Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 44 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Bastia-Lyon

Pourquoi ces tarés de Bastiais sont indispensables à la Ligue 1

Comme après chaque incident impliquant le Sporting Club de Bastia, à la suite du match arrêté face à Lyon, des voix se sont élevées pour réclamer l'exclusion du club de Haute-Corse de la Ligue 1. Et par là même, se priver du dernier représentant du football d'antan.

Modififié
Ce dimanche, à Bastia, un match qui a débuté avec 50 minutes de retard, à la suite d'un envahissement de terrain, a été arrêté à la mi-temps, à la suite de de nouvelles échauffourées, toujours sur la pelouse de Furiani. Des incidents heureusement sans conséquences médicales, bien évidemment condamnables. Quelques jours après les incidents sans commune mesure intervenus en préambule de Lyon-Beşiktaş, la France du football continental a entonné un de ses refrains préférés : « Bastia n'a rien à faire en Ligue 1 ! » Comme après que le Parisien Lucas a été effleuré par un mat de drapeau en plastique mou en début de saison. Comme après qu'une poignée de débiles a poussé des cris de singe en direction de Mario Balotelli en janvier dernier. Mais l'affirmation est discutable. D'autant plus que pour ce qui est de quitter l'élite, le Sporting se débrouille très bien sans son public, en pointant en queue de classement.

Gangsters et bastons de regard


En 2017, en Ligue 1, quelle est la différence entre un déplacement à Nantes, Bordeaux, Lille, Toulouse, Rennes, Marseille, Caen ou Nice ? Aucune. Des stades aussi modernes qu’aseptisés, sans cachet, des kops enthousiastes, mais pas franchement hostiles, qui rendent les rencontres disputées à l'extérieur quasiment équivalentes à celles disputées à domicile. Un football bien dans son époque, en somme. Très loin des récits d'antan, que les fans de foot aiment tant lire dans leur magazine préféré, la tête pleine de nostalgie. Le foot d'avant, quoi. Celui qui « était mieux » . Celui qui permettait au « Crazy gang » de Wimbledon ou au Sporting de Toulon d'accéder à l'élite à grands coups de savates et d'intimidations. Ou à Éric Di Meco et Carlos Mozer de distribuer des tacles au niveau des rotules sans voir la couleur d'un carton. Ou les gangsters de la Lazio 74 d'être champions d'Italie.


Ces histoires folles, qui manquent tant au football moderne, ce « football vrai » , que tous les anciens regrettent à longueur d'interviews, le Sporting Club de Bastia le conjugue au présent. Furiani est le dernier bastion d'un football qui n'existe plus. Un football fait de bastons de regards, d'un public bouillant et de tacles trop appuyés. Avec ses excès, bien sûr. Insulter un joueur parce qu'il est noir, c'est nul, mal et condamnable. Envahir une pelouse pour s'expliquer avec les joueurs adverses, c'est mal, même si on est loin du « drame à Bastia » évoqué à chaud par beIN Sports. Évidemment, le Sporting doit faire le ménage parmi ses troupes. Si Anthony Lopes a réellement été pris à partie par un responsable de la sécurité du club, comme annoncé par le diffuseur du match, c'est hautement inadmissible. Quant aux fauteurs de troubles, ils sont facilement identifiables.

Ce coup de balai indispensable ne sera pas simple à effectuer, mais il n'est pas incompatible avec la conservation des valeurs qui rendent ce club si singulier, atypique, indispensable. Et dont la très probable absence de l'élite française la saison prochaine créera un manque. Car pour toute équipe continentale, se rendre à Bastia est un événement, un déplacement qui incite à la crainte, contrairement aux 18 autres. Une touche d’exotisme dans un championnat qui en manque cruellement. Et dont on lira les péripéties dans quelques années. En se disant que c'était mieux avant. C'était toujours mieux avant.

Par Mathias Edwards
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Ligue 1 - 33e journée
Bastia - Lyon
Incidents à Furiani




Dans cet article


Hier à 16:11 Premier League : le mercato estival fermera encore plus tôt 4 Hier à 14:25 Ronaldo se balade en trottinette électrique et risque une amende 29

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE
Hier à 11:53 Le but pas vraiment fair-play d'une joueuse ouzbèke 30 Hier à 11:20 Christian Vieri derrière les platines 24
À lire ensuite
Incidents lors de Bastia-OL