Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 23 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Finale
  3. // OM-Atlético (0-3)

Griezmann n'a plus peur des finales

Bourreau de l'OM avec deux pions au compteur, Antoine Griezmann n'a pas fait de sentiment pour offrir à l'Atlético la troisième Ligue Europa de son histoire. Le natif de Mâcon en a profité pour se délester de cette malédiction des finales, de quoi lui donner des idées pour réitérer la chose en Russie.

Modififié
Son heure de gloire est enfin arrivée. Lorsqu'il est remplacé à l'ultime minute d'une finale que son Atlético a su gérer (presque) sans trembler, le gamin de Mâcon peut avoir le sourire. Antoine Griezmann peut se féliciter cette fois de ne pas être passé à côté de l'événement, du grand rendez-vous dans lequel tout le monde l'attendait. Une satisfaction pour celui qui commençait à en avoir marre de ne pas avoir « la chance  » de son côté dans les grands événéments. Un sentiment qu'il résumait bien au micro de beIN SPORTS après la qualification pour ce rendez-vous au sommet à Lyon : «  Nous atteignons une autre finale, nous sommes ravis et nous espérons que l’histoire finira bien. Nous essaierons de bien faire les choses et de gagner la Ligue Europa. J’aimerais bien gagner, enfin, un trophée, c’est mon tour. » Un message pas tombé dans l'oreille d'un sourd, et Grizou n'a pas non plus manqué de le rappeler aux supporters olympiens ce soir.

Griezmann of the Match


Face aux joueurs de Rudi Garcia, Antoine Griezmann a tout simplement offert un récital pour transformer son Atlético un peu endormi en machine de guerre implacable. Il profite d'abord de la bourde du duo Mandanda/Zambo pour sonner le réveil en battant le grand Steve dans une situation presque aussi idéale que celle qu'a manquée Germain en tout début de rencontre. Une première célébration estampillée Fortnite que Griezmann ne renouvellera pas en deuxième période, son piqué soyeux sur Mandanda se suffisant à lui-même. Avec ce coup double, il est devenu par ailleurs le premier joueur français à inscrire un doublé lors d'une finale de Ligue Europa. Histoire de parfaire une prestation XXL, il est même à l'origine de la troisième réalisation des siens dans un poste de meneur de jeu qui lui va aussi comme un gant. Avant la rencontre, à la suite des rumeurs de départ vers le Barça qui entouraient sa personne, Diego Costa avait sommé Griezmann « d'écrire l'histoire ici en remportant la Ligue Europa avant d'éventuellement partir  » . Le contrat a été rempli, et après la fête, l'Atlético pourra trembler.

Fin de la malédiction, maintenant, les Bleus ?


Si Grizou est aussi heureux, c'est aussi parce qu'il avait en tête les finales passées où ses prestations n'avaient pas été à la hauteur. En 2016, son penalty sur la barre de Keylor Navas avait privé les Colchoneros de revenir dans la course pour remporter leur première Ligue des champions. Un peu plus d'un mois plus tard, c'est l'Euro à la maison qui passait sous le nez de Grizou, finale où il n'avait pas particulièrement brillé sans être mauvais non plus. Son bisou long comme pas possible sur cette Ligue Europa en dit long sur le palier qu'a peut-être franchi le Français ce 16 mai 2018 : celui où il a définitivement appris à gagner au plus haut niveau. Et ça tombe bien, la Coupe du monde en Russie le mois prochain peut lui permettre de montrer à la planète entière le joueur de classe mondiale qu'il est déjà. Vamos !




Par Andrea Chazy
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

C3 - Finale - Et à la fin, c'est Marseille qui perd




Dans cet article


Hier à 16:36 Euro Millions : 138 millions d'€ + 1 millionnaire garanti 1 Hier à 15:00 Erick Thohir bientôt actionnaire d'Oxford United 3 Hier à 13:01 La manifestation des ultras des Young Boys contre l'e-sport 16 Hier à 11:32 Évra raconte sa vengeance après une blague de Piqué 66
Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom