1. //
  2. // 35e journée
  3. // ASSE/Bordeaux
  4. // Supporters

Le match de ce soir entre Saint-Étienne et Bordeaux sera une nouvelle fois l'occasion pour les Magic Fans stéphanois et les Ultramarines bordelais de célébrer leur amitié. Si leur jumelage est l'un des plus anciens de France, ils ne sont pas les seuls ultras à avoir tissé des liens étroits avec leurs homologues d'autres clubs.

Modififié
72 51
Après quinze derniers jours marqués par la force de la rivalité avec leurs voisins lyonnais, les ultras stéphanois vont pouvoir profiter d'un moment plus paisible en accueillant leurs amis bordelais. Il ne s'agit pas là d'un cas isolé. La plupart des groupes ultras français entretiennent des amitiés avec certains de leurs homologues hexagonaux ou européens. Bien moins médiatisés que les violences, ces liens sont parfois dictés par des rivalités communes. Mais ils peuvent être aussi dûs à des rapprochements inattendus. Passage en revue subjectif des 5 amitiés les plus marquantes du mouvement ultra français.

Magic Fans Saint-Étienne / Ultramarines Bordeaux

Le jumelage le plus célèbre de France lie les Magic Fans du Kop Nord stéphanois et les Ultramarines du virage sud bordelais. Rien ne prédestinait pourtant Bordeaux la bourgeoise à s'allier à Saint-Étienne l'ouvrière. Mais plusieurs tournois de football inter-supporters rapprochent les ultras des deux camps au tournant des années 1980. En 1992, lors du tournoi organisé à Bordeaux, les contacts s'intensifient entre les noyaux des deux groupes. « Nous avions la même vision des choses quant à la façon de supporter nos couleurs, quant au mouvement ultra. De plus, l'histoire des deux clubs se rapproche entre l'ASSE dominatrice des années 70 et le règne de Bordeaux sur le football français des années 80 » , raconte un responsable stéphanois sur le site des Ultramarines. Fêtes dans leurs locaux respectifs, participation commune à des matchs de championnat comme de Coupe d'Europe, les deux groupes se rendent régulièrement visite. Les oppositions entre les deux équipes sont l'occasion d'honorer leur entente, comme en 2005 avec une banderole explicite déployée par le Kop Nord : « Ultras, Magic : une fraternité unique pour une amitié historique » . Toujours sur leur site Internet, un responsable des Ultramarines précise : « C'est la seule amitié qui perdure à un tel niveau. En dehors des différents jumelages qui existent ou ont existé, nous sommes les seuls à entretenir des liens forts aussi bien dans l'intensité que dans la durée. » Une amitié qui a su résister aux tensions entre les Magic Fans et l'Antisocial, un groupe bordelais radical de la première moitié des années 1990, et aux moqueries des groupes ennemis.

crédits photo: furania-photos.fr


Brigade Sud Nice / Dogues Virage Est Lille

1 160 kilomètres séparent Lille de Nice. C'est peut-être cette distance, et le fait de rayonner sur deux régions différentes, qui a rapproché les supporters du Nord de la France de ceux du Sud-Est. « C'est une amitié qui remonte à la fin des années 90. Les anciens de chez nous sont descendus à Nice et ont croisé un groupe de Niçois de la Brigade Sud. Là, c'était soit on se fout sur la gueule et une rivalité naît, soit on boit un coup. Finalement, ils ont bu un coup et c'est parti de là ! » , raconte aujourd'hui Donat, l'un des responsables des Dogues Virage Est (DVE). Chacun des groupes revendique, face à des Lensois ou des Marseillais plus populaires, la fierté de sa région. Lors du dernier Lille-Nice, les DVE ont déployé une banderole « Nice : fierté du Sud » , pendant que les supporters du Gym affichaient dans le parcage visiteur « Lille : fierté du Nord » . La dissolution par les pouvoirs publics de la Brigade Sud Nice en 2010 n'a en rien altéré l'amitié des Ch'tis et des Nissarts. Cet été, lors de Nice-Lille, alors que la tribune populaire sud était fermée pour cause de huis clos partiel, les DVE ont volontiers laissé leur parcage à l'ex-BSN pour s'installer dans une plus petite tribune.

Supporters niçois lors d'une demie de Coupe de France contre Lille (avril 2011)


Le Commando Ultra de Marseille et ses amis européens

Le plus ancien groupe ultra français, fondé en 1984, est aussi celui qui entretient les contacts les plus nombreux… en Europe. Dans les années 80, les jeunes supporters marseillais se rendent à Gênes pour admirer la Sampdoria et les ultras de la gradinata sud du stade Marassi. Au milieu des années 90, des contacts sont pris entre le Commando Ultra et les Ultras Tito Cucchiaroni (alors que, dans le même temps, les Winners marseillais ont quelques relations amicales avec les ultras du Genoa, l'autre club de Gênes…). Peu après, le Commando et les Ultras Tito officialisent leur jumelage, auquel les Rude Boys de la Sampdoria sont aussi associés. Regardant vers le sud et les origines de la ville de Marseille, le Commando Ultra s'est également rapproché de l'Original 21, groupe de supporters de l'AEK Athènes. L'amitié est si forte entre Phocéens et Athéniens qu'un 14 février 2007, alors que l'AEK recevait le PSG lors de la défunte Coupe UEFA, les supporters de l'Original 21 avaient déployé une banderole de plusieurs dizaines de mètres, en français dans le texte : « 14 février le jour de l'amour… Paris ce soir on t'encule » . À côté de ces jumelages officiels impliquant l'ensemble du groupe, le Commando entretient aussi des contacts avec d'autres groupes européens atypiques comme les ultras allemands de Sankt Pauli et ceux de l'ex-Brigade autonome de Livourne (BAL), connus pour leur engagement antiraciste et antifasciste. Ce qui n'empêche pas les ultras marseillais d'avoir également quelques amitiés du côté des Polonais d'Arka Gdynia, beaucoup plus à droite.

L'Est regarde vers l'Allemagne

Strasbourg – Metz – Nancy. Un trio de clubs dont les supporters ne s'aiment pas particulièrement, voire pas du tout. Il faut dire que la suprématie du Nord-Est est en jeu. Et elle suscite l'animosité. Alors quand ils ont décidé de nouer des contacts, les groupes de supporters de ces trois clubs ont regardé de l'autre côté de la frontière, vers les clubs allemands les plus proches.
Depuis la fin des années 80, les ultras strasbourgeois lorgnent du côté de Karlsruhe, distante de 80 km de la capitale de l'Alsace, où ils vont voir régulièrement des matchs. En 1993, un groupe est même créé, les Blue Pirates, comprenant des membres allemands et français, avec pour objectif de soutenir les deux clubs. Au cours de l'été 2000, les Phönix Sons de Karlsruhe et les Ultra Boys 90 de Strasbourg officialisent leur jumelage.
La Horda Frenetik de Metz n'a pas fait beaucoup plus de chemin pour trouver ses amis, puisque Kaiserslautern est à une soixantaine de kilomètres de la frontière avec la Moselle. Malgré les problèmes linguistiques, une amitié naît au tournant des années 2000 entre la Génération Luzifer de Kaiserslautern et la Horda Frenetik de Metz. Et ça tombe bien, Kaiserslautern et Karlsruhe ne se portent pas dans leurs cœurs non plus.
Enfin, une troisième ville s'inscrit dans cet axe d'amitié franco-allemand, Sarrebrück. Après avoir entamé un tour des clubs de l'Est de la France, les ultras locaux ont finalement jeté leur dévolu sur les ultras nancéiens, dont le groupe principal est aujourd'hui le Saturday FC. Sur une carte, Sarrebrück, Kaiserslautern et Karlsruhe en Allemagne forment à peu près le même triangle que Nancy, Metz et Strasbourg en France. Un modèle d'amitié franco-allemande.

Tigris Mystic Paris / Irréductibles Toulon

Dans la capitale, on n'a jamais été vraiment fan des amitiés avec d'autres clubs. « Pendant de longues années, toute forme de jumelage avec d'autres groupes de supporters était interdite par Boulogne » , explique un ex-ultra du Parc des Princes. Le premier (et le seul) jumelage officiel reste celui noué entre les Tigris Mystic (qui se sont auto-dissous en 2006) et les Irréductibles Toulon, courageux supporters d'un Sporting enferré dans les affres des divisions inférieures. Un ancien Tigris se souvient : « Au début, les contacts, c'était juste de la correspondance entre ultras. La première vraie rencontre a eu lieu lors d'un tournoi organisé par les Karsud (un groupe du virage Auteuil). Si l'amitié au sens large du terme concernait pratiquement tout le virage Auteuil à l'époque, les Toulonnais se sont rapprochés de nous au fur et à mesure, notamment sous l'impulsion de leur "Jeune Garde". » Le jumelage est officialisé en 2001. Et dès la saison suivante, « les Irréductibles bâchent à nos côtés pour la première fois à Monaco. Vis-à-vis de Boulogne, c'était compliqué. » En 2005, lors d'un match à domicile contre Toulouse, la bâche des Irréductibles est posée sur celle des pensionnaires d'Auteuil Rouge. À la mi-temps, les hooligans parisiens de Boulogne demandent aux Tigris de retirer la bâche des Toulonnais. Fatigués par les ordres imposés par le « grand frère » , les Tigris refusent. Une chose impensable à l'époque. « Ce n'est pas le fait de poser la bâche qui avait posé problème, ajoute l'ancien Tigris. Mais plutôt le fait de refuser de l'enlever quand les "indéps", qui avaient fait le tour du stade grâce à la sécu du PSG, nous avaient demandé de le faire. » Six semaines plus tard une grosse bagarre opposait Tigris et Boulogne au Mans, première étape de la guerre entre les deux camps qui a rythmé la saison 2005-2006. Finalement, malgré l'auto-dissolution des Tigris en 2006, « certains d'entre nous ont continué d'aller voir des matchs à Toulon avec les Irréductibles, au moins une dizaine dans l'année. » Les dix ans de l'amitié entre les deux groupes ont même été célébrés en 2011 lors d'un match opposant Toulon à l'Entente Sportive du Cannet-Rocheville…

Bonus : le détonnant cocktail toulousain

Toulouse présente un panorama d'amitiés pour le moins particulier. Les hooligans toulousains (Viola Front / Gitania Tolosa / Camside) entretiennent de très bons contacts avec leurs homologues de la capitale, orientés à l'extrême droite. Ils étaient d'ailleurs ensemble en février, lors de la dernière visite des Parisiens dans la ville rose. Du côté des ultras, les gars de la BFS (Boire - Fumer – Supporter, grands vainqueurs de notre Top 10 des noms de groupes de supporters), héritiers des Ultras Occitans, sont jumelés depuis avril 1993 avec les Messins de la Horda Frénétik, groupe qui n'hésite pas à revendiquer son antiracisme… Du côté des Indians Tolosa, le principal groupe ultra du Stadium, on est potes avec les ultras suisses de Sion. Des fachos, des gauchos et des Suisses, un cocktail détonnant.

Par Anthony Cerveaux, Antoine Aubry et Quentin Blandin
Modifié

PaysanSansVaches Eindhoven Niveau : District
Note : 4
Concernant Paris, je crois qu’une amitié existait entre la Fossa dei Leoni et les BB 85. Mais si c'est bien le cas, c’était il a longtemps...
Note : 1
En attendant, le 14 février 2007, Bernard Mendy a mis une lucarne du gauche. Qui encule qui finalement ?
Note : 1
Sympa l'article, utile de valoriser les bons côtés du mouvement en ces temps difficiles.


Cependant quelques rectifications :

- Les jumelages n'ont jamais été interdits au Parc par Boulogne (Boys avec la Fossa del Leoni, Supras avec des belges il me semble..), faut arrêter les conneries*. En revanche le bâchage oui, pour des raisons qui peuvent se défendre ou se discuter, sans être obligé de provoquer des tensions.

- La "guerre" VA/KOB n'a pas commencé en 2005 mais 2 ans avant après une banderole déployée par les Tigris au Parc. Pour preuve au Mans il y avait déjà une barrière qui séparait Boulogne d'Auteuil.
*dei dei
Note : 1
Message posté par Teufouf
Sympa l'article, utile de valoriser les bons côtés du mouvement en ces temps difficiles.


Cependant quelques rectifications :

- Les jumelages n'ont jamais été interdits au Parc par Boulogne (Boys avec la Fossa del Leoni, Supras avec des belges il me semble..), faut arrêter les conneries*. En revanche le bâchage oui, pour des raisons qui peuvent se défendre ou se discuter, sans être obligé de provoquer des tensions.

- La "guerre" VA/KOB n'a pas commencé en 2005 mais 2 ans avant après une banderole déployée par les Tigris au Parc. Pour preuve au Mans il y avait déjà une barrière qui séparait Boulogne d'Auteuil.


les supras étaient jumelés avec les ultras de cologne la wilde horde je crois ...
ConnardLeBarbant Niveau : Ligue 1
 //  Amateur du Paris S-G
Note : -1
Grecs... Enculer*...
Note : 2
Message posté par PaysanSansVaches Eindhoven
http://img53.imageshack.us/img53/6295/r21cu84vg0.jpg

C'est meugnon...


http://www.suchablog.com/images/2008-av … lon-om.jpg
Au PSG, il y avait aussi l'amitié ATKS/Cologne (qui est toujours d'actualité il me semble). Et le club était également jumelé avec Derry City.
Note : 1
Message posté par kukrapok
Au PSG, il y avait aussi l'amitié ATKS/Cologne (qui est toujours d'actualité il me semble). Et le club était également jumelé avec Derry City.


possible pour derry surment les LF
Note : 2
L'amitié Stéphanois/Bordelais est très connue certes mais il aurait été plus pertinent d'illustrer l'article avec celle entre Stéphanois et Lensois (plus de valeurs en communs)
Partenaires
Trash Talk basket Vietnam Label Le kit du supporter
72 51