• Ligue 2
  • J16
  • Annecy-Saint-Étienne

Avec Annecy, Gaby Jean refait le monde

Par Matteo Amghar

Pour passer du Régional 1 à la Ligue 2 en quatre ans, il faut faire des pas de géant. Ça tombe bien, Gaby Jean, défenseur central du FC Annecy culminant à 1,91m, en a fait sa marque de fabrique. À 22 ans, le gaucher a déjà pas mal bourlingué et constamment gravi les échelons. Portrait d’un bosseur au bon profil.

« Mon rêve, c’était d’être connu en faisant trembler San Siro. » Ces paroles de Jul dans le titre Avant la douane, Gaby Jean, grand fan du rappeur marseillais, les a chantées de nombreuses fois. S’est-il imaginé fouler la pelouse du plus mythique des stades italiens ? Pour le moment, le longiligne défenseur de 22 ans se contente chaque week-end de Ligue 2 de rassurer le Parc des Sports d’Annecy par ses interventions défensives. Bizut à ce niveau, le Mâconnais de naissance découvre le monde professionnel au sein de l’actuelle sixième défense du championnat (et première hors top 5). Arrivé cet été en provenance de Louhans-Cuiseaux en National 2, il s’est immédiatement imposé dans le onze du promu savoyard, accroché à la 15e place du classement.

Très jeune déjà, j’étais mature et je pouvais analyser mes performances. Je le dis sans problème, il y avait meilleur que moi.

Avant de devenir le joueur de Ligue 2 ayant réussi le plus de passes vers l’avant (382), de savourer des déplacements à Guingamp, Rodez ou Bordeaux et goûter au Boxing Day à la française avec la réception de l’AS Saint-Étienne le lendemain de Noël, le colosse d’1,91m a dû patienter. Paul Guérin, conseiller technique de la ligue Bourgogne Franche-Comté qui l’a connu petit car père d’Alexis Guérin, son meilleur ami, se souvient : « Au pôle espoirs de Dijon, Gaby n’était pas considéré parmi les meilleurs. Personne ne pouvait présager de son avenir. » Vincent Mathey, directeur du pôle depuis 2015 confirme : « De la génération 2000, cinq joueurs sont allés dans des centres de formation puis sont devenus professionnels. Habituellement c’est plutôt deux ou trois par promo. » Une liste dont ne faisait pas partie Gaby Jean, lui qui atterrit à Montceau (FCMB) en Régional 1. L’intéressé se rappelle : « Très jeune déjà, j’étais mature et je pouvais analyser mes performances. Je le dis sans problème, il y avait meilleur que moi. À cette époque-là, j’ai grandi d’un coup aussi. Ça m’a déséquilibré et a entraîné des changements d’appuis, de posture. Il m’a fallu du temps pour me réhabituer à mon corps. »

STAPS, accident de la route et vendanges

Sous ses faux airs de Niklas Süle, le gaucher s’est construit à sa manière, en passant longtemps par la case amateur. Un itinéraire marqué par des passages à Bourg-Péronnas et au FC Lyon avant un retour en 2018 près de chez lui, à Montceau, bac S avec mention en poche, pour suivre en parallèle une licence STAPS au Creusot. Nicolas Phommarath, coach des U17 et adjoint de l’équipe première du FCMB, est alors son tuteur. « En STAPS, il a commencé un cursus pour devenir éducateur de football. Ça lui arrivait déjà de donner un coup de main les mercredis aux entraînements des U11. Il a découvert sa volonté d’encadrer les séances des petits et transmettre son message. On a pu voir sa maturité, il était bon pédagogue. » En plus de cette maturité, Phommarath présente un garçon qui « pue le foot » et plein de qualités : « On pensait que c’était le genre à dégager après avoir gagné un duel, mais non. C’est un défenseur moderne, puissant et qui répète les efforts. Il s’applique à la relance, cherche le déséquilibre, la profondeur. Et son pied gauche est très fin. » « Sa force se situe là », abonde Mathey. « Des gauchers de sa taille qui jouent dans l’axe, les clubs en recherchent toujours. Il est à l’écoute, et c’est vraiment un bosseur. Pour un coach, c’est le bonheur. » Pas pour rien qu’il est classé parmi les joueurs qui remportent le plus de duels aériens du championnat de Ligue 2.

En arrivant à Louhans, ils lui ont filé une petite chambre et il faisait les vendanges pour se faire un peu de sous.

À l’été 2020 s’ouvrent à lui les portes de l’échelon supérieur, le National 2 : il traverse la Saône et pose son baluchon à Louhans-Cuiseaux en plein Covid. « Le côté sportif a primé », estime Phommarath. « Ils le suivaient, car ces équipes regardent toujours autour de chez elles, histoire de dénicher un pari d’avenir. » « Le staff appréciait mon profil et voulait que j’intègre le groupe, retrace Gaby Jean. Je montais d’un niveau et ce n’était qu’à une heure de chez moi. » Enfin du beau temps après l’orage. « À Montceau, j’ai dû arrêter en deuxième année de STAPS après un accident de la route raconte-t-il. On m’a opéré des vertèbres et je suis resté chez moi pendant des mois pour la rééducation. C’était juste avant le Covid et quand je suis enfin revenu, je n’ai eu le temps de faire qu’un match avant que tout soit stoppé. » Un nouveau défi dans la plaine de Bresse qui augure des jours meilleurs, mais Guérin se souvient de débuts compliqués : « En arrivant à Louhans, ils lui ont filé une petite chambre et il faisait les vendanges pour se faire un peu de sous. » Sur le terrain, Gaby Jean patiente, mais finit par s’imposer, comme à son habitude : « Je ne suis jamais le choix numéro un, mais j’arrive toujours à me faire ma place pendant la saison. Quand je ne joue pas, je ne baisse jamais la tête, je reste sérieux et concentré pour que ma chance vienne et dès qu’elle arrive, je sais la saisir. » L’année passée, alors enfin titulaire en puissance, Gaby Jean fait partie d’une arrière-garde qui termine même co-meilleure défense du championnat.

