Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociaux MoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 9 Résultats Classements Options
Abonne-toi à SOFOOT Boutique (Photos, T-Shirt, goodies, etc.)
  1. // Euro 2020
  2. // Demies
  3. // Italie-Espagne (1-1, 4 -2 TAB)

Ti amo, Federico

Auteur de l’ouverture du score d’une magnifique frappe enroulée, Federico Chiesa a une nouvelle fois été le grand bonhomme de la qualification italienne pour la finale de l’Euro. Tout sauf une surprise, tant le joueur de la Juventus prend de plus en plus de place dans l’attaque italienne.

Modififié
Neuf jours après son coup de génie du pied gauche face à l’Autriche, Federico Chiesa a remis ça. Buteur lors de la prolongation en huitièmes de finale, l’ailier italien a cette fois-ci contrarié les plans espagnols à Wembley, en enroulant parfaitement sa frappe du pied droit dans le petit filet d’Unai Simón à l’heure de jeu, après un modèle de contre-attaque et une relance supersonique de Gianluigi Donnarumma. Comme face aux Autrichiens, le joueur de la Juve s’est mué en sauveur azzurro, alors que l’Italie n’était clairement pas au mieux. Titulaire pour la deuxième fois consécutive après 90 minutes pas forcément hyper convaincantes face à la Belgique, Federico Chiesa a donné des sueurs froides à l’arrière-garde espagnole et à la paire Laporte-Garcia, complètement amorphe sur le coup de canon du génie italien.

Une tranquillité déconcertante


Mais une nouvelle fois, le joueur de 23 ans a montré qu’il restait l’arme offensive numéro 1 de la Squadra Azzurra, malgré la présence de Ciro Immobile en pointe et de Lorenzo Insigne sur l’aile gauche. Bien que privé de ballon par une Espagne en manque de réussite devant le but, Chiesa junior est sorti de sa boîte magique au meilleur des moments. Lancé côté droit, le feu follet italien est l’auteur de la première frappe cadrée de son équipe à la 53e, avant, donc, ce coup de génie à l’heure de jeu, qui aurait pu (dû ?) être son dernier ballon s’il n’avait pas terminé au fond.



Si ses qualités de buteur ne sont plus à démontrer, le Juventino a également étalé sa palette technique. Auteur d’une passe géniale vers Domenico Berardi, Chiesa aurait pu ajouter une passe décisive à son compteur si l’ailier de Sassuolo s’était montré plus adroit devant le portier espagnol pour donner deux pions d'avance à l'Italie. Une action symbolique, qui résume bien pourquoi Federico Chiesa a pris le dessus sur son coéquipier. Car « Fede » sait se montrer décisif, n’importe quand, n’importe où. C’est aussi un signe fort envoyé à Roberto Mancini : l’ailier italien est un soldat qui se bat corps et âme jusqu’au bout, même avec des crampes.

Man of the match, again


Mais ce qui impressionne le plus chez le fils d'Enrico, c’est son aisance balle au pied et sa tranquillité déconcertante, que son adversaire s’appelle le pays de Galles ou l’Espagne, qu’il joue un simple match de poule ou une demi-finale de championnat d’Europe. Logiquement élu homme du match par l’UEFA, le bambino garde pourtant les pieds sur Terre et la frimousse bien en place, alors qu’il réalise un Euro monstrueux. « Je n’ai pas de mots pour décrire ce que je ressens. C’était un match difficile, mais nous sommes en finale. L’Espagne a des joueurs incroyables qui étaient exceptionnels, mais nous avons lutté jusqu’à la fin. Même quand Locatelli a manqué le premier penalty, on a gardé notre calme, on s’est dit qu’on pouvait y arriver. Le groupe a réussi à aller en finale » , a confié le maestro à l’issue de la rencontre. Un groupe qui pourra bien évidemment compter sur son atout numéro 1, qui est prêt à dégainer un cinquième as de sa manche pour aller chercher un Euro que toute l’Italie attend depuis 1968.

Chiellini, le boss de fin


Par Analie Simon
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Partenaires
Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Olive & Tom Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine
Hier à 19:10 Wayne Rooney blesse l'un de ses joueurs à l'entraînement 47
Hier à 12:33 Le raté incroyable de Nicolás Reniero en Argentine 21
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Tsugi Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine