S’abonner au mag
  • Brésil
  • Disparition de Pelé

Pelé, la tête dure

Par Ugo Bocchi
Pelé, la tête dure

Le football a eu son équipe totale avec l'Ajax et les Pays-Bas de 1970. Il a également eu son joueur total avec le Roi Pelé, aussi bon des pieds que de la tête. Deuxième de notre top 100 des joueurs ayant marqué le foot sud-américain en 2016, la légende brésilienne nous a quittés ce jeudi 29 décembre à l'âge de 82 ans.

C’est la première Coupe du monde diffusée en couleurs, et les hommes de Mário Zagallo font figure de favoris. Autant dire que le peuple brésilien est aux premières loges pour assister à l’envol de leur Roi. Après une mise à l’écart volontaire de deux ans (Pelé préférant digérer les agressions et la déception du Mondial 66, seul dans son coin), il revient en 1970 remonté comme un coucou. Et durant toute la compétition, il s’emploie à dévaliser tous ses adversaires, les uns après les autres. Bien aidé par Jairzinho, Tostão, Rivelino ou encore Carlos Alberto, il marche chronologiquement sur la Tchécoslovaquie, l’Angleterre, la Roumanie, le Pérou et l’Uruguay avant de retrouver l’Italie, en finale, dans un stade Azteca bouillonnant.

Et à la 18e, après une touche bien dégueulasse, centrée en galère par Rivelino, le Roi s’envole. Littéralement. Une détente verticale complètement folle. Un décollage de fusée. Du haut de son petit mètre 70 (la taille d’Andrés Iniesta), il prend plusieurs dizaines de centimètres sur Tarcisio Burgnich, l’un des meilleurs défenseurs centraux de l’histoire, et pique son ballon dans les filets d’Enrico Albertosi. 1-0. Malgré l’égalisation un quart d’heure plus tard signée Roberto Boninsegna, plus rien n’arrêtera le Brésil. Et pour couronner le tout, c’est sur une autre douceur des cheveux de Pelé que la Seleção touchera le Graal : une remise de la tête millimétrée pour Jairzinho, qui n’aura plus qu’à bombarder le gardien italien. Finalement, le Brésil s’impose 4-1 : le Roi est porté en triomphe, c’est déjà sa troisième couronne.

La tête dans les étoiles

C’est aussi durant cette Coupe du monde que Pelé offrira à Gordon Banks l’un des plus beaux arrêts de l’histoire. Deuxième match de poule contre l’Angleterre, un coup de tronche monstrueux que le gardien de Stoke sort, miraculeusement. Après ce match, il marquera le coup d’un désormais culte : « J’ai marqué un but, mais Banks l’a arrêté », histoire de dire que son geste, sa détente, son coup de casque étaient parfaits.

Car il n’y a pas vraiment à tortiller : Edson Arantes do Nascimento est l’un des meilleurs joueurs de tête de l’histoire. C’est d’ailleurs pour cette raison que ses défenseurs, ou lui-même, le considèrent comme le meilleur joueur de tous les temps. En 2006, retraité depuis bien longtemps, mais toujours aussi irrité par les comparaisons avec son plus grand rival argentin, il déclare : « Depuis vingt ans, on me pose la même question : qui est le plus grand ? Pelé ou Maradona ? Et moi, je réponds que tout ce que vous avez à faire est de regarder les faits. Combien de buts a-t-il marqués avec son pied droit ? Avec la tête ? »

Tout ça pour dire qu’il savait tout faire : défendre, courir, dribbler (des deux pieds), tacler, centrer (des deux pieds), frapper (des deux pieds), passer (des deux pieds), sauter plus haut que tout le monde et donc se servir de sa tête. Pour penser, réfléchir, mais aussi pour casser un ballon avec son front et le déposer là où il le souhaitait. Et pas que contre des équipes en carton ou dans des instants sans importance. En 1958, en finale (encore) du Mondial contre la Suède, il marque le but de la victoire, du crâne, coincé entre deux défenseurs et sur un centre venant dans son dos. Immense. Surtout qu’il devient le plus jeune vainqueur de la Coupe du monde, à seulement dix-sept ans.

Après le match, Sigge Parling, défenseur et martyr suédois, s’incline et reconnaît le volume de jeu hors du commun du phénomène : « Après le cinquième but, j’avais envie de l’applaudir. »

Coup de boule et melon

De nombreux buts de la tête, donc. Mais aussi des coups de sang et un coup de boule. En 64, lors d’un tournoi ponctuel organisé au Brésil, la Copa de las Naciones, l’Argentine sait qu’elle va ramer contre une Seleção forte de deux titres consécutifs en Coupe du monde. Alors elle décide de sacrifier un joueur et de lui donner une mission ingrate : Mesiano devra coller Pelé pendant tout le match et ne jamais le lâcher, sous aucun prétexte. Une mission parfaitement remplie, puisque privé de ballon pendant une bonne partie du match, le numéro 10 brésilien va péter un câble et briser le nez de l’Argentin.

Finalement, difficile de recenser le nombre de ses buts qui ont été inscrits de la tête, parmi ses 1281 officiels, mais une chose est sûre : il a bel et bien marqué l’histoire du foot de son visage, de son sourire, de son front et de son melon. Quand il se remémore ce but en 1970, le Roi ne peut s’empêcher d’y ajouter un soupçon d’arrogance. C’est plus fort que lui et c’est aussi ce qui fait son charme : « J’ai ressenti quelque chose de spécial après ce but, parce que j’ai marqué de la tête. Mon père, qui était joueur lui aussi, a marqué une fois cinq buts de la tête dans le même match. C’est un record que je n’ai jamais pu battre. »

Dans cet article :
Dans cet article :

Par Ugo Bocchi

Articles en tendances
23
Revivez la victoire de Barcelone à Paris (2-3)
  • C1
  • Quarts
  • PSG-Barcelone
Revivez la victoire de Barcelone à Paris (2-3)

Revivez la victoire de Barcelone à Paris (2-3)

Revivez la victoire de Barcelone à Paris (2-3)
43
Revivez la victoire épique de Lyon contre Brest
  • Ligue 1
  • J29
  • Lyon-Brest (4-3)
Revivez la victoire épique de Lyon contre Brest

Revivez la victoire épique de Lyon contre Brest

Revivez la victoire épique de Lyon contre Brest
Logo de l'équipe Manchester City
Eduardo Camavinga of Real Madrid and Mateo Kovacic of Manchester City during the UEFA Champions League match, Quarter-finals, first leg, between Real Madrid and Manchester City played at Santiago Bernabeu Stadium on April 9, 2024 in Madrid Spain. (Photo by Bagu Blanco / Pressinphoto / Icon Sport)   Photo by Icon sport   - Photo by Icon Sport
Eduardo Camavinga of Real Madrid and Mateo Kovacic of Manchester City during the UEFA Champions League match, Quarter-finals, first leg, between Real Madrid and Manchester City played at Santiago Bernabeu Stadium on April 9, 2024 in Madrid Spain. (Photo by Bagu Blanco / Pressinphoto / Icon Sport) Photo by Icon sport - Photo by Icon Sport
  • C1
  • Quarts
  • Real Madrid-Manchester City (3-3)
Le Real et City offrent une empoignade mémorable

Le Real et City offrent une empoignade mémorable

Le Real et City offrent une empoignade mémorable
22
Revivez Arsenal - Bayern Munich (2-2)
  • Ligue des champions
  • Quarts
  • Arsenal-Bayern
Revivez Arsenal - Bayern Munich (2-2)

Revivez Arsenal - Bayern Munich (2-2)

Revivez Arsenal - Bayern Munich (2-2)
Logo de l'équipe Paris Saint-Germain
Kylian Mbappe (forward; Paris Saint-Germain) during the UEFA Champions League match between Real Sociedad vs Paris Saint-Germain UEFA Champions League at Reale Arena / Anoeta Stadium on March 5, 2024 in Donostia / San Sebastian, Spain. Photo by ABACAPRESS.COM    Photo by Icon Sport   - Photo by Icon Sport
Kylian Mbappe (forward; Paris Saint-Germain) during the UEFA Champions League match between Real Sociedad vs Paris Saint-Germain UEFA Champions League at Reale Arena / Anoeta Stadium on March 5, 2024 in Donostia / San Sebastian, Spain. Photo by ABACAPRESS.COM Photo by Icon Sport - Photo by Icon Sport
  • Paris sportifs
Pronostic PSG Barcelone : Analyse, cotes et prono du quart de finale de Ligue des champions (+100€ de bonus offerts en CASH)

Pronostic PSG Barcelone : Analyse, cotes et prono du quart de finale de Ligue des champions (+100€ de bonus offerts en CASH)

Pronostic PSG Barcelone : Analyse, cotes et prono du quart de finale de Ligue des champions (+100€ de bonus offerts en CASH)

Votre avis sur cet article

Les avis de nos lecteurs:

Dernières actus

Nos partenaires

  • Vietnam: le label d'H-BURNS, Phararon de Winter, 51 Black Super, Kakkmaddafakka...
  • #Trashtalk: les vrais coulisses de la NBA.
  • Maillots, équipement, lifestyle - Degaine.
  • Magazine trimestriel de Mode, Culture et Société pour les vrais parents sur les vrais enfants.
  • Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine

Brésil

Logo de l'équipe Brésil
LFI member of the parliament Eric Coquerel, Amelie Oudea Castera, Minister for Sport and the Olympic and Paralympic Games, Karim Bouamrane, Mayor of Saint-Ouen and Rai, international footballer, during the inauguration of the new rue du docteur Socratès in the Athletes' Village of the Paris 2024 Olympic and Paralympic Games. Saint-Ouen, March 30, 2024.Photos by Jérémy Paoloni/ABACAPRESS.COM Photo by Icon sport   - Photo by Icon Sport
LFI member of the parliament Eric Coquerel, Amelie Oudea Castera, Minister for Sport and the Olympic and Paralympic Games, Karim Bouamrane, Mayor of Saint-Ouen and Rai, international footballer, during the inauguration of the new rue du docteur Socratès in the Athletes' Village of the Paris 2024 Olympic and Paralympic Games. Saint-Ouen, March 30, 2024.Photos by Jérémy Paoloni/ABACAPRESS.COM Photo by Icon sport - Photo by Icon Sport
On était à l’inauguration de la rue Sócrates à Saint-Ouen

On était à l’inauguration de la rue Sócrates à Saint-Ouen

On était à l’inauguration de la rue Sócrates à Saint-Ouen

Italie

Logo de l'équipe Italie
Foto Alessandro Garofalo/LaPresse 23 marzo 2023 Napoli, sport calcio Italia vs Inghilterra - qualificazione campionato europeo 2024 - stadio Diego Armando Maradona Nella foto: Mateo Retegui (Italia); esultanza March 23, 2023 Napoli, soccer sport Italy vs England - European championship qualification 2024 - Diego Armando Maradona stadium In the pic:Mateo Retegui (Italia); celebrates - Photo by Icon sport
Foto Alessandro Garofalo/LaPresse 23 marzo 2023 Napoli, sport calcio Italia vs Inghilterra - qualificazione campionato europeo 2024 - stadio Diego Armando Maradona Nella foto: Mateo Retegui (Italia); esultanza March 23, 2023 Napoli, soccer sport Italy vs England - European championship qualification 2024 - Diego Armando Maradona stadium In the pic:Mateo Retegui (Italia); celebrates - Photo by Icon sport
Pronostic Italie Équateur : Analyse, cotes et prono du match amical international

Pronostic Italie Équateur : Analyse, cotes et prono du match amical international

Pronostic Italie Équateur : Analyse, cotes et prono du match amical international