En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 10 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Tournée AmSud
  3. // Uruguay/France (1-0)
  4. // Notes

Suarez croque les Bleus

On a cru qu'on allait s'ennuyer. Puis Luis Suárez est entré. Pendant ce temps, Didier Deschamps, lui, faisait entrer Bafé Gomis. Auteur d'une bonne première mi-temps, Eliaquim Mangala a fait une bourde que l'on n'aurait pas pardonnée à Sébastien Frey. L'avenir nous dira si DD est plus indulgent.

Modififié
France


Mandanda (5,5) : Didier Deschamps avait envie de gagner 1 à 0, alors il a aligné Steve. Une prestation pas indigne de la part du portier marseillais qui a dégainé quelques bons arrêts, notamment en seconde période, sur une frappe de Gastón Rodríguez. Contre le Brésil, ce sera Hugo. En 2014 aussi. Pendant ce temps, son petit frère se marre avec les jeunes au Congo. Oui, la vie, c'est avant tout des choix. Aller à Monaco en est un.

Trémoulinas : (4,5) Déçu d'avoir été humilié façon Franck Jurietti en ne disputant que quelques secondes de la rencontre amicale face à l'Italie lors de sa première sélection, Benoît Trémoulinas a longtemps hésité à donner son accord à la Fédération de cricket pakistanaise avant de se rétracter. Sous pression ce soir, quelques mois après ce choix cornélien, Tresh n'a pas été récompensé. Sous prétexte qu'il connaissait Gourcuff de Bordeaux, Didier Deschamps lui a demandé de traîner avec lui sur le côté gauche alors que personne ne voulait s'asseoir avec lui à table. Résultat, un côté peu percutant, peu de centres et de danger. Rien de follichon. De toute façon, il lui manquait Diabaté.

Mangala (5,5) : Se faire remarquer, c'est aussi stimuler l'inconscient des observateurs. Ça, Eliaquim l'a compris. Pour séduire Deschamps, le joueur de Porto a décidé de jouer la carte de l'affectif et d'emprunter le crâne d'Alou Diarra et la posture de Stéphane Mbia. Le pire, c'est que ça a marché une mi-temps. Très bon lors du premier acte, l'ancien joueur de Liège s'est fait avoir par Suárez après l'entracte. Une petite erreur, certes, qui plus est lors d'un match amical. Mais allez dire ça à Sébastien Frey.

Koscielny (6,5) : Pas le plus classe, pas le plus propre, pas le plus technique, mais en tout cas l'un des plus solides. S'il ne rayonne pas toujours, Lolo a bien profité de la chance qui lui était offerte ce soir. Son duel avec Suárez a été l'attraction de la fin de rencontre et, malgré un moment un peu difficile où l'Uruguayen s'est joué de lui sur le côté droit, le Gunner peut garder la tête haute.

Sagna (4) : Il y a la gauche caviar et la droite molle. Bacary a choisi son camp.

Matuidi (5) : Blaise a attendu son 786e match de l'année pour avoir l'air un peu fatigué. Moins de rythme, moins de présence et moins de ballons grattés. Il faut dire que jouer aux côtés de Capoue, c'est autre chose que de jouer avec Verratti ou Motta. Enfant gâté, va.

Capoue (3,5) : Olivier Sadran ne remercie pas Deschamps. À ce rythme-là, c'est à Rungis qu'il va devoir vendre sa star. Et au kilo, hein.

Gourcuff (3) : Oui, Dimitri Payet a mis beaucoup trop longtemps à lui donner cette balle de but. Mais le manque de spontanéité de Yoyo est symptomatique de son manque de confiance du moment. Tête basse, prises de balle timide, frappes au-dessus, Yoann est une victime alors qu'il devrait être un caïd. Au fond, on a même plus envie de le couler. On a juste envie d'être nostalgique.

Vidéo
Valbuena (6,5) : Toujours aussi précieux techniquement, toujours aussi juste. Petit Vélo a fait ce qu'il a pu sur la pelouse digne des pires Hellfest de Montevideo. Moins bien entré dans sa seconde période, où il a laissé sa place à Grenier.

