• C1
  • 8es
  • Sporting-Manchester City

Pablo Sarabia, le retour du plaisir

Par Adel Bentaha

Titulaire indiscutable au Sporting CP, Pablo Sarabia connaît une saison réussie en tous points. De retour au plus haut niveau après des derniers mois frustrants au PSG, l’Espagnol a surtout retrouvé le plaisir de jouer au football, ce qui est de bon augure avant de défier Manchester City.

Le 31 août dernier, dans les dernières heures du mercato estival, le PSG opère en toute discrétion une ultime transaction : un échange Nuno Mendes-Pablo Sarabia permettant au club de la capitale de s’offrir les services du prometteur latéral portugais. Envoyé en prêt à Lisbonne, Sarabia, lui, voit une opportunité en or de s’émanciper d’une tutelle parisienne sportivement pesante, l’arrivée de Mauricio Pochettino aux manettes ayant propulsé l’ailier espagnol tout au fond de la hiérarchie des offensifs parisiens. La saison 2020-2021 de l’ancien joueur de Séville, qui n’a pas disputé la moindre minute lors de la dernière phase finale de Ligue des champions, n’a pas été simple. Aujourd’hui, le printemps 2021 n’est qu’une vieille histoire.

De l’Euro au jackpot

À Lisbonne, Pablo Sarabia revit, et son arrivée au Sporting a coïncidé avec un été agréablement surprenant. Remplaçant en début d’Euro avec l’Espagne, l’intéressé a en effet réussi à bouleverser les plans de Luis Enrique au cours de la victoire éclatante face à la Slovaquie (5-0) et à boucler la compétition avec deux buts et deux passes décisives au compteur. Sa force ? Avoir réussi à faire parler sa capacité à jongler entre les rôles (ailier gauche, ailier droit, faux 9), ce qui a aussi tapé dans l’œil de Rúben Amorim. La preuve : depuis qu’il a débarqué au Portugal, Sarabia a enfilé chacun de ces costumes. L’international espagnol (16 sélections), complément idéal des immuables Paulinho, Nuno Santos et Pedro Gonçalves, a ainsi évolué côté droit à 16 reprises – pour cinq buts et trois passes décisives -, côté gauche à 12 reprises – pour également cinq buts et trois passes décisives -, puis dans l’axe à deux reprises – pour un but et trois décisives. Difficile de faire plus complet.

En filigrane, il faut noter l’impressionnante quantité de matchs disputés par un garçon longtemps sujet aux blessures au cours de son mandat parisien. Pablo Sarabia a tout simplement été de toutes les virées possibles avec le Sporting, à l’exception de deux tours de Coupe du Portugal. De passage il y a quelques jours dans le podcast ADN de Leão, proposé par le site officiel du Sporting, le numéro 17 des Leõesne s’est pas planqué : « Je pense que c’était le bon moment pour quitter le PSG. J’ai eu quelques blessures et je n’avais pas un bon feeling avec l’entraîneur. J’ai fini par partir afin de me sentir de nouveau important. » Titulaire lors de 26 des 30 rencontres disputées par le Sporting cette saison, Sarabia l’est plus que jamais et a su s’adapter au rythme de travail imposé par un Amorim souhaitant des ailiers bosseurs. « Le Sporting et le PSG jouent de manière différente, avançait il y a peu le jeune technicien en conférence de presse. Notre équipe court beaucoup, et on veut des ailiers qui défendent énormément. À son arrivée, Sarabia a donc amené avec lui un autre style de jeu. Mais rapidement, il s’est intégré, a travaillé en restant humble et a vite compris notre fonctionnement. » Au point de devenir un élément clé de la machine lisboète.

Ego pas égaux

Sans broncher, Pablo Sarabia a réussi son pari : celui du recul pour mieux sauter et de la cohérence sportive au sein d’un club tenant du titre en Primeira Liga, actuel dauphin du FC Porto et qui vise un beau parcours en Ligue des champions. Une cohérence qu’il avait selon lui perdue lors de ses derniers mois parisiens : « À Paris, l’égo des uns et des autres se révélait lorsqu’on parlait football. En dehors, il y avait une bonne ambiance entre nous, mais au moment d’aborder les matchs, on sentait beaucoup de tension et le poids de la compétition. Au Sporting, c’est différent. Le coach nous parle avant tout en tant qu’équipe. C’est une vertu et tout se fait avec cette mentalité. Personne ne se démarque des autres. J’ai trouvé une famille. La mentalité est top, on est très loin du bling-bling. Notre groupe de joueurs est très jeune, et on prend tous soin les uns des autres. C’est ce que j’aime. »

De quoi mettre en lumière la réflexion à long terme d’un joueur en quête de second souffle, aujourd’hui âgé de 29 ans. À l’aube de la trentaine, Pablo Sarabia ne semble en effet plus enclin à perdre de temps. « Je veux vivre à fond l’instant présent, car je suis très heureux. Je joue et je me sens bien. Tout ce que je voulais, c’était retrouver des sensations que je n’avais pas à Paris, et j’y suis parvenu. » Une prise de recul louable, emboîtée à un objectif sportif aussi réaliste qu’ambitieux : disputer le Mondial 2022 avec l’Espagne. Avant ça, il lui faudra régler la question de son avenir, rendu floue par un salaire conséquent que les supporters des Lions voudraient assurément payer de leur poche pour voir leur nouveau chouchou se parer de verde e branco.

Dans cet article :

Dans cet article :

Par Adel Bentaha

Dernières actus

2
Le Mans bat Concarneau sur le fil Le Mans bat Concarneau sur le fil

Le Mans bat Concarneau sur le fil

Le Mans bat Concarneau sur le fil

4
Metz scotche Amiens et se replace Metz scotche Amiens et se replace

Metz scotche Amiens et se replace

Metz scotche Amiens et se replace

3
La Lazio tenue en échec à Vérone La Lazio tenue en échec à Vérone

La Lazio tenue en échec à Vérone

La Lazio tenue en échec à Vérone

22
Nantes perd un conflit juridique avec Michel Der Zakarian Nantes perd un conflit juridique avec Michel Der Zakarian

Nantes perd un conflit juridique avec Michel Der Zakarian

Nantes perd un conflit juridique avec Michel Der Zakarian

31
Selon l'entraîneur de Palmeiras, « Endrick doit aller à Disneyland » Selon l'entraîneur de Palmeiras, « Endrick doit aller à Disneyland »

Selon l'entraîneur de Palmeiras, « Endrick doit aller à Disneyland »

Selon l'entraîneur de Palmeiras, « Endrick doit aller à Disneyland »

Pablo Sarabia

90
PSG : le brassard de la discorde PSG : le brassard de la discorde

PSG : le brassard de la discorde

PSG : le brassard de la discorde

79
Presnel Kimpembe jaloux de Kylian Mbappé ? Presnel Kimpembe jaloux de Kylian Mbappé ?

Presnel Kimpembe jaloux de Kylian Mbappé ?

Presnel Kimpembe jaloux de Kylian Mbappé ?

0
Aulas répond à la rumeur de départ de Rayan Cherki Aulas répond à la rumeur de départ de Rayan Cherki

Aulas répond à la rumeur de départ de Rayan Cherki

Aulas répond à la rumeur de départ de Rayan Cherki

0
Le PSG s’attaque au dossier Rayan Cherki Le PSG s’attaque au dossier Rayan Cherki

Le PSG s’attaque au dossier Rayan Cherki

Le PSG s’attaque au dossier Rayan Cherki

12
Cassel à voix Cassel à voix

Cassel à voix

Cassel à voix