En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 2 Résultats Classements Options
  1. // Ce qu'il faut retenir du week-end

48 heures chrono

Un derby houleux entre Saint-Étienne et Lyon, les cartons de Paris, Monaco et Marseille, la victoire du Bayern dans le Klassiker, l’exploit du Wydad Casablanca, le match de folie entre Everton et Watford, et les pépites de Marco Asensio, Aaron Meijers et Danilo Avelar... Il va falloir poser une journée de RTT pour se remettre de ce week-end de foot.

Modififié

Vendredi 3 novembre


20h01 : D’un csc incompréhensible dès les premières secondes de jeu face à Bourg-en-Bresse, Anthony Lippini lance la soirée pizza de la fin de semaine. Heureusement pour le défenseur tourangeau, Gradit, Mancini et Miguel rattrapent le coup et offrent finalement la première victoire de la saison à Tours après presque 1 300 minutes sur le pré. Ouf !


20h53 : Comme on pouvait s’y attendre, les dirigeants marseillais ont peu apprécié le pied haut de Patrice Évra. À la suite du Mawashi-Geri administré par le défenseur à un supporter jeudi soir, Jacques-Henri Eyraud lui a signifié « sa mise à pied avec effet immédiat et sa convocation à un entretien préalable à une éventuelle sanction disciplinaire » , comme l’explique le communiqué publié par l’OM. Un peu de temps libre donné à Oncle Pat, pour bien préparer le prochain championnat du monde de karaté.


21h49 : Julien Benneteau réalise une semaine exceptionnelle au Rolex Paris Master. Après 2h03 de jeu, le Français se qualifie pour les demi-finales et déclare son amour au public parisien.


21h49 : Grâce à un nouveau hat-trick d’Umut Bozok et à un Renaud Ripart au four et au moulin – deux passes décisives, un but –, Nîmes enchaîne sa quatrième victoire d’affilée et enfile le costume de dauphin du Stade de Reims. Le croco est sans conteste la tendance de cet automne en Ligue 2.


22h36 : La purge entre Rennes et Bordeaux se termine enfin. Bien aidés par Jérémy Toulalan, les Bretons sortent victorieux de cette insulte au football (1-0). Un seul tir cadré de toute la rencontre, qu’est-ce que ça peut être long, parfois, quatre-vingt-dix minutes.


22h43 : Après un début de saison compliqué marqué par une blessure, Ryad Boudebouz vient officiellement de se présenter au public espagnol. Grâce au premier golazo de l’Algérien en Liga en toute fin de partie, le Betis Séville arrache le point du match nul contre Getafe. Même de l’autre côté des Pyrénées, l’ancien Montpelliérain n’oublie pas de mettre la manière.


22h58 : Le niveau du match entre Rennais et Bordelais aura eu raison de René Ruello. À l’issue de la rencontre, le président breton annonce qu’il quitte le club, lassé par la tempête médiatique du mois dernier : « Après le délire médiatique hallucinant de la mi-octobre, j'ai pris du repos et la décision de quitter mes fonctions à la présidence du club, malgré le soutien et les assurances de mon actionnariat. » Moins d’une heure plus tard, le Stade rennais annonce la nomination d’Olivier Létang à la tête du club.


Samedi 4 novembre


12h48 : Un nouveau geste technique vient d’être créé en D2 turque. Tom, joueur brésilien de Elazığspor, invente la simulation d’une simulation. Le concept : se laisser tomber, attendre que les défenseurs adverses s’arrêtent pour protester, et puis finalement se relever pour offrir un but tout fait à son coéquipier. Fourbe, mais terriblement efficace.


17h30 : Quand Neymar n’est pas là, Cavani danse. Face à Angers, alors que Paris mène déjà 2-0, le Matador profite d’une superbe talonnade de Kylian Mbappé pour planter son centième pion en Ligue 1. Mais l’Uruguayen n’aime pas les chiffres ronds, et remet donc ça à l’heure de jeu. Avec également un doublé du Kyky parisien et un but de Julian Draxler, les Parisiens écœurent les Angevins et le stade Raymond-Kopa (5-0).


18h02 : Thomas Partey n'a pas quitté son costume de sauveur de l’Atlético de Madrid de toute la semaine. Après avoir évité la défaite aux Colchoneros mardi dernier, l’international ghanéen leur a cette fois-ci offert la victoire en toute fin de match contre la Corogne. Avec deux réalisations, le milieu madrilène se montre aussi efficace qu’Antoine Griezmann en Liga cette saison. Y a comme un hic.


