Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 11 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Quarts
  3. // PSG-Manchester City

Thiago Motta, le sablier

On le dit en fin de cycle, vieilli, lassé... Pourtant, souvent, le PSG a aussi eu besoin d'un grand Thiago Motta pour faire des grands matchs. Parce que l'Italien est un homme qui laisse du temps au temps.

Modififié
Thiago Motta est un maître. Comme ceux que l’on peut voir dans Fort Boyard sous leur capuche et leur tenue tout droit sortie de Game of Thrones : un maître du temps. En effet, sa façon de jouer au football s’écoule selon un principe tout simple. L’Italo-Brésilien fait gagner du temps à son équipe et en fait perdre à l’équipe adverse. Et ça, mieux que personne. Pour faire gagner du temps aux siens, Thiago joue simple, souvent en une touche, souvent vers l’avant, et parfois à travers cette fameuse passe « Ligue des champions » , qui permet de trouver un attaquant pile poil au cœur du dispositif adverse, là où très peu de joueurs rêveraient de trouver un coéquipier. Lors du match retour contre Chelsea, Thiago délivre ainsi deux avant-dernières passes décisives. En une touche pour Zlatan qui avait effectué un appel de l’axe vers l’extérieur avant de servir Rabiot. Et en une touche ensuite vers Di María, qui n’était même pas encore vraiment parti, et qui n’avait plus qu’à centrer vers Ibrahimović. Si on était mauvaise langue, on pourrait même dire que sa balle perdue sur le but de Chelsea est elle aussi une avant-dernière passe décisive.

À la recherche de Verratti


Les pertes de balle, justement, sont le péché mignon de Motta. Car Motta aime bien avoir le temps, ou en tout cas déteste qu’on le presse et ne plus l’avoir. C'est pour ça aussi qu’il adore glisser vers Verratti quand on le chatouille de trop près, afin de pouvoir se replacer pendant que le petit Italien joue avec la baballe, avant de trouver le bon endroit pour avoir la liberté d’ajuster la bonne transmission. Pour ça aussi que sans Marco, Thiago ressemble à un aveugle sans son chien (pas pour rien qu’il y a toujours dix mètres entre eux : la taille de la laisse). Il ne voit plus, car il n’a plus le temps de bien voir. Gagner du temps en attaque, au pire en retrouver, et donc en faire perdre à l’adversaire quand c’est enfin son tour d’avoir la balle. Provocations, coups de vice, insultes, tirage de maillot, simulations, discussions, coups de pression ; on pourrait croire que Thiago Motta fait tout ça pour faire perdre ses nerfs à l’adversaire, mais ça, c’est juste la cerise sur le Brandão. Le but véritable, au-delà du plaisir sudiste de voir ses adversaires perdre le nord, est toujours le même : l’horloge.

Le numéro double


De fait, Motta est le maître quand il s’agit de couper un contre adverse. Le maître plus ultra quand il s’agit de juger en temps réel si la situation demande (ou non) de faire faute, de se sacrifier au nom de tous, et d’éviter à son équipe une situation d’infériorité numérique. Mieux, de donner le temps à son bloc de se replacer. Oui, Motta est le maître de la faute tactique. Celle qui donne l’heure sur le terrain. Pas pour rien que Thiago Motta joue avec le numéro huit, ce numéro double, rond, plein, éternel, infini. Le huit, ce chiffre dont la forme se rapproche de celle… du sablier.

Par Simon Capelli-Welter
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 16:29 La VAR débarque en Premier League la saison prochaine 14

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Tsugi Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible
Hier à 11:52 Diego Maradona : « Mourinho est le meilleur coach du monde » 75