Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 8es
  3. // Lyon-Barcelone

Et sans Fekir, on fait comment ?

Si Bruno Génésio a avancé que son OL jouerait « son football » mardi soir, face au Barça, et qu'il s'attendait à un match « semblable » à celui remporté par ses hommes à l'Etihad Stadium de Manchester en septembre dernier, l'entraîneur lyonnais doit faire face à un absent central : Nabil Fekir, leader technique de la bande.

Modififié

On a fini par s'habituer à voir cet homme, à la logique parfois difficile à suivre, dans cet état-là. Ainsi, pas de surprise lorsque Bruno Génésio s'est pointé vendredi soir, quelques minutes après la treizième victoire de l'OL en Ligue 1 de la saison, pour diffuser de nouveau un drôle de parfum : « On va dire que, ce soir, les trois points étaient le plus importants. Le match de mardi était forcément dans les têtes. Quand on joue un huitième de finale, en particulier contre Barcelone, une partie de notre attention est accaparée par ce match... » Il est impossible d'en vouloir à Génésio sur ce coup, car l'entraîneur lyonnais avait prévenu son monde avant la réception de Guingamp ( « On ne prépare pas Barcelone en jouant Guingamp » ), marquant au passage une rupture d'approche nette avec son homologue du PSG, Thomas Tuchel, qui ne cesse de répéter depuis l'été qu'il faut regarder un match de C1 à la hauteur d'un trente-deuxième de finale de Coupe de France. « C'est la mentalité des champions » , glisse souvent le coach allemand. Mais l'OL n'est pas le PSG, c'est autre chose : on parle ici d'une machine dont les voyants s'allument avant tout lorsque les projecteurs des grandes soirées l'exigent, rarement autrement. Problème, cette fois, les Lyonnais doivent le faire sans leur « phare technique » .

Un système qui repose sur ses individualités


Si un huitième de finale aller de Ligue des champions face au Barça méritait de voir le nom de Nabil Fekir couché sur une feuille de match, le constat est là : mardi soir, l'international français est suspendu et Génésio doit composer sans un type autour de qui il construit son argumentaire tactique depuis le premier jour. Interrogé par So Foot cette semaine, le coach lyonnais ne s'en est pas caché au moment de présenter son attirail stratégique : « Forcément, lorsqu'un de vos meilleurs joueurs s'exprime le mieux en position de dix, vous allez faire un système qui lui permet de donner le meilleur de lui-même. On a trois possibilités avec un dix : le 3-5-2, le 4-4-2 en losange et le 4-2-3-1. » Dans la même réponse, Bruno Génésio a précisé que le losange était trop compliqué à mettre en place « au très haut niveau » alors que la défense à trois semble pour le moment être mise de côté. Résultat, contre Barcelone mardi soir, l'OL se retrouve avec deux options entre les doigts : un 4-4-1-1 avec Depay, dont le rôle sera vital et qu'on dit plus performant sans Fekir, en soutien de Moussa Dembélé ou un 4-3-3 animé devant par un trio Traoré-Dembélé-Depay et renforcé au milieu par Lucas Tousart. Ce dernier système avait notamment été utilisé fin octobre, à Hoffenheim (3-3), lors du seul match européen manqué cette saison par Fekir.



Au total, Nabil Fekir a manqué neuf matchs depuis l'été dernier. Grave ? Pas tant que ça du point de vue des chiffres, car l'OL n'a perdu qu'une fois – à Reims (1-0) mi-août – et a même marqué davantage (2,3 buts/match) sans son capitaine. Un peu plus lorsqu'on parle d'animation propre car l'absence de Fekir rend vulnérable l'équilibre d'un onze lyonnais qui souffre déjà de nombreux maux lorsque son champion du monde est sur le gazon (tendance à tourner en rond balle au pied, bloc gruyère et zones mal couvertes sans). Aujourd'hui, l'ADN lyonnais n'a en réalité rien de clair : la gestion tactique (un système différent par match de C1 cette saison) de Génésio ne permet pas de faire émerger une ligne directrice en matière de jeu et l'OL, une équipe où les joueurs ont les clés et où le cadre d'expression est très large, est davantage une bande de braqueurs qu'un groupe capable d'enchaîner les copies satisfaisantes chaque week-end. Une bande qui se repose surtout sur ses individualités, dont une principale lors de l'ascension des grands cols : Nabil Fekir.

« On sait qu'il va faire quelque chose d'extraordinaire »


« C'est notre capitaine. Les matchs comme celui de Barcelone, il les aime, on sait qu'il sera au niveau, qu'il va faire quelque chose d'extraordinaire, glissait récemment Anthony Lopes. Sans lui, ce n'est pas pareil. » Parce que Fekir est le co-meilleur buteur lyonnais cette saison avec onze buts, qu'il a été de tous les bonheurs lyonnais depuis le mois d'août dernier, de la victoire contre l'OM (4-2) au succès contre le PSG (2-1) en passant par l'exploit de l'Etihad (2-1), mais aussi parce que le Français est un joueur qui peut tenir la verticalité et surtout l'intensité, ce qui sera clé contre ce Barça. Contrarier l'équipe de Valverde mardi soir commence par ça : un pressing agressif pour gêner la relance, ce qu'avait parfaitement fait le Betis lors de sa victoire au Camp Nou en novembre (3-4) lors de laquelle Quique Sétien avait placé un homme sur chaque adversaire. Cela présente un risque numérique – celui de se retrouver sans sécurité face au trio offensif catalan –, mais aussi un modèle à suivre que l'OL sait maîtriser : ses victoires contre City et le PSG sont issues de prestations défensives efficaces et d'un pressing parfaitement orchestré. Sans Fekir, Génésio devrait alors tenter de remettre en place le 4-4-1-1 vu à l'Etihad (où Depay passerait à la place en dix et Dembélé en neuf) où les ailiers (à choisir entre Aouar, Cornet et Traoré) auront un rôle précieux pour aider la paire de centraux à isoler Busquets. Une vie existe sans Fekir, reste maintenant à s'assurer de ne pas tout envoyer en l'air avant son retour aux affaires.



Par Maxime Brigand
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


il y a 3 heures Horoya AC : Patrice Neveu limogé 6 il y a 3 heures En Copa Sudamericana, une équipe bolivienne tire 54 fois au but... et perd 25 Hier à 17:59 La Fifpro réclame des remplacements temporaires 56 Hier à 17:48 Un nouveau format pour la Ligue des champions à l'étude 170
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible