Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 17 Résultats Classements Options
  1. // Foot et ultras

Fumis et enfumage

Tolérance zéro ! Noël Le Graët a tapé du poing sur la table ce vendredi matin : le président de la FFF souhaite que les matchs de Ligue 1 la saison prochaine ne démarrent pas tant qu'il y aura des fumigènes en tribune. Mais, il devrait savoir que les mêmes causes produisent les mêmes effets.

Modififié
Noël Le Graët ne comprend rien aux supporters, et il l’a encore démontré ce vendredi matin au micro de Jean-Jacques Bourdin. Invité de la matinale sur RMC/BFMTV à deux jours de s’envoler en Russie avec l’équipe de France, celui qui va vivre sa quatrième Coupe du monde à la tête de la Fédération française de football (vice-président de 2005 à 2011, président depuis 2011), a disserté sur la visite du président Macron à Clairefontaine ( « Il sait ce que ressentent les gens » ), les primes des joueurs ( « 30% du montant attribué à la FFF par la FIFA » , soit 150 000 euros par tête en cas de qualification en finale, et environ le double si les Bleus ramènent la coupe à Paris), le vilain Rabiot ( « Il s’est sanctionné lui-même » ), avant d’affirmer sereinement que « le politique ne doit pas intervenir dans le sport » au sujet de l’annulation du match Israël-Argentine... juste après avoir évoqué le cas Benzema. Mais le meilleur restait à venir.


Pour conclure cet entretien de vingt minutes, Bourdin a eu le malheur de lancer Le Graët sur la question des fumigènes. « On est revenus nettement en arrière depuis trois mois. On est l’un des seuls pays d’Europe... Et l’UEFA ne nous confiera plus de compétitions si on n’arrête pas ce genre de choses » , s’est emballé le boss de la 3F sans que l’on comprenne vraiment quel rétropédalage et quel particularisme caractérisent le football français. Le nombre de fumigènes craqués dans les stades de l’Hexagone ? Ils sont en hausse, mais ce n’est pas nouveau. En janvier dernier, déjà, Didier Quillot le directeur général de la Ligue constatait « une multiplication par près de 2,5 » par rapport à la saison 2016-2017.

Inexpertise

Venons-en au particularisme français de l’usage pyrotechnique théorisé par Le Graët. « En Angleterre, il y a longtemps que c’est fini ; en Allemagne, même pas en rêve ; l’Italie, encore un petit peu ; l’Espagne, même pas en rêve... » , affirme-t-il. En Espagne et en Angleterre, c’est vrai, mais pour le reste... Si les fumigènes sont interdits dans les stades allemands, les ultras les utilisent toujours et il n’est pas rare de voir un craquage massif lors d’un anniversaire ou une situation exceptionnelle comme la relégation d'Hambourg. En Serie A, berceau de la culture ultra, il y a moins de fumigènes qu'avant mais rien que la saison dernière, le montant total des amendes contre les clubs, à cause de l'usage d'engins pyrotechniques, s'est élevé à 200 000 euros. Alors, Le Graët bombe le torse en vue de la saison prochaine : «  On va réunir la Ligue, (...) ça va être zéro fumigène ! » Son idée : les matchs ne doivent pas démarrer tant que des fumigènes seront agités en tribune : « Ceux qui aiment le football ne seront pas très contents des types qui sont derrière le but avec des fumigènes. » Diviser les supporters, une certaine idée de la fonction présidentielle du football français.


Depuis vingt-cinq ans, les engins pyrotechniques sont interdits dans les enceintes sportives en France parce qu’ils dégagent une forte chaleur et peuvent servir de projectiles dangereux. Depuis vingt-cinq ans, les supporters parviennent à passer outre les fouilles et sont prêts à braver la loi et les interdictions de stade, quitte à se déguiser et mettre en danger leurs parties génitales, parce qu’ils considèrent que cela fait partie intégrante du spectacle en tribune.

Les sanctions ne freinent pas les supporters

Le Graët le reconnaît lui-même : « Pour le moment, on a fait beaucoup de sanctions, ça n’a pas servi à grand-chose. » L’expérience nous a démontré que tant que les fumigènes et feux de bengale, pots de fumée, cierges, etc. seront interdits, les supporters continueront leur usage de manière sauvage. À l’instar de la question de l’aménagement des tribunes, les dirigeants du football français auraient intérêt à dialoguer avec les supporters pour mieux appréhender et concilier les différents types de supporterisme, entre ultras et non ultras. Car des solutions existent, à commencer par les torches sécurisées. Le Graët ne veut plus de fumigènes dans les stades français. En attendant, comme l’a repéré le collectif Supps par terre, Orange, « partenaire majeur de la FFF » , utilise un fumigène dans son dernier spot publicitaire. Une belle ironie.



Par Florian Lefèvre À lire : le dossier « ultras et autorités réunis autour d'une même table » , dans le SO FOOT #154
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
Olive & Tom Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur