Ligue des champions - 8e de finale - Milan/Barcelone (2-0)

Chérif Ghemmour

Un Milan barbarisé ?

Retour sur le coup de tonnerre dans le ciel européen. Pour le Milan tout s’est bien sûr joué en partie sur le terrain, mercredi soir à San Siro (victoire rossonera 2-0 sur les Blow-grana). Mais en partie seulement : il y a eu aussi la mini révolution de palais au siège du club, durant l’été 2012…

Note
19 votes
19 votes pour une note moyenne de 4.55/5
Cliquez sur une étoile pour donner la note

Adriano Galliani - Barbara Berlusconi
Adriano Galliani - Barbara Berlusconi
Meufapato

Elle s’appelle Barbara Berlusconi. Elle a 28 ans. Au Milan AC, elle est « responsable des projets spéciaux ». Emploi fictif pour la « fille de » ? Pas vraiment… Barbara « holds the gun », comme on dit aux states. Ou plutôt : c’est elle qui tient la hache. L’été meurtrier au Milan AC est l’œuvre de cette cost-killer pire que Taylor contre la CGT du pneu français. Barbara, c’était d’abord la « meufapato »… Et pourtant, Pato, l’amant brésilien, est lui aussi parti rejoindre la charrette des condamnés, tels Cassano, Ibrahimović, Thiago Silva, Emmanuelson, Nesta, Aquilani, Gattuso, Seedorf, Van Bommel, Maxi López, F. Roma… Une saignée dont le club milanais ne devait jamais se remettre. À l’image d’un Silvio Berlusconi devenu distant dans le foot et distancié en politique. On murmurait même que sua emittenza souhaitait jeter l’éponge et revendre le club à l’encan. Sauf que… Barbara est entrée en jeu : c’est elle qui a suggéré à son père de bien préparer l’avenir du club en anticipant le fameux fair-play financier bientôt mis en place par l’UEFA. Dans une très rare interview de la demoiselle passée quasi-inaperçue dans L’Équipe du 10 décembre dernier, elle révélait une stratégie de gestion redoutable qui expliquait l’entrée du grand Milan dans un cycle vertueux. Avec pourtant des risques à court terme de subir des déconvenues sportives. « Pour évaluer une stratégie comme la nôtre, il faut peut-être 10 ans. Ceux qui n’évoluent pas aujourd’hui le paieront plus tard. Je ne peux pas vous dire : telle année, nous regagnerons la C1. Mais notre objectif est de redevenir un club qui peut la remporter chaque saison. » Précision : Barbara ne s’occupe pas du sportif. Elle ne cogère que l’économique (finances et marketing). Mais on sait bien que la philosophie générale d’un club englobe tout et le rendement sportif est aussi lié à l’impulsion du (de la) gestionnaire. Barbara Berslusconi est aussi actionnaire du club : les résultas sportifs, la qualité du jeu et l’esprit maison des joueurs doivent aussi s’accorder avec les objectifs de rentabilité.

Que les gros salaires… se cassent !

Barbara évoquait la peur de la faillite observée chez certains clubs, voire certains états (Grèce, etc.) à cause d’un endettement colossal. Son modèle économique, le Bayern Munich : « Même une saison manquée sur le plan sportif ne lui cause pas de dommage financier. » Autre cheval de bataille : « La masse salariale dans le chiffre d’affaires des clubs est trop forte. Nous travaillons pour la réduire considérablement. À l’avenir, les clubs devront veiller à ce que la masse salariale n’excède pas 50% du chiffre d’affaires. C’est ce que nous avons fait. La saison précédente, cette part atteignait, chez nous, 70 %. » D’où le départ de tous les gros salaires de ceux cités plus haut, dont Ibra et T. Silva revendus respectivement 20 et 42 millions d’euros au PSG : « Nous avons saisi une bonne occasion avec cette offre du PSG qu’il était impossible de refuser »… Les supporters s’en sont plaints ? « C’est comme ça… Un champion s’en va ? Nous en fabriquons un autre. Nous avons renoncé à Ibrahimović mais nous avons trouvé avec El Sharawy un jeune talentueux qui représente parfaitement le club : il a les pieds sur terre et le public peut s’identifier à lui. » Le nouveau Milan formera donc, ou « post-formera » (El Sharawy a été acheté à 18 ans au Genoa) des joueurs selon les deux autres modèles à suivre, MU et Arsenal. Avec, en vue, la revente toujours potentielle à des tarifs les plus élevés possibles. Reste que Barbara précisait quand même que le Milan AC ne s’interdirait absolument pas d’acheter de grands champions confirmés : Balotelli est arrivé cet hiver en Lombardie. Pour le meilleur et pour le pire. Pour l’instant, c’est incontestablement pour le meilleur…

Ici, c’est le grande Milano !

Mais outre la stratégie économique, c’est aussi le recentrage identitaire autour de la « famille Milan » (plus que la simple « famille Berlusconi ») que Barbara a contribué à initier. À la base, l’attrait pour les modèles anglais et allemand (surtout le Bayern) et leur culture « club-institution ». Cette culture du « club au-dessus de tout » a toujours existé, bien sûr, au Milan AC. Mais il a pris du retard dans sa déclinaison commerciale : « Notre politique porte beaucoup sur la marque Milan. (…) Quel est le véritable emblème du club ? Le maillot. Et pour le supporter, il doit être encore plus important que le joueur phare du moment. La valeur de fonds, c’est la marque. » En décembre dernier, le Milan AC a publié un livre sur l’histoire du maillot rossonero : merchandising et histoire, business et prestige. Du bon boulot à l’anglaise… Mais tout n’est pas que bilans comptables au sein du club. Les joueurs sont impliqués dans cette mini révolution milaniste : « Ils doivent comprendre dans quel club ils évoluent. Le club doit aussi savoir quel joueur il achète et ne pas le choisir seulement pour sa force sur le terrain. L’image, les valeurs du club font aussi partie de la stratégie globale. » Petit rappel des recrues arrivées cette saison à Milanello (excepté Balotelli) : Bojan, Pazzini, Montolivo, d’abord. Choix intéressant, mais jugé un peu light… Nigel de Jong, ensuite. Et puis surtout les petits Français inconnus : Niang, Constant, B. Traoré. Ce sont pratiquement tous ces joueurs, inspirés aussi par les tauliers rossoneri (Ambrosini, Abbiati, Mexès, Abate, Boateng), qui ont renversé des montagnes mercredi soir contre le Barça. Leur foi milanista explique grandement leur succès inattendu…

Pitié pour les Anciens…

Le Milan n’est pas encore qualifié en quarts : il reste le retour au Nou Camp où le risque de se faire, ce coup-ci, submerger pour de bon existe toujours. Mais on retiendra la très belle performance d’un club qu’on avait enterré un peu trop vite. On a ignoré une « révolution interne » qui, à défaut de tracer la voie vers des succès proches, permet au Milan AC de demeurer au moins ce grand d’Europe. Ce qui n’est déjà pas si mal. Le mérite en revient encore en bonne partie au clan Berlusconi : Silvio et Barbara, ainsi que l’insubmersible Adriano Galliani. Combien de dirigeants auraient à coup sûr sacrifié Massimiliano Allegri quand le Milan était 7e et « définitivement » hors-course pour la C1 suivante en décembre 2012 ? Les Rossoneri sont aujourd’hui 3es à 11 points de la Juve et en ballottage favorable pour les quarts. Et Silvio Berlusconi remonte grave dans les sondages en vue des élections générales de 2013… Deux légendes milanistes, Paolo Maldini* et Gennaro Gattuso, se sont amèrement plaints de la culture-club nouvelle qui fait peu de cas des grands anciens de la maison. Ils n’ont pas tort, si on tient compte du modèle anglais (MU, Arsenal), des modèles du Bayern, Real, Barça (voire Ajax) où les vieilles gloires sont toujours associées au projet de ces grandes institutions. Ceci dit, Mauro Tassotti est l’adjoint d'Allegri sur le banc de touche. C’est l’une des seules fausses notes dans la politique globale du Milan AC. Mais la copine de Pato avait sans doute des priorités plus aiguës à gérer à l’été 2012. On verra… La reprise en main berlusconienne du Milan AC n’interdit toujours pas un jour ou l’autre la vente du club. Mais en tout cas, pour l’instant, ne serait-ce que sportivement et moralement, les Berlusconi ne laisseront pas un cimetière derrière eux…

* À lire dans le dernier So Foot

Chérif Ghemmour

Parier sur les matchs de Milan AC

 





Votre compte sur SOFOOT.com

34 réactions ;
Poster un commentaire

  • Message posté par FCB Stern des Südens le 22/02/2013 à 10:11
      Note : 2 

    Très bon article. C'est marrant mais quand je vois Berlusconi d’écris par contre j'ai les mêmes relents que quand je vois Tapie. Il faut que je consulte?

  • Message posté par Laazy le 22/02/2013 à 10:14
      

    Bien cool cet article, apres je pense que la fille Berlu est plus un symbole et une vitrine que vraiment une tireuse de ficelle du coté du Milan... Dur de savoir.

  • Message posté par youri le 22/02/2013 à 10:17
      

    On peut lui prêter Vincent Labrune pour la conseiller si elle le veut?

  • Message posté par Jean-Bonbeur le 22/02/2013 à 10:21
      Note : 1 

    Je ne suis pas d'accord dans cette analyse, qui repose trop sur le résultat positif du Milan contre Barca.
    Vous parlez de recrutement "intelligent" qui se base sur le niveau du joueur mais aussi sur ses valeurs et son comportement en dehors du terrain. Entre mbaye niang, balottelli, sharawi, qui font énormément parler d'eux négativement en dehors j'ai du mal à comprendre...
    Certes ils ont fait un gros match contre le barca mais rappelons quand meme qu'il reste un match au camp nou à jouer et que ya Messi qui joue...
    En série A le Milan est loin de faire un parcours sportif de haut niveau et qui est seulement porté par un el sharawi étincelant (combien de temps va t il réussir de telles performances?)
    Bref attendons -au moins- la fin de la saison pour juger des performances et validé -ou non- la stratégie du milan actuelle...

  • Message posté par nononoway le 22/02/2013 à 10:27
      Note : - 1 

    En parlant de marketing, on se moque bien du maillot extérieur du FCB Calipo/Tropico mais que dire sur celui du Milan et son col pelle à tarte/cloclo ?

  • Message posté par Faïçal le 22/02/2013 à 10:27
      Note : - 1 

    Question : Cet article aurait-il eu le même ton, ou aurait-il seulement existé, si le match contre le barça avait connu un autre dénouement ?

  • Message posté par nononoway le 22/02/2013 à 10:28
      

    El Shaarawy ... El Shaarawa... El Shaarawy où tout commence et tout finit...

  • Message posté par samotraki le 22/02/2013 à 10:35
      Note : 1 

    Bon article. mais quand vous citez en italique pour faire itlaien mieux vaut écrire ici c'est le Grande Milan (et non Milano). L'un est le nom du club l'autre de la ville.

  • Message posté par Pierre du Bayern le 22/02/2013 à 10:38
      Note : 2 

    Grande Milan et non Grande Milano, parisien monchu va !

  • Message posté par benbecker le 22/02/2013 à 10:40
      

    Putain* c'est quoi ce titre??
    sur la photo qui annonce l'article avec Boateng et Muntari en train de se faire un chekk j'ai cru que ça aller partir sur "le gang des barbares"

    Mon parllèle est tout pourri je sais mais il est à la hauteur des titres des articles!

