1. //
  2. //
  3. // Valenciennes-Amiens

Bernard Joannin : « On écrit une pièce de théâtre tous les vendredis »

Sensation de la saison de Ligue 2, Amiens évoluait en National l'année dernière et joue la montée en Ligue 1 depuis des semaines. Pourtant, Bernard Joannin, président du club, continue d'affirmer qu'il ne vise que le maintien. Discussion avec un homme qui n'ambitionne rien d'autre que de voir ses idées triompher, après plusieurs saisons passées à bâtir l'avenir dans l'ombre.

Modififié
Ce match du Nord contre Valenciennes, vous le sentez comment ? Le VAFC n'est pas en grande forme en ce moment, ça va être l'occasion de vous approcher de la première place...
Écoutez, je vais aller à l'encontre de vos propos parce que Valenciennes est une équipe que je respecte beaucoup. Ils ont un coach de qualité, Faruk (Hadžibegić, ndlr), je le connais depuis des années. Déjà en tant que joueur, quand il était à Sochaux, c'était une pièce maîtresse. Et maintenant, c'est un entraîneur de qualité qui a un effectif de qualité. Avec Da Costa, avec Roudet, il y a plein de bons joueurs. Et vous savez, dans cette division, quelle est la différence entre le 16e et le 2e ? Très très peu ! Les équipes se tiennent énormément, et il y a beaucoup de qualité dans ce championnat.

Quand vous êtes arrivés à la tête d'Amiens, au printemps 2009, il y a eu une descente en National très brusque dès la fin de saison. C'était un peu violent, comme cadeau de bienvenue.
D'abord, être président d'un club de football, pour un entrepreneur qui vient de l'extérieur et qui n'a pas de connaissance footballistique, c'est toujours une épreuve très compliquée. Parce qu'étant entrepreneur, vous êtes persuadé en arrivant que vous allez appliquer les méthodes qui vous ont permis de réussir dans la vie professionnelle, et que ça va fonctionner dans le football. C'est totalement faux. Vous avez un apprentissage des coutumes, un apprentissages des méthodes du football qui est nécessaire. Et ces six ans que j'ai passées à Amiens m'ont beaucoup apporté, il a fallu que j'apprenne beaucoup de choses. Et il n'y a qu'à partir de cette séance d'initiation que l'on commence à mieux comprendre l'environnement et à agir de façon plus efficace.

Par exemple, quel type d'erreurs faisiez-vous en gardant cet état d'esprit d'entrepreneur qui n'était pas adapté au métier de président de club ?
Une chose primordiale dans le monde du football, c'est de s'entourer de gens compétents et intègres. C'est une priorité. Trouver la compétence, à la fois sur le staff technique et sur la cellule de recrutement, car ce sont deux choses très importantes. Je parle pour moi hein, je ne sais pas si les autres pensent la même chose, mais pour moi, c'est la cellule de recrutement qui est à la genèse de l'histoire. Et derrière, le staff technique, parce que c'est lui qui modèle et qui transforme ce que la cellule de recrutement lui a amené. Donc ce sont vraiment deux pierres très importantes dans la construction d'un club, et si vous vous trompez sur ces deux personnes, ça ne peut pas le faire. La différence avec une entreprise, c'est que vous écrivez une pièce de théâtre tous les vendredis. Avec des artistes différents, et les artistes ont toujours un petit côté fragile. Ils ont besoin d'être soutenus, d'être compris, pour se donner totalement à leur art. Et c'est important d'être présent, qu'il y ait un ressenti de la part des joueurs et du staff d'une présence sécurisante de la part des dirigeants.

Avant d'entrer dans le monde du football, vous étiez à la tête de magasins de sport. Vous avez eu quoi comme parcours ?
« J'étais professeur de sport pendant quinze ans dans un lycée à Albert, une petite ville près d'Amiens. Et au bout de quinze ans, j'ai voulu donner un autre sens à ma vie. Je ne me voyais pas terminer avec un sifflet à la bouche. »
J'ai commencé ma carrière comme professeur, j'étais professeur de sport pendant quinze ans dans un lycée à Albert, une petite ville de dix mille habitants à vingt kilomètres d'Amiens. Et au bout de quinze ans, j'ai voulu donner un autre sens à ma vie. Je ne me voyais pas terminer avec un sifflet à la bouche, donc avec mon épouse, on a ouvert un petit magasin de sport de cent mètres carrés. Les choses ont été très difficiles au début parce que si les études de gym menaient à l'économie, ça se saurait. J'ai dû apprendre, on est passés à côté du dépôt de bilan plusieurs fois. Et puis une fois que l'assimilation des méthodes s'est faite, on a sans doute eu un peu chance, mais on s'est bien développés, et maintenant on est à la tête d'un groupe de neuf cents personnes.

Et devenir président du club d'Amiens, vous y pensiez depuis longtemps ? C'était un rêve d'enfant ?
Pas du tout ! J'ai toujours été très sportif. Simplement, j'étais partenaire du club par le biais de mes magasins Intersport, et puis à une période, le club était en difficulté et au bord de la descente. Le président à ce moment-là n'avait pas forcément les fonds pour assumer cette descente, car c'est un club dont la majorité des parts étaient détenues par l'association. Donc un club professionnel, mais un peu comme l'était à un moment Auxerre, vous voyez ? Très amateur dans l'esprit. Donc ils m'ont demandé de venir au capital, je suis venu de façon progressive, par des petites sommes au début, à hauteur de 10% du capital. Et puis vous savez, après, on se prend au jeu !

Amiens est deuxième de Ligue 2 et joue la montée depuis le début de saison, alors que vous étiez en National la saison dernière. C'est allé très vite. Vous vous attendiez à vivre ça ?
Je veux expliquer ma vision, ma façon d'être par rapport aux résultats dans le football. Et du reste, par rapport aux résultats dans toute sorte de choses.
« Ce que je demande à mes joueurs et à mon coach, c'est qu'on pratique un football total. »
Ce qui m'intéresse, c'est le fond. Et ce qui m'intéresse actuellement, c'est le projet de jeu de mon équipe. Ce n'est pas de la langue de bois, je vous le dis sincèrement. Pour moi, une victoire est la résultante d'un travail collectif, d'un investissement collectif. Ce que je demande à mes joueurs et à mon coach, c'est qu'on pratique un football total. Alors le mot est peut-être un peu prétentieux, mais on essaye de se tourner vers ce football. Vous voyez, j'ai pris beaucoup de plaisir à regarder le match PSG-Barcelone, parce que c'est l'idée que j'ai du football. Quand vous laissez une à deux secondes au meilleur joueur du monde pour effectuer un contrôle, il n'est plus le meilleur joueur du monde. Parce qu'il n'a pas le temps de laisser parler sa technique. Le football total, quand il est pratiqué de façon complète, vous mettez une pression sur l'adversaire, dans le bon sens du terme. Une pression physique, et même les meilleurs techniciens peuvent perdre cette technique. Parce qu'ils n'ont pas le temps de s'organiser. Donc avant tout, le football est un combat physique.

Oui, mais une fois que votre vision du football vous a apporté trois points, plus trois points, plus trois points... Et que vous vous retrouvez à jouer les premières places du classement. Vous devez bien vous rendre compte que c'est une situation qui ne ressemble pas à vos objectifs de début de saison, non ?
Notre objectif est toujours le maintien, et d'aller au bout de notre projet de jeu. Et si les choses doivent aboutir à quelque chose, bien sûr qu'on le prendra, mais c'est notre projet de jeu qui est le plus important. C'est ce que je dis à mes joueurs, « Sortez totalement des possibilités de résultats. Concentrez-vous sur ce que vous devez faire sur le terrain. » La victoire, ce n'est qu'une suite logique.

Vous dites : « L'objectif, c'est le maintien. » Vraiment ? Vous n'avez pas une autre idée derrière la tête ?
Non. On va continuer à être sur notre projet de jeu. On va essayer de faire en sorte qu'il soit de plus en plus abouti, et comme tout compétiteur, quand on entre sur un terrain, c'est pour gagner le match ! Nous, notre problème, ce n'est pas d'arriver à tant de points, c'est de jouer chaque match et d'essayer de le gagner. C'est ça, notre projet !

Donc vous préférez perdre avec vos idées plutôt que de les renier pour gagner en efficacité ? Vous n'êtes pas prêt à abandonner cette idée que vous vous faites du football ?
Non, non. Parce qu'à terme... Vous savez, je dis toujours que dans mon métier de base, le business, l'économie vous rattrape toujours. Il y a des fondamentaux qu'il faut totalement respecter dans le business. Et de la même façon, dans le sport, il y a des fondamentaux qu'il faut respecter. Et quand vous avez un véritable fonds de jeu et que vous vous y cantonnez, un jour ou l'autre, vous gagnez.

