Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 33 Résultats Classements Options
  1. // Publi-rédactionnel

Top 10 : Ils portent le protège-tibia baissé

Il n'y a encore pas si longtemps, le footballeur ne voyait pas la nécessité de protéger la partie inférieure de ses jambes en y apposant des bouts de plastique, notamment celui qui jouait librement, chaussettes baissées et tête levée. Mais depuis la Coupe du monde 1990, la FIFA a rendu obligatoire le port du protège-tibia. Ce qui n'empêche pas certains électrons libres du football de continuer à porter la chaussette et, par extension, le protège-tibia baissé.

Modififié
  • Laurent Blanc

    Depuis son poste de libero suranné, Laurent Blanc a été royal au sein de toutes les défenses qu'il a dirigées, au premier rang desquelles celle de l'équipe de France avec laquelle il remportera la Coupe du monde 98 et l'Euro 2000. Avant ça, Laurent Blanc jouait meneur de jeu lors de ses jeunes années au Montpellier Hérault, à l'époque Montpellier Paillade Sports Club. Difficile dans ces conditions de ne pas porter le protège-tibia au fond des chaussettes. Comme quoi, on peut être « Président » et avoir l'air négligé.

  • Juan Sebastián Verón

    Boule à zéro, petit bouc bien taillé et boucle de marin à chaque oreille : Juan Sebastián Verón, c'est une certaine idée du footballeur argentin. Un homme prêt à mourir sur le terrain, capable d'envoyer du bois aux adversaires comme des caviars aux coéquipiers, mais un homme qui a également toujours eu l'air de s'en foutre un peu, d'Estudiantes à Manchester United, en passant par l'Albiceleste. La faute à des protège-tibias portés trop bas, peut-être ?

  • Rui Costa

    Pendant plus d'une décennie, Rui Manuel César Costa a été le maître à jouer au pied de velours et aux chaussettes microscopiques d'une équipe du Portugal qui aurait sans doute mérité mieux qu'une simple place de finaliste de « son » Euro en 2004. Pour compenser, le natif d'Amadora remportera Coupes d'Italie, Scudetti et une Ligue des champions, d'abord à Florence, puis à Milan. Deux villes réputées pour leur sens du bon goût. CQFD.

  • Thomas Müller

    Personne n'a encore résolu l'énigme de savoir où – et même parfois de comment – Thomas Müller évoluait sur un terrain de football de haut niveau. Il n'empêche, le héron allemand a de l'or dans des pieds surmontés de protège-tibias qui viennent lui chatouiller le métatarse à chaque match du Bayern Munich ou de la Mannschaft.

  • Rigobert Song

    L'ancien défenseur de Metz et capitaine du Cameroun a toujours aimé les facéties vestimentaires ou capillaires. Beaucoup se rappellent encore de ses crampons bicolores au Mondial 98 ou de sa teinture blonde intégrale en 2010. Mais il y en a une que le Lion indomptable a gardé tout au long de sa carrière, sans jamais tomber dans le fashion faux pas : celle de porter le protège-tibia à mi-mollet, qu'importe l'enjeu et l'adversaire.


  • Jack Grealish

    « C'est une superstition que j'ai suivie toute ma vie et je compte bien poursuivre ainsi. » C'est en ces mots que s'est exprimé Jack Grealish, ailier irlandais seulement âgé de vingt ans, lors de sa première titularisation avec Aston Villa. Quelle superstition ? Celle de porter les chaussettes baissées, au risque d'effrayer les observateurs de Premier League, pas le dernier des championnats quand il s'agit de faucher en plein élan. Mais point d'inquiétude : le n°40 des Claret and Blue porte des protège-tibias quasiment invisibles, qu'il va chercher au rayon enfant de son magasin de sport.

  • Francesco Totti

    Rome est éternelle. Et du bout de ses vingt-quatre saisons, Francesco Totti aussi : plus de 800 matchs joués entre l'AS Roma et la sélection italienne pour plus de 300 buts. Avec, à chaque fois, un petit bout de protège-tibia qui dépasse de ses bas giallorossi ou azzuri. La classe à l'italienne.

  • Marek Hamšík

    Si le look de Marek Hamšík peut parfois en faire frémir plus d'un, le milieu de 28 ans peut néanmoins s'en remettre à ses guêtres quand il s'agit de flatter les amateurs de football classieux, quand il ne s'agit pas des grandes ogives qu'il envoie dans les lucarnes adverses. Pour la légende, son statut de capitaine du Napoli et de la sélection slovaque font le reste du boulot.

  • Bakari « Baky » Koné

    Son gabarit de poche (1,64m) aurait pu laisser croire que l’Éléphant ivoirien aux 43 sélections rentre chaque samedi sur un terrain avec des protections dignes de la NFL. Que nenni ! L'ancien Aiglon niçois, également passé par l'OM, a pris pour habitude d'éviter les coups bas pour porter des protège-tibias qui le sont tout autant. Après tout, quoi de plus pour un éléphant que de tromper les défenses.

  • Diafana Fixer

    Porter les protège-tibias baissés, c'est bien. Les porter à hauteur de tibia, c'est mieux ! Aussi, il est devenu nécessaire de porter des maintiens de protège-tibias de la même couleur que ses chaussettes depuis 2009, parole de la FIFA. C'est la raison pour laquelle Diafana a créé le Fixer, un maintien de protège-tibia « made in France » capable de tenir pendant 340 heures de jeu, soit 170 matchs. Bien mieux que l'habituelle bande de Velcro qui ne dure parfois même pas le temps d'une mi-temps.

    == En savoir plus sur les produits DIAFANA Par MR
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié



    Hier à 10:00 Le but vainqueur de Mítroglou face à la Hongrie 8
    Partenaires
    Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall
    Hier à 09:30 Le corner rentrant de Salah 20