1. //
  2. // 8es
  3. // Bergerac-Lille

Fabien Pujo : « Je considère que je suis un privilégié »

Deuxième de son groupe de CFA et tombeur de Lens au tour précédent, Bergerac s'apprête à grimper sur le ring ce soir pour boxer avec le LOSC sur un huitième de finale de Coupe de France à Libourne. Derrière le tableau, un homme : Fabien Pujo (43 ans), arrivé à la barre en juillet 2013 et déjà référence. Une-deux sur le divan.

Modififié
Fin janvier, à quelques jours de votre exploit contre Lens, vous vous étiez levé en pleine nuit pour aller échanger avec Jean-Marc Furlan à Brest. Qu'avez-vous retenu de cette rencontre ?
C'est un moment qui a été riche en enseignements. Nous, on est un peu des novices en matière de parcours en Coupe de France. En tant que technicien, c'est la première fois que ça m'arrive et c'est assez similaire pour le club. Paul Maso, notre conseiller sportif, qui connaît bien Jean-Marc Furlan, nous a permis d'aller le rencontrer pendant toute une journée avant le match contre le Red Star. C'était surtout beaucoup d'échanges, une occasion de puiser beaucoup d'infos sur son passé d'entraîneur amateur avec Libourne où il avait fait plusieurs exploits et aussi de revenir sur son match de la semaine précédente contre Fleury-Mégoris (0-2) pour savoir comment une équipe de Ligue 2, qui a des objectifs, qui joue le haut de tableau dans son championnat, appréhende un match contre un club amateur. C'était les deux ressentis qui m'intéressaient pour préparer le match de Lens. C'est aussi un moment qui nous a permis de voir ce qu'était un avant-match de Ligue 2. Jean-Marc Furlan est surtout un gros passionné du jeu, donc on a pas mal échangé sur cet aspect. Comme si j'étais un chercheur qui allait collecter les infos à droite, à gauche.

C'est quelque chose que vous faites avec d'autres entraîneurs ?
Je le fais beaucoup. Là, j'ai eu pendant de longues minutes Jocelyn Gourvennec qui a joué à Lille samedi soir (victoire 3-2 des Girondins, ndlr). C'était important pour moi de connaître son approche, son avant-match, ses observations sur cette équipe de Lille. Je consulte pas mal de techniciens qui sont ouverts sur le jeu, les nouvelles technologies, pour nous permettre de progresser de notre côté et, en finalité, d'atteindre la performance.

À quel moment avez-vous décidé de devenir entraîneur ?
Entraîneur senior, sur le tas, mais j'ai eu mon diplôme d'entraîneur très jeune, à vingt-cinq ans. Mais, très tôt, je me suis occupé des jeunes à Moustey, un village dans les Landes. Mon père était trésorier du club donc à partir de mes dix-sept ans, j'avais en charge un groupe et je faisais quelques piges le week-end pour m'occuper de l'équipe senior. C'était du bas niveau départemental. Ce qui me plaît, c'est l'échange, mais aussi le projet commun comme tous les sports collectifs le permettent. Entraîner plus sérieusement est venu après ma petite carrière de joueur. Je suis entré au service des sports de la ville de Lormont (Gironde). Le club était à l'époque en DHR, j'ai fait une pige de six mois en tant que joueur. Ça ne se passait pas très bien, on jouait le maintien, donc le président m'a proposé le poste d'entraîneur. Et là, en trois ans, on est montés de trois divisions.

C'était comment Lormont ?
Lormont, c'est un peu le 93 de Paris. C'était assez identitaire, donc j'avais fait un projet autour des joueurs du coin. On est montés jusqu'en CFA2 avec un budget de 150 000€. C'était du bricolage, mais une aventure humaine exceptionnelle. J'étais avec des mecs comme Lamine Sané, son frère Salif, Cédric Yamberé, Rachid Housni. C'était de la formation et la réussite avec peu de moyens. Bergerac avait plus de moyens et était dans notre poule, c'est comme ça qu'ils sont venus me chercher.

La tactique, que vous bossez beaucoup, c'est un domaine qui vous intéresse depuis longtemps ?
Sincèrement, pas obligatoirement. Je n'étais pas quelqu'un qui regardait beaucoup les matchs, j'étais plutôt un amoureux du beau jeu quand j'étais à Lormont. J'ai eu plusieurs phases : cette phase Lormont, où je ne suis pas un grand chercheur, où je mets en place ce que j'ai appris en formation, avec un contexte où j'ai beaucoup de joueurs d'Afrique noire, du Maghreb, qui aiment la prise de risques dans le jeu, donc ça collait bien avec qui j'étais ; et une deuxième, Bergerac, où j'ai été obligé de me remettre en question. Il fallait que je me demande comment atteindre l'objectif de montée en CFA. Et la troisième phase, c'est mon expérience avec la sélection nationale des Comores (Pujo est l'adjoint d'Amir Abdou, ndlr). Le tournant, c'est le premier rassemblement que je fais après mon arrivée à Bergerac. Là, je prends conscience que j'ai des compétences. Certaines personnes me le font comprendre comme Gilles Bourges, qui a travaillé au PSG avec Ancelotti. Il nous dit : « Oui, les jeunes, vous bossez bien, vous êtes passionnés. » C'est des mots qui me décomplexent. Au contact de joueurs pros, je réalise que ce n'est pas beaucoup plus compliqué qu'avec des amateurs qui ne sont pas connectés à 100% de leur temps au foot. Je me dis que des choses sont possibles. C'est comme ça que je suis devenu un dingue de recherches. Je me suis intéressé au suivi individuel, à la vidéo, à l'utilisation des drones, des petits détails qui améliorent la performance.

C'est une bascule que l'on peut fixer à la saison 2014-15 où les six premiers mois de votre saison sont catastrophiques. Vous avez eu l'impression d'arriver à vos limites à ce moment-là ?
Oui, je pense. Ma méthode marchait, donc, comme beaucoup d'entraîneurs, tu commences à penser qu'elle va marcher à vie. En fait, si tu n'évolues pas, tu fonces dans le mur. Cette saison-là, on a de grosses difficultés, on parle avant tout de maintien à la trêve. Et la deuxième partie de championnat, on fait onze victoires sur treize matchs et on monte. C'est dans les périodes difficiles que tu prends conscience de beaucoup de choses. C'est un moment qui a fait ce qu'on est aujourd'hui. Il fallait une évolution globale et, depuis, je mange des matchs en me demandant qui fait quoi, pourquoi, dans quel objectif. Je suis toujours dans le questionnement.


Vous êtes-vous inspiré d'autres choses que du foot pour progresser ?
Tout à fait. C'est plus compliqué d'explorer quand on est dans le monde amateur où on n'a pas les moyens de mettre en place une cellule scientifique, de bosser avec des universités comme peut le faire Brest avec la faculté de Nantes. Ce qu'on fait, c'est qu'on va voir vers les autres sports. Ça peut m'arriver d'aller à un avant-match de rugby pour voir comment ça se passe, notamment en matière de préparation mentale. Je suis aussi adepte du hand où j'ai pas mal suivi ce que faisait Claude Onesta. C'est une approche du management assez moderne, participatif avec les joueurs.

C'est difficile d'installer le foot dans une ville de rugby ?
Oui, c'est difficile. Déjà, c'est difficile de basculer vers le haut niveau dans une région qui a la mer, les montagnes, le soleil et où on mange bien. Il faut une prise de conscience pour mettre en place une cellule pour être forts dans la durée. Ici, c'est difficile de faire exister le foot, mais ça donne aussi des sources de motivation supplémentaires. Dans la région, il y a les Girondins, il y a eu Bayonne pendant un cycle avec Alain Pochat. Aujourd'hui, on a David Vignes qui fait un cycle avec Pau en National. Il faut être patient, mais, ici, on a un cumul des choses qui est positif avec un président ambitieux, un conseiller du président, Paul Maso, qui est un ancien entraîneur, donc on a un assemblage qui fonctionne bien.