  • Message posté par gars tout zoo le 22/02/2013 à 10:56
      Note : 7  /

    Message posté par Jean-Bonbeur
    Je ne suis pas d'accord dans cette analyse, qui repose trop sur le résultat positif du Milan contre Barca.
    Vous parlez de recrutement "intelligent" qui se base sur le niveau du joueur mais aussi sur ses valeurs et son comportement en dehors du terrain. Entre mbaye niang, balottelli, sharawi, qui font énormément parler d'eux négativement en dehors j'ai du mal à comprendre...
    Certes ils ont fait un gros match contre le barca mais rappelons quand meme qu'il reste un match au camp nou à jouer et que ya Messi qui joue...
    En série A le Milan est loin de faire un parcours sportif de haut niveau et qui est seulement porté par un el sharawi étincelant (combien de temps va t il réussir de telles performances?)
    Bref attendons -au moins- la fin de la saison pour juger des performances et validé -ou non- la stratégie du milan actuelle...


    Pour ce qui est des joueurs que tu as cité : Niang a fait une connerie à 17 ans, il a été recardré, glane de la confiance en ayant du temps de jeu, et la joue profil bas. Balotelli : certes il reste complètement barge (cf le pogo à deux balles) mais il plante, et c'est tout ce qu'on lui demande, et jusqu'ici les poussins de milanello n'ont toujours pas reçu de fléchettes dans les fesses.
    El Sha : à part sa coupe de putois, le type ne traîne aucune casserolle, irréprochable sur et en dehors du terrain.
    Enfin, chérif dit lui même que le retour sera difficile au camp nou, si il y avait eu fessée du barça, tout le monde aurait trouvé cela logique, ceci n'enlève en rien le come back du milan de la 11ème à la 3ème place en seulement trois mois, cela veut dire qu'à moyen terme, déjà, une dynamique semble lancée.

  • Message posté par Ostap Bender le 22/02/2013 à 11:00
      Note : 2 

    C'est quand même bizarre, un Milan sans Nesta, Gattuso, Maldini, Pirlo...

    Elle est capillaire, cette barbarisation. Et ce nouveau Milan, il manque foutrement de classe.

  • Message posté par romuald le 22/02/2013 à 11:06
      

    Encore un très bon article de la part de So Foot, qui nous permet de comprendr les moves de l'ombre et les personnes de l'ombre qui oeuvrent pour leur club.

  • Message posté par ray_mulligan le 22/02/2013 à 11:16
      Note : 2 

    Juste parce que, pour une fois dans un article qui traite d'un club historique, de sa mutation et des difficultés rencontrées durant une période (pas très longue), on ne nous a pas sorti le sempiternel "un grand club ne meurt jamais" : Merci Cherif !

  • Message posté par maxlojuventino le 22/02/2013 à 11:16
      Note : 1 

    jean bonbeur: dire que les résultats du Milan reposent principalement sur les performances d'El Shaarawy était surement vrai en début de saison, mais depuis une dizaine de matchs, El SHaa connait un coup de moins bien et l'équipe continue de gagner... et depuis l'arrivée de Balotelli, El Shaarawy n'a plus marqué et l'équipe a pris 7 points sur 9 possibles...

    Autant dire qu'il ne faut pas exagérer cette dépendance à El Shaarawy, même si c'est indubitablement l'un des joueurs clés de l'équipe(mais au même titre qu'un Montolivo qui est indispensable dans la construction)

  • Message posté par Ryukku le 22/02/2013 à 11:23
      Note : 1 

    LOL pour le "Blow-grana"

  • Message posté par helllone le 22/02/2013 à 11:27
      

    Retournement de veste quand tu nous tiens.. Ouais cet article n'aurait jamais existé s'il n'y avait pas eu cette victoire. Pourquoi un article que maintenant alors que ça fait depuis l'été que cette politique est mise en place ?
    Je pense malgré tout que Barbara Berlusconi a un rôle assez important dans ce changement, si le Milan reste dans le clan Berlusconi je la vois bien succéder à son père, plus que son frère en tout cas.

    Et sinon pour celui qui dit dans les commentaires que ce Milan manque de classe, il se met le doigt dans l'oeil. Alors oui c'est pas la meilleure génération mais depuis le début de l'année l'équipe se bat pour s'améliorer et là ça paye enfin.
    Et El Sharaawy c'est un crack !

