Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 19 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Demi-finale
  3. // Bayern Munich/Barcelone (4-0)

Bayern! Bayern! Bayern! Bayern!

Au terme d'une soirée totalement folle, les joueurs du Bayern Munich ont dégommé le FC Barcelone (4-0). Machine invincible, l'équipe de Jupp Heynckes n'a jamais tremblé face à un adversaire incapable de rivaliser avec la puissance de feu allemande. Le Barça a beau avoir pris l'habitude de se qualifier à domicile, cette fois, la mission semble impossible.

Modififié
Bayern - Barcelone : 4-0
Buts : Müller (25e et 81e), Gómez (49e) et Robben (73e) pour le Bayern.


Pan! Pan! Pan! Pan! Quatre coups de feu, une victime et un serial killer, debout, fier et victorieux, sur sa pelouse de l'Allianz Arena. Le Barça n'a pas été brillant à Milan. Le Barça n'a pas été bon à Paris. Jamais deux sans trois ? Évidemment. Mais à Munich, le Barça n'a pas seulement ramé. Les Catalans ne se sont pas procuré une seule occasion en première période et ils sont peu nombreux à pouvoir se rappeler de la dernière rencontre où cela est arrivé. Ils ne sont pas nombreux a se rappeler quand le Barça en a pris quatre. À trop avoir pris l'habitude d'écrire l'histoire de son parcours européen à la maison, le leader de la Liga a une nouvelle fois subi la loi de son adversaire à l'extérieur. Puissant, organisé, agressif et tout simplement bon, le Bayern Munich a détruit le Barça dans une Allianz Arena archi-comble. Logique.

Des têtes, des fautes et des mains

« Bienvenue sur Air Robben. Attachez vos ceintures. Nous allons tout droit. Le vol durera environ 90 minutes. » Et c'est parti pour le voyage. Dès les premières secondes de jeu, le Bayern Munich se rue à l'attaque et son ailier batave avec. Parfaitement décalé par Thomas Müller, le Hollandais profite du retard d'Alba pour accélérer et déborder. Après un léger cafouillage, l'ancien Madrilène récupère le ballon, pénètre dans la surface et frappe. Sur Valdés. Tout droit. Oui, il aurait pu lever la tête. Mais Robben s'appelle Robben, pas Monterrubio, alors pas de caviar. Juste du boudin. Un peu timide et peut-être gêné par l'intensité mise par les Allemands dans les duels, les Catalans peinent à entrer dans la rencontre. 64% de possession de balle, certes, mais 64% dans le vide, à contourner le solide bloc munichois sans jamais pouvoir pénétrer à l'intérieur. Les lignes sont coupées, les ailes bloquées, notamment par un Franck Ribéry timide offensivement, mais impressionnant dans son abattage défensif. Comme lui, Javi Martínez, réincarnation de Mark van Bommel, fait le boulot. Jusqu'à la 25e minute. Sollicité suite à un corner, Dante file à Thomas. À peine le temps de chanter Miss California que Müller fout le ballon de la tête dans les buts de Valdés. Mérité. D'autant plus que les locaux peuvent s'estimer lésés par les arbitres, aveugles sur deux mains catalanes dans la surface. Et Messi dans tout ça ? Il fait comme ses partenaires. Il rentre aux vestiaires la tête basse, sans trop savoir quoi faire.

De l'art d'écraser le match dans les airs

C'est un peu con, cette image, mais on est forcé d'y repenser. L'hymne de la Ligue des champions résonne dans l'Allianz Arena et on voit bien les différences de gabarits entre les deux équipes. Rien de grave dans un football moderne décomplexé, notamment grâce au règne passé du FC Barcelone. Compliqué ce soir, quand on se rend compte que les Espagnols sont bouffés dans les airs par les golgoths allemand. Pas un seul duel aérien gagné en première période. Pas plus en seconde, quand Dani Alves se fait encore manger par Müller sur un corner de Robben. De la tête, le numéro 25 remet à Gómez qui pousse le ballon au fond des filets. But hors-jeu, mais but quand même. Et tant pis pour la prestation générale des arbitres. Joueur sous-côté par excellence, à l'image de Pedro, en face, Müller continue son gros match. Malheureusement pour les Munichois, sa frappe, trop croisée, passe à côté du but de Valdés. Le moment choisi par le commandant de bord pour s'adresser à ses passagers : « Mesdames et messieurs, attachez vos ceintures, exceptionnellement, nous allons changer de direction. Air Robben vous remercie.  »

Manita - 1

Et soudain, un crochet vers la droite. Alors que tout le monde le prenait pour une sorte de crabe, capable de se déplacer uniquement vers la gauche, Robben dégaine un amour de coup de rein devant Alba et va vers la droite. Le Batave profite d'un block NBA de Müller sur l'Espagnol pour filer au but et claquer une « Thierry Henry » . 3-0, c'est salé et ça pique. Les Barcelonais se plaignent et ils ont raison : la faute de Müller est réelle. Mais la piètre prestation du corps arbitral n'a rien à voir avec la puissance dégagée par le Panzer munichois. Rarement une équipe a dégagé une telle force, plus particulièrement face au Barça. Un Barça qui a pris l'habitude de rebondir à domicile. Mais cette fois, pour passer l'obstacle allemand, les Catalans auront peut-être besoin d'un trampoline. Car sur un ultime dédoublement, Alaba, servi par Ribéry, centre pour Müller qui ne tremble pas devant le but. 4-0, il n'y a plus rien à voir. Quoique, ce genre de récitals se regardent deux fois.

Swann Borsellino
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 19:30 L'ES Tunis corrigée par Al Ain en quarts du Mondial des clubs 9 Hier à 16:09 Kashima cuisine les Chivas 6
Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
À lire ensuite
Götze de riche