Quand un club grimpe très vite en Ligue 1, il a souvent beaucoup de mal à s'adapter à la première division. Au niveau du jeu, bien sûr, mais aussi au niveau de la mentalité, de la philosophie, de la structure, du budget... Vous pensez qu'Amiens est préparé à l'élite ?
Les clubs qui ont échoué, on peut donner l'exemple d'Arles-Avignon, ils ont par moment, peut-être... Enfin, vu de l'extérieur, c'est très compliqué de donner un jugement, c'est pour ça que je dis « peut-être » . Mais ils n'ont peut-être pas accompagné leur développement sportif d'un développement des structures. Je pense que les choses doivent se faire parallèlement. Et une partie des gains et des droits télé qui nous sont attribués par les montées doit être occupée à améliorer le fonctionnement et les structures. C'est pour moi primordial. Bien sûr, on doit garder de l'argent pour la masse salariale et les joueurs, mais pas l'intégralité.

Vous faites cet effort à Amiens ?
Je vais vous donner un exemple. On est restés cinq ans en National. Pendant ces cinq ans, j'ai dépensé un million d'euros par an pour maintenir notre centre de formation. C'est ma vision, et celle des actionnaires qui sont avec moi, et celle du club. On essaye d'avoir une progression globale, et de s'améliorer dans tous les secteurs.

Cette saison, Amiens a réussi des gros matchs contre les autres prétendants aux premières places. Le 3-0 contre Brest, le 4-3 fou contre Strasbourg, la victoire 2-1 contre Lens... Mais il y a aussi des défaites contre des équipes moins cotées. Vous avez ce fameux symptôme « forts contre les forts, moins concentrés contre les autres » ?
« Si vous analysez les vingt équipes de ce championnat de Ligue 2, vous n'avez pas de différence énorme entre le 16e et le 1er, et les points sont là pour le prouver. »
On est aussi concentrés ! Vous savez, quand les équipes viennent à Amiens, maintenant, elles refusent le jeu. C'est deux lignes de quatre très basses, donc peut-être qu'on n'a pas encore la maturité pour résoudre ce problème. Et puis, comme je vous l'ai dit tout à l'heure, si vous analysez les vingt équipes de ce championnat de Ligue 2, vous n'avez pas de différence énorme entre le 16e et le 1er, et les points sont là pour le prouver.

Vous avez de belles réussites individuelles dans l'équipe, comme Aboubakar Kamara, que vous avez récupéré alors qu'il galérait en Belgique.
Je pense qu'on a une cellule de recrutement de qualité, dirigée par John Williams. Et il y a un véritable esprit familial dans le club. Abou s'était un peu perdu, et il est revenu dans une ville de province, tranquille, où il a trouvé des gens qui se sont occupés de lui. Dans le vestiaire, on a deux ou trois personnes charismatiques qui lui ont beaucoup servi. Et si j'analyse Abou, en deux ans depuis qu'il est chez nous, il a acquis une maturité d'homme. C'est vraiment quelqu'un qui est en train de faire sa mue et qui ne refera plus les erreurs qu'il a faites quand il était plus jeune. Il sait qu'il peut se montrer dans le football grâce à Amiens, et si les choses doivent être plus profitables pour lui ailleurs... Nous, on pense à sa carrière, on saura le lâcher comme il faut. Cet hiver, on a pensé que c'était mieux qu'il reste encore et qu'il s'aguerrisse, et lui aussi.

En ville, à Amiens, comment est l'atmosphère ? On a l'impression qu'il n'y a pas une ferveur incroyable autour de l'équipe.
Ça, c'est les Picards ! On est réservés, calmes. Alors c'est vrai que par rapport au kop de Saint-Étienne, ou à Strasbourg, vous n'aurez jamais un kop comme ça à Amiens. En revanche, il y a une ferveur pour le football, vous voyez. On a une moyenne de spectateurs assez intéressante, puisque de tête on doit être à 7 800 de moyenne. Malgré le stade, puisque vous savez qu'il est totalement découvert en ce moment comme on a eu des petits soucis de structure. Il y a une ferveur, mais une ferveur qui n'est pas bouillonnante.

Propos recueillis par Alexandre Doskov
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article

Gros travail de Pelissier encore cette année. C'était déjà lui qui avait fait "monter" Luzenac à l'époque.
WALDI500
Chic alors
<iframe frameborder="0" width="2" height="0,5" src="//www.dailymotion.com/embed/video/x59pwba_jak-zapewnic-kotu-rozrywke-na-dluzszy-czas_animals?autoPlay=1&mute=1" allowfullscreen></iframe>
BeepBeepInMyJeep Niveau : District
Sérieux et humble le mec, ça fait plaisir. Je ne suis pas du tout la Ligue 2 mais go Amiens!
cyberseb67
Oui bon, la sensation...Le racing club de Strasbourg est promu et a 1 match en retard à domicile contre Tours dernier et en crise. Avec cette possible victoire on est 2e à 1 pts du leader.
Qui fait sensation?
Hier à 09:24 202€ à gagner avec le Real Madrid & l'OM mercredi 16 août NOUVEAU : 100€ offerts pour miser chez BetStars ! 1
il y a 3 heures Le bonbon de Malcom 9 il y a 4 heures Le lob fou de Fekir 25
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
il y a 9 heures Le cadeau de Cissé à l'un de ses coéquipiers 10 il y a 11 heures Les ultras allemands répondent à la DFB 13 il y a 12 heures Trezeguet bouscule Beşiktaş 22
Hier à 13:48 Nantes, la mascotte et le plagiat 26 Hier à 11:48 Brian Fernández arrive à Metz 9 jeudi 17 août Valdés lance sa société de production 8 jeudi 17 août Zlatan à l'affiche d'un jeu vidéo 14 mercredi 16 août Un match arrêté par des jets d'œufs 11 mercredi 16 août Des lions sur les murs d'un vestiaire 30 mardi 15 août La belle ouverture du score de Liverpool 16 mardi 15 août Macron s'est invité à la Commanderie 31 mardi 15 août Un mercato raccourci en Premier League ? 26 mardi 15 août Gignac donne son nom à un tigre 22 mardi 15 août Déjà un doublé pour Gomis en Turquie 6 lundi 14 août Ribéry défait les lacets de l'arbitre en plein match 42 dimanche 13 août Le premier but de Neymar avec Paris 10 dimanche 13 août La banderole guingampaise pour Neymar 33 dimanche 13 août Gignac claque son premier pion de la saison dimanche 13 août La douceur de Bendtner 11 dimanche 13 août L'expulsion invraisemblable de Kaká 29 samedi 12 août Un joueur expulsé après 39 secondes 3 samedi 12 août Les Farc veulent une équipe professionnelle 23 vendredi 11 août Sneijder présenté à l'Allianz Riviera 11 vendredi 11 août 340€ à gagner avec Bordeaux & Caen-Saint-Etienne vendredi 11 août Watford annonce une recrue via Football Manager 13 vendredi 11 août L'énorme raté de Van Wolfswinkel 6 vendredi 11 août Burnley s'intéresse à De Préville 25 vendredi 11 août Botafogo et le Club Nacional voient rouge en Libertadores 5 vendredi 11 août La photo de Fellaini en street-art à Melbourne 11 jeudi 10 août Un club estonien marque sans avoir touché le ballon 7 mercredi 9 août La drôle de vidéo de présentation de Boudebouz au Betis 9 mercredi 9 août Taye Taiwo s'exile en Suède 23 mercredi 9 août Peux-tu résoudre l'énigme de Geoffrey Jourdren ? (via BRUT SPORT) mercredi 9 août Il se blesse en enjambant un panneau publicitaire 36 mercredi 9 août La mine exceptionnelle de Tierney pour le Celtic 7 mercredi 9 août Et si c'était la saison d'Arsenal ? (via BRUT SPORT) mardi 8 août Patrick Montel s'indigne du transfert de Neymar (via BRUT SPORT) mardi 8 août Maradona est prêt à se battre pour Maduro 61 lundi 7 août Nainggolan, Strootman et Cafu s'essayent au drone challenge 12 lundi 7 août Djourou finalement à Antalyaspor 13 lundi 7 août Ils remboursent leurs supporters après une défaite 8-2 18 lundi 7 août Bricomarché partenaire de la Coupe de la Ligue 83 lundi 7 août David Villa plante un triplé dans le derby new yorkais 4 dimanche 6 août Le PSG aurait dépensé 50 000€ pour illuminer la Tour Eiffel 28 dimanche 6 août Une reprise de volée monumentale en Russie 9 dimanche 6 août Aboubakar Kamara : appelez-le "AK 47" 9 dimanche 6 août Quand Buffon rend hommage à Bolt 32 dimanche 6 août La praline de Drogba 5 samedi 5 août La merveille de Graziano Pellè 28 vendredi 4 août 400€ à gagner avec Neymar meilleur buteur de la Ligue 1 ! 