TFC et Stade toulousain pied dans la main

Alors que la ville rose vit au rythme des matchs de rugby de l'équipe de France en cette période de Coupe du monde, footeux et rugbymen toulousains ont profité d'un calendrier favorable pour partager ensemble une séance d'entraînement originale. Histoire de décompresser et de prouver une fois pour toutes que football et rugby peuvent parfois faire bon ménage.

Modififié
186 2
La scène est rare. Unique presque. En effet, en ce matin du 6 octobre, ce sont bien deux types de ballons, ovale et rond, qui se font face sur les terrains d'entraînement du Stadium, à Toulouse. L'espace d'une matinée, footballeurs du Toulouse Football Club et rugbymen du Stade toulousain ont décidé de mettre à mal l'idée selon laquelle ces deux sports étaient en tout point irréconciliables. « C'est la première fois qu'on réalise ce genre d'initiatives, nous explique Baptiste Hamid, le préparateur physique du TFC. Je suis en échange fréquemment avec les préparateurs du Stade toulousain tout au long de la saison et on avait évoqué cette idée il y a un moment. Et là, l'occasion s'est présentée puisqu'il y a la Coupe du monde de rugby et que nous sommes dans une période de trêve internationale. » En réalité, seuls les arrières du ST étaient présents au Stadium, puisque les avants avaient eux aussi droit à un autre entraînement en commun, mais avec les rugbymen de la ville voisine de Colomiers.

Les manchots se mettent au rugby


Après avoir trottiné pour se mettre en jambe, footballeurs et rugbymen ont formé des binômes mixtes avant de tâter le cuir sur des ateliers principalement axés sur le foot. « C'était marrant pour nous de se tester au football, raconte Vincent Clerc. Les footeux nous conseillaient sur la technique à avoir et on a pu se rendre compte de toute la complexité qu'il y avait à utiliser un ballon rond avec ses pieds. » Et si les rugbymen ne se sont pas trop mal démerdés avec un ballon de foot, on ne peut pas forcément en dire autant des footeux dans le maniement du ballon ovale. « Ils ne sont pas très à l'aise avec les mains, rigole Vincent Clerc. Il faut surtout qu'ils progressent dans les passes. Ça va à peu près à partir du moment où ils n'essayent pas de faire vriller la balle ! On sent qu'ils ne se servent pas souvent de leurs mains sur un terrain ! En revanche, ils sont très à l'aise avec le ballon de rugby au pied, ils ont une technique de frappe qui s'adapte bien à notre sport. » Et à bien y regarder, certains footeux ont tout de même réussi à tirer leur épingle du jeu. « Wissam était pas mal du tout, très vif, avec des appuis rapides et une vista incroyable, concède volontiers le ¾ aile du Stade toulousain. Sinon Regattin et Ali Ahamada se sont bien débrouillés également. C'est normal pour Ali, vu qu'il a l'occasion d'utiliser plus souvent ses mains et il était donc très habile sur tous les exercices techniques. » Mais la grosse difficulté pour nos amis footballeurs, c'est la profondeur. « Avancer en faisant des passes en arrière, il y avait beaucoup de footballeurs qui avaient du mal !, rigole Jean-Baptiste Elissalde, l'entraîneur des arrières du ST. On a même vu des mecs se démarquer devant en faisant un appel dans la profondeur pour recevoir des coups de pied sauf qu'ils n'avaient pas très bien compris la règle des hors-jeu au rugby. » Pour ne pas abîmer les organismes, l'opposition au rugby s'est faite sans plaquage. « Il y a trop de différence physique entre les joueurs, justifie Jean-Baptiste Elissalde. C'est même incroyable, les plus costauds de chez eux sont comme nos moins costauds à nous ! » C'est vrai que ça aurait été dommage de casser les joueurs du Téf alors que d'importantes échéances les attendent en championnat. Mais pour Baptiste Hamid, un chouilla moqueur, l'explication vient d'ailleurs : « Vu qu'on est au moins aussi costauds qu'eux, les prépas du Stade toulousain avaient peur qu'on blesse leurs joueurs ! »