Vous parlez parfois de nuits blanches passées pour préparer vos rencontres. Vous faites quoi pendant ces nuits ?
Ça, c'est la passion.
« Je n'ai pas d'analyste vidéo, donc je fais mes montages moi-même. Je suis adepte de l'image et je pense qu'avec la nouvelle génération, beaucoup de choses passent par l'image. »
Quand tu l'as, ce n'est pas très compliqué. Par exemple, ma présentation d'hier après-midi, je l'ai préparée pendant les deux nuits dernières. Ma petite famille s'est couchée vers 23 heures, donc je me suis mis tranquillement à bosser dessus. Et, d'un coup, tu regardes l'heure, il est 4 heures du matin. Tu as l'impression que ça fait cinq minutes que tu bosses. Je n'ai pas d'analyste vidéo, donc je fais mes montages moi-même. Je suis adepte de l'image et je pense qu'avec la nouvelle génération, beaucoup de choses passent par l'image. Au total, ça fait peut-être 25 heures par semaine. C'est beaucoup, mais je considère que je suis un privilégié. C'est ma première année de professionnalisme en tant que technicien. J'y suis pour deux ans. Avant, je cumulais ça avec mon emploi d'éducateur sportif à la ville et ma vie de famille, donc, là, je peux mieux organiser mon temps de travail. Pour moi, les nuits blanches, c'est comme un cinéphile qui passe ses nuits à regarder des films.

Comment on arrive à toucher la nouvelle génération ?
Il faut la comprendre, ce qui est parfois complexe. Notre staff est relativement jeune, aucun de nous quatre n'a plus de 45 ans. Il faut être dans la peau du jeune. Par exemple, avant le match contre Lens, mes dirigeants avaient du mal à comprendre qu'on ouvre les portes. Ils avaient peur qu'on oublie l'essentiel, mais j'ai réussi à leur expliquer que la nouvelle génération est née avec la vidéo. Cette organisation leur permet, selon moi, d'être eux-mêmes. En NBA, ça fait partie du deal, tu peux voir des joueurs qui répondent à la presse dix minutes avant le début du match et ça ne les empêche pas d'être dans leur bulle une fois sur le parquet. Cette nouvelle génération n'est pas nous. Ma fille de 14 mois arrive déjà à aller sur YouTube avec le téléphone. On essaye donc de les toucher sur l'image. On essaye d'être dans leur délire tout en les gardant dans le nôtre. Ce qu'ils aiment aussi, c'est l'entretien individuel, la franchise, ils aiment ça.

Lors de vos causeries, vous insistez souvent sur le mental, la notion de sacrifice. Les mots touchent encore autant que les images ?
Ce qui est important, c'est la crédibilité de ton discours. Si les joueurs voient qu'après ton discours, rien ne se passe, tes mots sont vite zappés. Ce qu'il faut, c'est des résultats dans la durée. Aucun acte verbal ne doit être suivi d'injustice, que ce soit dans la gestion du groupe, dans l'avant-match, dans le plan de jeu. Il faut tenir le discours. J'ai aussi évolué là-dessus. Cette génération-là aime la franchise.

Surtout pour un groupe composé de recalés du monde pro.
C'est sûr. Au départ, c'était un projet local, mais plus les résultats arrivent, plus le niveau augmente, plus le local est réduit. On en a encore, mais on a surtout un projet grand sud-ouest avec des mecs revanchards avec qui on a envie de prouver que c'est possible de réussir dans la région. Une montée en National sert aussi à ça et avec deux ou trois montées, tout va très vite. C'est une seconde chance pour eux.

Considérez-vous que le match contre Lens était une forme de perfection ?
C'était une étape pour nous tous, un moment où tu peux montrer tes compétences. Notre discours en est sorti renforcé. On voulait montrer qu'on n'était pas bidons face au monde professionnel. Les joueurs, eux, ont eu l'opportunité d'être sur un moment ponctuel face à leur rêve. C'est quelque chose qui renforce la confiance, la cohésion collective. Nous, ça fait 228 jours qu'on est ensemble. Lille, ça fait 29 jours vu qu'ils sont en train de reconstruire quelque chose. Ce match contre Lens, c'était l'aboutissement, l'occasion de prouver qu'on pouvait arriver ensemble à une vraie bonne performance. Elle existait régulièrement en CFA, là, elle a existé ponctuellement contre une Ligue 2.

Vidéo

Cette préparation a changé pour le match contre Lille ?
Non, pas vraiment par rapport à un match de CFA. Là, ce qui change, c'est l'événement. L'événement n'est pas régulier, ce n'est pas normal, donc on doit être un petit plus attentif à certaines choses. C'est plus les joueurs qui changent parce que, pour eux, c'est fort. La préparation invisible a peut-être changé, notamment après la victoire contre Mantes samedi dernier (1-0). Ils n'ont sûrement pas été en boîte à Bordeaux ensemble comme ils ont l'habitude de le faire, pareil pour la nourriture. Tous les curseurs grimpent. Mais, dans la préparation, c'est serein et plus facile à présenter vu qu'on a plus d'images. Pas grand-chose ne va changer.

Propos recueillis par Maxime Brigand
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

Cafu crème Niveau : Ligue 2
Très fier des joueurs, je connais quelques locaux Bergerac étant ma ville de naissance.

L'effervescence déclenchée par leur parcours est rafraîchissante dans un coin de France largement dominé et gangrené par le rugby en terme de subventions, de bénévoles et bien sur de passion.

Le club de rugby de la ville a déjà joué dans les plus hautes divisions nationales donc j'espère que le foot va vite se mettre au niveau!

Ps: Lormont c'est "identitaire"...Belle pirouette pour ne pas dire franchement que c'est la ou Bordeaux a entassé les différentes générations d'immigrés.
Je ne connaissais pas l'histoire de ce type mais si on pouvait en avoir plus des comme ça. Des mecs compétents qui ne se reposent pas sur leur passé de pro pour penser qu'ils sont meilleurs que les autres pour entrainer... De ce point de vue le Portugal est tellement en avance sur nous. Ca me fait penser à l'interview de l'ex mec du Red Star qui vient d'arriver à Bastia ou ce portrait de Jardim

http://www.francetvinfo.fr/sports/foot/ … 66891.html
Cafu crème Niveau : Ligue 2
Y'a le coach des herbiers anciens de Lucon, Reculeau, qui exerce en Vendée et qui a un beau parcours jusqu'ici il méritait d 'aller voir au dessus.

