Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 8es
  3. // PSG-Manchester United (1-3)

La malchance, ça se provoque

Paris est devenu mercredi soir la première équipe dans l’histoire de la Ligue des champions à être éliminée malgré une victoire 2-0 à l’extérieur à l’aller. La première à sortir sur une décision arbitrale prise avec le recours à la VAR, également. Ça ressemble furieusement à un mauvais coup du sort, sauf qu’à s’y pencher, le PSG a surtout tendu le bâton pour se faire battre.

Modififié
2-0 à l’aller pour Paris à Manchester. 3-1 au retour pour Manchester United à Paris. Le PSG est éliminé de la Ligue des champions. Plaqué sur un rapport de match, froidement et sèchement, ce bilan est forcément accablant pour le PSG. Mais il le sera encore plus si les astérisques précisent que le dernier but a été inscrit sur penalty quatre minutes après la fin du temps réglementaire, par Marcus Rashford. Penalty obtenu après que Monsieur Skomina a revisionné durant 30 bonnes secondes le contre de Presnel Kimpembe du coude — à l’entrée de la surface — sur la frappe de Diogo Dalot. Une assistance vidéo à l’arbitrage qui a été instaurée pour la première fois en C1 à l'occasion de ces huitièmes de finale. Un terrible concours de circonstances qui remet une pièce dans la machine de l’impuissance parisienne à pouvoir dompter la plus prestigieuse des compétitions européennes, car il rappelle aussi les maux du passé à Barcelone. La monnaie servira à nourrir les nouveaux regrets des supporters parisiens qui doivent aussi se répéter une chose : le sort s’acharne. Encore.

C'était écrit


Cependant, ce déferlement d’éléments contraires était tellement prévisible, et les Parisiens seraient bien maladroits de crier au scandale. Oui, le penalty est sévère. Oui, sans la VAR, il n’aurait jamais été sifflé. Oui, il y a de quoi rager. Oui, on peut prononcer à chaud le mot « injustice » . Pourtant, Thiago Silva semblait ne pas vouloir lancer la polémique. « On sentait du stress jusqu'au bout, assurait le capitaine parisien au micro de RMC Sport. Ils sont trois arbitres, ils ont tous les trois pris la décision de donner le penalty. » Le Brésilien le sait, ses coéquipiers n'ont rien fait pour éviter un tel sort. Car ce coude décollé du Maestro est juste la conséquence directe de la (non-)gestion du PSG. D'ailleurs, vu la tournure du match, il y a fort à parier que Manchester United aurait marqué sur le corner qui se serait joué dans la foulée.



En fait, entre la 2e minute de jeu et la 94e, le raccourci est beaucoup plus court qu’on ne pourrait le penser. Comme si la dernière action était dans la continuité de la première. En offrant un but à une équipe privée de onze joueurs majeurs et donc en quête de repères, Thilo Kehrer avait déjà poussé son équipe dans le piège. Alors qu’il était allé gagner en Angleterre le droit de jouer libéré, Paris s’est finalement couvert de peur dès le départ. Le début d’une cascade de boulettes, de la glissade de Kehrer (encore lui) à la savonnette de Buffon pour donner le doublé à Lukaku, aussi profitable à Manchester United, que pétrifiante pour le Paris Saint-Germain. Pouvait-il en être autrement ?

Tout vient à point à qui sait s’y méprendre


Sous l’impulsion de Di María, le PSG avait repris le contrôle des opérations entre les deux buts, l’égalisation de Bernat en attestant. Mais les Parisiens ont aussi gâché plusieurs balles dans ce temps fort. À 2-1 pour les Red Devils, la sortie de Bailly pour Dalot (36e) fut le vrai tournant du match : United retrouvant de l’équilibre et Paris se remettant à brinquebaler, à reculer, à trébucher et à cogiter. Quasi inexistants en seconde période, les Parisiens étaient coincés entre une volonté de préserver ce score de 1-2, qui les qualifiait, et la tentation de rester dans cette torpeur. Jamais d’aller chercher ce deuxième but libérateur. Lors des prochaines semaines, quand le PSG n’aura plus à s’occuper que des affaires domestiques, viendra le temps de formuler des explications, voire des excuses. Mais celle de la VAR venant mettre fin au rêve du PSG ne tiendra pas. En tout cas beaucoup moins longtemps que les décisions litigieuses qui avaient participé à la remontada il y a deux ans à Barcelone. Pas sûr, en revanche, que les cicatrices mettent moins de temps à se refermer.



Par Mathieu Rollinger
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Hier à 17:40 Horoya AC : Didier Gomes Da Rosa remplace Patrice Neveu 14 Hier à 17:05 Une joueuse de Sheffield United suspendue pour insultes racistes 19 Hier à 10:15 En Copa Sudamericana, une équipe bolivienne tire 54 fois au but... et perd 35
Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi
À lire ensuite
Allez, Ola, Ole