1. //
  2. // 31e journée
  3. // OL/ASSE

G. Dernis: « Le coup franc de Benzema m'a bien marqué »

Entre vieille rivalité et suprématie régionale, le derby, c’est le match à ne pas perdre. Philippe Violeau, ancien Lyonnais, et Geoffrey Dernis, ex-Vert, reviennent, à travers cette interview croisée, sur le match entre lion et panthère.

Modififié
1 7
Vous qui avez connu ça, le derby, est-ce un match que l’on prépare différemment ?
Philippe Violeau: Différemment, ce n’est pas le mot, tous les matchs sont importants. Après, ce qui est différent, c’est tout ce qui se passe autour, l’engouement des supporters dès le début de semaine. Même au niveau des dirigeants, on sent que tout le monde est excité. Mais en tant que joueur, non. On ne le prépare pas de manière différente d’un autre match.
Geoffrey Dernis: Non, pas spécialement, ça reste un match de foot avec 3 points à la clef. Mais c’est sûr qu’autour de ce match-là, il y a une attente différente des gens. C’est le genre de match que l’on coche sur le calendrier assez tôt dans la saison.

Mais même si on ne le prépare pas de manière différente, on ressent bien l’importance de ce genre de match, non ?
PV: Oui, tout à fait. Rien qu’à voir ce qui se passe les jours qui précèdent, on ne peut pas se dire que c’est un match comme les autres, c’est évident. Après, la préparation, elle est plus psychologique et mentale que physique.
GD: Ah mais c’est sûr. Là, je te parlais de la préparation, mais c’est évident que le match en lui-même, il a une saveur particulière. On sent qu’il y a une vraie rivalité, que l’envie de gagner est encore plus importante que pour un autre match. Après, voilà, les semaines à l’entraînement, elles ne changent pas, ce sont les mêmes conditions de travail, on se prépare de la même façon, mais tout en ayant conscience de l’importance de cette rencontre. Et puis, tu sais que si tu gagnes le derby, tu seras plus vite pardonné en cas de petit coup de moins bien, après !

Ressent-on plus la pression des supporters qu’à l’accoutumée ?
PV: Oui, absolument. Déjà, pendant une semaine, on ne parle que de ça. Les supporters nous répètent qu’il ne faut absolument pas perdre. Les journalistes, c’est pareil, ils nous en parlent beaucoup. Il est difficile de passer à côté de tout ça, mais ce qu’il faut, c’est garder la tête froide et arriver le jour du match très motivé, mais en ayant gardé toute l’énergie nécessaire.
GD: Ah oui ! Même si à Sainté, il y a toujours une grosse ferveur de toute façon. Mais ce match-là, c’est vraiment un match à part. Quand tu rentres dans le stade, il y a vraiment quelque chose qui se passe, c’est puissant. Tu ressens beaucoup plus les choses. C’est incroyable.

Et sur les terrains, entre joueurs, est-ce plus tendu que pour un match lambda ?
PV: Nous, à l’époque, pour la plupart, ça faisait plusieurs années qu’on était au club. On partageait beaucoup de choses avec le club et la ville de Lyon, donc effectivement, il y avait une petite rivalité entre les vrais Stéphanois et les Lyonnais d’adoption. Mais aujourd’hui, je pense que les joueurs sont moins attachés à ces valeurs-là, et sûrement qu’ils le ressentent moins aujourd’hui. Mais, oui, je me souviens qu’à l’époque, c’était le match qu’on n’avait vraiment pas envie de perdre, c’est clair.
GD: Il y a certains matchs où c’était plus tendu, ouais. Mais globalement, non, car les joueurs se connaissent, il y a beaucoup de respect. Après, il se peut qu’il y ait un excès d’engagement, pour impressionner et prendre le fameux petit avantage psychologique. Mais en règle générale, ça se passe dans de bonnes conditions.

Quel est votre meilleur souvenir de derby ?
PV: Là, comme ça, je n’ai rien qui me vient. Déjà, j’ai la chance de ne pas en avoir perdu un. Après, je n’ai pas souvenir d’un match en particulier, mais je me rappelle plus des contextes de ces matchs-là. Quand on prenait le car au départ de Lyon, et tout le long du chemin, on voyait des pancartes qui nous encourageaient. Donc tu sens bien que c’est un match à part.
GD: Déjà, au niveau de l’ambiance, j’en garde que des bons souvenirs. Que ce soit à Lyon ou à Saint-Étienne, j’adorais ressentir cette pression. Après, malheureusement, je n’en ai pas gagnés beaucoup (rires). Je me souviens surtout d’un derby à Geoffroy-Guichard, où l’on prend un coup franc de Benzema à la toute dernière seconde. Je retiens ce match car je pense qu’on l’avait bien maîtrisé. On était à trente secondes de remporter le derby, et là on se prend ce coup franc. C’est un match qui m’a bien marqué.

Le match de dimanche va être encore plus particulier, car l’enjeu sportif est énorme avec seulement 3 points d’écart entre les deux équipes. Est-ce que cela peut bloquer les deux équipes ?
PV: Oui, ça peut paralyser le match. Après, on a deux équipes quand même joueuses, donc ça peut gommer cette pression. Mais c’est vrai que l’enjeu est énorme. La pression est plus sur les Lyonnais que sur les Stéphanois, cette fois. Les joueurs de l’ASSE voudront surtout conserver leur avance. Mais si Lyon veut encore avoir une chance de podium, la victoire est obligatoire.
GD: C’est délicat à dire, je ne sais pas comment les deux équipes vont aborder cette partie. Et puis, il ne faut pas oublier qu’il y a beaucoup d’absents à Lyon. Qu’elles prennent cette rencontre comme une autre, même s’il y a un énorme enjeu. Ce serait dommage d’avoir un match haché, avec deux équipes qui se craignent. Mais il y aura évidemment de l’appréhension de la part des deux équipes pour ne surtout pas perdre.

Un petit pronostic, pour finir ?
PV: Je dirais 3-2 pour l’OL. Je suis pas très bon pronostiqueur, mais on verra bien (rires).
GD: 2-1, pour Sainté. Au niveau des buteurs, je dirais mon pote Bafé pour Lyon. Après, je vois bien une tête de Loïc Perrin, car c’est lui qui incarne le mieux Saint-Étienne, et un but de Brandão.


Par Gaspard Manet
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Ce soir les gones doivent gagner pas d'autres alternative !
roctovirso Niveau : CFA2
Message posté par zoto
Ce soir les gones doivent gagner pas d'autres alternative !


Tu ris zoto !
L'idée de faire une interview croisée avec deux anciens joueurs c'est une bien, mais honnêtement les 4 premières questions elles servent à quoi?
Elles se répètent, et on connaît d'avance les réponses tellement elles sont classiques et les réponses évidentes.
Un peu déçu par l'article en fin de compte
gôneforlife Niveau : District
La Victoire et basta !
Vous auriez pu mettre le prénom dans le nom de l'article, ça fais une heure que je me demande ce que viens foutre Germain Denis dans cette histoire de derby ...
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
1 7