franz Beckenbauer commencent à se multiplier. À juste titre. Hummels défend debout, avec classe et, sur l'une de ses judicieuses incursions dans le camp adverse, n'a pas été loin d'inscrire le troisième but allemand (52e). Se fait quand même casser un rein par Van Persie sur le but hollandais.

Holger Badstuber (7) : 23 ans serait l'âge de la maturité en Allemagne. Hummels l'a suggéré et Badstuber l'a confirmé. Des vieux jeunes, ça sert, en défense.

Philipp Lahm (7) :
- Bon, demain, Philipp, tu joues à gauche et tu prends Robben ?
- Ah, le jeune chauve qui fait toujours la même feinte à l'entraînement ?
- Facile.

Ben oui, facile.

Sami Khedira (7) : Sami court, Sami ratisse, Sami a fini par faire dézoner Sneijder. Sami pourra prendre un bon bain, ce soir, avec Lena Gercke.

Bastian Schweinsteiger (9) : Si toute l'Europe et même le monde parviennent à prononcer et même à écrire son nom sans commettre de faute, c'est grâce à ce genre de match. Toujours au bon endroit au bon moment et auteur de deux passes décisives. Monstrueux.


Thomas Müller (8) : Quand un joueur sort à la 91e minute et que son équipe mène, il sait prendre son temps avant de taper dans la main de la relève - Lars Bender en l'occurrence. Ça, c'est pour les footballeurs normalement constitués. Thomas, lui, court, puis ralentit quand son cerveau lui rappelle qu'il doit gagner du temps, avant de sortir au petit trot. Infatigable, toujours disponible, Müller a aussi signé une demie passe décisive sur le premier but, en trouvant un Schweini en position idéale. Le soir, dans sa chambre, il repasserait mêmes les chemises de Joachim Löw.

Mesut Özil (7) : Toujours aussi classe sur chaque contrôle, remise de la tête ou courte chevauchée. Pas décisif, néanmoins. À moins de considérer que si Schweinsteiger s'est trouvé deux fois en position de passeur décisif, à sa place donc, c'est parce que les défenseurs hollandais n'avaient d'yeux que pour lui. Et quels yeux ... Remplacé par Toni Kroos à la 81e minute, au moment où la Mannschaft a baissé le pied.

Lukas Podolski (5) : En général, un joueur commence sa saison au mois d'août, voire septembre. Lui, c'est en juin. Et tous les deux ans. À quel calendrier se réfère Podolski ? C'est encore un mystère. Bon en première période, absent en deuxième.

Mario Gómez (9) : Quand il n'est pas dans la surface, Mario est un joueur de DSR mais, dans les seize mètres, ça envoie de la Grosse Bertha. Sur ses deux célébrations, il s'est retenu de demander à Mehmet Scholl, qui avait osé remettre en cause son rang de titulaire et a fermé sa gueule. Mais il l'a pensé très fort. Remplacé par Klose à la 72e. Le joueur de la Lazio n'a pas été loin de faire entrer Stekelenburg dans l'édition 2012 du bêtisier du foot.

À lire : Les notes des Pays Bas

Par Thomas Goubin
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Tsugi
Podcast Football Recall Épisode 46 : Français ou Belges, le match des râleurs, les adieux des Bleus et la battle Angleterre-Belgique Hier à 18:07 Le Mondial 2022 aura bien lieu en hiver 72 Hier à 12:10 Infantino : « La meilleure Coupe du monde de tous les temps » 104