S’abonner au mag
  • Ligue 1
  • J3
  • Lille-PSG (1-7)

Christophe Galtier a réussi sa période d’essai au PSG

Par Andrea Chazy, à la Decathlon Arena
Christophe Galtier a réussi sa période d’essai au PSG

Très attendu depuis sa nomination à la tête du Paris Saint-Germain cet été, Christophe Galtier a considérablement gagné en crédit après avoir métamorphosé le club de la capitale lors de ses quatre premières sorties. De bon augure, alors que la petite musique de la Ligue des champions résonne au loin.

Quatre matchs officiels, 4 victoires, 21 buts marqués, 3 encaissés, du jeu, des buts, des stars qui défendent et des problèmes qui s’évaporent aussi vite qu’ils sont arrivés. Et pourtant, face à la presse au sortir de la démonstration de sa formation face au LOSC (7-1), Christophe Galtier l’assurait : il s’attendait à un départ canon de son Paris Saint-Germain cette saison. « Par rapport au travail effectué, ceux qui sont entrés à l’heure, ceux qui sont arrivés avant, ceux qui se sont préparés… J’ai senti que les joueurs voulaient bien démarrer le championnat », assurait le coach parisien sous les projecteurs beaucoup trop puissants de la salle de presse de la Decathlon Arena. Si on fait un arrêt sur image, le halo de lumière qui entoure Galtier pourrait être comparé à un bouclier, indispensable pour un entraîneur qui accepte le poste de champion de France en titre, prêt à protéger son propriétaire contre vents et marées. Car s’il est encore bien trop tôt pour mettre Galtier sur un piédestal où tous ses prédécesseurs ont fini par se viander, les débuts de l’ancien coach du LOSC et de l’ASSE sont parfaits.

Le monde de Galtier

« En fin de semaine, après notre match face à Montpellier et pour une fois dans ma carrière, j’ai suivi tous les débats. Dès la première séance du lendemain, tout ce qu’il s’était passé appartenait au passé. On a eu une semaine parfaite dans le travail, parfaite sur le plan de jeu, parfaite sur l’intensité et sur ce que doit être le comportement d’une équipe. Je n’avais aucune appréhension, mais il me tardait de voir si cette semaine allait donner un match parfait. Ce fut le cas. » Comme dans un monde idéal, la prophétie qu’avait entrevue Christophe Galtier avant un déplacement, pourtant annoncé à juste titre comme périlleux à Lille, s’est vérifiée en tous points. Dans le Nord, le Paris Saint-Germain a fait l’étalage de sa classe, de sa puissance offensive aussi, mais surtout d’une capacité à évoluer en équipe que ses aficionados les plus acharnés désespéraient de voir depuis de longs mois. Ces quatre premiers matchs « de chauffe » du PSG version 2022-2023 ont déjà livré quelques réponses : oui, il est possible de jouer avec Neymar, Mbappé et Messi et de les voir se sacrifier pour le reste de l’équipe. Oui, il est possible de voir cette équipe continuer à attaquer, à faire mal jusqu’au bout, comme elle l’a démontré face à des Dogues transformés en peluches pour enfants.

Pour la première fois dans son aventure parisienne, Galtier a eu une mini-guerre d’égos à gérer les jours précédant l’empoigne. Et finalement, il y a apporté la meilleure réponse possible. Annoncés en froid, en conflit permanent pour savoir qui tirerait les penaltys et qui serait la coqueluche du projet PSG, Neymar et Mbappé ont terminé la rencontre avec deux pions au compteur pour le premier qui a également été passeur décisif à deux reprises sur les trois réalisations du gamin de Bondy. Un sans-faute tant sur le plan comptable que collectif. « L’animation évolue avec la présence de Kylian. On essaie de trouver le meilleur équilibre possible. (…) Ce soir, ils ont joué les uns pour les autres, avec beaucoup de plaisir. Il y a des images très marquantes sur le terrain. » Et c’est peut-être là, la plus grande réussite jusqu’à ce jour de Galette dans la Ville Lumière : mettre du liant et de l’exigence permanente dans un groupe qui en avait bien besoin.

Après la France, l’Europe ?

Dans un futur proche, la question qui s’impose est la suivante : comment préserver ce récent et forcément fragile état de grâce dans un groupe encore dense et qui devra se révéler là où tout le monde l’attend, c’est-à-dire en C1 ? Galtier apporte sa réponse : « Il faut que tout le monde puisse participer à l’enchaînement des matchs. Ce soir, j’ai fait cinq changements. (…) Dans certains secteurs, il faudra aussi que certains acceptent de laisser leur place pour que certains puissent exister et gérer sur un plan physique. Les échanges que je dois avoir avec le groupe et les cadres doivent être transparents, très clairs, très précis. Ce sont des joueurs qui ont peut-être une petite revanche à prendre collectivement par rapport à la saison dernière. »

Cette revanche, Neymar, Messi and co pourront en apercevoir une première esquisse, alors que jeudi aura lieu le tirage de la Ligue des champions. Car il ne faut pas s’y tromper, et Galtier en est conscient : démarrer en trombe en Ligue 1 ne garantira pas à coup sûr une fin heureuse à la fin du mois de mai prochain. « Quand vous êtes entraîneur du Paris Saint-Germain, il vaut mieux l’emporter », esquissait-il dans un rire de celui qui sait qu’à Paris plus qu’ailleurs, il faut profiter quand le soleil est là. Pas d’inquiétude le concernant : il est actuellement bien bronzé.

Dans cet article :
Stéphanie Frappart, victime des maux du football grec
Dans cet article :

Par Andrea Chazy, à la Decathlon Arena

À lire aussi
Articles en tendances
Poland's Robert Lewandowski, Jakub Kiwior and team-mates celebrate after winning the penalty shoot out during the UEFA Euro 2024 Qualifying play-off final at the Cardiff City Stadium, Wales. Picture date: Tuesday March 26, 2024.   - Photo by Icon Sport
Poland's Robert Lewandowski, Jakub Kiwior and team-mates celebrate after winning the penalty shoot out during the UEFA Euro 2024 Qualifying play-off final at the Cardiff City Stadium, Wales. Picture date: Tuesday March 26, 2024. - Photo by Icon Sport
  • Paris sportifs
Pronostic Pologne Turquie : Analyse, cotes et prono du match amical international

Pronostic Pologne Turquie : Analyse, cotes et prono du match amical international

Pronostic Pologne Turquie : Analyse, cotes et prono du match amical international

Votre avis sur cet article

Les avis de nos lecteurs:

Dernières actus

Nos partenaires

  • Vietnam: le label d'H-BURNS, Phararon de Winter, 51 Black Super, Kakkmaddafakka...
  • #Trashtalk: les vrais coulisses de la NBA.
  • Maillots, équipement, lifestyle - Degaine.
  • Magazine trimestriel de Mode, Culture et Société pour les vrais parents sur les vrais enfants.
  • Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine

Aris

France