Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 7 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Quarts
  3. // Ajax-Juventus (1-1)

L'Ajax secoue la Juventus

Porté par une énergie folle, l'Ajax a poussé dans ses retranchements la Juventus. Les Italiens ont dû s'en remettre à un coup de casque de Cristiano Ronaldo pour calmer la furie batave. La manche retour s'annonce explosive.

Modififié

Ajax Amsterdam 1-1 Juventus

Buts : Neres (46e) pour l’Ajax // Ronaldo (45e) pour la Juve

Comment apprécier ces œuvres où la couleur, la fraîcheur et la maîtrise monopolisent l’attention face à une composition plus classique, sobre, mais efficace ? C’est tout le dilemme qu’ont proposé l’Ajax et la Juventus ce mercredi soir. Car les Néerlandais ont affiché une nouvelle fois un visage réjouissant, de par leur volonté et leur croyance indéfectible en leurs principes de jeu. Mais la Juve a finalement résisté au fort courant pour apporter petit à petit sa propre touche à la partie. Avec un petit peu de distance et de perspective, c’est donc un ensemble nuancé qu’il faudra analyser. Mais tout cela ne prendra son sens qu’au match retour, mardi prochain à Turin.

Casser la croûte


Ce quart est un rendez-vous d’esthètes. Le tour précédent, entre le chef-d’œuvre ajacide face au Real ou la rimonta turinoise face à Atlético, ne peut permettre d’affirmer le contraire. Bref, entre Néerlandais et Italiens, il y a de quoi discuter croûtes. Mais dans un stade chauffé à blanc et rouge de plaisir, ce sont pourtant les visiteurs qui sortent le plus rapidement leurs ustensiles : Federico Bernardeschi offre un premier jet qui file à deux doigts du cadre (2e). Pas de quoi faire paniquer les compatriotes de Rembrandt, Van Gogh et Mondrian, la toile n’attend que d’être tendue progressivement. Un pressing haut en couleur qui permet de voir Donny van de Beek trimbaler ses pinceaux dans le visage de Cancelo jusque dans la surface juventini. L’Ajax sort ses tubes préférés : un maillage ultra serré, mobile à souhait, une récupération haute, une projection précise et un danger de tous les instants. C’est ainsi que Hakim Ziyech se retrouve à quatre reprises en position d’envoyer des gouaches de sa patte gauche, dont une qui nécessite une belle détente de Szczęsny (18e).


Le plan offensif est simple : une fixation dans la densité, des combinaisons à 5 joueurs dans le petit espace, un appui sur Tadić qui varie les plaisirs entre roulettes, des déviations ou passes laser, et une finition. C’est ainsi que Van de Beek se retrouve seul au point de penalty, mais voit sa frappe du gauche lécher le poteau (25e). De l’impressionnisme à l’état pur. Assommée, la Juve retrouve ses esprits, mais Bernardeschi se fait à chaque fois rattraper par la jeune garde batave, De Ligt ou De Jong, auteurs de deux retours XXL. Mais l’art est aussi un milieu d’incompris, et au moindre doute qui s’installe, il y a un Cristiano Ronaldo qui impose un retour à la réalité dans sa version la plus crue. Après une touche dans son propre camp, le Portugais s’appuie sur son compatriote Cancelo, qui le lui remet directement dans la surface. Sa tête peinturlurée trouve la mire pour repositionner la Juventus correctement sur son chevalet (0-1, 45e). Une leçon de réalisme.


La tête dans les toiles


La première couche était déjà sublime. La seconde ne promet rien d’autre. Et il ne faut que quelques secondes et un bloc amstellodamois plus étiré pour que David Neres s’engouffre dans la défense turinoise. Sur son pied droit, le Brésilien trouve le petit filet opposé (1-1, 47e) et déclenche une nouvelle vague de folie. Même si Tagliafico insiste de loin (48e), les débats se sont rééquilibrés. Le champion d’Italie est proche de faire parler la poudre sur coup franc, mais Bentancur n’est pas assez bousculé dans la surface pour obtenir un penalty. Qu’importe, l’air se fait plus respirable au cœur du jeu, la Juve remet de l’ordre sur son plan de travail, et les frappes hollandaises se font de moins en moins précises.


Mais le génie des Hollandais permet de voir des inspirations soufflantes. Comme cette transmission de Ziyech vers Tadić, qui envoie d’une talonnade le rookie Ekkelenkamp plein champ face à Szczęsny (83e). Le Polonais est robuste pour mieux libérer Douglas Costa. D’un double contact, le Brésilien transperce le côté gauche, s’infiltre, mais touche le poteau opposé (84e). Une accélération à l’image de la dynamique de la Vieille Dame : crescendo. Et le centre fuyant de João Cancelo est proche de surprendre Onana (88e). Bloqués dans la surface, Tagliafico puis Tadić sont obligés de laisser à Douglas Costa la dernière touche de cette pièce : une virgule débouchant sur un petit pont, comme une dernière respiration avant la semaine prochaine.


Ajax (4-2-3-1) : Onana - Veltman, De Ligt, Blind, Tagliafico - Schöne (Ekkelenkamp, 75e), De Jong - Ziyech, van de Beek, Neres - Tadić. Entraîneur : Erik ten Hag.

Juventus (4-3-3) : Szczęsny - Cancelo, Rugani, Bonucci, Alex Sandro - Bentancur, Pjanić, Matuidi (Dybala, 75e) - Bernardeschi (Khedira, 90e+2), Mandžukić (Douglas Costa, 60e), Ronaldo. Entraîneur : Massimiliano Allegri.


  • Résultats et classement de la Ligue des champions

    Par Mathieu Rollinger
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié




    Dans cet article


    Partenaires
    Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Tsugi Olive & Tom

    il y a 1 heure C'est quoi, TIME TO SO FOOT ? 2
    il y a 1 heure Les U18 d'Ingré tabassés après un match de Coupe Gambardella 10
    Partenaires
    Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom Tsugi
    Hier à 14:08 L'UEFA pourrait retirer la finale de la C1 à Istanbul 48 Hier à 13:55 Guendouzi dans la liste des 20 nommés pour le Golden Boy 2019 19
    À lire ensuite
    Les notes d'Ajax-Juventus