Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 1 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Finale
  3. // Les Herbiers-PSG

L'équipe type des Parisiens qui ont soulevé la Coupe de France

Ce mardi soir, le PSG peut mettre la main une douzième fois sur son trophée fétiche et entrer dans l'histoire en devenant le premier club à l'emporter quatre fois d'affilée. Ils sont donc nombreux à avoir porté le maillot parisien en finale et à l'avoir remportée. Voici donc l'équipe type, où chaque campagne victorieuse est représentée dans le onze de départ par un joueur déterminant.

Modififié
Sur le banc
Jean-Marc Pilorget
Jean-Marc
Pilorget

Jean-Marc Pilorget

Platini était le plus beau sur le terrain, Rocheteau le plus clutch, mais il fallait bien que quelqu'un termine le travail. Et alors que Christian Lopez manque le seul tir au but de la séance, le titi parisien transforme le sien et offre à son club le premier trophée de son histoire.

Alain Roche
Alain
Roche

Alain Roche

Trois trophées soulevés avec Paris, et deux avant ça avec les Girondins, le défenseur est le seul à pouvoir rivaliser avec Dom Bathenay. Et avec son coup de casque venant parachever le titre de 1993 face à Nantes (3-0), Roche a apporté son gros caillou à l’édifice.

Bonaventure Kalou
Bonaventure
Kalou

Bonaventure Kalou

La magie de la coupe : quand Taye Taiwo, reconnu pour sa frappe de mammouth, se fait déposséder du ballon par Édouard Cissé, il transmet involontairement son pouvoir à Bonaventure Kalou qui envoie sans se poser de question une chiche sous la barre de Fabien Barthez. Boomaventure.

Nambatingue Toko
Nambatingue
Toko

Nambatingue Toko

Le pionnier des héros. Avant de devenir le premier buteur européen du PSG, le Tchadien fut aussi le premier buteur parisien en finale de Coupe de France face à Sainté, puis auteur du but victorieux l’année suivante contre Nantes. D'ailleurs, Nambatingue signifie « l'indomptable » . CQFD.

Zlatan Ibrahimović
Zlatan
Ibrahimović

Zlatan Ibrahimović

Seul Parisien à inscrire un doublé en finale, le géant suédois a prouvé face à Marseille qu'il ne disparaissait pas toujours une fois les quarts de finale atteints.

François M’Pelé
François
M’Pelé

François M’Pelé

Si le Congolais n’a pas eu la chance de remporter le trophée, le minimum est de faire une petite place au meilleur buteur en Coupe de France du Paris Saint-Germain, avec ses 28 buts entre 1973 et 1979.

Bernard Lama
Bernard
Lama

Bernard Lama

Encore infranchissable face à Nantes en finale (3-0), le Chat est alors le dernier rempart d’une défense qui a accompli la prouesse de n’encaisser aucun but durant tout son parcours en coupe. Tout ça en croisant la route de Strasbourg, Monaco, Bordeaux. Bernard Lemur.

Christophe Jallet
Christophe
Jallet

Christophe Jallet

Pas forcément la plus belle des périodes du PSG ni la plus belle finale, mais cela n’a pas empêché le latéral d’être décisif face à Monaco (1-0). En prolongation, c’est lui qui oblige Stéphane Ruffier à boxer dans les pieds de Guillaume Hoarau. Déjà divin alors que le bougre avait encore quelques cheveux.

Dominique Bathenay
Dominique
Bathenay

Dominique Bathenay

Cette première finale parisienne est aussi le signe d’un changement d’ère : le PSG entre dans la cour des grands, alors que la période dorée des Verts touche à sa fin. Ex-Stéphanois et donc symbole de ce passage de témoin, le capitaine Bathenay apporte toute son expérience pour remporter ce trophée au bout des tirs au but, le quatrième des cinq qu'il a posés sur sa commode. Un ...

Paul Le Guen
Paul Le
Guen

Paul Le Guen

Triple vainqueur du trophée avec le PSG, celui-ci est pour lui. Déjà décisif en 1993 et pour la der' des finales au Parc des Princes, Paul Le Guen enfile cette fois seul le costume de sauveur grâce à sa patte gauche qu’il déclenche à l’entrée de la surface pour faire tomber Strasbourg. Fais comme chez toi, Paulo.

Issa Cissokho
Issa
Cissokho

Issa Cissokho

Parfois, il faut savoir saluer les contributions extérieures. Et si c’est Cavani et Matuidi qui exultent tout au bout du temps additionnel, ayant enfin trouvé la faille dans la muraille angevine de Letellier, c’est bien le crâne d’Issa Cissokho qui empêche le SCO de prolonger le duel. Issa c’est Paris !

Safet Sušić
Safet
Sušić

Safet Sušić

Qui pouvait mieux que lui répondre aux prouesses du « brésilien » José Touré ? Un crochet, un dribble, une frappe des vingt mètres pour égaliser et une passe décisive pour emballer l’affaire, le magicien yougoslave joue un mauvais tour à Nantes (3-2). Parfait Sušić.

Vikash Dhorasoo
Vikash
Dhorasoo

Vikash Dhorasoo

Que retenir du passage de Vikash au Paris Saint-Germain ? Cette frappe magistrale face à l’Olympique de Marseille, premier but de sa saison. Ce sera tout ? Oui et c’est déjà pas mal.

Blaise Matuidi
Blaise
Matuidi

Blaise Matuidi

Blaisou a deux principes dans la vie : respecter les vieilles dames et faire de l’OM sa proie (3 buts et deux passes décisives). Et en finale de Coupe de France, dix ans après celle de Dhorasoo, c’est lui qui entame la démonstration parisienne (4-2), coupant le centre d’Ángel Di María, avant d’obtenir le penalty du break.

Raí
Raí

Raí

Première finale au Stade de France et dernière sortie du Roi sous le maillot parisien. Le meneur brésilien a mis les siens sur la bonne voie en trompant le gardien lensois Guillaume Warmuz d’une tête lobée, avant que Simone ne donne au PSG un avantage décisif face au futur champion de France (2-1). Raí de France.

Edinson Cavani
Edinson
Cavani

Edinson Cavani

Edi a l'occasion ce mardi de devenir le meilleur buteur du PSG en finale de Coupe de France. Logique quand on est déjà le meilleur buteur du club. En 2015, l’Uruguayen a ouvert son compteur d’un coup de tête rageur (évidemment) face à Auxerre. La première Coupe de France de l’ère qatarie.

Pedro Miguel Pauleta
Pedro Miguel
Pauleta

Pedro Miguel Pauleta

« Les supporters du PSG méritaient peut-être une plus belle finale, mais j’espère que la victoire les contentera. » Pourtant le Portugais a plané au-dessus de ce match face à Châteauroux, étant un danger permanent et faisant sauter la banque à l’heure de jeu. Un but qui met fin à six années de disette. Donc oui, ils s'en contenteront.

Gardien

Bernard Lama (1993) : Encore infranchissable face à Nantes en finale (3-0), le Chat est alors le dernier rempart d’une défense qui a accompli la prouesse de n’encaisser aucun but durant tout son parcours en coupe. Tout ça en croisant la route de Strasbourg, Monaco, Bordeaux. Bernard Lemur.


Défenseurs

Christophe Jallet (2010) : Pas forcément la plus belle des périodes du PSG ni la plus belle finale, mais cela n’a pas empêché le latéral d’être décisif face à Monaco (1-0). En prolongation, c’est lui qui oblige Stéphane Ruffier à boxer dans les pieds de Guillaume Hoarau. Déjà divin alors que le bougre avait encore quelques cheveux.

Vidéo

Dominique Bathenay (1982) : Cette première finale parisienne est aussi le signe d’un changement d’ère : le PSG entre dans la cour des grands, alors que la période dorée des Verts touche à sa fin. Ex-Stéphanois et donc symbole de ce passage de témoin, le capitaine Bathenay apporte toute son expérience pour remporter ce trophée au bout des tirs au but, le quatrième des cinq qu'il a posés sur sa commode. Un record.

Paul Le Guen (1995) : Triple vainqueur du trophée avec le PSG, celui-ci est pour lui. Déjà décisif en 1993 et pour la der' des finales au Parc des Princes, Paul Le Guen enfile cette fois seul le costume de sauveur grâce à sa patte gauche qu’il déclenche à l’entrée de la surface pour faire tomber Strasbourg. Fais comme chez toi, Paulo.

Vidéo

Issa Cissokho (2017) : Parfois, il faut savoir saluer les contributions extérieures. Et si c’est Cavani et Matuidi qui exultent tout au bout du temps additionnel, ayant enfin trouvé la faille dans la muraille angevine de Letellier, c’est bien le crâne d’Issa Cissokho qui empêche le SCO de prolonger le duel. Issa c’est Paris !

