S’abonner au mag
  • France
  • Arbitrage

Exclusion temporaire : que donne l’expérimentation dans le Grand Est ?

Par Thomas Morlec

Testée depuis 2019 dans la région Grand Est, l'exclusion temporaire pourrait faire son arrivée dès la saison prochaine au haut niveau. Avant de penser à son apparition en Ligue 1, est-ce que cette nouvelle règle fonctionne dans le monde amateur ?

Exclusion temporaire : que donne l’expérimentation dans le Grand Est ?

Alors que le football se joue avec deux types de cartons – rouges et jaunes – depuis la Coupe du monde 1970, une petite révolution va avoir lieu. Le carton blanc va être expérimenté dans le monde professionnel dès la saison prochaine selon l’International Football Association Board (IFAB). Son but ? Exclure pour une durée de 10 minutes un joueur auteur de contestations répétées ou véhémentes envers un arbitre, qui pourrait être alors en dialogue uniquement avec le capitaine. Si cette règle peut apparaître comme une nouveauté, l’exclusion temporaire, déjà présente sous une forme différente sur les pelouses amateurs de la région Grand Est dans les années 1990, y a été réintroduite en 2019.

On se plaint qu’il n’y ait pas assez d’arbitres, mais ce n’est pas simple d’assurer cette fonction aujourd’hui. À nous d’essayer de trouver les moyens pour leur rendre la tâche plus facile.

Matthieu Lombard, responsable de l’arbitrage dans le Grand Est

Responsable de l’arbitrage pour la Ligue du Grand Est, Matthieu Lombard est l’un de ceux qui ont poussé pour ce retour de l’exclusion temporaire, signalée par un carton blanc depuis cette saison : « Avec le service arbitrage, on s’est rendu compte qu’après le Covid, il y a eu une augmentation des énervements, de la frustration et plus globalement des tensions sur les terrains. Il fallait faire quelque chose pour préserver l’autorité de l’arbitre. » Après avoir convaincu les neuf districts et les commissions départementales de l’arbitrage, la règle est désormais appliquée dans toutes les catégories du Régional 1 jusqu’à la D8, mais pas lors des compétitions fédérales (Coupe de France, Coupe Gambardella). Une avancée importante pour l’ancien arbitre assistant de Ligue 1 : « L’objectif, c’est qu’il y ait une prise de conscience de la part de tout le monde. On parle des arbitres parce qu’ils sont en première ligne, mais les licenciés de football sont là pour prendre du plaisir, quel que soit le niveau, déclare-t-il. Quand il y a des contestations, tout le monde est pénalisé. On se plaint qu’il n’y ait pas assez d’arbitres, mais ce n’est pas simple d’assurer cette fonction aujourd’hui. À nous d’essayer de trouver les moyens pour leur rendre la tâche plus facile. Et cette évolution va dans ce sens. »

Une sanction qui rebat les cartes

James Akroum, entraîneur de l’AS Erstein (Bas-Rhin), compose avec l’exclusion temporaire depuis quatre saisons. Cette règle a obligé cet éducateur de l’équipe de Régional 2 à s’adapter : « Pas plus tard que lors de notre dernier match, j’ai été confronté à un carton blanc. Tactiquement, il faut se réorganiser très vite. Un de mes attaquants a pris 10 minutes lors d’un temps fort de l’équipe adverse. J’ai dû passer d’un 3-5-2 à deux lignes de quatre avec un attaquant devant (4-4-1) avant la fin de la sanction, rejoue-t-il. Quand c’est un joueur à vocation offensive, ce n’est pas trop dramatique, mais si c’est ton défenseur central, ce n’est pas la même chose. » Pour celui qui a remporté le prix du fair-play avec son équipe la saison dernière, cette réglementation est surtout l’occasion d’évoquer des aspects spécifiques avec ses joueurs : « C’est devenu un levier dont on se sert en tant qu’entraîneur. Ça nous permet notamment de travailler sur le respect des règles du jeu, mais surtout de l’arbitre. »

Cela ne va pas tout régler, mais ça peut être un début de quelque chose.

Pascal Gander

Au sifflet dans la région depuis 2008, Pascal Gander a pris cette arrivée de manière positive : « Pour faire face à cette violence, il faut essayer de trouver des options. C’est une étape, ça va être expérimenté et on verra bien les bienfaits et méfaits. Cela ne va pas tout régler, mais ça peut être un début de quelque chose.» Et les résultats sont déjà là pour cet arbitre de Régional 1. « Depuis l’apparition de l’exclusion temporaire, ça a baissé d’intensité au niveau du comportement des garçons sur le terrain, assure celui qui n’a utilisé qu’à deux reprises ce fameux carton blanc sur près de 150 rencontres. Avec les collègues, on trouve qu’il y a beaucoup moins de gestes de désapprobation, que ce soit par la parole ou les actes. » Ces retours positifs tendent à montrer que cette application du carton blanc – uniquement pour le motif de contestation désormais – est efficace dans le monde amateur, et qu’avec un minimum de pédagogie (réunion avec les clubs, discussions avec les capitaines), cette mesure est plutôt bien accueillie par l’ensemble des acteurs.

Inimaginable chez les pros ?