Enfin un bon prono ?

À Louhans, Gaby Jean se sent bien, enchaîne, mais aspire naturellement à viser plus haut. Par chance, Laurent Guyot et Jean-Philippe Nallet, respectivement coach et directeur sportif d’Annecy, sont de bons amis de Paul Guérin : « Je leur ai envoyé un CV sur demande de Gaby. Ils l’ont invité cet été à faire la préparation avec le club. Il a donné satisfaction car Annecy cherchait vraiment ce profil pour son 3-5-2. Et puis Laurent, c’était aussi un gaucher, très grand et qui jouait défenseur axial. Cette ressemblance l’a séduit. » En plus de sa place verrouillée dans le onze savoyard (il a disputé 14 rencontres et 90% des minutes), Gaby Jean a paraphé son premier contrat professionnel en août dernier. « J’ai signé juste après mon premier match de Ligue 2 », dit-il fièrement. Une ascension express bienvenue pour une équipe qui a retrouvé l’antichambre du football français 30 ans après l’avoir quittée. Dans une saison cruelle à quatre descentes, Annecy s’accroche, mais ne pointe qu’à une unité de la zone de relégation avant la réception des Verts, concurrent direct au maintien.

Se pose désormais la question de sa progression. Il temporise : « Moi qui viens du monde amateur, je veux déjà me stabiliser, me faire un nom au niveau professionnel. » Sur ce point, tout le monde s’accorde. « Gaby a encore à prouver à ce niveau. Le championnat de Ligue 2 est très difficile et formateur. Il n’a que 22 ans et jouait encore en R1 il y a 4 ans, rappelle Phommarath. Attention, beaucoup de joueurs ne peuvent pas aller dans tous les clubs et ne peuvent pas être titulaires avec tous les entraîneurs. Lui, il est dans le bon club, dans le bon système avec un coach qui lui fait confiance », signale Guérin, qui veille au grain, même hors terrain. « On a fait un concours de pronostics entre amis pendant la Coupe du monde, et il n’était pas brillant. J’ai dû lui passer un coup de fil pour le réconforter », dit-il en se marrant. Pas grave, puisque depuis le début, Gaby Jean a décidé autre chose : tout miser sur lui-même. Avec toujours San Siro dans un coin de sa tête ?

Dans cet article :

Dans cet article :

Par Matteo Amghar

Dernières actus

1
L'escroquerie avortée sur Bryan Dabo L'escroquerie avortée sur Bryan Dabo

L'escroquerie avortée sur Bryan Dabo

L'escroquerie avortée sur Bryan Dabo

0
La mobilisation des clubs turcs après le séisme La mobilisation des clubs turcs après le séisme

La mobilisation des clubs turcs après le séisme

La mobilisation des clubs turcs après le séisme

18
Quand Igor Tudor met en jeu une Rolex pour contredire un journaliste Quand Igor Tudor met en jeu une Rolex pour contredire un journaliste

Quand Igor Tudor met en jeu une Rolex pour contredire un journaliste

Quand Igor Tudor met en jeu une Rolex pour contredire un journaliste

13
Le plan du PSV pour conserver Xavi Simons la saison prochaine Le plan du PSV pour conserver Xavi Simons la saison prochaine

Le plan du PSV pour conserver Xavi Simons la saison prochaine

Le plan du PSV pour conserver Xavi Simons la saison prochaine

Annecy

0
Saint-Étienne s'offre un succès précieux face à Annecy Saint-Étienne s'offre un succès précieux face à Annecy

Saint-Étienne s'offre un succès précieux face à Annecy

Saint-Étienne s'offre un succès précieux face à Annecy

0
Pronostic Annecy Caen : analyse, cotes et prono du match de Ligue 2 Pronostic Annecy Caen : analyse, cotes et prono du match de Ligue 2

Pronostic Annecy Caen : analyse, cotes et prono du match de Ligue 2

Pronostic Annecy Caen : analyse, cotes et prono du match de Ligue 2

0
Pronostic Pau Annecy : Analyse, cotes et prono du match de Ligue 2 Pronostic Pau Annecy : Analyse, cotes et prono du match de Ligue 2

Pronostic Pau Annecy : Analyse, cotes et prono du match de Ligue 2

Pronostic Pau Annecy : Analyse, cotes et prono du match de Ligue 2

0
Pronostic Belfort Annecy : analyse, cotes et prono du match de Coupe de France Pronostic Belfort Annecy : analyse, cotes et prono du match de Coupe de France

Pronostic Belfort Annecy : analyse, cotes et prono du match de Coupe de France

Pronostic Belfort Annecy : analyse, cotes et prono du match de Coupe de France

0
Pronostic Annecy Paris FC : Analyse, cotes et prono du match de Ligue 2 Pronostic Annecy Paris FC : Analyse, cotes et prono du match de Ligue 2

Pronostic Annecy Paris FC : Analyse, cotes et prono du match de Ligue 2

Pronostic Annecy Paris FC : Analyse, cotes et prono du match de Ligue 2