Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 7 Résultats Classements Options
  1. // En partenariat avec « Call of Duty: Black Ops 4 »

Comment les grands coachs gagneraient un Battle Royale

Ultra-populaire dans l’univers du jeu vidéo, le mode « battle royale » a logiquement fait son chemin jusqu’à la licence Call of Duty : le nouveau mode Blackout sera l’une des features phares de Call of Duty : Black Ops 4, sorti aujourd’hui. Depuis le film de Kinji Fukasaku sorti en 2001, tout le monde connaît le principe : des tas de joueurs sont lâchés dans une zone de combat fermée, et à la fin, il ne doit en rester qu’un (qui ne soit pas forcément Christophe Lambert). Pour s’en sortir, il est hautement recommandé de travailler en équipe et de réfléchir à une stratégie d’approche. Et qui dit stratégie, dit conseils de coachs : quelles seraient les tactiques des meilleurs entraîneurs pour remporter une partie de Blackout, le mode battle royale de Call of Duty : Black Ops 4 ?

Modififié

#10: Pep Guardiola

Pep Guardiola


Tu crois vraiment que « El Tactico » va laisser ses troupes se faire parachuter sur une zone de guerre sans une préparation aux petits oignons ? Que nenni ! Le maître tacticien catalan a longuement réfléchi à la question : il a analysé des milliers de parties de Call of Duty: Black Ops 4, il a passé des centaines d’heures sur Twitch pour disséquer les « Top 1 » de « Salif_le_bg_du_59 » , il a théorisé des stratégies d’approche, observé scrupuleusement chaque centimètre carré de la map et pour finir il a lu quelques traités de philosophie et quelques recueils de poésie sur la folie des hommes et leur tendance autodestructrice à se faire la guerre. Sa conclusion est sans appel : pour triompher de l’adversité, il faut privilégier le collectif. Une fois parachutés sur la zone, les membres d’une team veilleront donc à maintenir entre eux une distance de 28 à 32 mètres le temps de récolter quelques armes et kits de soin, puis à se regrouper ensuite afin de mieux réagir à un guet-apens. L’objectif est évident : réduire la part du hasard, et faire valoir sa supériorité technique et tactique à chaque instant. Il est évidemment interdit de tenter des tirs à distance, par définition trop incertains. Non, non : on se rapproche, on assure le coup, et on ne presse la détente qu’une fois sûr de faire mouche. Les individualités ne comptent pas : chacun doit comprendre qu’il n’est qu’un rouage au sein d’une machine bien huilée. Sauf, évidemment, s’il y a dans l’effectif un artiste du frag, un Leonardo de Vinci du headshot, un Messi du « 360 no scope » capable de transcender son rôle sur le terrain : ce dernier aura alors toute latitude pour laisser s’exprimer son art.

#9: José Mourinho

José Mourinho


Le « Special One » n’a pas fait un « Top 1 » depuis bien longtemps, il n’a pas sorti un seul ratio positif depuis le premier Call of Duty : Black Ops, mais il ne tolère pas qu’on remette en question sa suprême autorité sur le jeu. Qu’on se le tienne pour dit, il est le Roi du game. Et au premier qui viendra contester ses résultats actuels, le José n’hésitera pas à répondre, cinglant : « Eh oh mon p’tit gars, tu sais combien de frags j’ai faits sur le dernier Call Of ? Trois ! Eh ouais, mon p’tit gars ! C’est autant que tous les autres coachs du championnat. Alors hein, bon, ton avis, je m’en tamponne. » Dans l’équipe de José, la star, c’est José. Et le premier qui moufte va vite s’en apercevoir. José s’en fout pas mal d’assurer le spectacle : dans son équipe, il a recruté quelques belles individualités, alors ça doit suffire à faire le boulot, pas vrai ? Gagner crado, ça n’existe pas : quand on fait un Top 1, c’est qu’on le mérite, point barre. Le conseil tactique de José pour briller dans Call of Duty: Black Ops 4 : jouer la montre, défendre sa position de toutes ses forces, attendre le dernier moment pour bondir. Et quand il ne reste plus qu’un ou deux adversaires sur le champ de bataille, il ne reste plus qu’à jaillir pour arracher le game. La victoire idéale ? Quand son équipe gagne en ayant fait un seul frag : le dernier. Alors à ce moment-là, tu n’oublies pas de chambrer en pratiquant le tea-bag sur la victime (ça consiste à s’asseoir avec délectation sur le nez d’un type qu’on vient d’envoyer en enfer, pour l’humilier). Ah, et si tu as quelque chose à redire à tout ça, sache que José t’emmerde. Une fois, sur Black Ops, il a fait une série de frags et il a réussi à débloquer l’hélico. Donc voilà. Tu te tais, maintenant.

#8: Jürgen Klopp

Jürgen Klopp


Le coach de Liverpool est aussi à l’aise dans le mode « Battle Royale » de Call of Duty: Black Ops 4 que dans une pub pour Opel. Alors autant te dire qu’il n’a pas fait le voyage pour poser du lino. Il a d’ailleurs conçu un plan d’attaque ultra chiadé, qui lui a permis de faire un joli Top 2 l’an dernier : il a appelé cette tactique le « Gegengaming » . Le principe est simple comme bonjour : chaque fois qu’on est sous la menace de l’adversaire, on se rue sur lui, de la façon la plus agressive qui soit, pour le surprendre. Ainsi, on profite du fait que les noobs d’en face n’étaient pas du tout prêts à se défendre. L’idéal est de fragger ces tocards dans les sept secondes qui suivent le premier échange de tirs. C’est un schéma d’attaque à la fois ultra risqué, très spectaculaire, et impitoyablement logique. Et évidemment, on joue avec du bon gros heavy metal dans le casque. C’est la base.

#7: Didier Deschamps

Didier Deschamps


La Dèche reste sur un magnifique Top 1 sur la bêta Blackout de Call of Duty: Black Ops 4. Autant te dire qu’en ce moment, il pue la confiance. Au départ, sa tactique soulevait quelques doutes, mais aujourd’hui, c’est fini, plus personne n’osera lui contester qu’il est l’incarnation de la win. Son conseil pour gagner ? Se fondre dans le collectif, travailler pour l’équipe, se dépouiller pour le copain, ne prendre aucun risque inconsidéré... et se jeter en nombre sur l’adversaire lorsqu'il fait preuve de la moindre faiblesse. Évidemment, il y a des rageux qui diront que c’est une tactique de gagne-petit... Que les équipes de Deschamps, c’est rien que des campeurs... La Dèche s’en fout comme de sa première paire de moulés : c’est une tactique qui gagne. Et s’il faut prendre un joueur offensif armé jusqu’aux dents et le transformer en défenseur de l’extrême pour gagner, il le fera, sans la moindre hésitation. De toute façon, la Dèche a tellement de « Top 1 » sur son CV qu’il sait depuis longtemps qu’il n’a de leçon à recevoir de personne. Et surtout pas de la part de types qui viennent contester sa victoire en lui expliquant que c’est pas juste, que c’est cheaté, que Deschamps il se contente de fragger deux ou trois types alors qu’eux c’est les champions du monde du frag et qu’ils ont un ratio supérieur. Buvez de l’eau. Retournez jouer aux Sims.

#6: Élie Baup

Élie Baup


L’homme à la casquette inamovible aurait adoré te donner quelques précieux conseils pour triompher sur Blackout, mais il n’arrive pas à installer Call of Duty: Black Ops 4 sur sa Game Boy Color. Bien sûr, ça ne l’empêchera pas de commenter quelques matchs d’e-sport en lâchant de pragmatiques « Ah bah là ils ont fait un Top 1 parce qu’ils sont les derniers en vie » et autres « C’est dommage de perdre comme ça, mais enfin, c’est le gaming, quoi ! »

#5: Zinédine Zidane

Zinédine Zidane


Après avoir écrasé la concurrence tout au long de sa carrière de gamer, depuis ses premières armes sur Tetris (il arrivait à faire décoller la fusée en moins de 37 secondes) jusqu’au championnat du monde de Mario Kart (il est tellement fort qu’il n’a jamais été touché par une carapace bleue de sa vie), en passant par Call of (il a FINI le mode zombies sans jamais tuer un zombie), Zidane est donc passé de l’autre côté de la manette à l'occasion de la sortie de Call of Duty: Black Ops 4. Au début, les gens avaient quelques doutes. Alors il a esquissé un petit sourire gêné, il s’est excusé, et il a atomisé tous les adversaires qui se présentaient face à lui. Zizou, il pourrait faire de ta grand-mère arthritique la reine du quickscope. Même sans faire exprès, il gagne. Même quand la batterie de sa manette est à plat, il gagne. Ses conseils tactiques n’ont pourtant rien de révolutionnaire : on joue en équipe, on attaque à toute berzingue, et quand on est un peu en galère, on attend que le meilleur joueur de l’équipe, celui qui a 13 de ratio, fasse tout le boulot. Et ça marche. Tout le temps.

#4: Unai Emery

Unai Emery


Quand Unai Emery a débarqué dans le monde du gaming, c’est par la grande porte, et avec une réputation flatteuse : on disait de lui qu’il avait déjà remporté trois fois de suite le championnat inter-départemental Meuse / Moselle / Meurthe-et-Moselle de Pac-Man, bref, un palmarès qui en jette un max. On attendait de lui des miracles, et on n’a eu droit qu’à quelques coups d’éclat. Les mauvaises langues aiment d’ailleurs à rappeler ce funeste tournoi à Barcelonne (dans la Drôme) où sa team, pourtant encore composée de quatre joueurs, a été décimée par le dernier adversaire encore debout, un dénommé Serge Robert. Les préceptes tactiques d’Unai sont pourtant simples à assimiler : on passe par les côtés de la map, on joue rapidement, et puis on surprend l’adversaire. Évidemment, la vision d’Unai continue de faire débat ; sur les réseaux sociaux, le YouTubeur « Peter_Nemès » fait régulièrement part de ses doutes quant au niveau réel du bonhomme sur Call of Duty: Black Ops 4 : « Mais Unai Emery, mais LOOOL, il é vraiment v’là le noob, j’le pré-shot d’où j’veux. »

#3: Alex Ferguson

Alex Ferguson


Le conseil tactique de Sir Alex est très simple : ne baisse pas les bras. Même si tu es à moitié crevé, que tu n’as plus de munitions et que tu fais face à une team de PGM armée jusqu’aux dents, ne baisse jamais les bras parce que dans Call of Duty: Black Ops 4, il est toujours possible de faire la différence dans les dernières secondes. Pour triompher dans ces cas-là, il te suffit de lâcher la manette juste avant la fin du game, et de la placer dans les mains d’un Norvégien qui passait dans le coin : tu vas voir, c’est radical, il va te caler trois ou quatre headshots des familles, et c’est gagné.

#2: Laurent Blanc

Laurent Blanc


Le « Président » est prêt à te donner tous les conseils tactiques que tu voudras si jamais tu es prêt à lui faire signer un contrat. Pour être coach de foot, de ta team sur Call of Duty: Black Ops 4, ou de ton équipe de croquet, de pétanque, de bilboquet, de jokari, de n’importe quoi : Laurent Blanc est disponible, sache-le. Rappelle-le vite. Il attend. Et il a plein de bons conseils à te livrer. Tu vas voir.

#1: Jean-Gontran

Jean-Gontran, entraîneur de l’équipe Seniors C à Saint-Foutoir-les-Gonades


Jean-Gontran est catégorique : si tous les mecs allument leur console à l’heure convenue, qu’il n’y en a pas un seul qui est en train de récupérer de la caisse qu’il s’est mise la veille au soir, c’est déjà un premier pas vers la victoire. Ça voudra dire que tactiquement, son équipe est en place. Les conseils de Jean-Gontran pour gagner sur Call of Duty: Black Ops 4 ? « Tirer dans le tas » , « Mettre le gros Dédé devant les autres pour servir de bouclier » et « Repérer le mec le plus fort de l’équipe adverse et le dégommer au niveau des genoux » . Et en cas de victoire, on va tous fêter ça ensemble, on va s’en coller une belle, histoire de donner un tout autre sens au mot « Blackout » .
Julien Mahieu