Cependant, si cela semble fonctionner dans les plus basses divisions, rien ne prouve pour autant que l’exclusion temporaire sera une réussite chez les professionnels. « Dans le sens du jeu, ce serait bien que l’exclusion temporaire soit mise en place, mais avant ça, il y a d’autres acteurs à convaincre, pointe Matthieu Lombard. Au haut niveau, jouer à 10, c’est tout de suite plus handicapant. L’idée avait été mise à l’ordre du jour d’une réunion il y a une quinzaine d’années. Résultat, elle avait été recalée par les entraîneurs, car c’était trop pénalisant tactiquement.» James Akroum doute également de cette transposition au monde pro. « Ce serait trop mécanique, trop froid. Ce serait se tirer une balle dans le pied, et il y aurait sûrement des problèmes d’équité en fonction du prestige des équipes, anticipe le coach alsacien. Le risque, c’est d’ajouter une nouvelle source de polémique. »

Pour l’arbitre Pascal Gander, tout est une affaire d’exemplarité que les grands de ce sport se doivent de donner. « Ce serait une avancée importante pour le football, car c’est l’un des seuls sports où les comportements désobligeants arrivent aussi fréquemment. Par exemple, Marco Verratti à chaque fois qu’il décidait que l’on n’avait pas sifflé en sa faveur, il ne respectait pas la fonction. Ce n’est pas les valeurs que le football doit véhiculer, martèle-t-il. Avec cette exclusion temporaire, les joueurs auront tendance à faire plus attention avant de faire un sprint de 30 mètres pour râler sur l’arbitre ou de contester à 30 cm de son visage. » De toute façon, en haut lieu, rien n’est encore tranché. Dans le journal L’Équipe, Éric Borghini, le président de la commission fédérale de l’arbitrage, a jugé cette pratique « intéressante » avant de préciser que la Ligue de football professionnelle pourrait être « partante » pour une expérimentation dès la saison prochaine. L’UEFA a, de son côté, déjà mis son veto pour un test lors du prochain Euro ou dans ses autres compétitions. Dans un monde footballistique conservateur, où les nouveautés sont toujours accueillies avec scepticisme, l’apparition de l’exclusion temporaire, et donc du carton blanc, ferait figure de révolution. Mais il faut croire que le carton blanc peut aussi se lever à l’est, avant d’illuminer le reste du pays.

Par Thomas Morlec

Tous propos recueillis par TM.

Articles en tendances
11
Revivez le nul entre Paris et Rennes (1-1)
  • Ligue 1
  • J23
  • PSG-Rennes
Revivez le nul entre Paris et Rennes (1-1)

Revivez le nul entre Paris et Rennes (1-1)

Revivez le nul entre Paris et Rennes (1-1)
Logo de l'équipe Lille
Bastien DECHEPY during the Ligue 1 Uber Eats match between Paris Saint-Germain Football Club and Stade Rennais Football Club at Parc des Princes on February 25, 2024 in Paris, France. (Photo by Daniel Derajinski/Icon Sport)
Bastien DECHEPY during the Ligue 1 Uber Eats match between Paris Saint-Germain Football Club and Stade Rennais Football Club at Parc des Princes on February 25, 2024 in Paris, France. (Photo by Daniel Derajinski/Icon Sport)
  • France
  • Arbitrage
Ces arbitres qui cachent une forêt d'erreurs

Ces arbitres qui cachent une forêt d'erreurs

Ces arbitres qui cachent une forêt d'erreurs
41
Revivez OM-Montpellier (4-1)
  • Ligue 1
  • J23
  • OM-Montpellier
Revivez OM-Montpellier (4-1)

Revivez OM-Montpellier (4-1)

Revivez OM-Montpellier (4-1)
00
Revivez la qualification de l'OL face à Strasbourg
  • Coupe de France
  • Quarts
  • OL-Strasbourg
Revivez la qualification de l'OL face à Strasbourg

Revivez la qualification de l'OL face à Strasbourg

Revivez la qualification de l'OL face à Strasbourg
Logo de l'équipe France féminines
Seville, Spainen, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France schaut waehrend des Spiels der UEFA Women's Nations League 2024 Final zwischen Spain vs France im La Cartuja Stadion am 28. February 2024 in Seville, Spainen. (Foto von Manu Reino/DeFodi Images)  Seville, Spain, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France looks on during the UEFA Women's Nations League 2024 Final match between Spain vs France at the La Cartuja Stadium on February 28, 2024 in Seville, Spain. (Photo by Manu Reino/DeFodi Images)   - Photo by Icon Sport
Seville, Spainen, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France schaut waehrend des Spiels der UEFA Women's Nations League 2024 Final zwischen Spain vs France im La Cartuja Stadion am 28. February 2024 in Seville, Spainen. (Foto von Manu Reino/DeFodi Images) Seville, Spain, 28.02.2024: Herve Renard, head coach of France looks on during the UEFA Women's Nations League 2024 Final match between Spain vs France at the La Cartuja Stadium on February 28, 2024 in Seville, Spain. (Photo by Manu Reino/DeFodi Images) - Photo by Icon Sport
  • Ligue des nations
  • Finale
  • Espagne-France (2-0)
Renard et les Bleues : maux croisés

Renard et les Bleues : maux croisés

Renard et les Bleues : maux croisés

Votre avis sur cet article

Les avis de nos lecteurs:

Dernières actus

Nos partenaires

  • Vietnam: le label d'H-BURNS, Phararon de Winter, 51 Black Super, Kakkmaddafakka...
  • #Trashtalk: les vrais coulisses de la NBA.
  • Maillots, équipement, lifestyle - Degaine.
  • Magazine trimestriel de Mode, Culture et Société pour les vrais parents sur les vrais enfants.
  • Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine