Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 17 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Euro U21
  3. // Danemark-Italie

Italie, la nouvelle renaissance

Souvent cataloguée comme vieillissante, la Nazionale a su ouvrir très largement ses portes à une génération de jeunes joueurs qui constituent déjà des éléments essentiels de leurs équipes respectives en Serie A. Une nouvelle vague de talents bruts, symbolisée par Gianluigi Donnarumma, qui compte bien marquer le coup lors de l'Euro U21 que l'Italie entame ce dimanche face au Danemark.

Modififié
28 ans et 10 mois. C’est la moyenne d'âge de l'équipe d'Italie à l'heure de commencer l'Euro 2016. Un chiffre élevé, qui faisait de la Nazionale la cinquième équipe la plus âgée du tournoi parmi les 24 participants. Pourtant, à peine un an plus tard, 10 des 23 joueurs convoqués par le sélectionneur italien Giampiero Ventura lors du dernier rassemblement affichaient 25 ans ou moins au compteur. Parmi eux, six ont été appelés pour jouer avec les Azzurrini lors de l'Euro espoirs. Revue d'effectif d'une catégorie moins de 21 ans comme l'Italie n'en avait plus connue depuis un bon bout de temps.

Di Biagio : « La meilleure Italie U21 des vingt dernières années »


En premier lieu viennent les petits surdoués, ceux qui semblent prédestinés à emprunter les sentiers de la gloire. Avec comme tête de gondole Gigi Donnarumma, 18 printemps tout juste, et la polémique XXL qui pourrait le suivre tout le long de la compétition, en raison de son choix de ne pas prolonger son contrat à l'AC Milan. Les Azzurrini devraient aussi pouvoir s'appuyer sur un autre phénomène en gestation en la personne de Federico Bernardeschi, le numéro 10 soyeux de la Fiorentina, auteur de onze buts en Serie A lors de l’exercice 2016-2017. Deux talents purs qui sont associés à une colonne vertébrale de joueurs qui ont, pour la plupart, explosé cette saison. Parmi eux, les défenseurs de l'Atalanta Andrea Conti et Mattia Caldara, qui ne devraient pas s'éterniser du côté de Bergame. Le second a déjà été recruté par la Juventus moyennant 15 millions d'euros, tandis que le premier fait partie des priorités du mercato estival de l'AC Milan. Une arrière-garde où figure aussi Daniele Rugani, le prometteur défenseur central de la Juventus.

Le milieu de terrain n'est pas en reste puisqu'on y retrouve notamment Roberto Gagliardini, déjà titulaire à l'Inter, Manuel Locatelli, que n'oublieront pas de sitôt les tifosi juventini ou encore Marco Benassi, valeur sûre du milieu du Torino. Devant, la Nazionale misera sur le phénomène de Sassuolo Domenico Berardi (déjà 43 buts en Serie A sur les quatre dernières saisons), l’avant-centre travailleur de l'Atalanta Andrea Petagna, ou encore sur le tout jeune Federico Chiesa (19 ans), dont l'activité incessante sur l'aile en fait déjà un élément majeur de la Fiorentina. Une génération dorée en somme pour le sélectionneur U21 de la Nazionale, Luigi Di Biagio, qui reconnaît lui-même avoir entre les mains « la meilleure Italie U21 des vingt dernières années » .

Réformes à gogo


Un vivier de talents qui n'est pas seulement le fruit des circonstances, mais est surtout dû au travail de fond mené par la Fédération de football italienne (FIGC) pour valoriser l'éclosion de ses jeunes loups. La renaissance de la formation transalpine prend sa source en novembre 2014, après le Mondial catastrophique de la Nazionale, éliminée dès les poules. Pour revivifier le football italien, la Fédération prend alors des mesures fortes pilotées par son nouveau président, le proactif mais néanmoins controversé Carlo Tavecchio. Avec lui aux manettes, la FIGC instaure une nouvelle batterie de règlements destinés à protéger les jeunes talents nationaux et donc à faire progresser la Nazionale dans les années à venir. L'effectif des clubs de Serie A devient donc limité à 25 joueurs, dont quatre doivent obligatoirement être nés en Italie, avec au moins quatre joueurs formés au club. À partir de 2016, un joueur non européen ne peut aussi plus être remplacé dans l'effectif d'un club par un autre joueur non européen, à moins que ce dernier soit déjà professionnel depuis plus de trois ans. De quoi donner un coup de pouce aux jeunes produits locaux en limitant la concurrence des joueurs étrangers, dans une Serie A dont les effectifs s'internationalisent à vitesse grand V.


Dans le même temps, le nouveau sélectionneur des A, Giampiero Ventura, nommé après l'Euro 2016 à la suite du départ d'Antonio Conte, fait aussi sa part du boulot en effectuant une tournée des clubs de Serie A pour leur demander de responsabiliser plus de jeunes joueurs italiens dans leur onze type : « Nous expliquons aux clubs qu'il leur faut miser sur les jeunes joueurs. C'est bon non seulement pour eux, mais aussi pour le football italien. » Histoire de pas s'arrêter en si bon chemin, la Fédération introduit aussi en 2016 une réforme des championnats de jeunes, et rationalise leur fonctionnement en créant des groupes de niveau plus homogène, et donc plus propices à la détection de talents en devenir. Si bien qu'un succès de la Nazionale lors de l'Euro U21 - une compétition organisée tous les deux ans et qui lui échappe depuis 2004 - ressemblerait à la juste récompense d'un pari jeune de plus en plus audacieux. Et qui prend peu à peu des airs de nouvelle renaissance italienne.

Par Adrien Candau
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE
À lire ensuite
Eder, la dure loi de la vie