Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociaux MoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
Abonne-toi à SOFOOT Boutique (Photos, T-Shirt, goodies, etc.)
  1. //
  2. // Ballon d'or 2021

Messi, le Ballon dort

Vainqueur du Ballon d’or 2021, Lionel Messi a remporté ce lundi son septième globe doré. Une distinction supplémentaire pour l’armoire à trophées de l’Argentin, mais une déception certaine pour le monde du football. Signe, certainement, d’une récompense attribuée par défaut.

Modififié
Après (seulement) deux ans d’attente, le voilà de retour. Le smoking ajusté et le sourire figé, Lionel Messi vient d’être sacré Ballon d’or 2021, au terme d’une soirée aussi longue que prévisible. Une annonce qui, si elle n’a surpris personne, en a malgré tout agacé beaucoup. Et à juste titre.

Les critères de la subjectivité


Les années 2010 ont marqué la fin de la symbolique Ballon d’or. Accaparée par la voracité de Cristiano Ronaldo et Lionel Messi, la récompense désignant le meilleur joueur sur une saison s’est muée en bataille rangée, entre deux spécimens aux performances stratosphériques. Pourtant, en 2018, avec l’élection de Luka Modrić, les cartes semblaient enfin rebattues. Libéré de cette emprise souvent tendancieuse, le Ballon d'or allait enfin pouvoir s’ouvrir à un nouveau chapitre. Mais en 2019, et désormais 2021, force est finalement de constater que rien n’a vraiment changé. Car sans être une scandaleuse usurpation, le triomphe de Leo Messi a légitimement de quoi interroger. En effet, si les succès du FC Barcelone en Coupe d'Espagne, de l’Argentine en Copa América et le titre de Pichichi (30 buts en Liga) acquis la saison dernière ne souffrent aucune contestation, ils restent malgré tout bien maigres dans la besace d’un prétendant à la victoire finale. En club, La Pulga s’est ainsi embourbée dans des prestations moyennes, voire plus, depuis près de deux ans. Le poids de l’âge n’aidant pas, il n’a pu que colmater les brèches du naufrage sportif barcelonais et assister, impuissant, à une nouvelle élimination prématurée des siens en Ligue des champions. Cette fois dès les huitièmes de finale par le Paris Saint-Germain.

Il n'a fait trembler que les filets d’Alban Lafont en Ligue 1

Une trajectoire que son arrivée, au PSG justement, n’a guère permis de redresser. Reflet de l’aboutissement marketing du projet QSI, l’attaquant rencontre toutes les peines du monde une fois sur le terrain. Quatre buts et trois passes décisives depuis le 29 août dernier, pour celui qui n’aura finalement fait trembler que les filets d’Alban Lafont en Ligue 1. Et pour ne rien arranger, sa participation au jeu et son impact sur les résultats finaux n’ont jamais été aussi faibles qu’en ce début de campagne. Autant de points contraires que le sacre continental obtenu avec l’Albiceleste, après cinq échecs consécutifs (dont deux finales) ne peut effacer. La Copa América est effectivement le principal fait d’armes avancé, au moment de justifier cette élection. Une curiosité malsaine, pour une compétition dont l’importance sur une saison régulière n’avait, auparavant, jamais été prise en compte. Disputé dans un format particulier (huit équipes sur dix étant qualifiées pour les quarts de finale), mais surtout dans une indifférence quasi totale en période de pandémie, le tournoi sud-américain n’a ainsi jamais semblé aussi biaisé.

Plus fort que Chelsea et l'Italie, vraiment ?


L’édition 2020-2021 aura pourtant été chargée en nouveautés. Du Chelsea vainqueur de la C1 à l’Italie soulevant l’Euro, le collectif a marqué de son sceau un football aux valeurs enfin retrouvées. Tandis que sur le plan individuel, Robert Lewandowski et Karim Benzema ne cessent d’impressionner par leur régularité. Des faits marquants et établis, qui auraient donc pu faire pencher la balance du bon côté et offrir au Ballon d’or l’occasion de se détacher d’une image bien écornée. Mais il n’en a finalement rien été. Et mêlée à l’incompréhension, la frustration domine. Spolié d’un premier sacre en 2020 (les instances ayant invoqué l’équité sportive après l’interruption de plusieurs championnats en cours de saison), Lewandowski l’est ainsi encore une fois. Un énième paradoxe (ou injustice) pour la machine à marquer, auteur de 64 buts en 53 rencontres sur cette année civile, et artisan majuscule des derniers succès du Bayern.

L’édition 2020-2021 aura pourtant été chargée en nouveautés. Du Chelsea vainqueur de la C1 à l’Italie soulevant l’Euro, le collectif a marqué de son sceau un football aux valeurs enfin retrouvées.

Son seul souci sportif finalement : sa nationalité. Difficile en effet d’espérer garnir son palmarès sous la belle tunique polonaise. De l’autre côté, Karim Benzema a également de quoi serrer les dents. Dans la forme de sa vie, le moteur du Real Madrid et de l’équipe de France, faiseur de miracles et déjà buteur à 21 reprises depuis le début de saison, carbure. Pas suffisamment impressionnant pour autant. La cohérence des votants (les journalistes internationaux) a donc de quoi faire réfléchir, pour un trophée en perte de vitesse. Car si les choix de certains sont difficiles à suivre, ils le sont d’autant plus lorsqu'ils sont faits par défaut.

Karim Benzema, enfin certifié


Par Adel Bentaha
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié






Dans cet article


Partenaires
Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons
Hier à 11:06 Pronostic AS Roma Feyenoord : Analyse, cotes et prono de la finale de Ligue Europa Conférence 6 Hier à 09:54 Bonus FDJ de 10€ avec le code promo RDJ10 3
Partenaires
Olive & Tom Tsugi Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine MAILLOTS FOOT VINTAGE Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons
Hier à 11:15 Live Twitch 15h-22h30 : FIFA, chants de supporters et quiz special PSG !