Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 8 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Manchester United-Leicester (1-1)

Martial fait attendre les Foxes

Il faudra attendre. Bousculé à Manchester (1-1), Leicester devra patienter pour fêter le premier titre de champion de son histoire. La faute à un bon United, emmené par un excellent Rooney, et à une condition physique qui commence à siffler. La couronne n'est plus très loin.

Modififié

Manchester United 1-1 Leicester

Buts : Martial (8e) pour Manchester United // Morgan (17e) pour Leicester

Ils ont la langue pendue. Physiquement, ils touchent leurs limites. Ils souffrent, ils font souffrir leurs supporters, mais ils tiennent. Le rêve n'en est plus un, la réalité est proche. Ce ne sera pas pour aujourd'hui, ce sera peut-être pour demain soir en cas de non-victoire de Tottenham à Chelsea. Leicester a été tenu en échec à Old Trafford (1-1) cet après-midi après avoir été tabassé pendant toute une mi-temps et après avoir gratté avec le cœur un point précieux dans la course au titre. Manchester United, de son côté, vient probablement de laisser filer sa dernière chance de disputer la Ligue des champions la saison prochaine. Rouge de colère.

Virgin Suicides


C’est une plongée dans l’inconnu. Le premier entre-cuisse, la première cuite, la première bouteille, la première culotte. Rien n’était programmé comme ça, ce match devait être une formalité dans la course à l’Europe d’un club dopé aux titres. Reste que le football est un bordel qui se recycle. Il vit pour se démonter et se charger avec de belles histoires. Celle du Leicester de Claudio Ranieri est certainement la plus belle du siècle, car elle prend la raison par les cheveux. Le technicien italien, lui, rêve d’une happy end. Old Trafford est une belle salle pour se terminer. Alors Ranieri installe ses pions glorieux avec, pour seul invité surprise, Jeff Schlupp, préféré à Albrighton, pourtant plus discipliné. Louis van Gaal, de son côté, veut aussi terminer l’exercice avec les honneurs malgré une copie déjà raturée. Le Pélican tente des paris : Valencia sur le côté droit, Rooney au cœur du jeu et les gosses à l’avant du cortège. Histoire de chercher l’indiscipline, de jouer avec les limites et de frapper les règles. D’entrée, Manchester United est dans cet état d’esprit, celui de bousculer Leicester par le jeu, ce à quoi Old Trafford n’était plus autorisé depuis plusieurs mois. L’invité surprise est stressé, ses pieds le démangent, alors il balance sans réfléchir, il est incapable de conserver le ballon et est dépassé par la vitesse de parole mancunienne.


Les Red Devils compressent les renards, Rashford allume une première mèche, et, sur la première occasion concrète de la rencontre, Anthony Martial fait tomber Old Trafford dans ses bras après une douceur de l’extérieur de Luis Antonio Valencia (1-0, 7e). Tout va beaucoup trop vite pour les hommes de Ranieri, Schlupp est dévoré sur son côté gauche par l’aile droite Valencia-Lingard, Martial s’amuse avec Danny Simpson et le duo Drinkwater-Kanté peine à s’exprimer face à un Fellaini omniprésent. Comme si les Foxes avaient peur de conclure, d’arracher cette belle culotte qui se présente à eux. La réaction est timide, Okazaki claque une tête au-dessus, mais finalement, sur un coup de patte de Drinkwater, Wes Morgan reprend le dessus sur la situation (1-1, 16e). Le capitaine de Leicester est un homme de rendez-vous malgré son physique de stormtrooper. Kasper Schmeichel aussi, comme il l’a prouvé rapidement devant Lingard. Les Foxes sortent enfin leur tête du fourré, Mahrez aussi, et le meilleur joueur du championnat est tout proche de gratter un penalty dans les jambes de Rojo. Manchester United continue de pousser sans se montrer dangereux, contrôle largement la rencontre et inquiète un Claudio Ranieri anxieux.

Les poings de Ranieri


Reste que Ranieri n'est pas là par hasard. C'est un maître tactique et il n'a plus à le prouver. Au retour des vestiaires, Leicester revient avec davantage de solidité, une rigueur retrouvée et un poumon de jeu enfin chargé. On retrouve ce qui fait la force des Foxes depuis plusieurs mois : des transitions rapides, deux ventricules retrouvés dans le cœur et un Schlupp enfin discipliné pour empêcher les montées de Valencia. La preuve est faite sur la première projection de Simpson, mais Okazaki est trop juste pour débloquer l'angoisse. Leicester a fait grimper son bloc et gêne la relance mancunienne. Ulloa, enfin utile, manque de précision, alors que Mahrez bute sur De Gea. United a perdu son sourire de la première période, Carrick est moins souverain et les Red Devils enchaînent les fautes bêtes. Il faut relancer la machine, alors Van Gaal lance Mata et Herrera. On se touche sans se piquer, Smalling fait frissonner Schmeichel de la tête. Les renards terminent la rencontre la gueule ouverte, Danny Drinkwater fait trébucher Depay et est expulsé pour un deuxième jaune. Au bord de la rupture physique, Ranieri est obligé de réajuster son système en faisant sortir Mahrez pour bétonner avec Andy King. Rooney pousse Kasper Schmeichel à une nouvelle détente. Mais Leicester a du cœur, Ranieri peut serrer les poings. Il faudra patienter pour faire la fête, mais peu importe. Les Foxes seront champions. Manchester United ne verra pas les étoiles.

  • Résultats et classement de Premier League

    Par Maxime Brigand
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    Hier à 17:55 Berlusconi licencie son coach à Monza et nomme Brocchi 7 Hier à 16:00 Tuto Panini Adrenalyn XL : Règles du jeu 2
    Partenaires
    Tsugi Podcast Football Recall Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur