Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 1 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Toulouse-Marseille

50 histoires que vous ne connaissez peut-être pas sur le TFC

Ce dimanche, le Toulouse Football Club fête officiellement ses 80 ans lors de la réception de l’OM au Stadium. À défaut de palmarès, le club a connu pas mal d’aventures et de mésaventures entre une fusion improbable, des exploits sans lendemain, Fabien Barthez avec des cheveux ou Beto Márcico avec son ventre à pizza. Oui, il y a eu une vie avant Pascal Dupraz.

Modififié
1) Wikipédia n’entend rien savoir. Pour l’encyclopédie en ligne, le Toulouse Football Club n’a rien d’un octogénaire : « Le Toulouse FC n'a pas été fondé en 1937. Il y a un amalgame fait avec le premier Toulouse FC, qui lui a bien été fondé en 1937 et a disparu en 1967. Les deux clubs n'ont pas de rapport, le Toulouse FC actuel ayant de surcroît été fondé en 1970 sous le nom d'Union sportive de Toulouse. » Reste que dans l’esprit des Toulousains, il s’agit bien d’un seul et même club. Et c’est bien ça l’important.

2) En 1941, le TFC remporte la finale de la Coupe de France de la zone non occupée. De là à réclamer le retour de la ligne de démarcation...

3) Avril 1953, les dirigeants du club en déplacement à Strasbourg amènent une oie afin de l’offrir au président alsacien. Une affaire de penalty sifflé en faveur du Téf va déclencher la colère des Strasbourgeois au point que le palmipède y laissa quelques plumes. Le TFC décide alors de ramener son présent dans la ville rose. L’oie fut gardée et même empaillée, devenant l’emblème du club.

4) Une mascotte d’oie sera présente au Stadium durant les années 80 et 90. Le président Sadran tentera en vain de réintroduire l’idée d’une mascotte en 2003. Le referendum populaire donnait à choisir entre un ours, un pitbull, un taureau et la fameuse oie. Le projet sera finalement avorté, la consultation soulevant surtout l’embarras des supporters.

5) En 1957, Toulouse bat Angers 6-3 en finale de la Coupe de France pour ce qui reste encore la finale la plus prolifique de l’histoire. Le président René Coty, notre Raïs à nous, est présent pour remettre le trophée. Depuis, la Ve République est passée par là et le TFC attend toujours de retrouver une finale de Coupe. Vivement la Constituante de Jean-Luc Mélenchon et la VIe.

Vidéo

6) Avis de recherche : la réplique du trophée – donnée à tous les vainqueurs – est portée disparue. Une cagnotte Litchee serait à l’étude pour la remplacer. L’autre option – à savoir regagner la Coupe de France – ayant été définitivement abandonnée.

7) Étonnamment, le Toulouse Football Club ne dispose pas d’une salle des trophées. Tout au plus une étagère.

8) En 1957, la Coupe des coupes n’existe pas encore. Les fédérations française et anglaise organisent tout de même une rencontre honorifique entre le TFC et Aston Villa, vainqueur de la Cup. Trois jours après leur succès face à Angers, les Toulousains s’imposent 2-1 dans l’ancien Parc des Princes. Le match est viril et pas toujours correct, les forces de l’ordre doivent même intervenir pour séparer les belligérants. Reste qu’à sa façon, le TFC est le premier club français vainqueur d’une Coupe d'Europe. À jamais les premiers !

9) Saison 1957-58 : la Ligue de football s’insurge contre le « système de mécénat » en cours au club. Il est reproché au président Puntis d’injecter de l’argent dans les caisses du TFC. « Le club doit rester une collectivité et non devenir l’œuvre ou la propriété d’un seul homme  » , déclarait l’ancêtre de la LFP qui était prête à pousser le propriétaire au départ. « La Ligue est assez stable et assez puissante pour sauver le TFC.  » Quand l’argent du Cathare arrive trop tôt...

10) Jean-Baptiste Doumeng était la preuve qu’on pouvait être communiste et milliardaire. Membre du PCF depuis 1935, ce fils de métayer fit fortune dans l’agroalimentaire en commerçant avec... l’URSS. Logique. En 1961, il devient président du TFC. Fâché avec la mairie de Toulouse (tenue par le SFIO), Doumeng a l’étrange idée de fusionner, ou plutôt de faire absorber le TFC par le Red Star, qui végète alors en D2. Joueurs et staff technique déménagent à Saint-Ouen, laissant Toulouse orphelin de club.


11) Certains joueurs refusent cependant la fusion. Le buteur Pierre Dorsini préfère ainsi raccrocher les crampons, d’autres filent à Bagnères-de-Luchon (alors en D3). Parmi eux, le jeune Jean Petit, qui n’a donc pas passé toute sa vie sur le banc de touche de Monaco.

12) Il faut attendre 1970 pour voir Toulouse retrouver une équipe de foot. Un homme est à l’origine de cette renaissance : Lilian Buzzichelli. À partir de son équipe corpo – le bien nommé « Buzzichelli Levage Sports » –, il fonde avec l’aide de la mairie l’Union sportive Toulouse. Il faut attendre 1979 pour que l’UST devienne (ou redevienne) le Toulouse Football Club. Enfin, c’est selon si on emmerde ou pas Wikipédia.

13) Finale du Mondial 1978 : deux futurs joueurs du Téf sont titulaires : Alberto Tarantini pour l'Argentine, Robert Rensenbrink pour les Pays-Bas. Vingt ans plus tard, deux anciens de la maison sont sur la feuille de match de France-Brésil : Fabien Barthez et le DJ Vincent Candela.

14) Après le tout jeune PSG, Just Fontaine s’en va entraîner Toulouse lors de la saison 1978 et 1979. Marié à une fille du pays, il a aussi longtemps tenu la boutique Lacoste du centre commercial de Saint-Georges. Aujourd’hui, on peut encore croiser la légende faire son marché à Victor-Hugo.

15) Pour sa deuxième saison en D1, le tout nouveau TFC est entraîné en 1983 par Daniel Jeandupeux. Le technicien suisse innove en osant la défense de zone totale sans libéro. Une première en France à l’époque. Le changement paye, puisque Toulouse termine 5e. Le début des belles années du Téfécé.


16) Beto Márcico était un peu le Maradona de l’île du Ramier, mais avec d’autres addictions. Celui qui fera le bonheur du Stadium entre 1985 et 1992 avalait ainsi 15 pizzas par semaine (à coups de trois par repas). « Quand je mange des pizzas, je me sens très bien. J’ai essayé de faire un régime, mais quand j’étais sur le terrain, je me sentais très mal. Alors je recommence à manger comme avant. Je connais mon poids de forme : 85 kilos.  » Pour 1,77 m...

17) Le 1er octobre 1986 est un peu l’Austerlitz du Toulouse Football Club. Le Naples de Maradona chute au Stadium au premier tour de la Coupe de l’UEFA. Pris à la culotte par Benoît Tihy, le champion du monde trouve le poteau lors de la séance de tirs au but. Une mauvaise soirée pour Diego qui commence dans les couloirs du Stadium, où l’Argentin se fait pourrir par Tarantini, son compatriote qui l’a vu débuter avec l’Albiceleste. « Il causait au grand Diego comme à un gamin qui avait dix ans de moins que lui, raconte Pascal Despeyroux. Tarantini était de la génération Kempes, championne du monde en 1978. Maradona de la suivante. J’ai perçu du respect chez Maradona à l’égard de notre coéquipier qui lui disait : "Ce soir Diego, tu ne gagnes pas !" » Un peu de respect pour les aînés.

Vidéo

18) Avant la débandade du PSG à Barcelone, il y a eu celle du TFC face au Spartak Moscou au tour suivant. Vainqueur 3-1 au Stadium grâce à un triplé de Gérald Passi propulsé en une soirée nouveau Platini du football français, les Toulousains plient l’affaire au retour grâce à un but d’entrée de Jean-Philippe Durand. Enfin, c’est ce que l’on croit. Les Soviétiques doivent remonter quatre buts de retard. Ils s’imposeront finalement 5-1. On notera la belle maîtrise du hors-jeu de la défense toulousaine...