Vidéo

Milieux

Safet Sušić (1983) : Qui pouvait mieux que lui répondre aux prouesses du « brésilien » José Touré ? Un crochet, un dribble, une frappe des vingt mètres pour égaliser et une passe décisive pour emballer l’affaire, le magicien yougoslave joue un mauvais tour à Nantes (3-2). Parfait Sušić.

Vidéo

Vikash Dhorasoo (2006) : Que retenir du passage de Vikash au Paris Saint-Germain ? Cette frappe magistrale face à l’Olympique de Marseille, premier but de sa saison. Ce sera tout ? Oui et c’est déjà pas mal.

Vidéo

Blaise Matuidi (2016) : Blaisou a deux principes dans la vie : respecter les vieilles dames et faire de l’OM sa proie (3 buts et deux passes décisives). Et en finale de Coupe de France, dix ans après celle de Dhorasoo, c’est lui qui entame la démonstration parisienne (4-2), coupant le centre d’Ángel Di María, avant d’obtenir le penalty du break.

Raí (1998) : Première finale au Stade de France et dernière sortie du Roi sous le maillot parisien. Le meneur brésilien a mis les siens sur la bonne voie en trompant le gardien lensois Guillaume Warmuz d’une tête lobée, avant que Simone ne donne au PSG un avantage décisif face au futur champion de France (2-1). Raí de France.

Vidéo

Attaquants

Edinson Cavani (2015) : Edi a l'occasion ce mardi de devenir le meilleur buteur du PSG en finale de Coupe de France. Logique quand on est déjà le meilleur buteur du club. En 2015, l’Uruguayen a ouvert son compteur d’un coup de tête rageur (évidemment) face à Auxerre. La première Coupe de France de l’ère qatarie.

Vidéo

Pedro Miguel Pauleta (2004) : « Les supporters du PSG méritaient peut-être une plus belle finale, mais j’espère que la victoire les contentera. » Pourtant le Portugais a plané au-dessus de ce match face à Châteauroux, étant un danger permanent et faisant sauter la banque à l’heure de jeu. Un but qui met fin à six années de disette. Donc oui, ils s'en contenteront.

Vidéo

Remplaçants

Jean-Marc Pilorget (1982) : Platini était le plus beau sur le terrain, Rocheteau le plus clutch, mais il fallait bien que quelqu'un termine le travail. Et alors que Christian Lopez manque le seul tir au but de la séance, le titi parisien transforme le sien et offre à son club le premier trophée de son histoire.

Vidéo

Alain Roche (1993) : Trois trophées soulevés avec Paris, et deux avant ça avec les Girondins, le défenseur est le seul à pouvoir rivaliser avec Dom Bathenay. Et avec son coup de casque venant parachever le titre de 1993 face à Nantes (3-0), Roche a apporté son gros caillou à l’édifice.

Vidéo

Bonaventure Kalou (2006) : La magie de la coupe : quand Taye Taiwo, reconnu pour sa frappe de mammouth, se fait déposséder du ballon par Édouard Cissé, il transmet involontairement son pouvoir à Bonaventure Kalou qui envoie sans se poser de question une chiche sous la barre de Fabien Barthez. Boomaventure.

Nambatingue Toko (1982 et 1983) : Le pionnier des héros. Avant de devenir le premier buteur européen du PSG, le Tchadien fut aussi le premier buteur parisien en finale de Coupe de France face à Sainté, puis auteur du but victorieux l’année suivante contre Nantes. D'ailleurs, Nambatingue signifie « l'indomptable » . CQFD.

Zlatan Ibrahimović (2016) : Seul Parisien à inscrire un doublé en finale, le géant suédois a prouvé face à Marseille qu'il ne disparaissait pas toujours une fois les quarts de finale atteints.

Vidéo

François M’Pelé (Bonus) : Si le Congolais n’a pas eu la chance de remporter le trophée, le minimum est de faire une petite place au meilleur buteur en Coupe de France du Paris Saint-Germain, avec ses 28 buts entre 1973 et 1979.



Par Mathieu Rollinger
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 17:53 Action commune et grève des chants dans les stades de Ligue 1 ce week-end 41 Hier à 16:34 Tuto Panini Adrenalyn XL : les points 14 Hier à 16:06 La boulette d'Ali Ahamada lors de Comores-Maroc 25 Hier à 15:31 La surprise de Zlatan aux enfants thaïlandais bloqués dans une grotte cet été 24
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom Podcast Football Recall
Hier à 14:32 Le père de Sandro Rosell offre un million d'euros pour libérer son fils 23 Hier à 14:28 Denis Balbir ne veut pas de femmes pour commenter les matchs 203