Payet (6) : C'est sûr que c'est assez détestable, de vouloir trop en faire. Mais dans une équipe où presque personne ne fait, c'est plutôt courageux. S'il a tendance à tarder à donner son ballon, c'est peut-être parce qu'il a l'habitude de la pointe de vitesse de Túlio De Melo. Ce petit défaut mis à part, il a créé, il a couru et il a trouvé des brèches. Encourageant.

Giroud (3) : Vous aurez plus de chances de trouver de la vie - autre que celle des Bogdanov - sur Mars que de trouver la trace d'une occasion de Giroud chez les Bleus.

Gomis (non noté, faut pas déconner) : Pendant ce temps, le sélectionneur uruguayen a fait entrer Suárez.

Lacazette (non noté) : Grenier avait peur d'aller seul à sa rentrée scolaire, il lui fallait un pote.

Grenier (6,5) : Un peu de frisson, de mouvement et de classe. Une entrée réussie. En même temps, c'est facile d'avoir l'air vif dans une équipe sous valium.

Guilavogui (non noté) : Il fallait un Stéphanois, sinon Aulas allait dire que Deschamps faisait tout pour fatiguer les joueurs lyonnais et que l'OL dérangeait.

Uruguay


Muslera (7) : Un gros match du frère rat de Suárez. Des belles sorties dans les pieds, notamment.

Maxi Pereira (6) : Heureusement pour lui, l'équipe du Guinness Book des records était de passage à Montevideo. Avec 439 fautes, il bat le record de Cyril Rool en 1995-96 avec Bastia.

Coates (non noté) : Olivier Giroud a le même pouvoir que Lakshmi Mittal. Il peut mettre qui il veut au chômage technique.

Lugano (10) : Un homme de la vieille école. Un type qui a plus de sélections en équipe nationale que de capes en club. Solide.


Caceres (6) : Caceres revient à un bon niveau, c'est sûr. Mais ce n'est pas une raison pour porter un short qui serait trop large sur Laurence Boccolini.

Gargano (6,5) : Quelle activité... Walter a fait du Walter : il a couru partout, il a récupéré des ballons et il a tenté de participer à la création. Une vraie pile électrique. On serait Marek Hamšík, on ne serait pas rassuré à l'idée qu'il se tape notre sœur.

Rios (5) : Au début du mois de juin, chez les Rios, on préfère Marcelo.

Pereira (5) : On voit ce que peuvent devenir les joueurs de Porto quand ils quittent le cocon. On serait Monaco, on se méfierait.

Lodeiro (5 ): Nicolas n'a pas été excellent. Pire, il a été remplacé par le meilleur joueur de la rencontre après Suárez.

Cavani (4,5) : Avant de quitter Naples pour Montevideo, Edinson, on lui a dit qu'il ne jouerait plus en bleu ciel. Alors ce soir, il n'avait pas envie de jouer. Et tant pis s'il signe à Manchester City.

Forlán (4) : Fais gaffe, Diego. Un monsieur muscle, en général, ça devient ringard en vieillissant. À moins que tu t'appelles Hulk Hogan.

Suárez (8,5) : Un génie du foot comme on n'en fait plus. Le type a tout compris. Talent, malice, Luis a tout ce qu'il faut pour réussir. À part un club dans lequel il peut s'exprimer à sa juste valeur.

Gastón Ramírez (8) : Un nom exceptionnel, une gueule et pas mal de talent. Bacary Sagna va vite passer le mot à Arsène.

Rodriguez ( :) ) : Ça fait toujours plaisir de voir l'oignon.

Par Swann Borsellino
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



PODCAST - Football Recall Épisode 2: Neymar, Kebab et Arabie Saoudite
il y a 1 heure Deux joueurs de Boca Juniors accusés d'agression 5
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
Hier à 12:00 90 Minutes, la meilleure BD de foot du moment ! 15 Hier à 11:15 Un club de D7 allemande propose de recruter Bastian Schweinsteiger 6 mardi 16 janvier L2 : Les résultats de la 21e journée 4 mardi 16 janvier L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 20 mardi 16 janvier Le gouvernement italien veut intégrer les migrants par le foot 38