Vidéo

19) De nouveau qualifié pour l’UEFA la saison suivante, Toulouse reçoit les Grecs de Panionios le 16 septembre 1987 en 32es de finale. Un match historique puisqu'il s’agit de la première rencontre de Coupe d'Europe diffusée par Canal Plus. Les partenaires de Márcico soignent l’événement : victoire 5-1 et très beau polo jaune de Jacques Santini pour l’occasion.

Vidéo

20) Été 1988 : le Téf devient le premier club « impérialiste » à faire venir un joueur soviétique. Défenseur de l’URSS, Vaghiz Khidiatouline débarque en Haute-Garonne, quelques semaines avant que la Juventus n’engage Sacha Zavarov. Les deux saisons du Soviétique sont un flop et Vaghiz termine sa carrière à Montauban en D4. La chute de l’homme rouge.

21) Le 14 septembre 1991, Robin Huc sort sur blessure en début de match face à Montpellier. Attaquant selon son CV, l’Argentin Alberto Acosta le remplace dans les cages et signe sans doute sa meilleure performance avec les Violets. Pour le déplacement de la semaine suivante à Nancy, Victor Zvunka préférera tout de même opter pour le gardien de la réserve : un certain Fabien Barthez.

22) Fils d’un ancien ouvreur du RC Narbonne, le jeune gardien est la révélation de la saison. Les téléspectateurs de Téléfoot le découvrent lors d’une séance de tirs au but réalisée avec un ballon de rugby et des cheveux sur la tête.


23) Dans les années 90, le maillot du TFC a été sponsorisé par deux marques de chorizo El Pozo et Campofrio. #PassionTapas

24) Le 12 décembre 1992, le derby de la Garonne vire à l’imbroglio. À la 86e minute, Alain Casanova récupère à la main une passe en retrait (au pied) d’Aïssa Fouka. Alors que le règlement stipule que le coup franc indirect ne doit pas être tiré à l'intérieur des 5,50 m (et cela même si la faute en question y a été commise), Gilles Veissière pose le ballon à deux mètres, soit à l'endroit de la passe de Fouka. Bixente Lizarazu donne la victoire aux Bordelais, mais Toulouse porte réclamation et obtient de rejouer le match pour « faute technique » . Quinze jours plus tard, le TFC s’incline 2-0 à Lescure. Tout ça pour ça...

25) En 1997, le club signe le milieu défensif Ernest Mtawali qui sera élu joueur du siècle au Malawi. Sans doute pas pour ses performances toulousaines.

26) Le club a été présidé par André Labattut entre 1992 et 1999. Bilan : une place de 11e comme meilleur classement et deux relégations en D2. Comme son nom l’indique donc.

27) Lors de son passage entre 1994 et 1995 comme entraîneur du club (alors en D2), Rolland Courbis est resté dans un hôtel quatre étoiles à Blagnac. L’amour des draps propres tous les jours et la proximité de l’aéroport sans doute.


28) En 1996-1997, Toulouse soigne son swag en attaque avec François Calderaro et Ahmed Mahrzi, dont les supporters se souviennent surtout de la Renault 5 rouge.

29) Novembre 1999 : le Toulouse FC conclut un partenariat avec les Glasgow Rangers. «  Il va porter sur des accords financiers, des échanges de joueurs et la préférence accordée à l'autre club si l'un des deux décide d'un mouvement de joueurs » , annonçait alors le président Jacques Rubio. Le transfert de l’international écossais Derek McInnes est la première et dernière matérialisation de cet accord. Celui-ci ne disputera que trois matchs de D2. Pas de quoi soulever son kilt.

30) À l’été 2000, Toulouse retrouve la D1 et Rubio rêve plus grand avant l’heure. Toujours bien informée, La Dépêche du Midi annonce les arrivées de José Luis Chilavert, Xavier Gravelaine, David Jemmali, mais aussi un milieu de terrain d’expérience en la personne de Didier Deschamps, en conflit avec Chelsea. Finalement, le club optera pour Jean-Christophe Rouvière en provenance de Montpellier.