Belle philosophie de jeu, resultats, si c'est un ex bon pro qui en fait autant france toof crierait au genie.
1 réponse à ce commentaire.
Hier à 21:45 FIFA : Bild ouvre le rapport Garcia 41
Hier à 19:29 Boca et le souvenir de la D2 7 Hier à 14:45 Danny Newton, le nouveau Jamie Vardy ? (via BRUT SPORT) Hier à 13:45 Le logo d'Oxford United à l'intérieur du maillot de Bristol City 7 Hier à 12:25 Bagarre générale lors d'un match de charité 35
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Hier à 11:36 La simulation grotesque d'un défenseur de Bahia 10
dimanche 25 juin Sergio Ramos acrobate en vacances 4 dimanche 25 juin Pogba marque en dabant 59 dimanche 25 juin Le central de Kansas met une bicyclette 6 dimanche 25 juin Crivelli à Angers 14 samedi 24 juin City remporte le derby de New York 9 samedi 24 juin Le championnat d'Arabie saoudite s'ouvre aux étrangers 11 vendredi 23 juin La douceur de Bruma 11 vendredi 23 juin Les U21 anglais s'entraînent avec le Subbuteo 6 vendredi 23 juin Un crowdfunding pour une équipe de National 3 11 vendredi 23 juin Le FC Sochi prend une année sabbatique 16 jeudi 22 juin Le bilan de la saison est en kiosque ! jeudi 22 juin Pamela Anderson et Adil Rami en couple ? 121 jeudi 22 juin Un petit bijou en MLS 4 jeudi 22 juin Trejo de retour au Rayo 19 jeudi 22 juin Oscar suspendu huit matchs 27 jeudi 22 juin Canal + autorisé à se rapprocher de beIN Sports 43 jeudi 22 juin Zlatan vers Los Angeles ? 38 jeudi 22 juin Parme va passer sous pavillon chinois 35 jeudi 22 juin La panenka d'Alessandrini 19 mercredi 21 juin L'accueil bouillant pour Ménez à Antalyaspor 36 mercredi 21 juin F. Hollande fait la promo d'un tournoi de sixte 26 mercredi 21 juin Walter Samuel va devenir entraîneur-adjoint en Suisse 10 mercredi 21 juin La volée monstrueuse de Bruma 28 mercredi 21 juin Un festival pyrotechnique depuis un immeuble en Coupe d'Algérie 22 mercredi 21 juin Paul Le Guen en route pour Bursaspor 28 mercredi 21 juin Boca Juniors champion grâce à San lorenzo 7 mardi 20 juin Un nouveau rebondissement dans l'affaire de la sextape 79 mardi 20 juin Le rap Depay 25 mardi 20 juin Girard déplore l'arrivée des techniciens étrangers 201 mardi 20 juin Dumas bientôt sélectionneur de la Guinée équatoriale ? 11 lundi 19 juin De la bière à vie pour séduire Cristiano Ronaldo ? 48 lundi 19 juin Infantino se félicite de l'arbitrage vidéo 28 lundi 19 juin Premier match de l'histoire sur le Kilimandjaro 13 lundi 19 juin Les rencontres du premier et du deuxième tours de C1 30 lundi 19 juin La Côte d'Ivoire rend un dernier hommage à Cheick Tioté 2 dimanche 18 juin Le retourné savoureux de Lorenzo Pellegrini 23 dimanche 18 juin Les buts de Cédric et Moreno 1 dimanche 18 juin Quand Oscar provoque une échauffourée sur le terrain 32 dimanche 18 juin L'égalisation de Chicharito contre le Portugal 8 dimanche 18 juin Quaresma ouvre le score face au Mexique 2 dimanche 18 juin L'entraîneur de Huesca met un « front » à son joueur 6 dimanche 18 juin Higuaín annonce à tort le départ de Dani Alves 24 dimanche 18 juin Michy Batshuayi en moonwalk à LA 12 dimanche 18 juin Asensio claque trois buts monstrueux en un match 27 samedi 17 juin Un entraîneur viré pour avoir gagné 25-0 55 samedi 17 juin Parme remonte en Serie B 20 samedi 17 juin L'International Board propose de nouvelles règles de jeu 56 samedi 17 juin L'UEFA lance un guide de prononciation des noms des joueurs 27 vendredi 16 juin Carabao Cup : Charlton hérite de... deux adversaires 10 vendredi 16 juin Ronaldinho lance son hand spinner 68 vendredi 16 juin Un joueur recruté par deux clubs différents 7 vendredi 16 juin Trezeguet claque une volée sous la barre 51 vendredi 16 juin Découvrez BRUT SPORT sur Facebook ! 10 vendredi 16 juin Un club de D9 anglaise sauvé par le crowdfunding 4 jeudi 15 juin Un système de play-offs en Ligue 2 23 jeudi 15 juin Vers la fin des matchs rejoués en Cup ? 19 jeudi 15 juin Le but de fou marqué par le Chicago Fire en US Open Cup 5 jeudi 15 juin Cissé pourrait retrouver les terrains 13 jeudi 15 juin Mbappé et Dembélé : jeunes les plus chers selon le CIES 38 jeudi 15 juin Un club chinois annonce son nouvel entraîneur par un poème 18 jeudi 15 juin La campagne de Monaco avec Henry et Mbappé 54 jeudi 15 juin Quand un défenseur argentin joue avec des aiguilles 19 jeudi 15 juin Reynet, l'iguane et Higuaín 20 mercredi 14 juin Torres joue les mannequins pour Van der Wiel 37 mercredi 14 juin La police dubaïote offre un tour de voiture à Benzema 42 mardi 13 juin Le but d'Ousmane Dembélé qui offre la victoire aux Bleus 2 mardi 13 juin Les trois buts de la première mi-temps mardi 13 juin L'entrée frissonnante des joueurs sur le son d'Oasis 16 mardi 13 juin Usain Bolt devient footballeur... dans PES 38 mardi 13 juin Berizzo officiellement présenté à Séville 5 mardi 13 juin Le Brésil ouvre le score après 10 secondes 7 mardi 13 juin Le bijou d'Insigne avec l'Italie 28 mardi 13 juin Derniers jours : 300€ offerts remboursés en CASH pour parier ! mardi 13 juin Un mort dans une bagarre entre supporters à Cali 10 mardi 13 juin Pronostic France Angleterre : jusqu'à 390€ à gagner sur le match amical des Bleus lundi 12 juin La merveille de Bradley contre le Mexique 11 lundi 12 juin Figo plante un coup franc contre la Roma 17 dimanche 11 juin Pep Guardiola soutient le référendum d'indépendance en Catalogne 58 dimanche 11 juin Des matchs de Premier League à 11h30 ? 28 dimanche 11 juin Infantino n'est pas inquiet pour le Mondial au Qatar 11 dimanche 11 juin Drogba réussit ses débuts avec Phoenix 8 samedi 10 juin Capello en Chine 16 samedi 10 juin Roger Schmidt va signer en Chine 2 samedi 10 juin L'explosion de la télé suédoise 26 vendredi 9 juin L'ouverture du score magnifique de Giroud 13 vendredi 9 juin L'agent de Verratti tacle encore le PSG 77 vendredi 9 juin Le coup franc juninhesque de Guerrero 12 vendredi 9 juin Un footballeur ghanéen en prison pour violences conjugales 8 vendredi 9 juin Tu sais que tu es un Mercatix quand... 15 jeudi 8 juin Benevento décroche sa promotion en Serie A 19 jeudi 8 juin Kurzawa à fond pour les Warriors 48 jeudi 8 juin Un fan de Split en colle une à l'ancien président du Dinamo Zagreb 15 jeudi 8 juin Pronostic Suède France : jusqu'à 445€ à gagner sur le match des Bleus jeudi 8 juin La finale de la C1 2019 se jouera à Madrid ou à Bakou 36 jeudi 8 juin L'ES Sétif sacrée championne d'Algérie 10 jeudi 8 juin Marcelo remet son tatouage à jour 13 jeudi 8 juin Mauro Cetto prend sa retraite 16 mercredi 7 juin Un club tchétchène prend le nom du père du président 20 mercredi 7 juin Un fan de Sheffield en phase terminale grimpe l'Everest 13 mercredi 7 juin Un club américain sponsorisé par un site porno 25 mercredi 7 juin Alexis Sánchez en vieillard pour la Coupe des confédérations 6 mercredi 7 juin L'acte héroïque d'un supporter de Millwall au moment des attentats de Londres 44 mercredi 7 juin Voilà pourquoi Ben Arfa s'entraîne à la plage... mercredi 7 juin Vers des play-offs en Ligue 2 ? 55 mercredi 7 juin Beckham va pouvoir construire son stade de MLS 10 mercredi 7 juin SO FOOT #147 - En kiosque vendredi !! mardi 6 juin Bundesliga : Lewandowski meilleur joueur, Dembélé meilleur espoir 19 mardi 6 juin Le président de la Fédé tchèque démissionne depuis sa prison 2 mardi 6 juin Emery et Zubizarreta vont se rencontrer pour l'Euro 2020 11 mardi 6 juin L'OM vire un jeune de son centre de formation 51 mardi 6 juin La nouvelle vidéo de Ben Arfa 42