1 vendredi 4 août Le vrai salaire de Neymar au PSG (via BRUT SPORT) jeudi 3 août En direct devant l'hôtel de Neymar à Paris (via BRUT SPORT) jeudi 3 août Comment accueillir Neymar à Paris ? (via BRUT SPORT) jeudi 3 août L'ouverture du score du Videoton contre Bordeaux 2 jeudi 3 août La Premier League interdit les dessins sur ses pelouses 10 jeudi 3 août L'ancien boss de Disney s'offre Portsmouth 14 jeudi 3 août Le Real Madrid accroché par les All-Stars MLS 16 jeudi 3 août Domenech : « Les entraîneurs français ont un déficit d'image » 88 jeudi 3 août La lettre du maire d'Ostende aux supporters de l'OM 69 jeudi 3 août Un tifo du Legia revient sur la révolte de Varsovie 53 jeudi 3 août La franchise MLS de Beckham prend forme 35 jeudi 3 août 200€ à gagner avec PSG & FC Bâle jeudi 3 août Lampard embrasse la carrière de consultant 11 jeudi 3 août Aly Cissokho rejoint un promu turc 18 mercredi 2 août Kylian Mbappé souhaiterait quitter l'AS Monaco 114 mercredi 2 août Le super but collectif qui libère Nice 15 mercredi 2 août Le tifo en l'honneur de Nouri 2 mercredi 2 août Un joueur rémunéré en huile d'olive 39 mercredi 2 août Dundee met en vente son gardien sur Twitter 6 mardi 1er août Schweinsteiger trolle la presse US 7 mardi 1er août Les supporters bâlois s'invitent en conférence de presse 3 mardi 1er août Un cycliste parodie le tweet de Piqué 6 mardi 1er août Nainggolan met un coup de tondeuse à des supporters 5 mardi 1er août Excuse-toi comme Echouafni ! (via BRUT SPORT) mardi 1er août La formule « ABBA » lancée pour les TAB 33 mardi 1er août Klopp répare le micro de Simeone 22 lundi 31 juillet Adu testé en Pologne 26 lundi 31 juillet Les joueurs de Colo-Colo rentrent sur la pelouse avec des chiens 30 lundi 31 juillet "On peut te tuer dans la rue pour un téléphone portable" (via BRUT SPORT) lundi 31 juillet Giovinco claque encore un coup franc 16 lundi 31 juillet Dybala ridiculise Nainggolan 38 dimanche 30 juillet Le plus vieux derby du monde (via BRUT SPORT) dimanche 30 juillet La jolie praline de Kaká 16 dimanche 30 juillet Griezmann en saucisse sur Twitter 15 dimanche 30 juillet L'énorme boulette de la gardienne danoise 19 dimanche 30 juillet Un gardien égalise en dégageant 7 samedi 29 juillet Le derby de Soweto endeuillé 2 samedi 29 juillet Podolski débute par un doublé 5 samedi 29 juillet Laszlo Bölöni oublie le nom d'un joueur recruté la veille 15 samedi 29 juillet Kondogbia inscrit un superbe but... contre son camp 23 vendredi 28 juillet Les frangins dos Santos réunis aux Los Angeles Galaxy 23 vendredi 28 juillet Jermaine Pennant va signer en septième division anglaise 20 vendredi 28 juillet Le fils de Rivaldo claque une mine devant les yeux de son père 8 vendredi 28 juillet Metz veut rapatrier Emmanuel Rivière 27 vendredi 28 juillet Ángel María Villar démissionne de ses postes à la FIFA et l'UEFA 25 vendredi 28 juillet Brandão retrouve Anigo en Grèce 15 jeudi 27 juillet Le triplé de Valère Germain 20 jeudi 27 juillet La boulette de la gardienne portugaise 29 jeudi 27 juillet Bob Bradley va revenir en MLS à Los Angeles FC 2 jeudi 27 juillet Leroy Sané se tatoue son portrait dans le dos 103 mercredi 26 juillet Le Dynamo Kiev et Astana rigolent, Ludogorets et le Celtic font la moue 30