Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 1 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Bilan
  3. // Worst Of

Le « Worst Of » de Julian Palmieri

L'ancien Bastais quitte la Corse après quatre ans au Sporting. Et parce qu'il n'a pas sa langue dans sa poche, le nouveau Lillois de 29 ans a déjà pas mal d'anecdotes à raconter sur sa carrière. Il partage les pires.

Modififié
Le pire adversaire ?
Là comme ça, je te dirais Mariano de Bordeaux. Vraiment casse-couilles à marquer. Il est chiant, il bouge tout le temps. On est dans le même couloir sur le terrain et c’est vraiment pas le pied de l’avoir dans les pattes pendant 90 minutes.

La pire faute commise ?
Bah, je crois que c’est sur Mariano, justement ! C'était l’année dernière, ou il y a deux ans, je ne sais plus. Comme je savais qu’il était chiant, j’ai voulu marquer mon territoire d’entrée. Au bout de deux minutes de jeu, je lui fais un tacle très méchant. Je mérite rouge. J’ai mis un pied dans la tête d’un joueur de Créteil aussi, en National. J’avais mangé un mois de suspension. Normal : c’était volontaire. Il m’avait mis un bon taquet juste avant, et il m’avait mal parlé, donc… Mais à l’époque, j’étais plus méchant qu’aujourd’hui !

La pire faute subie ?
Il y a trois ans, contre Lorient, Larry Azouni m’a ouvert le tibia en deux (à 2'35" ci-dessous). Esthétiquement, c’est vraiment la plus moche ! Après, il y a aussi eu Fabien Audard qui m’a pété le nez. Et le ligament de ma cheville droite touchée à Gueugnon… Mais celle d’Azouni, je m’en souviens bien, c’était pas beau à voir. J’ai encore les marques, d’ailleurs.

Vidéo

Le pire coéquipier ?
Gilles Cioni. Parce que c’est le meilleur pour mettre un beau petit bordel dans le vestiaire en chambrant les autres. C’est une petite salope pour ça, il fout la merde et il se casse ! (Rires) Ça reste gentil bien sûr. J’ai été formé avec lui, je le connais depuis l’âge de 15 ans.


La pire blague d'un coéquipier ?
Celle de Jean-Louis Leca. Avec Nicolas Penneteau, ils m’avaient rempli ma voiture de confettis, de guirlandes et d’autres trucs. C'était il y a onze ans, pour mon anniversaire. Je m’en étais sorti avec des heures d’aspirateur.

« Avec Istres, j'entre contre Troyes et je marque de la tête dans la foulée. Du coup, je suis allé voir mon entraîneur, José Pasqualetti, je me suis retourné devant lui et je lui ai montré le dos de mon maillot pour lui rappeler comment je m’appelais. »

Le pire entraîneur ?
Patrick Paillot. Je l’ai eu à Lyon, en formation. Il n’a jamais cru en moi. Je lui en veux toujours un peu, d’ailleurs. Il n'a rien fait pour me motiver. Au contraire. En 15 ans nationaux, j’étais dans son équipe et il a refusé de me faire signer un contrat stagiaire. Parce qu'il pensait que je n’étais pas assez doué pour faire du football mon métier, que je n’y arriverais pas. À l’arrivée, je suis le seul de la génération 1986 de l’OL à être sorti pro. Je n’ai pas de nouvelles de lui et je n’en veux pas.


Le pire stade dans lequel tu as joué ?
Crotone. C’était hyper vétuste. Quoique Luzenac, c’était encore pire. Je ne leur en veux pas, mais c’était horrible. T’as l’usine de talc juste au-dessus de ta tête, quoi ! Niveau pelouse, notre stade d’entraînement, à Bastia, est bien pourri. Mais bon, on s’est habitués, on ne se blesse plus lorsqu’on joue dessus.

Le pire but marqué ?
Heu… (Il réfléchit) Putain, des vilains, j’en ai pas mis des masses, hein ! Ironiquement, je choisis celui contre le PSG. Parce qu’on m’en a parlé des mois et des mois et que ça va continuer toute ma vie.

Vidéo

La pire célébration ?
Ah… Je n’en suis pas fier ! Avec Istres, j'entre contre Troyes et je marque de la tête dans la foulée. Du coup, je suis allé voir mon entraîneur, José Pasqualetti, je me suis retourné devant lui et je lui ai montré le dos de mon maillot pour lui rappeler comment je m’appelais. Parce que je considérais qu’il l’avait oublié. Mais c’est du passé. Je suis ami avec lui, on en reparle parfois et on en rigole. N’empêche que c’était très moyen comme réaction.


« Avec mon coach de CFA à Bastia, on s’est chopés par le col en plein match. »

Ta pire boulette dans un match ?
Oula… Il y a deux ans, j’en ai fait pas mal. Celle que je n’aimerais vraiment pas refaire, c’est celle contre Saint-Étienne. Sur une touche, je me fais lober comme un naze, et Tabanou, que je marquais, part derrière moi inscrire son but. Une grosse faute défensive. Grotesque de ma part. Je m’en suis voulu. J’ai eu un peu de mal à me remettre dans le match.

Vidéo

La pire baston ?
En 18 ans nationaux, lors d'un Grenoble-Bastia. Avec Gilles Cioni, Jean-Jacques Mandrichi et Pascal Lepidi, on était tous les trois dans le couloir face à des supporters et des joueurs grenoblois. Mon père était venu nous aider. On avait mangé un peu, mais on avait aussi pas mal envoyé. Il y a eu quelques marques au visage et un de chaque camp a terminé à l’hôpital.

La pire engueulade de coach ?
C’est celle de Stéphane Guilleman, qui était mon coach en CFA à Bastia. Il m’a sorti au bout de 35 minutes de jeu parce que j’étais dans un jour sans. J’avais 17 ans, ça ne m’a pas plu et on s’est chopés par le col, en plein match. Je le vois encore, je ne suis pas quelqu'un de rancunier.


Le pire moment de ta carrière ?
Sans hésiter, ma suspension (Palmieri a été suspendu 9 mois par l’UEFA pour rupture abusive de contrat après un conflit avec ses dirigeants de Crotone, club de Serie B, ndlr). Je l’ai forcément mal vécue.

Par Florian Cadu
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall
À lire ensuite
Mon fils, ma Batalla