Vincent Clerc est un chat


De leur côté, les rugbymen étaient assez fiers de leur prestation avec le ballon rond. « Pour nous, c'était plutôt cool. On a des capacités à se lancer qui sont intéressantes et du coup, on profitait de leurs bonnes passes en profondeur pour faire la différence. Même si je dois avouer qu'on a un gros, gros problème d'efficacité devant les cages, concède Vincent Clerc. Mais jouer avec des mecs comme Ben Yedder ou Regattin qui, par leur technique, percutent et ouvrent les espaces, c'est un vrai régal. » Cette aisance des rugbymen au foot s'explique assez facilement selon Jean-Baptiste Elissalde : « C'est normal, le football est universel. Tous les joueurs de rugby ou presque ont un jour joué au foot à l'école ou dans la rue avec leurs potes. » Pour sa part, Vincent Clerc s'est fait remarquer dans les buts. Une prestation de chat digne des plus grands. Sa reconversion semblerait presque toute trouvée. Mais qu'on ne s'y trompe pas, les rugbymen aussi ont galéré lors de l'opposition de foot à 7 : « On a énormément couru parce qu'on essayait de compenser notre manque de technique par de la course. On y a laissé beaucoup, beaucoup de jus. Au final, même si c'était avant tout un moment de plaisir et de rigolade, le cardio a pas mal tourné ! » , avoue le néo-gardien de but. La technique des footballeurs aussi les a poussés à se mettre dans le rouge. « Quand on a fait un toro avec le ballon de foot, c'était marrant de voir nos pauvres joueurs qui couraient dans tous les sens sans parvenir à le récupérer ! » , rembobine Elissalde avec le sourire.

À charge de revanche


Finalement, le constat est limpide : si tous ces joueurs sont des sportifs de haut niveau, très peu d'entre eux pourraient parvenir à percer dans le sport de leurs collègues. Les différences de technique et de physique étant trop importantes pour Jean-Baptiste Elissalde : « Je pense qu'environ 3% des rugbymen auraient la capacité de jouer un match de foot au niveau du cardio, de la même manière que très peu de footballeurs auraient la capacité physique pour lutter dans les contacts au rugby. » Tant mieux finalement, puisque le but n'était pas de faire naître de nouvelles vocations. « Casser la routine tout en travaillant » , voilà le créneau de cette matinée selon Baptiste Hamid. Et pour soulager les organismes après plus de deux heures d'intenses efforts, footballeurs et rugbymen se sont retrouvés autour d'une « pluie de pizzas » , dixit Vincent Clerc, afin de terminer la matinée dans la joie et la bonne humeur. Ce rapprochement original, dans une ville qu'on ne dit respirer uniquement que pour l'ovalie, fut aussi l'occasion de prouver que foot et rugby ne sont finalement pas si incompatibles que cela. Et l'hypothétique rivalité qui voudrait sans cesse mettre dos à dos ces sports pas si ennemis, Vincent Clerc la balaie d'un revers de la main : « On est dans une grande ville, très sportive, et c'est super que les équipes soient représentées au plus haut niveau. Et je ne parle pas que du rugby et du foot, mais également du handball. Plus on a d'équipes de haut niveau, mieux c'est pour la ville. » Après cette rencontre d'ailleurs, il n'est pas impossible que les liens d'amitiés continuent de se consolider dans le futur. « Le fait d'avoir côtoyé les joueurs du Téfécé, ça nous a donné envie d'aller plus souvent les voir au stade pour les encourager » , conclut Clerc. Un sentiment réciproque, puisque certains footballeurs du Téf auraient aussi fait part de leur envie d'aller prochainement au stade Ernest-Wallon pour supporter le Stade face à La Rochelle lors de la prochaine journée de championnat. Et pour définitivement sceller cette amitié, ce sera prochainement au tour des Violets de faire le déplacement chez les Rouge et Noir pour un entraînement à la sauce rugby. Un rendez-vous que Jean-Baptiste Elissalde attend avec impatience : « On essaiera de les mettre un peu dans le dur pour qu'ils apprennent à résister aux chocs. Ça leur permettra peut-être de rester moins longtemps au sol quand ils tombent ! »


Vincent Clerc, gardien de but de choc! par TOULOUSEFOOTBALLCLUB


La "Séance Rugby" de l'entraînement avec le... par TOULOUSEFOOTBALLCLUB


Par Aymeric Le Gall
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

gwynplaine76 Niveau : CFA2
C'est bien la 1ère fois que j'entends dire qu'Ahamada est habile de ses mains.
Arrêtez il est super complet Ahamada : on ne voit aucune différence entre ses pieds et ses mains

https://www.youtube.com/watch?v=gltlyxD8cXY
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
186 2