Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociaux MoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 24 Résultats Classements Options
Abonne-toi à SOFOOT Boutique (Photos, T-Shirt, goodies, etc.)
  1. // Foot et réseaux sociaux

Les clubs de foot doivent-ils quitter les réseaux sociaux ?

Les clubs anglais vont boycotter les réseaux sociaux ce week-end. Une décision radicale pour protester notamment contre la banalisation du racisme en ligne. Un black-out qui se veut évidemment d’abord une alerte contre une dérive qui d’ailleurs, évidemment, n’épargne pas la France : la multiplication des injures racistes sur ces plateformes. Toutefois, au-delà de ces trois jours sans tweet ni post, la véritable question reste de savoir si le foot peut désormais s’en passer ?

Le communiqué officiel s’avère sans nuance et paradoxalement diffusé sur Twitter.


Un silence numérique s’étendra ce week-end sur les clubs de la Premier League, du Championship et de la Super League féminine, qui vont donc « fermer leurs comptes Facebook, Twitter et Instagram » . Les community managers en profiteront peut-être pour rattraper leur retard sur Netflix.

London calling

Alors que le petit monde du foot se remet à peine de la crise de la Superligue, une fois encore c’est donc du côté de la Perfide Albion que résonne le coup de tocsin. Un ras-le-bol qui accompagne l’air du temps, avec par ailleurs la montée en toile de fond de la xénophobie en Grande-Bretagne depuis le Brexit et la pandémie. L’interpellation ne vise pas en soi les réseaux sociaux. Tout le monde sait parfaitement à quel point aujourd’hui le football, et surtout le niveau professionnel, s’avère accro à son smartphone. Public, clients, fans, supporters, peu importe la désignation, ils y sont tous massivement présents, et quelque part, les matchs existent désormais autant en gazouillis ou en story que par la retransmission télé ou le vécu in situ. Une évolution amplifiée par l’actuelle crise sanitaire qui a imposé les huis clos et renforcé le vécu par procuration via son écran. Les clubs y ont trouvé un mode de communication extrêmement performant pour s’adresser directement à leur part de « marché » et les joueurs ont pris conscience que leur nombre de followers participent désormais de leur plus-value au mercato. Enfin les générations gifs, et leurs nouvelles habitudes de consommation, furent l’un des prétextes avancés pour tenter d’imposer la Superligue. Seulement, en retour, il faut négocier avec les trolls, les haters et tout le verbiage nauséabond qu’ils déversent, et qui de fait renvoie une image déformée et amplifiée des débats de société, l’insulte tranquille à l’abri de son pseudo. Il a été souvent reproché par le passé aux clubs leur passivité face au racisme dans leur tribune. Ils peuvent désormais retourner l’argument à ceux qui gèrent les immenses gradins à clavier.


Car la réaction britannique s’inscrit dans la suite des polémiques autour de la responsabilité des propriétaires de ces réseaux sociaux, et sur les modes de régulation des publications qu’ils hébergent. Il leur est en particulier reproché une conception très singulière de la censure des contenus, par exemple politiques (le cas de Donald Trump sur Twitter par exemple), pendant que le moindre téton provoque la suspension d’un compte. Le boss de la Premier League, Richard Master, a ainsi expliqué que « les comportements racistes sont inacceptables, et les abus consternants dont font l’objet les joueurs sur les réseaux sociaux ne peuvent continuer. (...) Il est urgent que ces entreprises fassent davantage pour éliminer la haine raciale en ligne. »

Hypocrisie des réseaux sociaux

Le foot est d’autant plus sur les nerfs que les affaires se sont multipliées récemment (Anthony Martial notamment) et avaient éclairé une tendance inquiétante. Les Glasgow Rangers en Écosse avaient déjà dégainé l’arme du boycott à la suite du harcèlement en ligne de leur joueur Glen Kamara, victime auparavant d’injures racistes lors d’un match de Ligue Europa contre le Slavia Prague. Même démarche chez Thierry Henry qui a récemment annoncé son retrait du game : « Je me mettrai en retrait des réseaux sociaux jusqu'à ce que leurs décideurs soient en mesure de réglementer leurs plateformes avec la même énergie et férocité qu'ils le font dès que l'on touche aux droits d'auteur. L'importance considérable du racisme, du harcèlement et de la torture mentale qui en découlent est trop toxique pour être ignorée. »

On peut évidemment se réjouir que le football assume sa mission sur ce terrain, pointant l’hypocrisie et l’intransigeance à géométrie variable de Twitter, Fabebook ou Instagram. Ces derniers s’intéressent en outre de plus en plus au ballon rond, conscients qu’il alimente de manière non négligeable les flux et les vues, et donc leur capacité a vendre de la publicité. Mais, finalement, tout se résumera à l’équation incontournable du libéralisme économique : qui est finalement le plus dépendant ?

Par Nicolas Kssis-Martov
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.


Partenaires
Tsugi Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine
Hier à 11:31 Lens 81, Riquelme... Découvrez la collection photos So Foot de mai 5
Partenaires
Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Olive & Tom Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine
À lire ensuite
Lirola, en Pol position