Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // PSG-Lyon

Alphonse n'est pas revenu ici pour souffrir, ok ?

Après la victoire de Paris à Metz, Alphonse Areola a essuyé une salve de critiques et dû encaisser la relance du débat concernant le poste de gardien au PSG. Une situation finalement assez injuste, pour un gardien loin de démériter malgré un soutien très timide de son club.

Modififié

Début de seconde période à Saint-Symphorien. A priori supérieur, le PSG n'a pas encore pris la mesure du FC Metz. Sur une longue ouverture de Benoît Assou-Ekotto, Marquinhos remet en retrait pour son gardien. Sous la pression d'Emmanuel Rivière arrivant à pleine bourre, Alphonse Areola manque sa passe de la tête et offre une opportunité à l'ancien de Newcastle. Heureusement pour Paris, l'attaquant manque le cadre et, quelques minutes plus tard, Assou-Ekotto prend un rouge pour un tacle sur Kylian Mbappé. Les hommes d'Unai Emery peuvent dérouler. 5-1, facile, l'après-match peut se focaliser en majeure partie sur la bévue du portier. À en croire tous les observateurs, y compris à l'étranger, il y a bien « Areola's mistake » . Suffisant pour relancer le débat sur la hiérarchie des gardiens à Paris. Dans l'affaire, Marquinhos s'en sort bien avec sa passe en retrait merdique dans l'axe du but et avec rebond. Tout le contraire de ce que l'on enseigne dans les écoles de foot. Le Brésilien n'a pas fait un cadeau à son partenaire qui, s'il s'est manqué, ne l'a pas fait tout seul et dans une situation anodine.

Souviens-toi l'hiver dernier


Sauf qu'à Paris, cette année, il semblerait qu'Alphonse Areola ait la tête du coupable idéal. Seul. Il faut dire qu'avec les recrutements de Neymar à 222 millions et Mbappé à environ 180, les fans parisiens ont pris de mauvaises habitudes. Le PSG n'aurait pas de gardien et il n'y aurait qu'à claquer 100 millions d'euros pour Jan Oblak. Comme si le fair-play financier n'existait plus et que le portier de l'Atlético de Madrid ne s'était jamais troué. Idem pour Gianluigi Buffon ou Manuel Neuer, soit dit en passant... Dans le cas d'Areola, la passe en retrait difficile de Marquinhos a été mal négociée, c'est un fait, mais la volée de critiques qui a suivi le match apparaît aujourd'hui largement démesurée. La plupart des arguments balancées à la figure du troisième portier de l'équipe de France se résumant essentiellement à son terrible passage à vide de la saison passée qui lui avait valu un séjour prolongé sur le banc.

Vidéo

Ball-Trapp


Or, depuis le début de la saison, Alphonse Areola a plus souvent tenu son rôle avec brio que pris des pions casquettes. Trophée des champions, match contre Saint-Étienne, ou encore le déplacement au Celtic Park sont autant de prestations convaincantes pour un gardien peu sollicité, certes, mais qui a su sortir les parades exigées. Un problème malgré tout pour Alphonse, dont les bonnes actions ont toujours été suivies, ou presque, de victoires fleuves, comme celle face au Celtic. Ses quelques arrêts réflexes ont compté dans la victoire sereine, mais pèse moins dans le débat que la bonne forme du trio Neymar-Cavani-Mbappé ou le volume de jeu d'Adrien Rabiot. Dans ce contexte d'Areola bashing facile, force est de constater que le soutien du club est très léger, si ce n'est maladroit : Kevin Trapp se permet de dire au Frankfurter Rundchau qu'il finira par récupérer sa place « comme la saison dernière » - en clair, Alphonse peut se faire dessus d'un moment à l'autre -, Thomas Meunier évoque Thibaut Courtois comme recrue idéale au poste, ou encore Unai Emery qui se refuse à établir une hiérarchie aussi claire que saine. De nombreuses gouttes, donc, et un vase qui peut facilement déborder.

Neuf mois pour convaincre ?


La direction parisienne pense peut-être qu'aucun de ses deux voltigeurs ne mérite un CDI, et que l'avenir passe par le recrutement d'un meilleur élément. La limite du raisonnement, c'est que finalement, malgré les critiques de supporters ou d'observateurs un peu trop gâtés par les transferts clinquants, il n'y a pas cinquante solutions clairement plus performantes qu'Alphonse Areola ou Kevin Trapp sur le marché des gardiens. Si Paris veut s'améliorer à ce poste, il doit viser un joueur de classe mondiale. Ou le fabriquer. Preuve qu'il y a déjà de quoi faire avec ses hommes actuels, à condition de leur témoigner un peu plus d'égards et de confiance.


Sollicité pour prolonger un bail qui s'achève en 2019, Areola hésiterait d'ailleurs à apposer sa signature, peu désireux de s'inscrire dans la durée comme doublure. Un départ du Titi parisien, pur produit de la formation locale parti s'exiler à Lens, Bastia et Villarreal pour grandir, serait une contradiction majeure avec le projet annoncé d'optimisation du vivier francilien. Et si Paris donnait un peu de temps à Areola pour grandir ? Dans l'état actuel, cela signifierait être constant en championnat, décisif dans les rencontres majeures en Ligue des champions, et décrocher quelques sélections en Bleu. Et si, d'aventure, Alphonse boucle cette saison en ne s'affalant sur le banc que lors des matchs de coupes nationales, il ne le devra à personne. Et en sortira grandi. Enfin.



Par Nicolas Jucha
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Le Kiosque SO PRESS

Hier à 11:34 Football Leaks : une enquête de la FIFA sur les transferts troubles entre Aspire et Eupen 16
Partenaires
Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible
Hier à 08:01 Venez regarder un match chez So Foot ! 6