Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociaux MoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 4 Résultats Classements Options
Abonne-toi à SOFOOT Boutique (Photos, T-Shirt, goodies, etc.)
  1. // Euro 2020
  2. // Quarts
  3. // Belgique-Italie (1-2)

L'Italie scalpe la Belgique après un opéra de football

Dans un match de haute volée, Belges et Italiens ont offert un spectacle de choix aux privilégiés de l'Allianz Arena. Bien plus décomplexés qu'en huitièmes, les Italiens, emmenés par Barella et Insigne, se sont logiquement imposés (2-1) et affronteront l'Espagne en demi-finales. Une stat ? La Nazionale est invaincue depuis 32 matchs.

Modififié

Belgique 1-2 Italie

Buts : Lukaku, 45e+2 sp) pour les Belges // Barella (31e), Insigne (44e) pour la Squadra

Clairement, ce vendredi soir, Belges et Italiens n’avaient pas envie de disserter sur l’architecture de la Marienplatz de Munich avant de se rentrer dans le lard. Dans une Allianz Arena à la jauge bien trop frustrante (14 500 supporters) pour un festival offensif de cette envergure, Romelu Lukaku lance les hostilités dans la profondeur, mais Gianluigi Donnarumma sort dans ses pieds (2e). Tout juste le temps d’envoyer une demi-volée au-dessus, signalée hors-jeu (4e), que l’attaquant de l’Inter Milan voit ses potes transalpins répliquer. L’Italie presse haut, obtient un coup franc excentré que Girgio Chiellini puis Leonardo Bonucci dévient dans les filets de Thibaut Courtois (13e). La VAR confirme le hors-jeu du premier nommé qui se prend quatre minutes plus tard une praline de Kevin De Bruyne en pleine poire (17e). C’est haletant, emballant, Chiellini charrie De Bruyne et a l'air de lui lâcher un « frappe plus fort gamin la prochaine fois » . Au milieu de terrain, Marco Verratti et Youri Tielemans jouent à touche-touche. L’Italien plaque au sol son homologue qui lui répond 30 secondes plus tard en mode boucher d’un tacle par derrière à ne montrer dans aucune école de football. Biscotte des deux côtés, balle au centre. Enfin surtout balle qui vient chatouiller les gants de Donnarumma, encore, après un nouveau contre venu d’outre-Quiévrain. De Bruyne met Bonucci à l’amende et déclenche pied gauche. Le portier du Milan, annoncé à Paris, ouvre sa main droite de bûcheron (22e). De Bruyne, encore, remis de sa blessure à la cheville après le huitième de finale face au Portugal, remonte 30 mètres en quatre secondes pour décaler Lukaku à droite qui vient là aussi taquiner Donnarumma (26e). Impossible d’aller prendre une bière au frigo ou de s’offrir une pause pipi sans rater un instant de grâce.

Le bijou d'Insigne


Nouveau coup franc pour les hommes de Roberto Mancini, rapidement joué par Ciro Immobile. Jan Vertonghen s'invente une vie de dribbleur dans sa propre surface. Barella traîne par là, intercepte, transmet à Barella qui enchaîne de manière splendide dans la surface pour tromper Courtois resté pantois (0-1, 31e). Toujours autant en galère sur son côté droit, Thomas Meunier se prend vague sur vague de la doublette Spinazzola-Insigne. Lorenzo Insigne justement, qui s’était déjà essayé à la lucarne opposée sans réussite (27e), endosse son costume de maestro pour enrhumer Tielemans d’un crochet pour ensuite enrouler sa frappe avec un flegme insolent (0-2, 44e). C’est digne d’un opéra de Verdi, mais les Belges, qui viennent d’encaisser plus de buts en l’espace d’une mi-temps que depuis le début de l’Euro, sonnent le clairon. Jérémy Doku prend le meilleur sur Di Lorenzo dans la surface italienne. L’ailier rennais, titulaire en lieu et place d'un Eden Hazard posé dans les tribunes (blessure à la cuisse), est suffisamment malin pour obtenir le penalty, transformé par Lukaku sans sourciller (1-2, 45e+2). Son quatrième but dans cet Euro. Quoi, on est déjà à la 45e minute ? L'entracte est salvateur, Doku déborde à nouveau le long de la ligne de corner et sollicite Donnarumma (55e). Doku, encore et toujours, lance De Bruyne, qui trouve au second poteau Lukaku, lequel voit miraculeusement la fesse de Spinazzola sauver celles de ses potes sur la ligne (61e). Quatre minutes plus tard, Spinazzola est à la conclusion d'un mouvement de haute voltige avec Insigne, ça vient frôler les filets de Courtois (65e). Insigne tente encore sa chance (69e). Tout juste entré en jeu pour redynamiser le secteur offensif belge, Dries Mertens décale Nacer Chadli qui centre, mais Thorgan Hazard tente une aile de pigeon infructueuse (71e). Le pauvre Chadli, touché, ne passe que trois minutes sur le pré. Il est rejoint à l'infirmerie, dans la foulée, par Spinazzola, victime d'un claquage après une prestation de patron. Le Romain ne voit pas Doku, pas inhibé pour un sou, filer une belle frayeur aux Italiens (84e). La dernière du soir pour des Italiens prêts à défier n'importe qui sur le ring. Donnez-leur l'Espagne désormais.



Belgique (3-4-2-1) : Courtois - Vertonghen, Vermaelen, Alderweireld - T. Hazard, Witsel, Tielemans (Mertens, 70e), Meunier(Chadli, 70e, Praet, 74e) - De Bruyne, Doku - Lukaku. Sélectionneur : Roberto Martínez.

Italie (4-3-3) : Donnarumma - Di Lorenzo, Bonucci, Chiellini, Spinazzola (Emerson, 80e) - Barella, Jorginho, Verratti (Cristante, 74e) - Chiesa (Toloi, 90e+1) Immobile (Belotti, 74e), Insigne (Berardi, 79e). Sélectionneur : Roberto Mancini.

  • Résultats et classements de l'Euro 2020

    Il suffisait d'Insigne


    Par Florent Caffery
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié

    Euro 2020 - Quarts - Belgique-Italie (1-2)




    Dans cet article


    Partenaires
    Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Tsugi Olive & Tom Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons MAILLOTS FOOT VINTAGE
    Hier à 17:07 52% des fans chinois trouvent l'e-sport aussi excitant que le football réel 99
    Partenaires
    Olive & Tom Tsugi Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine MAILLOTS FOOT VINTAGE Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons
    Hier à 10:54 Le cousin d'Erling Haaland marque pour ses débuts pros 13