En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 12 Résultats Classements Options

Liga : C'est quoi cette grève ?

Il n'y aura pas de foot ce week-end en Espagne. La situation économique est telle que l'ensemble des joueurs de première division est en grève. Il y a quelque chose de pourri dans le royaume d'Espagne.

Modififié



C'est sérieux

Cette semaine, si vous voulez voir jouer des Espagnols, il faudra regarder la Bundesliga. La première journée de la Liga n'aura pas lieu car les footballeurs sont en grève. En marge des Superclasicos et des festivités des JMJ, l'Espagne va mal et la Liga, pas beaucoup mieux. L'AFE (syndicat des joueurs) a convoqué une grève vendredi dernier lors d'une conférence de presse avec featuring de quelques champions du monde espagnols. Même San Iker avait alors prévenu : « Nous (les champions du monde, ndrl) sommes là pour apporter notre soutien à nos collègues. Il y a beaucoup de gens en ce moment en difficulté. Nous soutenons à mort cette initiative. Je peux vous assurer qu'il y a aura bien une grève » . Parole de saint. Aujourd'hui, il y a grève du foot en Espagne et c'est la première fois depuis vingt-sept ans.

Pourquoi ?

Deux cents joueurs réclament près de 50 millions d'euros d'impayés. La situation économique désastreuse des clubs ibériques pousse le championnat au bord du précipice. Fin des subventions, restrictions des prêts bancaires et effondrement de la bulle immobilière : voici les ingrédients parfaits pour mettre le feu aux esprits échaudés. La Ligue de Football espagnole propose aux joueurs 40 millions d'euros en forme de garantie d'impayés pour les quatre prochaines saisons. Pour Luis Rubiales, président du syndicat de footballeurs, c'est inacceptable. Accepter cette proposition reviendrait à renoncer à tous les arriérés. Certains joueurs de première division n'ont pas été payés depuis plus d'un an. Pour Jose Luis Astiazaran, représentant des clubs, les joueurs ne sont que des enfants gâtés : « S'ils sont effectivement deux cents à avoir des problèmes de paie, ça ne représente donc que 20% des joueurs de première et deuxième divisions. En Espagne, il y a 20% de chômage. Eux, au moins, ils ont un travail. » Prends ça le droit du travail.

L'avenir

Les positions respectives sont si éloignées que la deuxième journée de championnat est elle aussi menacée. Ce week-end, l'Espagne sera donc suspendue aux trois réunions programmées entre Jose Luis Astiazaran et Luis Rubiales. La première a débuté aujourd'hui à 11h15. Les deux suivantes sont programmées samedi et lundi à 10h15. Les deux parties s'en veulent tellement que même le lieu de la réunion est un sujet d'engueulade. Finalement, ce sera au siège de la LFP qu'auront lieu les rencontres. Les plus pessimistes précisent qu'il est techniquement impossible de résoudre les problèmes économiques ce week end. Ces réunions n'ont donc alors comme seul objectif que d'essayer de sauver la deuxième journée de Liga, voire même tout le championnat 2011-2012. Tote, capitaine de Hercules, club au bord de l'implosion : « S'il le faut, il n'y aura pas de football pendant toute l'année en Espagne. S'il faut être en grève jusqu'en mai, nous le serons » . En même temps, en Liga, on connaît déjà le classement, hein.


Thibaud Leplat, à Madrid

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 4 heures L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 17
il y a 7 heures Le gouvernement italien veut intégrer les migrants par le foot 28 il y a 8 heures Tévez : « En Chine, j'étais en vacances » 77
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
Hier à 18:30 La Fondation Lionel Messi pas très utile selon les Football Leaks 40 dimanche 14 janvier Le low-kick fou de Tony Chapron 166
À lire ensuite
Le système départ de l'OM