  • Message posté par helllone le 22/02/2013 à 11:29
      Note : 1 

    Message posté par maxlojuventino
    jean bonbeur: dire que les résultats du Milan reposent principalement sur les performances d'El Shaarawy était surement vrai en début de saison, mais depuis une dizaine de matchs, El SHaa connait un coup de moins bien et l'équipe continue de gagner... et depuis l'arrivée de Balotelli, El Shaarawy n'a plus marqué et l'équipe a pris 7 points sur 9 possibles...

    Autant dire qu'il ne faut pas exagérer cette dépendance à El Shaarawy, même si c'est indubitablement l'un des joueurs clés de l'équipe(mais au même titre qu'un Montolivo qui est indispensable dans la construction)


    +1 : sans Montolivo Milan serait dans la merde, c'est le seul créateur au milieu.

  • Message posté par wazza89 le 22/02/2013 à 11:43
      

    Qu'elle veule assainir le club, je peux comprendre. mais que sa gestion ait joué un quelconque rôle dans la victoire du Milan mercredi soir, c'est du n'importe quoi. Elle a plutôt rendu la tâche difficile à l'entraineur, de qui on attendait qu'il joue le titre avec une équipe presque "calibre L1" juste parce que c'est le milan.
    Moi je dis bravo à Allegri et ses joueurs qui ont su se surmonter et me^rde aux gratte-papiers de son genre à elle qui regarde pas plus loin que leur cahier de compte.
    Une transition se fait doucement (exemple de ManU qui est entrain de rajeunir son effectif en associant ancien et jeune), les anciennes gloires font le club et inversement sinon comment maintenir l'identité et la réputation du club.

  • Message posté par Verratti le 22/02/2013 à 11:46
      Note : - 1 

    Qui peut vendre Pirlo
    c'est une honte

  • Message posté par vainvain38 le 22/02/2013 à 11:48
      

    Message posté par Pierre du Bayern
    Grande Milan et non Grande Milano, parisien monchu va !


    espèce de savoyard du cru! ;-)

  • Message posté par Flofred le 22/02/2013 à 12:11
      

    On a réussi à placer monsieur propre et ma sorcière bien aimée sur une même photo, chapeau !

  • Message posté par Inzagoal le 22/02/2013 à 12:37
      

    Il ne faut pas se leurrer, si Allegri est encore la c'est plus une histoire de dollars que de confiance.

    Concernant les anciens c'est du cas par cas. Celui de Maldini a été mal géré par exemple. Inzaghi a eu ce qu'il voulait avec un délai de réflexion étendu jusqu'au dernier moment. Gattuso devrait revenir dans le staff l'an prochain. Nesta est parti de lui même et a préféré s'en aller sur une bonne note puisque son physique ne tenait plus. Seedorf voulait tenter une autre aventure dans le pays de sa femme...

    El Shaarawy est fatigué donc moins efficace (quoi de plus normal?) mais en dehors du terrain il ne fait JAMAIS parler de lui, j'aimerais connaître les sources de ces soit disant "on dit" (s'ils existent vraiment).


  • Message posté par mikl le 22/02/2013 à 12:48
      

    analyse ma foi pertinente... mais comme deja dit plus haut, presque uniquement du a la belle performance de mercredi...

    Oui, le club s est bien repris en championnat... maic ce mercato me laisse qd mmun gout de trop peu : ok Balo c est bling bling, ok il (peut être) est fort, mais vient renforcer un secteur (attaque) qui etait deja le point fort de l equipe, alors que la défense laisse (selon moi) à désirer, surtout quand on compare avec le passe (baresi, maldini, .... c est autre chose que make sex ou yepes !). Un peu comme le foot us : l attaque peut te faire gagner des matchs, mais c est l assise défensive qui te fait gagner des titres !

    J etais le premier a vouloir changer Allegri dans le creux de la vague, j espere m etre tromper et que Silvio (ou Adriano, jse plus qui commande vraiment) a déniche le nouveau Sacchi, Capello, des tacticiens hors pair qui ont fait du Milan, LE grand milan, ce club de mon enfance qui etait cet ogre qui devastait tout sur son passage !

  • Message posté par Marsellus Wallace le 22/02/2013 à 13:17
      Note : 1 

    Pas mal senti cet article, qui ma foi, surfe sur la hype du moment. Bon j'arrête de faire branché.
    Il est plus intéressant de faire ressortir les cycles qu'a traversé ce club.
    Depuis le milieu des années 70 et avant l'arrivée de Berlusconi, le club étant devenu totalement transparent en Italie : la Juve et l'Inter étaient largement devant, fournissant l'ossature des azzurri en 1978 et 1982. Berlu faisait du fric dans l'immobilier et accessoirement dans la blanchisserie avant de profiter de la libéralisation des ondes.
    Avec Berlu, le club s'est construit patiemment en regroupant les meilleurs italiens puis les meilleurs joueurs bataves du moment jusqu'à gagner 3 coupes des champions (1989, 1990 et 1994), avec une base de joueurs assez peu modifiée. 1994 constitue l'apothéose de cette première génération et ... la première arrivée au pouvoir du boss.
    La seconde phase va voir progressivement se mettre en place et la génération suivante qui gagnera 2 C1 (2003 et 2007). On reprend les meilleurs italiens et on renforce avec de bons joueurs de classe mondiale, kaka et Shevchenko achetés pas trop cher.
    Puis l'équipe vivote et le modèle ne fonctionne plus, faute d'essence dans le moteur. On fait alors dans le low-cost en recyclant des has-been (Ronaldinho, le retour de Sheva, Huntelaar etc) et en les associants aux survivants du début de la décennie (Maldini, Gattuso, Pirlo, Seedorf, Zambrotta, Abbiati etc...), mais le groupe vieillit et l'équipe ne fait plus rêver. Après la victoire de 2007, Berlu gagne les élections locales et est de nouveau en marche vers le pouvoir en Italie... Mais Sheva n'est plus là et Kaka va partir.
    Phase actuelle : après avoir gagné un dernier titre avec la vieille garde historique des années 2000, on rajeunit les cadres par la force des choses, on sait se montrer patient en ne virant pas, par exemple, le coach après un début de saison raté, on fait rentrer les sous dans la caisse en vendant très cher aux nouveaux riches du foot européen les dernières stars du club et on repart avec du low-cost, qui cette fois fait le pari de la jeunesse, on redécouvre l'amour du maillot à défaut de carnet de chèque bien approvisionné.
    Et pendant ce temps-là, Silvio remonte dans les sondages... alors que son Milan cette fois n'a encore rien gagné!
    Au fait,et Maldini, il fait quoi?

  • Message posté par Trap le 22/02/2013 à 13:53
      

    Maldini ne fait rien, il attend. Au Milan c'est simple, tu retrouves dans le circuit (Fédé ou club) ceux des anciens joueurs qui ont publiquement manifesté leur admiration à l'égard de Berlusconi et de sa "pensée politique". Ceux qui ont fermé leur gueule, je ne parle même pas de critiques, sont absents. Même une icône comme Maldini n'a eu droit à rien lors de son arrêt.

  • Message posté par MaximeS le 22/02/2013 à 13:56
      Note : 2 

    Maintenant si tu es jeune et que tu as du talent faut surtout pas avoir de crête, sinon tu es forcément un mec à problème même quand le mec est juste irréprochable. Au final vous êtes encore plus ridicule que ces coiffures.

  • Message posté par P'tit Filet le 22/02/2013 à 13:56
      Note : 2 

    Message posté par Verratti
    Qui peut vendre Pirlo
    c'est une honte


    Personne ne l'a vendu... Il s'est tiré gratos (fin de contrat).

    Allegri le jugeait trop vieux, trop carbo. Il n'en voulait plus.

    Un championnat, une supercoupe, une finale de l'euro, une finale de coupe... Bien vu, massimiliano...

  • Message posté par JensJeremies le 22/02/2013 à 14:26
      

    Message posté par Ostap Bender
    C'est quand même bizarre, un Milan sans Nesta, Gattuso, Maldini, Pirlo...

    Elle est capillaire, cette barbarisation. Et ce nouveau Milan, il manque foutrement de classe.


    Et sans Inzaghi. Reste plus qu'Ambrosini et Abbiati et on pourra vraiment parlé d'une page fermé...

  • Message posté par SpecialEffect le 22/02/2013 à 15:42
      

    Message posté par P'tit Filet


    Personne ne l'a vendu... Il s'est tiré gratos (fin de contrat).

    Allegri le jugeait trop vieux, trop carbo. Il n'en voulait plus.

    Un championnat, une supercoupe, une finale de l'euro, une finale de coupe... Bien vu, massimiliano...


    Il faut aussi noter que Pirlo avait fait le tour du Milan et qu'il avait besoin d'un nouveau challenge. De plus il voulait un projet à moyen/long terme là où Milan ne proposait que des prolongations d' 1 an à tous les anciens.

    Au final je pense que ça leur fera du bien à tous les deux...

  • Message posté par benbecker le 22/02/2013 à 16:52
      

    Message posté par P'tit Filet


    Personne ne l'a vendu... Il s'est tiré gratos (fin de contrat).

    Allegri le jugeait trop vieux, trop carbo. Il n'en voulait plus.

    Un championnat, une supercoupe, une finale de l'euro, une finale de coupe... Bien vu, massimiliano...


    Laissé partir Pirlo gratos, c'est pécho mortel.
    On en a fusillé pour moins que ça.

  • Message posté par baresi6 le 22/02/2013 à 19:55
      Note : 1 

    Des joueurs comme Pirlo y'en a pas deux, ok ! Mais malgré tout le talent qu'il a, Pirlo était extrêmement irrégulier pour ses dernières saisons milanaise, il avait tout gagné dans ce club et n'avait jamais de concurrence (ce qui est normal puisque c'est le meilleur à son poste) mais mentalement il en avait besoin. C'était un bon choix de partir de sa part et de la part du club.

    Et comme Milan est un club classe, les senatori choisissent ce qu'ils veulent faire, partir/rester et ou ils le veulent !

  • Message posté par vinnyroma le 22/02/2013 à 21:54
      Note : 1 

    c'est amusant mais je ne suis pas du tout d'accord avec cette analyse.

    On parle du Milan AC qui était le plus grand club du monde à la fin des années 80 et au début des années 90, qui a encore gagné deux champions league (3 finales) dans les années 2000.
    Le Milan depuis quelques années est en vrai déclin sportif et économique, leur effectif est l'un des plus faibles et tristes de leur histoire, certes il est rajeuni, il y a peut être un gros potentiel parmi ces joueurs mais on est loin du compte.
    Alors oui ils ont redressé la barre en championnat et vont peut être se qualifier pour la C1, ont réussi un bel exploit contre Barcelone à aller (mais peuvent prendre une branlée au retour et se faire éliminer) mais c'est le Milan merde, le club le plus titré avec le real... comment on peut se satisfaire de ça d'autant que les perspectives ne semblent pas grandioses.

    et quels sont ces grands anciens d'arsenal et de MU qui gèrent ce club ?
    au Milan, il y a Tassotti, Inzaghi, Baresi doit encore avoir encore un strapontin alors ouais on pourrait créer des postes bidons pour Maldini ou Gattuso mais pour quelle utilité.

  • Message posté par Juventine7 le 24/02/2013 à 20:46
      

    Je ne suis pas en total accord avec cet article.
    J'ai l'impression que la belle,certes, victoire contre le Barca est l'arbre qui cache la foret.
    Si on regarde le reste Milan est eliminé de la coppa et n'est pas en si bonne position dans le Calcio, à part les coups de genie de Pharaon et depuis peu de SuperMario, le Milan n'a jamais vraiment impressioné et même plutot souvent decu.
    Et puis, n'oublions pas que le match retour se joue au camp nou et qu'un certain LEO MESSI joue au barca.
    Je pense que cet article intervient trop tot dans la saison que pour être bien considéré.


34 réactions :
Poster un commentaire