En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 19 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Ce qu'il faut retenir de la 28e journée

Lavezzi, le clown offensif

L'homme le plus maladroit de Paris a collé un doublé en Ligue 1. Toulouse a gagné un deuxième match de suite. Marseille a perdu contre une équipe encore plus mal en point qu'elle. Ce week-end, le championnat est parti dans tous les sens.

Modififié
Ezequiel Lavezzi, rien n’est perdu
L’Argentin avait besoin d’un déclic. Bizarrement, le décès tragique de son oncle, abattu le mois dernier dans les rues de Rosario, a été ce déclic. Depuis, Lavezzi enquille les buts. 4 en quatre matchs de championnat, ce qui fait six pions depuis le début du championnat, de loin son meilleur score dans la capitale. Comme quoi, El Pocho sait aussi être un bon footballeur et pas seulement un bouffon du roi. En Corse, le numéro 22 parisien a claqué un doublé d’avant-centre. Deux courses vers l’avant, un extérieur du droit, un crochet et une frappe du gauche. On connaissait l’énorme débauche d’énergie du joueur, on a découvert un attaquant utile et tueur dans la surface. Une nouveauté. Avec ce Lavezzi buteur, c’est tout le PSG qui a marché sur le SC Bastia à Furiani. En même temps, quand vous comptez dans vos rangs un homme comme Zlatan Ibrahimović, buteur et double passeur, on peut voyager plus tranquillement que sur Malaysia Airlines. Bref, avec 67 points, les Parisiens continuent leur marche royale vers le titre.


Vous avez raté Toulouse - Reims et vous n’auriez pas dû
Deux pénalties rémois et les visiteurs menaient deux buts à zéro à la pause dans le silence du Stadium. Jusqu’ici, rien d’anormal tant le TFC est brouillon à la maison. Rien ne semblait fonctionner à Toulouse. Et puis le miracle n’a pas eu lieu sur la 34e rue, mais allée Gabriel Biénès. En quinze minutes, les ouailles d’Alain Casanova vont coller trois buts pour un renversement complètement fou, mais mérité. Trois hommes sont à l'origine de cette folie : Serge Aurier, Eden Ben Basat et Wissam Ben Yedder. Les trois lascars vont sortir Toulouse du brouillard et offrir une improbable victoire dans les derniers instants. Ben Yedder, qui marche sur l’eau en ce moment, colle même un but d’extra-terrestre en enrhumant Tacalfred sur un pas. Décidément, cette équipe toulousaine est illisible, mais elle a le mérite de bien jouer au football avec le 3-5-2 très séduisant de Casanova.


L’analyse définitive du week-end
OL, de nouveau dans la course pour le top 3 ? À la 90e à Lescure, Lyon pouvait dire adieu à ses rêves de Ligue des champions. Menés 1 à 0 par Bordeaux au cœur d’un match soporifique, les Gones vont finalement égaliser par Bedimo (90+1) avant de réaliser le hold-up au bout de la nuit par Tolisso (90+5) sur un centre de Gonalons. Avec cette victoire, Lyon pointe finalement à la cinquième place, à deux points de Saint-Étienne et à sept de Lille, troisième. En fin de semaine, l’OL reçoit Monaco à Gerland. Si les Lyonnais souhaitent jouer la Coupe d’Europe le mardi ou le mercredi, il faudra rattraper deux clubs en dix journées et ne plus laisser de points en route. Sauf que l’OL a encore la Ligue Europa au menu. Ça risque de piquer au niveau des jambes. Mais on connaît Lyon. Ils sont capables d’une fin de championnat complètement folle. Un peu comme hier à Bordeaux. Un match qu'ils n'auraient jamais dû gagner.

La polémique de la machine à café
Qui pour entraîner l’OM ? Après une piteuse défaite à la maison contre Nice, l’OM s’attaque à un gros dossier. Son prochain entraîneur. Pour Vincent Labrune, qui s’est livré dans la presse, il s’agirait d'un coach étranger, parlant bien français : « Je ne sais pas qui je vais prendre, mais je sais qui je veux prendre et je jouerai ma carte à fond. Il est d'accord pour venir. Reste maintenant à régler l'arbitrage financier. » Depuis, c’est la folie des noms dans la cité phocéenne. On pense à Mircea Lucescu, Lucien Favre, Michael Laudrup, Carlos Bianchi ou encore Roberto Di Matteo. Quoi qu’il en soit, l’homme viendra dans un club perdu depuis un an. Labrune voulait faire de l’OM le Borussia Dortmund français. Pour le moment, on a du mal à comprendre la comparaison. Une fois l’entraîneur choisi, peut-être que Marseille pourra (re)devenir une place forte de la Ligue 1. Ce qui n’est pas le cas cette saison. Quand on se fait taper trois fois dans la même saison par l’OGC Nice, et trois fois différemment, ce n’est jamais bon signe.

Le top 5
. Valentin Eysseric (Nice). Buteur tout en délicatesse au Vélodrome, le jeune milieu de terrain offensif niçois revient dans le game.
. Dimitar Berbatov (Monaco). Première titularisation, premier but, premier penalty provoqué, premier sprint. Andy Garcia est là.
. Majeed Waris (Valenciennes). La mobylette de Valenciennes a encore cassé des reins. Cette fois, c’est Rennes qui a pris une accélération dans le buffet. La révélation de cette seconde partie de saison.
. Zlatan Ibrahimović (PSG). Un but, une passe décisive en aile de pigeon, une autre de la tête, avec 23 buts et 11 passes décisives, le Suédois affole encore les compteurs. MVP.
. Stéphane Ruffier (Saint-Étienne). Le CRS a longuement retardé l’échéance au Moustoir face aux attaquants lorientais. Il doit rentrer à la caserne après un but concédé sur penalty à la 89e. Triste.

Le geste
Jordan Ayew, l’intelligence au service du collectif. 84e minute entre Monaco et Sochaux. Les Doubistes viennent de réduire la marque et peuvent espérer un match nul. Trop facile pour Jordan Ayew qui préfère se venger sur le tibia d’Andrea Raggi – qui en rajoute comme il faut – histoire de laisser les siens à dix. Un suicide qui n’a pas eu raison de la colère de son entraîneur, Hervé Renard, qui souhaitait plutôt planter Raggi pendant et, surtout, après le match. Jordan Ayew, cette formidable raison de se foutre sur la gueule.


Ils ont dit
- « Ils n’ont rien dans la cervelle. » Waldemar Kita, président pas content.
- « Prendre un but comme ça... On est naïfs: on a le ballon, on le leur rend parce que le mec est par terre. L'arbitre a-t-il sifflé ? Non. Derrière, rendent-ils le ballon ? Non. Jouez ! Ça fait but. C'est un cadeau, un but comme ça à la 93e minute c'est inadmissible, inadmissible. » Michel Der Zakarian, entraîneur pas content.
- « Être deuxième du championnat, c’est un miracle. » Claudio Ranieri, menteur-menteur.

Le tweet
Alexy Bosetti n’aime pas l’OM. Normal, le môme est un membre de la Populaire Sud (ex-BSN) et adore rester invaincu face à Marseille. La preuve :


La stat
102. Le nombre de buts claqués par le PSG depuis l’ouverture de la saison, toutes compétitions confondues. C’est déjà un de plus que l’an dernier sur toute la saison.

Par Mathieu Faure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 09:00 Coentrão casse le banc des remplaçants 9 vendredi 19 janvier L2 : Les résultats de la 22e journée 4
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
vendredi 19 janvier Un club espagnol offre un maillot à tous les bébés nés en 2018 3