18h23 : Malgré l’amour du public de Bercy, Julien Benneteau s’incline face à Jack Sock en deux sets et quitte le Rolex Paris Master aux portes de la finale. De quoi avoir le moral dans les chaussettes.

18h46 : Simone Verdi a fait honneur à son blase face à Crotone. Le milieu de terrain de Bologne a composé une partition parfaite sur coup franc. En moins de sept minutes, le joueur de vingt-cinq ans plante deux coups francs, des deux pieds. Un spectacle gâché par les Calabrais qui l’emportent 3-2.


18h47 : À Dortmund, Arjen Robben se charge de lancer le Klassiker. Pour la première fois de la saison, le célèbre coup de patte du Néerlandais se révèle efficace.

20h : La Brigade Loire a sorti le tifo des grands soirs pour recevoir Toulouse. Les joueurs nantais font honneur à leurs supporters en l’emportant 2-1 et en se réinstallant pour quelques heures sur le podium.


20h07 : Il est là, le fail du week-end, et il est l’œuvre de l’arbitre allemand du Klassiker. La fin de la partie approchant, il a eu, lui aussi, envie de tâter le cuir. À en croire son claquage du mollet survenu après un contrôle, l’homme en noir a du Abou Gourcuff en lui.


20h10 : Un petit crochet par l’Angleterre et le Championship. Buteur quelques minutes plus tôt face à Leeds, Yoann Barbet devient chambreur. Après un contact avec Samuel Sáiz, le joueur de Brentford se moque de la taille de son adversaire venu se frotter à lui. On avait dit pas le physique, aussi.


20h19 : Les Bavarois se payent le BvB au Signal Iduna Park. 3-1 score final, sans négociation.


21h47 : La réponse monégasque au carton parisien. Face à Guingamp, les joueurs de la Principauté étaient déterminés à ne pas laisser le PSG tirer la couverture à lui. Leonardo Jardim et ses joueurs n’ont laissé aucune chance à des Bretons repartis du Rocher humiliés et honteux à en croire Antoine Kombouaré : « On a honte quand on prend 6-0. Cela fait un set à zéro. On peut être inquiet, oui, mais on n'est pas en danger aujourd'hui au classement. On n'a pas les soucis de Metz. Il n'y a donc pas à se mettre la pression. » Pas de pression, d’accord, mais un petit coup de pied aux fesses quand même.

22h43 : Il est là, le but du week-end, et il est l’œuvre d’un Amiénois. À deux minutes de la fin du temps réglementaire, alors que son équipe est menée au score, Danilo Avelar remet les pendules à l’heure d’une magnifique reprise de volée acrobatique. Comme dirait Herbert Leonard : « Pour le plaisir » .


22h49 : Le Wydad Casablanca crée l’exploit en remportant la deuxième Ligue des champions de son histoire face à Al-Ahly, le club le plus titré du continent. Après le nul (1-1) du match aller au Caire, les Diables rouges se sont imposés 1-0 dans la seconde manche devant leur public. Une prouesse fêtée jusque sur les Champs-Élysées.



Dimanche 5 novembre

13h14 : Place à une petite balade dominicale aux Pays-Bas pour admirer le bijou du club d’Ado Den Haag face à Feyenoord. Jeu en triangle, une touche de balle, reprise de volée en guise de finition, Aaron Meijers inscrit ici l’un des buts du week-end.


13h44 : Stupeur générale à Giuseppe-Meazza, l’Inter se fait surprendre par le Torino qui ouvre le score grâce à Iago Falqué.

14h04 : Bien servi par Mauro Icardi, Eder Martins célèbre sa première réalisation de l’exercice actuel en Serie A. Une égalisation qui arrive trop tard, les Nerazzurri doivent se contenter du partage des points.


14h22 : Après l’avoir emporté face au Real en Ligue des champions mercredi dernier, Tottenham a du mal à se défaire de Crystal Palace. C’est finalement Heung-Min Son qui plante le pion de la victoire peu après l’heure de jeu. Ce match, c’était comme passer d’un restaurant gastronomique à un fast food, les papilles ont eu du mal à s’y faire.


15h : Un déluge s’est abattu sur Rome, obligeant le corps arbitral à reporter le match entre la Lazio et Udinese à une date ultérieure. Si seulement une telle décision avait pu être prise vendredi pour la rencontre entre Rennes et Bordeaux...


15h34 : Kevin De Bruyne ouvre les hostilités face à Arsenal. Habitué aux passes décisives, le Belge sait se transformer en buteur. Un rôle qui lui va comme un gant.


