Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 1 Résultats Classements Options
  1. // Cahier critique

On a décrypté le clip d'arrivée d'Aouchiche à Saint-Étienne

Parce que les critiques cinéma n'ont pas le monopole des adjectifs bizarres, des tournures alambiquées et de la masturbation intellectuelle, sofoot.com a décidé de (dé)crypter le clip d'arrivée d'Adil Aouchiche à Saint-Étienne.

Modififié
Longtemps, le cinéma, ce septième art aux pouvoirs démiurges, a été associé à Lyon, ville lumière dont les feux avaient inspiré les frères du même nom. Il y a donc quelque chose de cathartique, voire de métaphysique, dans la nouvelle réalisation des cinéastes verts, venus voler la vedette à leurs voisins honnis. En offrant le premier rôle à une étoile montante, Adil Aouchiche, qui n'est pas sans rappeler, d'une certaine manière, le lumineux d'Antoine Doinel, les metteurs en scène stéphanois ont peut-être d'ores et déjà créé une nouvelle école.

Épilepsie de la ville, montage urbain


Cette école, comme toutes les autres, emprunte à la Nouvelle Vague, un mouvement avant tout urbain bien trop souvent réduit à une prise d'assaut formelle de dogmes sclérosés. De fait, à une époque où l'on privilégie le panthéisme le plus absolu et où l'on regarde la Nature comme un fait en soi indépassable, il est touchant d'observer la ville envahir le cadre dès les premiers instants, comme les résurgences d'une conscience enfouie que le cinématographe, ce prisme qui révèle les soubresauts de l'esprit, permettrait de ressusciter pour un temps.


Mais dans la proposition des réalisateurs du Forez, il y a aussi quelque chose de profondément révolutionnaire et d'explosif, qui ne se satisfait pas d'un simple courant qui charrierait l'âme au gré de la houle des images et du son et qu'on trouve notamment dans Quand passent les cigognes du grand Kalatozov, pourtant un autre grand film sur la ville. En effet, le montage convulsé et renversé sur lui-même, parfois anarchique, renvoie à des œuvres d'avant-garde comme celles de Stan Brakhage, dont il était urgent que le cinéma ravive le souvenir.

Verticalité du sujet, visage des dimensions


En toute hypothèse, il n'y a pas de flux, au sens littéral, dans le film, qui n'est d'ailleurs pas pensé de manière horizontale dans un plan à deux dimensions, à la différence de bien des métrages de l'époque. Autrement dit, la ligne du scénario échappe à la géométrie classique, et cela a son importance, car on ne pourrait la tracer comme on dessinerait une ligne d'horizon sur la toile des rêves. La proposition est conçue verticalement, dans un plan à trois dimensions, certes plus difficile à appréhender, mais dont les vecteurs constituent un plus impressionnant volume de symboles.



Quand bien des réalisateurs ne parviennent pas à maîtriser les deux dimensions qui définissent l'espace traditionnel, la prouesse réside dans ce signe ontologique qui consiste à ne jamais négliger le sujet malgré la complexité du dispositif. Le sujet, c'est bien sûr l'acteur, Adil Aouchiche, que la caméra ne perd jamais longtemps et dont les expressions rappellent avec une douce mélancolie l'Antoine Doinel des premiers films. Il y a là quelque chose de ténu, mais de puissant, un doux arôme de nostalgie, et peut-être d'avenir. Verticalité du souvenir, puissance cinéma.

Adil Aouchiche
Note de la rédaction
7
Note des lecteurs
7.3Moyenne de 72 notes
Votre note
Modifier la note
Donner une note


Par Valentin Lutz Images : captures d'écran ASSE
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Olive & Tom Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine

Hier à 17:40 Le Final 8 ne se reproduira pas selon Čeferin 24
Hier à 17:10 Adriano rejoint Eupen 8
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Tsugi Olive & Tom