Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Inter-Milan (1-0)

Icardi met Milan dans sa poche

Un ton au-dessus techniquement et plus entreprenante devant, l'Inter s'est longtemps laissée ligoter par un Milan solidaire et costaud de bout en bout défensivement. Puis Mauro Icardi a décidé de sortir de sa boîte.

Modififié

Inter 1-0 AC Milan

But : Icardi (90e+2) pour l'Inter

L'affaire était dans le sac. Milan avait réussi à neutraliser des Interisti plus entreprenants, plus créatifs, mais globalement muselés dès qu'il s'agissait d'entrer dans la surface de Gigi Donnarumma. Mais ça, c'était avant que Mauro Icardi ne déchire la laisse au bout de laquelle la défense milanaise le tenait, pour fermer le clapet des Rossoneri au bout du bout du temps additionnel.

L'Inter fait tomber la chemise


On ne va pas se mentir, le football de haut niveau est aussi une histoire d’apparences. Et à Milan, on sait y faire. Un Giuseppe Meazza garni par 78000 spectateurs, des tifos qui flattent les mirettes et des joueurs hyper lookés, avec tatouages et gueules de jeunes premiers, à l'image de la barbe parfaitement taillée de Mauro Icardi ou du brushing impeccable de Matteo Politano. Reste que, sur le pré, c'est plutôt celui qui est prêt à se tacher le T-shirt et à bouffer le gazon pour gratter un ballon qui a de bonnes chances de l'emporter. Et c'est l'Inter qui se décide d'entrée de jeu à desserrer la cravate, notamment grâce à Icardi, qui pense marquer un but de charognard, finalement logiquement refusé pour hors-jeu.


Excités comme une fashion victime au début des soldes d'été, les Nerazzurri galopent de partout, prennent le Milan par le col et multiplient les occasions : Perišić s'envole ainsi pour claquer une tête que détourne Donnarumma, avant que le gardien du Milan ne soit sauvé par sa barre, après une reprise de De Vrij. Ceinturé, Milan gicle néanmoins en contre et c'est au tour de Musacchio de se voir annuler un pion pour hors jeu. À part ça ? Beaucoup de tacles, Kessié qui envoie valser comme une quille Asamoah et relativement peu de chichis et de grigris : en bref, l'ensemble ne tournera pas au défilé de mode ce soir, mais bien en bonne vieille baston maison. En atteste ce tacle approximatif de Biglia, qui aboutit à la sortie de Nainggolan, remplacé par Borja Valero.

Icardi, toujours lui


Problème : à force de donner comme de recevoir autant de gnons, tout ce beau monde commence a sérieusement tirer la langue. Interisti et Milanais reculent alors chacun dans leur coin du ring, en espérant que la garde de l'adversaire finisse par se découvrir. Une partie d'échecs beaucoup plus sage, où l'Inter tente un chouia plus de manœuvres offensives, mais pédale désormais dans la semoule pour titiller les gants de Donnarumma. Le Diavolo ne laisse en effet plus que des miettes à grignoter aux Nerazzurri. Un rien du tout, presque rien, qui suffit pourtant à un type de la classe de Mauro Icardi. Vecino envoie un centre puissant sur le crâne de Maurito et l'Argentin fusille le pauvre Gigi Donnarumma, qui loupe complétement sa sortie. De quoi retourner le Diavolo comme une bonne vieille escalope milanaise et terrasser Gattuso et ses poulains, complètement livides au coup de sifflet final. Un dénouement jouissif pour l'Inter, qui peut gonfler les pectoraux avant de se déplacer au Camp Nou pour défier le Barça, mercredi prochain.



Inter (4-2-3-1) : Handanović - Vrsaljko, De Vrij, Škriniar, Asamoah - Vecino, Brozović - Politano, Nainggolan (Valero, 30e), Perišić (Keita Baldé, 70e) - Icardi. Entraîneur : Luciano Spalletti.

AC Milan (4-3-3) : G. Donnarumma - Calabria, Musacchio, Romagnoli, Rodríguez - Kessié, Biglia, Bonaventura - Suso, Higuaín, Çalhanoğlu (Cutrone, 74e) Entraîneur : Gennaro Gattuso.


  • Résultats et classement de Serie A

    Par Adrien Candau
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    il y a 2 heures Wenger espère un Mondial 2022 plus équilibré 33 il y a 2 heures Tournois rétro vintage indoor 2019 3
    Hier à 18:08 La « main » bientôt réformée ? 86 Hier à 17:56 Évra présente sa dinde à sa manière avant Thanksgiving 76

    Le Kiosque SO PRESS

    Hier à 15:13 Gasset tire son chapeau à Génésio 21 Hier à 14:40 Golden Boy 2018 : pas de Mbappé dans les cinq finalistes 100 Hier à 13:12 Plus d’un fan sur deux a déjà été témoin d’un comportement raciste au stade 82
    Partenaires
    Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi
    Hier à 12:41 Les Dorados de Sinaola de Maradona intéressés par Bolt ? 27