16h45 : Mario Balotelli est l’homme du match entre Nice et Dijon. Sans aucun débat possible. Buteur avant la pause, l’international italien se retrouve dans la peau du banni à la suite d’un tacle à retardement à deux minutes de la fin du match. Victorieux, les Aiglons ont stoppé la chute libre et ont repris leur envol.


16h50 : Les Turinois profitent de la réception du petit poucet de Serie A, Benevento, pour passer devant l’Inter et revenir à une longueur du Napoli qui n’a pas réussi à s’imposer sur la pelouse du Chievo.


17h : L’amour entre Patrice Évra et les supporters marseillais n’aura duré que quelques mois. Ces derniers se sont fait un plaisir d’accrocher une banderole « This game is OVER » pour la réception de Caen. Ce game-là, en revanche, on l'aime bien.


17h05 : Malgré l’effort d’Alexandre Lacazette pour relancer le suspense, les Gunners s’inclinent 3-1 face à des Citizens que personne n’arrive à suivre cette saison. À ce rythme-là, Pep Guardiola et ses joueurs seront sacrés champions avant que Benevento ne gagne un match en Serie A.


18h36 : Place à l’autre choc de cette journée de Premier League. Sur un centre de César Azpilicueta, Álvaro Morata et son coup de casque permettent à Chelsea de revenir à un point de Manchester United, leur adversaire du jour. Boudeur au coup de sifflet final, José Mourihno est rentré au vestiaire sans serrer la main d’Antonio Conte. Encore une histoire de taille de Rolex.


18h47 : La réponse marseillaise aux cartons parisien et monégasque. Face à Caen, les Phocéens se sont transformés en cadors du championnat pour coller une fessée aux Normands (5-0).


18h48 : Lille remporte la guerre des cancres de Ligue 1 sur la pelouse de Metz (3-0). De quoi redonner le sourire à Marcelo Bielsa ? Non, même pas.


19h27 : Les douze minutes de temps additionnel accordées par l’arbitre à la suite de la blessure de Gomes viennent de prendre fin au Goodison Park. Après avoir été menés 2-0 jusqu’à l’heure de jeu, les Toffees ont renversé les Hornets (3-2). Si Leighton Baines a inscrit le but de la victoire sur penalty à la 93e minute, Tom Cleverley manque celui de l’égalisation à la 100e minute. Vous avez dit « crazy » ?

Vidéo

21h : En ce soir de derby, les Greens Angels s’expriment par tifo pour dire aux Verts : « Pas de cinéma, ce soir on a la haine » . Ambiance.


21h11 : Memphis Depay ouvre le festival lyonnais à Geoffroy-Guichard.

21h25 : Après une course de cinquante mètres, Nabil Fekir trompe à son tour Stéphane Ruffier.

21h53 : BOUUUUUUUMMM ! Marco Asensio ne se pose pas de question et balance une mine dans les cages de Raúl Lizoáin.


22h11 : Après Casemiro et Marco Asensio, c’est au tour d’Isco d’y aller de son but face à Las Palmas. Et un, et deux, et trois zéro. Dédicace à Zizou.


22h31 : Après les buts de Mariano Diaz et Bertrand Traoré, le festival lyonnais se transforme officiellement en humiliation publique.

22h50 : Auteur d’un doublé, Nabil Fekir célèbre le dernier pion lyonnais façon Lionel Messi, en tenant son maillot du bout des doigts face au kop stéphanois. Contrairement au geste de l’Argentin à Bernabéu, celui du Lyonnais provoque un envahissement de terrain. Et bim, c’est parti pour un grand moment de n'importe quoi...

23h34 : Après trois quarts d’heure de pause où Stéphane Guy et Éric Carrière ont fait la morale comme le procès de l’attaquant lyonnais, Gones et Verts sont de retour sur la pelouse pour quatre petites minutes. Mais pas Fekir, discrètement remplacé par Jordan Ferri. Resté aux vestiaires pour ne pas jeter un peu plus d'huile dans le Chaudron, le capitaine lyonnais a été le grand bonhomme d'une soirée historique dans le Forez : celle de la plus large victoire de l'OL chez son voisin honni.



Par Maeva Alliche
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Hier à 09:28 Barton : « 50% des joueurs parient sur les matchs » 22
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
lundi 22 janvier Une ex-formatrice défonce la goal-line technology (via Brut Sport) lundi 22 janvier Quand Ronaldo planquait de la bière 51 lundi 22 janvier Dupraz quitte le TFC 128 lundi 22 janvier Robinho en route vers Sivasspor 60 lundi 22 janvier Un supporter arrêté après avoir uriné dans la bouteille du gardien adverse 18
À lire ensuite
L'équipe type du week-end