Bonnefoi: « Zlatan veut tout rafler sur son passage »

Actuellement sans club après avoir décidé de ne pas prolonger à Amiens, Landry Bonnefoi connaît bien Zlatan Ibrahimović qu’il a côtoyé à la Juventus entre 2004 et 2006. Numéro trois ou remplaçant de Gianluigi Buffon à l’époque, le gardien de 28 ans voit en l’attaquant suédois un immense compétiteur qui fera tout pour emmener le PSG au sommet.

Modififié
156 3
Le sujet du moment, c’est bien évidemment Zlatan Ibrahimović, que tu as côtoyé à la Juventus entre 2004 et 2006. Quels souvenirs gardes-tu de lui ?
Je faisais partie du groupe de la Juventus. Je l’ai côtoyé tous les jours pendant un ou deux ans, je ne me rappelle plus. J’ai des bons souvenirs. C’est un joueur assez atypique. Il a un gros caractère. C’est quelqu’un qui ne se laisse pas faire, qui sait très bien où il veut aller et ce qu’il veut faire. C’est un super joueur. Je me rappelle à l’entraînement, c’est quelqu’un qui a tellement de qualités… Tout le monde l’a vu. Il a fait le choix d’aller au PSG, c’est bien pour le PSG. J’espère pour Ibrahimović qu’il va faire une bonne saison l’année prochaine.

Ibra donne l’image d’un garçon prétentieux et arrogant. Il est comment en vrai ?
Dans la vraie vie, il n’est pas comme ça. Après oui, il donne cette image-là, je ne peux pas dire le contraire. Le connaissant à ses débuts – quand il est arrivé à la Juve, il avait fait deux-trois ans à l’Ajax -, il était vraiment comme ça. L’ayant vu à l’Euro avec la Suède, j’ai l’impression qu’il a énormément changé. Avant, c’était quelqu’un d’individualiste, il fallait jouer pour lui. Et là, quand il a joué avec la Suède, j’ai eu l’impression qu’il avait beaucoup changé. Maintenant, je pense qu’il joue plus collectif.

Il s’est mis au service du collectif avec la Suède, mais va-t-il faire pareil au PSG ?
Je pense que oui. Il va se retrouver avec des joueurs de très haut niveau qu’on connaît tous. Zlatan a compris que pour être performant et gagner des titres, tout seul, il ne va pas y arriver. Il faut qu’il fasse confiance à ses coéquipiers. Quand il est arrivé à la Juve, c’était encore un jeune de 23 ans. Avec les années qu’il a faites et son passage au Barça, ça a dû lui apprendre beaucoup.

Zlatan n’a rien à prouver en arrivant à Paris. Sera-t-il suffisamment motivé pour faire une grande saison ?
Zlatan Ibrahimović, c’est un gagneur. Il veut tout rafler sur son passage. On l’a bien vu dans ses équipes précédentes. Il a gagné tous les championnats dans lesquels il est passé, donc je pense qu’il va aussi vouloir tout gagner avec le PSG. C’est un compétiteur, il va tout faire pour mettre le plus de buts possibles et emmener son équipe le plus haut possible en championnat et en Champions League.

Son agent a dit que Paris était son choix numéro 1. Tu y crois ?
Oui, je pense… S’il n’avait pas voulu venir, il ne serait pas venu au PSG, même avec 15 millions d’euros à la clé. C’est son choix. S’il est venu, comme beaucoup le disent, pour l’argent… Non, je pense qu’il est venu pour avoir un autre challenge.

Peut-il s’intégrer dans le collectif déjà balbutiant du PSG ?
Je pense qu’il va s’intégrer. Après, vous savez comment ça peut se passer. Des fois, ça peut clasher, mais je pense que tous les joueurs vont se mettre au service du collectif et se battre pour soit s’adapter à Ibra, soit adapter Ibra à eux.

Il y a eu des clashs avec lui à la Juve ?
Il y en a eu quelques-uns, oui. Avec moi, non. Je suis quelqu’un d’assez tranquille. Il y a des clashs comme dans toutes les équipes, c’est le football, c’est comme ça. On se voit tous les jours, deux à trois heures par jour. À un moment, il y a des clashs, c’est sûr. Mais ça ne dure pas, c’est ça le truc. Sur le moment, ça soulage les joueurs qui sont dans le clash, mais ça ne dure pas.

Pas sûr que les déplacements à Nancy ou à Brest le chauffent beaucoup. Ne risque-t-il pas de choisir ses matches ?
Non, je ne pense pas. Je ne crois pas que ce soit un joueur comme ça. Ancelotti va savoir le gérer. Il n’y aura pas de souci avec Zlat'. Il va essayer d’être à 100% à tous les matches. Je pense que lui son objectif premier, c’est de jouer, de prendre du plaisir et de s’amuser. Il ne va pas choisir ses matches, il va jouer comme il l’a fait à Milan, à l’Inter, au Barça.

Que réponds-tu à ceux qui disent que Paris va écraser le championnat et, à terme, l’affaiblir ?
Qu’est-ce que je peux répondre à ça ? Maintenant, le PSG, comme tout le monde le sait, a les moyens de rivaliser avec les grosses écuries. En France, est-ce qu’ils vont écraser le championnat ? Je n’en sais rien. Ils vont avoir de très, très bons joueurs, mais je pense que les autres équipes, pendant ce match contre le PSG, vont être à 200% de leur capacité pour gagner contre cette grosse équipe. Donc il peut y avoir des surprises. S’ils ont les moyens de prendre des grosses stars comme ça et si on peut voir une équipe française aller loin en Champions League, c’est tant mieux pour la France. Pour des joueurs de Ligue 1, pouvoir affronter des joueurs comme ça, c’est que du bonheur.

Tu seras peut-être amené à jouer contre lui en Coupe de France…
J’espère ! Ce serait une bonne nouvelle pour moi, parce que ça voudrait dire que j’aurais retrouvé un club et ça me ferait plaisir de le revoir et de discuter un peu avec lui avant la rencontre.

Fais-nous un petit point sur ta carrière justement. Tu viens de quitter Amiens…
Oui. Amiens descendait en National et je voulais rester en Ligue 2. Amiens m’avait proposé quelque chose, j’ai refusé parce que ça ne me plaisait pas et je voulais essayer de continuer en Ligue 2.

Avais-tu déjà reçu des offres à ce moment-là ?
Il y avait des contacts assez avancés avec Brest, Lens et Troyes. Je ne pensais pas me retrouver dans une situation comme ça. Il y a eu pas mal de gardiens qui ont été au chômage, donc il y avait du monde qui frappait aux portes. Il y a eu plusieurs gardiens et les clubs ont fait leur choix. Brest s’est penché sur Thébaux. Je sais qu’à Lens, ce n’est pas encore fait. Il y a des contacts, mais ils n’ont pas décidé qui ils allaient prendre.

Es-tu prêt à accepter une offre d’un club de National si tu ne trouves pas un club de Ligue 1 ou de Ligue 2 ?
Oui. J’ai pris la décision de ne pas re-signer avec Amiens pour tenter de retrouver une Ligue 2. Maintenant, si à la fin du mercato, je vois que je n’ai toujours pas trouvé et qu’il y a un club de National qui propose quelque chose, je retournerai jouer en National. Avec la personne qui s’occupe de moi, on va essayer de voir en Angleterre et en Allemagne. Je sais qu’il y a des petites touches, mais pour l’instant pas grand-chose. Mais pourquoi pas l’étranger ? Je suis partant.

Propos recueillis par Quentin Moynet
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Epictète Niveau : CFA
Pourquoi j'ai écrit ça ? :'(
Tu n'avais qu'à rester a Dijon, boulet!
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
156 3