31) Avec un budget gonflé à 250 millions de francs, le club recrute finalement dix nouveaux joueurs au total (Revault, Carotti, Bonilla, Uras, Cabrol, Cascini...) bien aidé par France Telecom, sponsor maillot via Ola. « Des clubs comme Monaco ne nous intéressent pas. Nous recherchons des équipes ambitieuses et en devenir qui drainent un public populaire, jeune et étudiant » , indique Didier Quillot, directeur de la branche mobile de l’entreprise. Un visionnaire. Toulouse terminera la saison avec une double relégation, sportive et administrative. On capte peut-être mieux en National.


32) Février 2000. Le TFC envoie une lettre de protestation à la FIFA. L'objet de la missive des dirigeants toulousains ? Son gardien de but, l'inénarrable Alain Gouaméné est retenu en compagnie de ses coéquipiers dans un camp militaire ivoirien afin de « méditer » sur l'élimination des Éléphants lors de la Coupe d'Afrique 2000. Après un ultime savon du chef de la junte au pouvoir, le général Robert Gueï, les joueurs retrouvaient leur liberté. Heureusement pour Alain, le général ne regardait pas les matchs du Téfécé.

33) À l’automne 2000, les Violets traînent déjà en queue de peloton. Alain Giresse est alors remplacé par Robert Nouzaret. Pour ses débuts face au PSG, ce bon Robert apparaît avec une écharpe du club donné par un supporter. Il lance aussi un attaquant qui évolue en réserve. Malgré le doublé du jeune Nicolas Dieuze et l’écharpe, Toulouse s’incline 3-2.

34) En 2001, Philippe Douste-Blazy, édile de Lourdes, passe plusieurs matchs dans le kop des Indians Tolosa durant la campagne pour la mairie de Toulouse. Écharpe ultra autour du coup, celui-ci ne recula devant rien pour prouver son attachement à la ville rose. Sa voix stridente résonnerait encore sur l’île du Ramier.

35) Incroyable, mais vrai, Nicolas Seube n’a pas toujours porté le maillot du Stade Malherbe de Caen. « Super Seube » est né à Toulouse et a été formé au TFC, avant de s’exiler en Normandie en 2001. Autre scoop, Pantxi Sirieix a joué à Auxerre dans une autre vie.

36) Avant de faire fortune dans la restauration aérienne, Olivier Sadran a débuté dans le monde de l’entreprise en vendant des sandwichs aux ouvriers de la ligne A du métro toulousain.


37) Quand il reprend le club au bord de la faillite à l’été 2001, Sadran décide de licencier... sa femme qui travaillait alors au service juridique. «  Jamais, je ne travaillerai jamais avec ma femme, c’est ahurissant comme truc. Elle m’en a voulu pendant deux, trois ans de ne lui avoir rien dit, et de ne pas l’avoir gardée » , a-t-il raconté un jour à So Foot.

38) Après la finale de 1957 et avant la folle 38e journée de 2016, Angers a encore marqué l’histoire du club toulousain qui débute sa saison de National contre le SCO. Si le TFC se retrouve un jour en finale de Ligue des champions, on connaît déjà le nom de l’adversaire.

Vidéo

39) 21 septembre 2001 : l’usine AZF explose. L’onde de choc touche la maison de Christophe Revault. Réveillé en urgence, le gardien a juste le temps de sortir son bébé de sa chambre et se retrouve dans le plus simple appareil à errer dans la rue. Mais pourquoi dormait-il sans caleçon ? La question demeure seize ans plus tard.

40) Avant Étienne, il y a eu Sylvain. L’aîné des Didot a évolué au TFC, il a même inscrit le but de la remontée en 2003 à Reims.

41) Les supporters toulousains avaient prévu de fêter les retrouvailles avec l’élite une semaine plus tôt au Stadium face à Gueugnon. Un nul suffisait. C’était compter sans une frappe de 35 mètres du dénommé Didier Neumann dans les arrêts de jeu.

42) Le dernier titre du club remonte à la Coupe Gambardella en 2005. Emmenés par quelques Kevin (Constant et Dupuy), les Toulousains en passent six à Lyon (6-2) malgré la présence en face de Benzema, Ben Arfa, Loïc Rémy et Mounier. La suite sera moins glorieuse pour leurs bourreaux du soir.


43) En 2006, on recrute encore sur cassette en Ligue 1. Du moins Ali Rachedi, le boss du mercato à Toulouse depuis 2003. Et voilà comment débarque Fabio Alves Felix dit Fabinho. Milieu défensif honnête, le Brésilien inscrit quatre buts lors de sa première saison, mais il a le droit à son quart d’heure de gloire pour une particularité physique. L’homme possède six doigts à chaque main. L’occasion pour So Foot de consacrer un article à polydactylie avec un article innocemment intitulé : « Fabinho a-t-il deux bites ? » On savait se poser de bonnes questions à l’époque.

44) Mai 2007 : le TFC vient d’arracher sa qualification pour le tour préliminaire de la Ligue des champions après une victoire renversante face à Bordeaux (3-1). Issou Dao et Fodé Mansaré attrapent le maire de la ville, Jean-Luc Moudenc, pour le balancer dans la piscine des vestiaires. Bilan : une cheville fracturée et une campagne des législatives menée avec des béquilles.

Vidéo

45) W9 a diffusé le match du tour préliminaire face à Liverpool en 2007. Une défaite 4-0 commentée par Thierry Roland, qui passera la rencontre à confondre Mohamed Fofana et Fodé Mansaré. Un problème de lunettes sans doute.

Vidéo

46) En janvier 2008, Fabinho repart avec tous ses doigts pour le Brésil. Son compatriote Eduardo Ratinho arrive en prêt en provenance du CSKA Moscou. Poulain de l’écurie de Marcelo Kiremitdjian, cet international espoir est vendu comme le grand espoir brésilien à son poste de latéral droit. Un bon coup donc. Sauf qu’après un match avec la réserve du club, on rapporte à Élie Baup que le petit nouveau « n’a pas le niveau de la CFA » . Ratinho ne jouera pas une minute en équipe première et la suite de sa carrière confirmera ce premier jugement.

47) Mai 2008 : Paris brûle. Le PSG joue sa peau en Ligue 1 avec Lens et le TFC comme rivaux. Au nom de l’intérêt supérieur du football français, beaucoup pensent qu’il faut sauver le soldat parisien. RMC lance même un programme spécial : SOS PSG. Après un match au Havre où l’arbitrage n’est pas allé dans le sens de son équipe, l’emblématique Nicolas Dieuze pose son coup de gueule : « Les radios SOS Paris Saint-Germain, moi j’en ai plein le cul. Pourquoi on n’aurait pas le droit de rester en Ligue 1, nous ? » Pas la peine de se fâcher, puisque Lens héritera de la place du con finalement.

Vidéo

48) Après une première saison galère, André-Pierre Gignac explose en 2008/2009 et marche sur les défenses de L1. L’attaquant devient l’idole du Stadium et de ses supporters. Il faut dire qu’en dehors du terrain, Dédé sait être près d’eux, puisqu'il sera un invité régulier du local des Indians pour des soirées console-pizza. Mais aux dernières nouvelles, aucun ultra toulousain n’a appelé son fils « Gignac » .

49) Été 2010, le TFC est leader de Ligue 1 après trois journées et Daniel Braaten meilleur buteur avec 3 buts. Une hibernation plus tard, le Norvégien terminera la saison à 5 réalisations et son club 8e. Passion ventre mou.

50) Ils sont 1 500 supporters toulousains à déferler sur Angers le 14 mai dernier pour le match du maintien : parmi eux, le charismatique Jean-Luc Moudenc. Le maire de Toulouse a même honoré le parcage de sa présence avant le début de la rencontre en homme proche du peuple. Il a préféré ensuite regagner la tribune présidentielle pour assister au match. Avec sa cheville cette fois. Pour le reste, il y a la patte gauche de Bodiger...

Vidéo


Par Alexandre Pedro, avec l'aide de Paul Cometto
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
À lire ensuite
La Lazio selon Inzaghino