Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 8 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Bilan
  3. // Les Flops

And the loser is…

Crystal Palace, Metz, Cologne, Las Palmas... Outre Benevento, plusieurs clubs rivalisent de médiocrité depuis le début de la saison. Alors que le tiers de l’exercice est atteint, quelle équipe a donc fait la plus faible impression dans le top 5 européen ?

Modififié

Málaga


Sept défaites, un petit nul et bien entendu zéro victoire. Au bout de huit journées, Málaga signait le pire départ d’un club en Liga depuis une décennie. Et encore, son seul point pris avait été miraculeusement arraché à domicile face à un Athletic Bilbao qui menait encore de deux buts à neuf minutes du terme. Malheureusement pour Míchel, ses hommes se sont réveillés dernièrement et restent sur deux victoires en trois matchs. Le premier relégable ne se trouve même qu’à cinq points. Dommage.
Note : 5/10


Metz


Le seul postulant français. Mais pas des moindres : avec onze superbes échecs, le bilan des Grenats n’est brouillé que par un succès moche (1-0 à Angers) et un nul en infériorité numérique (à Toulouse lors de la treizième journée). Si sa défense péchait la saison dernière, c’est aujourd’hui sa puissance offensive (cinq pions marqués) qui la met en si belle position. Et qui fait dire à certains que le maintien n’est déjà plus qu’une vaste utopie. Frédéric Hantz, son nouveau guide, semble être du même avis. En même temps, seules trois teams ont compté trois points ou moins après douze journées dans l’histoire de l’élite française (Strasbourg en 1951-1952, Brest en 1979-1980 et Grenoble en 2009-2010). Le résultat final ? Une lanterne rouge.
Note : 8/10


Everton & West Ham


Les résultats, c’est une chose. Les moyens mis en œuvre pour les atteindre, c’en est une autre. Les deux clubs anglais, qui se considéraient avant l’entame de l’exercice comme des outsiders candidats au Top 6 de Premier League, ont ainsi réalisé l’exploit de dépenser des dizaines de millions d’euros (151 pour les Toffees, 43 pour les Hammers) pour finalement participer au combat de survie en première division. West Ham, en 18e position avec neuf unités, paraît disposer d’un petit temps d’avance sur Everton (seizième avec trois unités supplémentaires). Sauf que c’est oublier un peu vite les autres compétitions. Les potes de Wayne Rooney sont ainsi éliminés de la League Cup (contrairement à leurs concurrents, récemment tombeurs de Tottenham) et de la Ligue Europa (derniers du groupe E). Qui dit mieux ?
Note : 7/10



Hellas Vérone


«  Bienvenue à Vérone / Bien sûr ici, c'est comme ailleurs / Les hommes ne sont ni pires ni meilleurs. » Bah un peu, quand même. Avec 29 pions dans la trachée, le Hellas respire la santé. Et le talent. Avant-dernier de Serie A, le champion d’Italie 1985 pourrait bien redécouvrir l’étage inférieur, où il avait ses habitudes avant 2013. Une comparaison avec le Chievo ? « Ici deux familles font la loi / Pas besoin de choisir ton camp / On l'a fait pour toi y a longtemps. »
Note : 7,5/10

Vidéo


Las Palmas


Foutu début de saison. Si Loïc Rémy et compagnie n’avaient pas remporté deux de leurs quatre premières parties, l’UD Las Palmas ferait figure de favori pour le prix de la lose. Car, depuis, ils ont tout simplement perdu toutes leurs rencontres et ont fière allure tout en bas du classement. Oui, mais voilà : l’ancien club de Kevin-Prince Boateng et de Jesé est retombé dans ses travers en allant s’imposer à La Corogne en Coupe du Roi. Non, mais quelle idée...
Note : 6,5/10



Cologne


Il est sans doute là, le grand champion de la cérémonie. Parce que Cologne peut se targuer de n’avoir encore jamais gagné cette saison en championnat. Personne (ou presque) ne peut en dire autant dans le top 5 européen. Sinon, l’équipe allemande, qui squatte évidemment la dernière place de Bundesliga, n’a fait trembler les filets qu’à quatre reprises. Ultra costaud. C’est peu dire qu’Anthony Modeste regrette d’être parti.
Note : 9/10


Crystal Palace


Si seulement César Azpilicueta n’était pas passé par là... Alors que Crystal Palace était en train d’exploser tous les records de médiocrité, refusant d’inscrire le moindre caramel en Premier League après huit journées, le défenseur de Chelsea s’est permis de leur offrir leur premier but en championnat. Un cadeau empoisonné qui a servi d’électro-choc aux Eagles, vainqueurs du champion en titre avant d’aller piocher deux autres points ici et là. La raclée reçue à Bristol City en League Cup demeure encourageante. Mais le temps où les fans élisaient l’unique but marqué de la saison comme le plus beau du mois est hélas révolu.
Note : 8/10


Alavés


Même nombre de points que Las Palmas (six), même nombre de victoires (deux), de nul (zéro) et de défaites (dix). C’est fort, mais pas assez. Si Las Palmas a planté deux buts de plus, Alavés en a surtout encaissé dix de moins. Voilà pourquoi le Deportivo ne peut jouir de la vingtième place de Liga tant espérée et détenue par son adversaire le plus redoutable. De plus, le club basque est toujours en course en Coupe du Roi. Suffisant pour rappeler qu’atteindre les abysses n’est pas donné au premier venu.
Note : 6/10


Benevento


Promu pour la première fois de sa vie. Premier club du Top 5 à perdre ses treize premiers matchs. Zéro point en treize journées. 33 buts concédés. Un sérieux affiché à chaque combat jusque dans le temps additionnel. Une différence de -27. Quasiment en Serie B. Un fabuleux destin.
Note : Hors catégorie




Par Florian Cadu
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 21 minutes GRATUIT : 10€ offerts sans sortir la CB pour parier sur la Ligue des champions il y a 2 heures Éric Besson : « Pour 50 millions d'euros, on peut s'offrir un bon club de L1 » 56
Hier à 17:55 Berlusconi licencie son coach à Monza et nomme Brocchi 7
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Olive & Tom
Hier à 16:00 Tuto Panini Adrenalyn XL : Règles du jeu 2