Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // CDM 2019
  2. // Finale
  3. // USA-Pays-Bas (2-0)

Et à la fin, ce sont les États-Unis qui gagnent

Accrochées pendant une heure, les filles de Jill Ellis ont finalement fait logiquement la différence grâce à un penalty de Megan Rapinoe et à un coup de pétard de Rose Lavelle pour battre les Pays-Bas dimanche, à Lyon (2-0). Les Américaines sont championnes du monde pour la quatrième fois de l'histoire, la deuxième d'affilée.

Modififié

États-Unis 2-0 Pays-Bas

Buts : Rapinoe (61e, s.p.) et Lavelle (69e) pour les États-Unis.

Ils aiment dire qu'un tel sommet est le lieu des « et si ? » , celui des détails qui font toute la différence et changent les fiches Wikipedia. Alors, vraiment ? Non, pas cette fois, pas encore, même si les Pays-Bas auront davantage résisté que le Japon, mené 4-0 après seize minutes de jeu lors de la finale de 2015, et que toutes les équipes de ce Mondial. Lors du mois écoulé, personne n'avait fait barrage plus de douze minutes avant d'encaisser un but américain : les championnes d'Europe en titre auront tenu plus d'une heure. Puis, l'inévitable sens des choses : Rapinoe, Lavelle, Morgan, Dahlkemper, Jill Ellis qui tombe au moment de célébrer un but et tout un pays qui souffle. Sans surprise, les États-Unis conservent leur couronne, et ce, avec le plus grand nombre de buts marqués sur une même Coupe du monde (26) : du jamais-vu.

Baston et réflexes


Une finale de Coupe du monde dans toute sa splendeur. On a vu dimanche une joueuse top-modèle étendue au sol, seule avec sa douleur, après seulement quatre minutes de jeu et on a compris : si ce rendez-vous entre les États-Unis et les Pays-Bas promettait des étincelles, il a finalement accouché d'une baston pure et simple. Car on n'en avait pas fini avec les impacts. Pêle-mêle, on a aussi vu Samantha Mewis se faire découper comme un saucisson par Danielle van de Donk et Rose Lavelle transformée en piñata par la paire Martens-Spitse. Le cadran tournait depuis à peine dix minutes, le jeu se devait d'arriver enfin : s'est-il pointé ? Tardivement, car les États-Unis ont longtemps peiné à trouver des espaces au cœur du compact schéma hollandais là où les Pays-Bas, eux, ont surtout cherché à devenir la première équipe du Mondial à résister plus d'un quart d'heure à l'ogre américain.


Exploit réussi et plus encore : la bande de Wiegman a réussi à éteindre une Rapinoe finalement titulaire, mais peu flamboyante dans le jeu et à contenir parfaitement l'influence d'Alex Morgan. Alors, les championnes du monde en titre ont dû se creuser la tête et l'ont sorti pour de bon à la demi-heure de jeu, Julie Ertz poussant Van Veenendaal au réflexe (28e). Ce qui a sonné le début du show de la gardienne néerlandaise, libre de tout contrat depuis son départ d'Arsenal, mais en ébullition sur la fin du premier acte, notamment devant Mewis et Morgan (38e), puis sur une praline lointaine de la pointe du Pride d'Orlando (40e). Une ode à la résilience.


Rapinoe, label et la bête


Et aux embrouilles, Stéphanie Frappart oubliant notamment un penalty pour les États-Unis après une intervention très limite de Bloodworth en première période et voyant la casse s'accumuler sous ses yeux : après un contact tête contre tête avec Lieke Martens, Kelley O'Hara ne ressort pas des vestiaires à la pause alors que Sauerbrunn voit son arcade exploser à la suite d'un duel avec Van de Donk. L'intervention folle de Van der Gragt sur Alex Morgan à l'heure de jeu – un pied levé à hauteur de l'épaule droite de la buteuse américaine – se transforme alors en punition logique et Rapinoe ouvre le score sur penalty (1-0, 61e).


L'effet ? Une tentative de réponse solitaire de Miedema, puis un deuxième coup de marteau sur les têtes hollandaises : huit minutes après l'ouverture du score de sa capitaine, Rose Lavelle vient doubler la mise d'une frappe du gauche à l'entrée de la surface (2-0, 69e) et balaye définitivement les Pays-Bas, Van Veenendaal devant dans la foulée sauver les meubles face à Heath (71e), Morgan (72e) et Dunn (76e). Finalement, c'est à cet instant qu'on aura vu les filles de Wiegman cadrer leur première frappe de la rencontre via une maigrichonne tentative de Beerensteyn (77e). Ellis vient alors de se tourner vers le temps des récompenses pendant que Tobin Heath ne cesse de tricoter : Megan Rapinoe sort de scène, ovationnée par tout le Groupama Stadium, et emmène les clés de la finale dans son short. Les États-Unis viennent de broder leur quatrième étoile mondiale.



États-Unis (4-3-3) : Naeher - O'Hara (Krieger, 46e), Dahlkemper, Sauerbrunn, Dunn - Mewis, Ertz, Lavelle - Heath (Lloyd, 87e), Morgan, Rapinoe (Press, 79e). Sélectionneuse : Jill Ellis.

Pays-Bas (4-3-3) : Van Veenendaal - Van Lunteren, Dekker, Van der Gragt, Bloodworth - Groenen, Van de Donk, Spitse - Beerensteyn, Miedema, Martens. Sélectionneuse : Sarina Wiegman.


  • Résultats et classements de la Coupe du monde

    Par Maxime Brigand, au Groupama Stadium
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié




    Dans cet article


    dimanche 7 juillet Emmanuel Macron : « Pour le sport féminin, les choses ne seront plus jamais les mêmes » 70 dimanche 7 juillet Revivez États-Unis - Pays-Bas (2 - 0) 255
    Partenaires
    Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible
    vendredi 5 juillet Infantino veut une Coupe du monde féminine à 32 équipes 22 mercredi 3 juillet Revivez Pays-Bas - Suède (1 - 0) 177 mardi 2 juillet Valenciennes bat des records d'affluence aux buvettes du Mondial 36 lundi 1er juillet Les stations de métro de Lyon rebaptisées au nom des capitaines du Mondial 16 samedi 29 juin Dhorasoo : « J’espère que la France ne sera pas la dernière à réagir » 195 vendredi 28 juin Revivez France - Etats-Unis (1 - 2) 493 jeudi 27 juin Pierluigi Collina défend la VAR 94 mardi 25 juin La mascotte Ettie volée au Parc des Princes 39
    À lire ensuite
    Les notes des États-Unis