Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 12 Résultats Classements Options
  1. // Droits TV
  2. // Italie-France

Mediapro perd le signal

Définitivement dépossédé des droits TV de la Serie A sur la période 2018-2021 par la Ligue italienne de football, le diffuseur historique espagnol aux capitaux chinois a perdu gros. En partie à cause de ses faibles garanties financières, mais aussi parce qu’il a certainement grignoté un peu trop la place des diffuseurs historiques. Jamais bon signe alors que Mediapro vient d’acquérir les droits TV de la Ligue 1 pour la période 2020-2024.

Modififié
Du jacuzzi à la douche froide. En l’espace de trois mois, Mediapro et son fondateur Jaume Roures sont passés de rois du pétrole à simples pompistes dépendant du cours du baril. Pourtant, il ne faut pas oublier qu’en février dernier, en présentant une offre à sept chiffres pour s’attacher les droits de retransmission de la Serie A jusqu’en 2021, Mediapro avait mis tout le monde d’accord. Sauf que reléguer le duo Sky Sports-Mediaset (les diffuseurs actuels du championnat d'Italie) et leur offre de 200 millions d’euros inférieure au tapis ne se fait pas sans conséquences. Surtout que finalement, tout le monde en sort perdant. Ou presque.

Problèmes de gros billets et guéguerres entre diffuseurs


« Cette offre placerait Mediapro dans une position de monopole, en inhibant la liberté des autres opérateurs et en les forçant à payer davantage pour les services de télévision. » Lorsque le juge du tribunal de Milan, Claudio Marangoni, prononce ces quelques mots début mai, Mediapro subit alors son premier coup dur dans sa volonté d’expansion. Car entre son obtention des droits TV de la Serie A et son rachat le 16 février dernier par le groupe chinois Orient Hontai Capital à hauteur de 53,5%, tous les voyants étaient au vert. Histoire de se montrer convaincant et de prouver qu’il est un opérateur sérieux, Mediapro verse même en mars un acompte de 64 millions d’euros à la Ligue italienne quelques jours avant la commercialisation des différents lots. Ce qu’il ne sait pas, c’est que Sky Sports et Mediaset ne comptent pas en rester là, et que même au sein de la Ligue italienne de football, des doutes sur ses garanties bancaires existent. Le 9 mai 2018, après avoir saisi le tribunal de Milan, Sky est donc donné vainqueur dans son bras de fer avec Mediapro.


Conséquence : la Ligue annule, vingt jours après, le contrat de Mediapro en mettant officiellement en cause « des garanties financières insuffisantes » . Avec un genou à terre, Roures ne se laisse pas pour autant abattre et décide de tout tenter. Le 1er juin, le fondateur de Mediapro l’assure pourtant à l’AFP : les droits télé de la Serie A ne sont pas encore perdus. « Nous n'avons pas perdu les droits en Italie. On a un problème judiciaire que j'espère gagner le 7 juin et on nous a demandé des garanties sur lesquelles on est en train de travailler  » , explique-t-il. Le 4 juin, près d’1,6 milliard d’euros de garanties sont présentées à l’instance italienne. 400 millions proviennent directement de la frange espagnole d’Imagina Media Audiovisual, alors que près d’1,2 milliard proviennent de fonds chinois. Le lendemain, à la suite d'une réunion exceptionnelle organisée à 8h30 du matin, le verdict tombe. Mediapro est hors jeu, le plan B qui annonce les négociations avec les autres diffuseurs est officiellement lancé. Quitte à peut-être ne pas avoir de diffuseur lors des premières journées de championnat, la Ligue italienne a lancé des négociations privées avec comme prix de départ... 1,1 milliard d’euros, soit 50 millions de plus que l’offre de Mediapro qui avait raflé la mise en février. Un prix probablement sur lequel personne ne va s’aligner, qui traduit plutôt une manœuvre de la Ligue pour « s’assurer » d’avoir les fonds. Selon la Gazzetta dello Sport, une offre Sky-Perform à hauteur de 950-970 millions d’euros est déjà dans les tiroirs.

Que va faire Canal + ?


Si le prix de 1,1 milliard d’euros a été fixé, c’est aussi parce que Mediapro a récupéré les droits de la Ligue 1 pour l’horizon 2020-2024 à cette somme. Président de la FIGC entre 2007 et 2014, Giancarlo Abete disait même sur la Rai lors de l’émission La Politica del pallone ceci : « Les droits TV du Calcio valent sans hésiter beaucoup plus que ceux du championnat de France. Notre championnat est plus important que le leur sur de nombreux aspects. » Si la justesse de cette sortie peut être remise en cause, le futur entre la LFP et Mediapro peut lui aussi poser question. Avec le lancement à venir d’une chaîne, promise par le groupe et qui aura de façon certaine huit des dix matchs lors de chaque journée (beIN récupérant les deux autres), quel espace sera donné à SFR et surtout Canal +, grand perdant de l’appel d’offre ? La Ligue avait alors expliqué que, contrairement à l'Italie, le contrat la liant avec Mediapro était inattaquable. Pourtant, selon L’Équipe, si le diffuseur historique de la Ligue 1 n’a pas saisi la justice, elle a néanmoins « confié l’étude du dossier à son service juridique » . D’ailleurs, comme le laissait entendre Hervé Mathoux dans un tweet : «  Pour la suite, la partie n’est pas encore finie. » Le début d’un nouveau feuilleton ?



Par Andrea Chazy
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 15:04 Euro Millions : 130 millions d'€ + 1 millionnaire garanti
Hier à 16:30 La LFP doit verser 2000 euros à Luzenac 17 Hier à 15:20 Virtus Entella bientôt réintégré en Serie B ? 7 Hier à 14:50 Un groupe lance une chanson géniale pour Bielsa 19 Hier à 13:47 Un club de 3e division espagnole ne veut plus que Vinicius Jr joue 46
Partenaires
Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible